Utilisation d’Interne chez les étudiants de l’E.S.C

Identification des usagers

La présentation du groupe ESC Normandie, ainsi que l’étroite collaboration précédemment notée, montre l’importance du réseau et ce que cela entraîne au niveau de l’organisation, du contenu et des compétences documentaires. Il constitue de ce fait un des maillons centraux de la communication entre les principaux acteurs.
Ainsi, les documentalistes ont pour clientèle directe l’ensemble des étudiants, des professeurs et du personnel de l’école.
Chaque visiteur ; membre du groupe (les étudiants du campus du Havre et de Caen, les professeurs et personnel de l’ESC, les utilisateurs extérieurs ayant adhérés par une cotisation annuelle) peuvent venir chercher des informations.
Les documentalistes doivent avoir une maîtrise du contenu informationnel de leur centre et savoir anticiper les besoins des principaux utilisateurs.
Internet devra devenir une ressource informationnelle pouvant répondre à l’hétérogénéité des demandes effectuées par les principaux acteurs.

Agencement du fonds documentaire

Les divers fonds qui constituent la documentation du centre ont pour vocation de répondre le plus largement possible aux demandes des utilisateurs. Les documentalistes doivent acquérir un fonds documentaire qui répond à la formation des étudiants.
Le centre de documentation donne la possibilité aux demandeurs d’emprunter des livres et périodiques ou de consulter de nombreux CDROM, banques de données et Internet.

Analyse de l’existant

Le fonds documentaire et Internet

La présentation du centre de documentation a mis en relief la présence d’un public relativement “pointu” et homogène, ainsi que des produits et des services ciblés.
Aussi, la présence d’Internet en tant que nouveau diffuseur d’informations, remet en cause l’homogénéité du fonds documentaire.
Internet est paradoxal par rapport au fonds documentaire préalablement sélectionné et consulté. Certes, cet outil possède des ressources pointues et pertinentes dans le domaine de l’économie, du marketing et de la finance, mais il met aussi en ligne un ensemble incommensurable d’informations qui n’ont rien à voir avec les besoins des utilisateurs du centre.
Ma mission s’attachera donc à résoudre ce problème et à faire en sorte que cette «auberge espagnole» puisse être “débroussaillée” afin d’offrir des sites d’informations utiles et nécessaires au centre de documentation.

Présentation de la mission

Définition de la mission

A l’heure actuelle, les documentalistes et bibliothécaires se rendent compte que le nouveau média qu’est Internet s’immisce dans leur travail et remet en cause de nombreuses démarches documentaires acquises.
Madame Michèle Llosa, documentaliste à l’ESC du Havre m’a fait part de cette difficulté nouvelle, à savoir; que la “révolution” technique que représente Internet complexifie les accès à l’information et ajoute un obstacle supplémentaire pour les utilisateurs non»initiés à ce nouvel outil.
Lors de notre premier entretien, les documentalistes ont bien insisté sur le fait que les étudiants de l’ESC n’étaient nullement formés à la recherche d’informations sur Internet, et qu’en tant, que gestionnaire de l’information et détenteur de ce nouvel outil, c’était au centre de documentation de jouer ce rôle de médiation auprès des étudiants.
Actuellement, le réseau est encore assez nouveau au centre. Cependant, les documentalistes doivent être les personnes qui les premières doivent « maîtriser » cet outil et son organisation, afin de pouvoir rapidement former les étudiants qui sont fortement demandeurs.
Aussi, pour aider les documentalistes dans leur travail de médiation, ma mission consistait à rédiger un « guide de méthodologie de recherche sur Internet » pour les étudiants de l’école, et également de me pencher sur le problème de l’évaluation de la qualité de l’information recherchée.
C’est donc dans une perspective de développement de ce nouveau moyen de diffusion auprès des utilisateurs que les documentalistes m’ont demandée d’intervenir.
La formation sur les méthodes de recherche d’informations reste indispensable car cette dernière représente la principale difficulté chez les utilisateurs et elle est en constante évolution.
Durant ces deux mois de stage, mon travail par rapport à la mission de départ a sensiblement évolué. En effet, plus qu’un rôle de médiation auprès des étudiants de l’école, j’ai dû m’approprier l’outil Internet et tout ce qu’il engendre au niveau de la pratique documentaire des documentalistes.
Aussi, ce rapport de stage va s’attacher à mettre en relief
l’évolution des méthodes de travail avec Internet et tenter de répondre à la problématique suivante: Dans quelle mesure le développement de réseaux te! Internet fait-H évoluer les pratiques documentaires, à la fois pour les utilisateurs et les professionnels de l’information ?

