VULNERABILITE DES FEMMES ET LE PROJET DANS SON ENVIRONNEMENT

Télécharger le fichier pdf d’un mémoire de fin d’études

Cadrage institutionnel et juridictionnel de la Politique Nationale de la Protection Sociale

La lutte contre la pauvreté, la vulnérabilité et la précarité est la priorité des priorités du Gouvernement, telle que définie dans la Politique Générale de l’Etat (PGE). A travers ses 22 défis, le défi 5 est consacré à «la protection sociale», un outil essentiel pour la réduction de la pauvreté qui s’ajoute à l’amélioration et l’extension de l’accès aux services sociaux de base à travers les défis 6,8,14,19 et 21 entre autres10.
Cette priorité se décline à travers l’axe 4 du Plan National de Développement (PND) « Capital Adéquat au processus de développement » et l’objectif stratégique 4 du Plan de Mise en Œuvre (PMO) «le capital humain développé est adéquat et intégré dans le processus de développement » et l’axe 5 « Valorisation du capital humain et renforcement de la résilience des risques de catastrophes ». Dans le cadre des Objectifs de Développement
Durable (ODD), l’objectif 2 vise à « éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir une agriculture durable ».
Concernant le cadre juridictionnel de la PNPS, Madagascar dispose d’un cadre légal relatif à la protection sociale, le plus récent étant le décret n° 2017-327 du 03 juillet 2017 portant création d’une structure de coordination des actions de protection sociale du régime non contributif. Il y a aussi entre autres 11:
Au niveau international :
La Déclaration universelle des droits de l’homme ;
Le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels ;
La Convention Internationale sur l’élimination de toutes les formes d’intolérance et de discrimination ;
La Convention Internationale relative aux droits des Personnes Handicapées ;
La Convention International relative aux droits de l’enfant ;
La Convention Internationale sur l’élimination de toute forme de violence à l’égard des femmes ;
La Charte Africaine du droit et bien être de l’enfant ;
La Convention n°117 sur la politique sociale (objectifs et normes de base) ;
La Convention n°118 sur l’égalité de traitement (sécurité sociale) ;
La Convention n°159 sur la réadaptation professionnelle et l’emploi des personnes handicapées ;
La Convention n°182 relative à la lutte contre les pires formes du travail des enfants.
Au niveau national
La Constitution de la Quatrième République ;
La Loi n°2007-023 du 20 août 2007 sur le droit et protection des enfants ;
La Loi n°2003-044 du 28 juillet 2003 portant Code du Travail malgache ;
La Loi n°2003-010 du 5 septembre 2003 relative à la politique nationale de gestion des risques et des catastrophes ;
La Loi n° 97-044 du 19 décembre 1997 sur les personnes handicapées ;
La Loi n° 94-026 du 17 novembre 1994 portant Code de Protection Sociale ;
La Loi n° 68-023 du 17 décembre 1968 instituant un régime de retraite et de création de la Caisse Nationale de la Prévoyance Sociale ;
Le Décret n°2006-903 du 19 décembre 2006 fixant l’organisation, le fonctionnement et les attributions du Bureau National des Risques et des Catastrophes (BNGRC) ;
Le Décret n°2005-892 du 12 décembre 2006 fixant les attributions, l’organisation et fonctionnement de la Cellule de Prévention des Urgences (CPGU) à la Primature.

Les grands axes stratégiques de la Politique Nationale de Protection Sociale

La PNPS sert de cadre de référence pour les acteurs et les décideurs dans le domaine de la protection sociale à travers quatre axes stratégiques. Il s’agit de :
Axe Stratégique 1 : Augmentation des revenus des plus pauvres.
Axe Stratégique 2 : Amélioration de l’accès aux services sociaux de base.
Axe Stratégique 3 : Protection et promotion des droits des groupes spécifiques à risques.
Axe Stratégique 4 : Consolidation progressive du régime contributif.

Composante physique

Le District d’Ambovombe a des constituants physiques très spécifiques. Une étude a été menée antérieurement et est vérifiée pour confirmation sur terrain de certains éléments pertinents. Brièvement, la composante physique se caractérise comme suit12:

Climat

Le climat est celui du domaine semi-aride à subaride. La pluviosité moyenne annuelle varie avec l’altitude, et elle décroît du nord (zone d’Antanimora, 300 m d’altitude) au sud (zone d’Ambovombe, 135 m d’altitude) et d’est en ouest. La température moyenne annuelle est de 23,8°C, avec des minimums moyens autour de 20°C en saison sèche, et des maximums moyens supérieurs à 27°C en saison chaude. La zone enregistre annuellement près de 560 mm de pluies, réparties sur 56 jours. Ainsi, la température moyenne annuelle est de 24,0°C, avec des minimums moyens autour de 20°C en saison sèche, et des maximums moyens supérieurs à 26,5°C en saison chaude13. Les courbes ombrothermiques d’Ambovombe et Antanimora sont illustrées ci-dessous :
Ces courbes ombrothermiques mettent en évidence l’existence de 2 saisons bien distinctes dans la zone d’étude :
Une saison humide de 4 mois, qui s’étend de mi-novembre à mi-mars ; la station d’Antanimora reçoit sensiblement plus de quantité de pluies que cell d’Ambovombe ;
Une saison sèche de 8 mois, plus accentuée pour Antanimora et moins marquée pour Ambovombe, qui reçoit plus de 50 mm de pluies au mois de juin (précipitations occultes apportées par le vent du sud). L’influence de ce vent du sud se fait beaucoup moins ressentir à l’intérieur des terres (région d’Antanimora).

Géologie

Plusieurs unités géomorphologiques ont été relevées dans le District : des plateaux et des massifs cristallins. La zone d’étude est constituée majoritairement de sables fins et d’argile (carapaces sableuses), avec la présence de formations d’altérations sur socle et de dépôts volcaniques dans la partie nord14.

Topographie

Dans le District, les plateaux se situent à des altitudes comprises entre 150 et 250 m. Au niveau des massifs cristallins, les altitudes excèdent 350 m et peuvent atteindre 500 m dans la partie Nord, au niveau de la limite de la pénéplaine cristalline de l’Androy (zone d’Antanimora)15.

Hydrographie

Du point de vue hydrographique, la zone d’étude est située dans le bassin du Mandrare et chevauche en partie celui du Manambovo.
Le Mandrare est le plus important des fleuves du Sud de Madagascar. Il draine 12 570 km² de bassin qui présente une forme circulaire particulièrement caractéristique. Sa longueur totale depuis sa naissance dans le massif Beampigaratra (vers 1 800 m d’altitude) jusqu’à son embouchure est de 270 km. A environ 5 km à l’Est du village de Bezaha, la rivière Ikonda qui prend sa source au Nord du village d’Ampamata se jette dans le Mandrare.
Le Manambovo, d’une longueur totale de 165Km, draine un bassin relativement plus petit que celui de Mandrare (4 450 Km²). Il prend naissance au nord du village d’Antanimora, dans la pénéplaine de l’Androy. De direction Nord/Sud, il creuse rapidement son lit dans les alluvions. Il est caractérisé par une assez forte pente (entre 2,5 et 3 m/km). Pendant 7 à 8 mois, il n’y a pas d’écoulement superficiel. La figure suivante constitue la carte hydrologique de la zone d’étude.

Composante biologique

Conservation de la biodiversité

Plusieurs sites de conservation de la biodiversité se rencontrent dans le District d’Ambovombe, dont la plupart sont intégrées dans le Programme Ala Maiky initié par WWF Madagascar (conservation des forêts denses sèches et fourrés du Sud de Madagascar).
Une Aire Protégée à statut temporaire (AP Nord-Ifotaka) a été identifiée à 30 km au nord-ouest, ainsi que 7 Nouvelles Aires Protégées (NAP), dont les NAP d’Angavo (à 4 km du site de captage) et d’Ampamalora (à 2 km du site de captage) qui sont traversées par la RN13.
Plus particulièrement, la forêt d’Angavo revêt une importance particulière, du fait qu’elle fait partie des grands blocs de forêts restantes dans la Région Androy. D’après le WWF Madagascar, elle abrite un assemblage unique de communautés floristiques et faunistiques. La plupart des espèces floristiques sont endémiques de la zone et de la Région Androy, et la forêt est particulièrement riche en avifaune. Certaines espèces de lémuriens sont aussi présentes (Phaner furcifer, Lepilemur lecopus, Propithecus v. verreauxi, Lemur catta, Microcebus spp.)17.
Le massif forestier d’Angavo a une superficie de 65 200 ha, avec 3 700 ha de forêt sacrée qui constitue une zone prioritaire de conservation, ainsi que des sites à transférer pour une gestion durable des ressources naturelles.

Végétation spécifique

Dans le District d’Ambovombe existent trois formations végétales, à savoir : formations rupicoles bordant la rivière de Bemamba, forêt sèche épineuse et les formations herbeuses.

Formations rupicoles

Périodiquement inondée par la rivière Bemamba, cette formation forestière se rapproche du type sempervirent : les arbres à feuilles persistantes y sont abondants par rapport aux espèces caducifoliées. Les arbres aux larges houppiers formant une canopée fermée, telles qu’Albizia bernieri, Acacia sp., Tamarindus indica mesurent entre 10 et 15m de hauteur. Les végétaux des strates moyennes et inférieures sont caractérisés par Euphorbia decorsei, Jatropha curcas, Commiphora sp. et des espèces lianes comme Combretum spp… Les espèces arbustives, telles que Lantana camara, colonisent les lisières. Les espaces plus ouverts abondent en jeunes futaies d’Acacia sp. et Albizia sp18.