Internet : un nouvel outil à appréhender

Internet est partout, dans les médias, dans les discours, et devient un composant majeur de notre société.
Que dire du « réseau des réseaux »? Si ce n’est qu’il représente pour nous tous, un outil qui permet à tout type d’ordinateurs d’échanger des données de texte, de son et de vidéo dans le monde entier, de participer à des réunions virtuelles ou encore de créer son site web.
Internet est principalement un outil qui met en évidence le fait, qu’il est possible de communiquer à travers le monde et ce à moindre coût, ce qui en fait un extraordinaire moyen de communication. Ainsi, un monde accessible à tous émerge ,où la technique permet de s’affranchir des contraintes de temps et d’espaces.
On peut affirmer qu’au même titre que l’imprimerie en son temps ou la télévision plus récemment, il modifie les règles économiques, sociales, politiques et culturelles traditionnelles.
La venue d’Internet constitue un nouveau défit à relever pour un centre de documentation comme celui de l’E.S.C. du Havre.
Les documentalistes ont conscience des mutations qu’il entraînera au fur et à mesure de son évolution et de son exploitation. Aussi, sensibilisées aux enjeux que ce moyen de communication apporte, elles ne se positionnent pas pour ou contre ce nouveau média, mais se donnent les moyens de bien l’appréhender.
Contrairement aux ressources «papier », ainsi qu’aux documents électroniques disponibles sur CD-ROM, Internet fait évoluer notre façon de considérer l’écrit. Cette évolution transforme par notre manière de nous cultiver, de nous informer et d’apprendre.
Que l’on soit étudiant ou documentaliste, les « hyperdocuments » disponibles sur Internet nous proposent une autre façon de vivre l’écrit et nos pratiques informationnelles doivent s’adapter à ce nouveau mode de communication.

Réflexion méthodologique

Présentation de lo réflexion

A l’ESC du Havre, Internet est un outil de recherche et de communication accessible sur chacun des 80 « PC » qui composent le parc informatique. Si l’on ajoute les deux postes qui se trouvent au centre de documentation, on peut d’ores et déjà affirmer que la diffusion est importante et considérer que les étudiants en font largement usage.
Mais comment l’appréhendent-ils ? La question est de taille.
La rédaction d’un guide de méthodologie de recherche sur Internet suppose une étude préalable de leurs pratiques et usages. Aussi, de nombreuses observations et démarches méthodologiques sont nécessaires pour élaborer un document qui soit en accord avec leurs attentes et leurs formations.

La recherche d’informations des étudiants et Internet

Durant les trois ans de formation orientée vers l’économie et la finance, la recherche d’informations, de références, de documents est l’une des taches prioritaires des étudiants et le centre de documentation est là pour répondre à ces demandes.
Seulement, aujourd’hui avec l’arrivée d’Internet et sa mise à disposition continue sur les différents «PC», les étudiants peuvent avoir directement accès à de nombreuses informations sans faire appel aux différents services et ressources du centre de documentation.
Avec le réseau des réseaux, l’utilisateur a maintenant accès aux mêmes informations et aux mêmes outils de recherche que le professionnel du domaine lui-même.
De ce fait, le travail de médiateur que les documentalistes doivent établir avec les étudiants, doit être rigoureux et en tant que professionnel il est primordial de savoir comment ceux-ci abordent Internet même si les recherches ne se font pas au C.D.I.

Observation participante

De même, les trois premières semaines m’ont permis de mettre en place une observation rigoureuse de chacun des acteurs et des lieux.
C’est d’abord en pratiquant une « observation de terrain » digne de la démarche ethnologique que je me suis familiarisée avec les lieux.
Au travers de mon regard, et de la collecte de nombreuses données, j’ai pu mettre en relief certains faits et comportements. Je remarquais, que souvent les étudiants passaient au centre de documentation sans recherche précise, mais pour des consultations habituelles.
« Les échos », des quotidiens gratuits, sont mis à disposition au centre de documentation et servent de prétexte de déplacement au C.D.I.
Au niveau de la recherche documentaire les étudiants n’étaient pas non plus autonomes pour la pratique du logiciel « Alexandrie »
Liées à leur disposition dans la salle océane, leurs demandes s’effectuaient directement auprès des documentalistes.
Ainsi, la pratique de recherche documentaire informatisée (R.D.I.) (3) est disponible mais peu utilisée de façon autonome.
On peut remarquer la même chose concernant les CD-ROM comme Delphes.
Lors de mon observation, j’ai donc pu constater que ces outils n’étaient pas maîtrisés par la plupart des étudiants. Concernant l’utilisation du réseau Internet au centre de documentation, je m’étais également placée en position d’observatrice. Dans la mesure du possible, j’étudiais comment les étudiants abordaient Internet. Force était de constater que ceux-ci procédaient par tâtonnement ou par association d’idées et étaient découragés par la perte de temps.
Cette période d’observation s’est passée sur une durée assez courte, où les étudiants étaient encore actifs au centre de documentation. Le but de cette observation était d’anticiper au maximum les besoins, seulement l’activité du C.D.I. ne reflétait pas à cette époque l’animation habituelle pour apprécier l’exacte utilisation de ce lieu.
Le temps consacré à l’observation m’a permis néanmoins de me positionner dans le rôle des documentalistes et de plus d’acquérir des connaissances en matière d’économie, de commerce, de finances et de management.

Analyse des questionnaires

Une enquête par questionnaires m’a permis de m’informer sur la façon dont les étudiants recherchaient l’information sur Internet.(annexe 1)
Sa rédaction a été réalisée par un étudiant qui terminait son stage lorsque je suis arrivée. Cet étudiant en deuxième année de DUT en « Information et Documentation» à l’université du Havre a également travaillé sur Internet. Nous avons étudié ensemble l’analyse des 85 sondages réalisés.
Ce questionnaire avait pour but de mettre en relief, comment les étudiants abordaient la recherche d’informations sur Internet. Il se composait de réponses fermées et ouvertes (voir questions 7 et 4).N’ayant pas participé à la rédaction du questionnaire, je ne peux que regretter son manque de pertinence, de rigueur ainsi que des erreurs se rapportant aux choix des propositions des questions fermées.
Nous avons effectué l’analyse ensemble et dégagé les principales informations pertinentes , à savoir; Comment les étudiants se comportent face à Internet et de quelle façon abordent-ils une recherche d’informations ?

Rédaction du guide de méthodologie

Concernant la rédaction du guide proposé, celui-ci a également exigé de nombreuses recherches.
Il est bien évident que ma formation dans le domaine de la recherche «on line» est loin de pouvoir satisfaire de façon autonome à la rédaction d’un guide.
A ce titre, pour acquérir une connaissance suffisante sur Internet, je me suis penchée sur les possibilités que pouvait offrir cet outil. Plusieurs ouvrages m’ont aidé sur ce point (voir bibliographie). De même afin de compléter ma formation entreprise dans le cours de Mr BERTHONECH, je m’attachais quotidiennement à la recherche de sites pertinents et m’essayais à de nombreux outils de recherche.
A partir d’une liste qui m’a été communiquée lors d’un T.D. avec Mr BERTHONECH, (annexe 3), j’ai pu aisément parcourir de nombreux sites professionnels en Sciences de l’Information et de la Documentation. Les sites professionnels ou universitaires comme l’ABDô, l’ENSSIB, ou l’URFIST ont pu améliorer ma connaissance dans ce domaine.
Il restait à savoir comment j’allais réussir à gérer l’immensité des informations qui me parvenaient, qu’elles soient directement accessibles en ligne, vulgarisées dans des périodiques ou développées dans des ouvrages.
N’importe quelle information sur Internet peut être diffusée sur tout support.