Forêt/fourré sèche épineux

En s’éloignant du fleuve, la végétation devient plus basse et la canopée s’ouvre sur plusieurs endroits. Les formations forestières s’adaptent progressivement aux conditions arides du milieu (microphyllie, aphyllie, spinescence, crassulescence). Les espèces dominantes dans cette formation sont Euphorbia spp. (E. decorsei, E. stenoclada, E.laro), Alluaudia spp. (A. procera, A. dumosa), Cedrelopsis grevei, Acacia sp.19.
La forêt sèche épineuse présente en général deux stratifications. La strate supérieure est caractérisée par des espèces arborescentes entre 4 et 8m de hauteur : les espèces appartenant au genre Alluaudia (A. dumosa et A. procera), Albizia bernieri, Tamarindus indica, Terminalia sp., Euphorbia stenoclada. A part les régénérations, la strate inférieure, très dense, renferme des espèces d’euphorbes en jeune futaie, en particulier Euphorbia decorsei ; des espèces crassules, telles que Kalanchoe beharensis, et Aloe spp., des espèces arbustives telles que Mimosa delicatula, Rhigozum madagascariensis.

Formations herbeuses

Ce sont des formations ouvertes composées par des végétaux bas à Rhigozum madagascariensis et autres herbacées. Elles sont souvent caractérisées par des espèces ayant des formes d’adaptation particulières : agaves (Agave sp.), cactus (Opuntia spp.), aloès (Aloe vahombe, Aloe divaricata). Parfois, des espèces arborescentes, telles Alluaudia dumosa surplombent ces formations 20.

Présence d’espèces faunistiques sensibles

Du point de vue écologique, il est important de noter que les forêts localisées au niveau de la zone d’étude constituent un habitat favorable pour la faune forestière. Trois communautés de lémuriens sont à l’intérieur des formations rupicoles : deux communautés de Propithecus v. verreauxi, formées de 8 individus, et une communauté de Lemur catta formée d’une dizaine d’individus. De même, quelques tortues appartenant à l’espèce Astrochelys radiata sont dans la forêt sèche épineuse, à proximité de la zone.

Occupation du sol

On peut classifier la zone en 2 grandes catégories d’occupations principales :
Une mosaïque de cultures : Les zones d’habitations sont localisées pour la plupart au milieu des vastes terrains de cultures. La cuvette d’Ampamolora qui s’étend du Nord au Sud de la zone d’étude offre une zone potentielle agricole dans le bassin d’Ambovombe. Toutefois, cette plaine n’est exploitée que lors des inondations exceptionnelles causées par des pluies cycloniques21.
Une mosaïque forêt-savane constituée par la succession d’une formation xérophytique et savane arborée/arbustive. Elle est très abondante dans la partie Nord de la zone d’étude et est visible de part et d’autre de la RN13 sur une vingtaine de kilomètres22.

Composante humaine

Cette composante fait partie intégrante et importante de l’environnement des femmes dans le District d’Ambovombe. Elle est très vaste mais dans cette étude, quelques éléments avérés sont énumérés ci-dessous.

Démographie

L’état de la population permet de connaitre sa capacité en termes de ressources humaines et de potentialités d’activités économiques locales. Ces informations permettent de déterminer les stratégies à établir et les efforts à entreprendre pour réduire la pauvreté et soutenir le développement. La connaissance de l’état de la population, de par son effectif, sa structure et ses conditions de vie, aide à mesurer les efforts à entreprendre pour réduire la pauvreté et soutenir le développement. Le graphe ci-dessous démontre la répartition par tranche d’âge et par sexe de la structure de la population dans le District d’Ambovombe.

Caractéristiques des femmes vulnérables dans le District d’Ambovombe

La vulnérabilité se manifeste de différentes manières. L’étude se focalise sur la vulnérabilité liée à la pauvreté constatée ces derniers temps, ayant fortement fragilisée les ménages. La vulnérabilité des femmes présente des relations d’inégalité entre les hommes et les femmes et de la discrimination socio-économique qui prive souvent les filles et les femmes de leurs droits. Ce qui fait que leurs propres potentiels sont réduits par leur faible éducation, la surcharge de travail domestique et la dépendance décisionnelle. La vulnérabilité est aussi liée aux problèmes de la santé reproductive et les risques associés à la maternité23.
En fait, le problème principal des femmes vulnérables dans ce District relève de l’aspect socioculturel. Les femmes chefs de ménages, les femmes enceintes sont plus sensibles à l’insécurité alimentaire.

Composition ethnique

La majorité des habitants de la Région est de l’ethnie Antandroy. La Région est habitée par un nombre non négligeable d’autres groupes ethniques, en particulier des Antanosy, Mahafaly, Merina et Betsileo24.