L’évolution des méthodes de travail documentaire avec Internet

La mission qui m’a été confiée, devait d’abord s’attacher à rédiger un guide de navigation sur le web , afin que les étudiants de l’école de commerce ne perdent pas de temps dans leur recherche d’information.
La rédaction de ce guide se devait de prendre en compte la formation des documentalistes du CDI, qui seront à leur tour chargées de guider les étudiants dans leurs modalités d’appropriation de l’information. Permettre l’apprentissage de la recherche d’informations par des documentalistes est un aspect essentiel de la médiation car celles-ci, de part leur manque de formation et de temps ne possèdent pas suffisamment de connaissances et de maîtrise pour jouer ce rôle.
Les documentalistes de l’ESC du Havre ont certes un rôle à tenir dans la formation des utilisateurs par rapport aux modes d’appropriation de l’information, mais encore faut-il pouvoir arriver à suivre cette évolution ?
Cette partie s’attachera à montrer comment ; Internet s’immisce dans les pratiques documentaires des documentalistes et analysera les besoins que celles-ci ont d’Internet.

Préambule : le métier de documentalistes et l’apport des nouvelles technologies

Ces deux mois de stage m’ont permis de me rendre compte de ce que pouvait représenter le métier de documentaliste comme gestionnaire de l’information.
Dans un article, disponible de la revue « Documentalistes – Sciences de l’information » (4) Baude Catherine affirme que les documentalistes sont des médiateurs de contenus : « La documentation se définissant comme l’analyse du fonds et trouvant son origine à la fin du XIXe siècle dans le dépouillement despériodiques. »
Ce métier trouve sa raison d’exister dans son public et ses pratiques, et exige une compétence technique de plus en plus grande et en constante évolution.
Dans un centre de documentation , les documentalistes doivent se tenir prêtes à maîtriser les nouveaux outils qui apparaissent à tous les stades de la chaîne documentaire.
Chacune de mes observations fait apparaître l’ensemble des fonctions que les documentalistes se doivent de remplir, fonctions qui représentent un coût et du management.
Comme le définit M Pierre Le Loaer, Directeur du centre de documentation de l’Institut d’étude politique de Grenoble (5), la documentaliste :
– doit assurer le management et la communication interne et externe.
– doit maîtriser les différentes étapes de la chaîne documentaire (collecte, traitement, diffusion).
– également suivre et se tenir au courant des nouvelles technologies de diffusion de l’information et savoir les mettre en oeuvre.
Par contre l’utilisation d’Internet en tant que support de recherche informationnel pose problème. En effet, je remarquais que cet outil peut facilement être appréhendé au niveau des pratiques documentaires, cependant sa fonction de recherche d’informations induit énormément de connaissances et de formation que les documentalistes ne peuvent acquérir facilement, tellement les outils sont complexes et en constante évolution ;
– La participation à des listes de diffusion n’est pas encore une pratique à laquelle les documentalistes s’adonnent.
– La veille sur Internet n’est pas utilisée comme moyen de diffuser et de valider des documents, sauf pour garder les adresses les plus intéressantes sous forme de boockmarks.
– Le rôle de médiateur via Internet entre les documentalistes et la communauté d’utilisateurs du CDI, est en devenir et ma fonction durant ces deux mois devait s’attacher à cette nouvelle donnée.
– L’enjeu d’Internet est également la formation des utilisateurs et ce rôle demande encore beaucoup de pratique et de formation pour les documentalistes. Et c’est pour améliorer cette fonction que les documentalistes m’ont principalement demandé d’intervenir.

Participation aux recherches documentaires et Internet

La rédaction du guide de méthodologie de recherche n’a pas monopolisé l’ensemble de mon temps, la participation aux recherches documentaires m’a permis de me rendre compte de la rigueur de ce métier et je pouvais ainsi contribuer à l’apport d’informations via Internet.
Plusieurs missions en relation directe ou non avec Internet m’ont été confiées ••
– La première devait s’attacher à rechercher des sites de comptabilité et de finance pour le compte d’un professeur.
Cette recherche devait mobiliser l’ensemble de mes connaissances en matière de recherche d’informations. Cette demande m’a permise d’exploiter au mieux les ressources du site « RIME ».
– Un autre travail devait utiliser mes connaissances en matière de recherche bibliographique. En effet, j’ai consulté l’ensemble des documents et ouvrages disponibles pour récupérer le maximum de titres sur le thème de la géopolitique.
Lors de la constitution de cette liste bibliographique, j’ai consulté des références sur le Net, plus précisément sur une librairie électronique : (http://www.bol.fr) pour avoir le maximum de références bibliographiques récentes et ainsi, les communiquer au professeur demandeur.
– Une autre demande émise par l’administration a également engendré des pratiques de recherche documentaire sur Internet. Il s’agissait de réunir l’ensemble des entreprises High-Tech en France et en Europe. Me concentrer tout de suite sur un outil de recherche comme le web, a été une erreur, l’information était disponible sur d’autres ressources spécialisées (périodiques, ouvrages…), d’où l’intérêt de bien connaître son fonds documentaire.
L’ensemble des recherches que l’on m’a demandé d’effectuer, a nécessité de nombreuses démarches documentaires.
En matière de recherche d’informations, mon erreur a été de trop me concentrer sur le réseau des réseaux, en oubliant les ressources spécialisées qui se trouvaient au C.D.I.
Ma conclusion concernant l’outil Internet sur toutes ces recherches, est, qu’il ne représente pas une fin en soi, mais qu’il doit être utilisé en complément des ressources déjà possédées par le centre de documentation.

Aide g la formation des documentalistes du réseau concernant la recherche d’information sur Internet

Mon statut de médiatrice par rapport à cet outil informationnel a généré de nombreuses réunions autour du thème de la recherche d’informations.
Les interventions effectuées avec des documentalistes du réseau, ainsi qu’avec Mmes LLOSA et CAZAURANG et celles de Sup-Europe à Caen, m’a permis d’accroître mes connaissances dans le domaine de la documentation et de me rendre compte du niveau acquis pas celles-ci concernant la recherche d’informations sur Internet.
– les séances de recherche d’information par groupe : Afin d’accomplir au mieux ma fonction au sein du CDI, je proposais aux documentalistes, des séances de recherche d’informations directement sur les postes connectés à Internet.
Deux réunions de deux heures chacune avec les documentalistes, m’ont permis de tester les outils de recherche sélectionnés pour les étudiants. L’autre objectif était de les former afin qu’elles puissent à leur tour orienter les étudiants vers ces outils.
Pour chaque séance, les documentalistes se mettaient d’accord sur la définition d’un thème (ex : les formations universitaires dispensées via Internet) afin d’avoir un but de recherches, de comparer les résultats des différents outils en fonction des requêtes définies par chacune d’elles.
Trouvant de l’intérêt dans ces séances, les documentalistes m’ont conviée à faire une petite intervention à Caen lors de l’une de leur réunion.
Cette intervention en salle de réunion de trois quarts d’heure m’a permis d’introduire l’outil Internet et d’exposer les difficultés d’appréhender une recherche.

EVALUATION DU STAGE

Recadrage de la mission

Durant cette année universitaire en maîtrise des Sciences de l’Information et la Documentation, l’objectif principal est de connaître et de comprendre les composantes essentielles du traitement de l’information.
Comme le souligne Mr LE COADIC, l’étude de la science de l’information engendre l’analyse de processus de construction, de communication et d’usage de l’information, et la conception de produits et de systèmes qui permettent sa communication, son stockage et son utilisation.
La maîtrise « S.I.D. » est donc centrée sur un principe d’analyse à la fois de gestionnaire de l’information et de concepteur de systèmes informationnels.
La mission qui m’a été confiée répond à ce principe. En effet, les enjeux qu’entraînent ce stage, me placent en position de concepteur (rédaction du guide de méthodologie) et de gestionnaire (gérer l’information qu’Internet véhicule).
Le stage m’a permis de conduire une action qui soit relative à la valeur de l’information diffusée et au management de celle-ci. S’investir pendant une période de deux mois sur le plus grand réseau télématique du monde m’a familiarisée avec les méthodes et outils de recherche les plus difficiles à appréhender, mais aussi les plus pertinents et primordiaux pour l’avenir des professions liées aux sciences de l’information et de la documentation.
Maintenant, il reste à savoir si le travail demandé ; la rédaction d’un guide de méthodologie de recherche sur Internet, a été convenablement rempli ?
La présente partie s’attachera donc à évaluer au mieux les résultats de cette mission.

 

 

 

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

Remerciements
Introduction 
i. ANALYSE DE L’EXISTANT 
U Environnement du centre de documentation et de ses fonctions
1.1.1 Le groupe ESC Normandie
1.1.2 Le réseau des CCI
1.1.3 Le Campus du Havre
1.1.4 Le centre de documentation
1.1.4.1 