Culture

Sites funéraires et patrimoine

La culture Antandroy attribue une grande importance à la mort et à tout ce qui l’entoure. En parcourant les routes nationales et les pistes intercommunales, des monuments funéraires sont souvent observés. Les entretiens avec la population locale ont permis d’identifier également d’autres objets ou sites ayant des valeurs cultuelles importantes.

Tombeaux

Le tombeau Antandroy est une construction parallélépipédique jadis en pierres sèches, dans le Nord, en palissade de bois imputrescible dans le Sud, sablonneux aujourd’hui en maçonnerie.
Le modèle le plus simple mesure de 5 à 6 m de côté et s’orne de motifs géométriques blancs. Pour les riches personnes, les tombeaux peuvent atteindre une vingtaine de mètres de côté et sont couverts de fresques. Un édifice central abrite le cercueil. Il existe aussi un modèle plus sobre, en belles pierres de taille25.

Stèles

De nombreuses stèles de différentes formes sont érigées de part et d’autre des routes existantes dans la zone d’étude. Les plus anciennes sont reconnaissables aux statues sacrées de bois sculpté qui les ornent. Les plus récentes sont surmontées d’obélisques de pierre. Ailleurs, on trouvera des pierres levées et des amoncellements de crânes de zébus. Ces ouvrages funéraires n’ont qu’un rôle de mausolée (les tombes se trouvent ailleurs)26.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION
2.1 Approche
2.2 Démarche
2.3 Méthodes
2.4 Outils et matériels
2.5 Difficultés
PREMIERE PARTIE : GENERALITES SUR LA POLITIQUE NATIONALE DE PROTECTION SOCIALE ET ENVIRONNEMENT DES FEMMES DU DISTRICT D’AMBOVOMBE
CHAPITRE I : GENERALITES SUR LA POLITIQUE NATIONALE DE LA PROTECTION SOCIALE
I.1. Le système de Protection Sociale à Madagascar
I.2. Cadrage institutionnel et juridictionnel de la Politique Nationale de la Protection Sociale
I.3. Les grands axes stratégiques de la Politique Nationale de Protection Sociale
CHAPITRE II : ENVIRONNEMENT DES FEMMES DANS LE DISTRICT D’AMBOVOMBE
II.1. Composante physique
II.2. Composante biologique
II.3. Composante humaine
DEUXIEME PARTIE : VULNERABILITE DES FEMMES ET LE PROJET DANS SON ENVIRONNEMENT
CHAPITRE III : ANALYSE DE LA VULNERABILITE DES FEMMES PAR RAPPORT AU DEVELOPPEMENT DANS LE DISTRICT D’AMBOVOMBE
III.1. Le budget temps des femmes et des hommes
III.2. Injustices envers les femmes chefs de ménage
III.3. Méconnaissance des intérêts stratégiques des femmes et des hommes
III.4. Processus de prise de décision dominé par les hommes
III.5. Des facteurs socioculturels portant atteinte à la dignité humaine des femmes
CHAPITRE IV : LE PROJET DANS SON ENVIRONNEMENT
IV.1. Système économique dans le District d’Ambovombe en 2014
IV.2. Généralités sur le Projet d’élevage caprin par les femmes dans le District d’Ambovombe
TROISIEME PARTIE : RESULTATS D’ANALYSE DU PROJET DE PROMOTION DE L’ELEVAGE CAPRIN AU PROFIT DES FEMMES
CHAPITRE V : ANALYSE DES FORCES, FAIBLESSES, OPPORTUNITES ET MENACES DE LA PROMOTION DE L’ELEVAGE CAPRIN
CHAPITRE VI : ETUDE DE FAISABILITE DU PROJET D’ELEVAGE CAPRIN DANS LE DISTRICT D’AMBOVOMBE
VI.1. Etude de faisabilité du Projet sur le plan technique
VI.2. Etude de faisabilité du Projet sur le plan financier
CHAPITRE VII : ETUDE D’IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX DU PROJET
VII.1. Impacts par source d’impacts
VII.2. Evaluation des impacts
QUATRIEME PARTIE : RECOMMANDATIONS SELON LE GENRE ET PLAN DE GESTION ENVIRONNEMENTALE DU PROJET
CHAPITRE VIII. RECOMMANDATIONS SELON LE GENRE
VIII.1. Points d’Entrée Genre (PEG) relatifs à la vie associative des femmes et des hommes
VIII.2. Points d’Entrée Genre relatifs à la vie productive des femmes
CHAPITRE IX : PLAN DE GESTION ENVIRONNEMENTALE DU PROJET
IX. 1 Mesures d’atténuation des impacts majeurs
IX.2. Programme de suivi environnemental
IX.3. Programme de surveillance environnemental
CONCLUSION
BIBLIOGRAPHIE

Télécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *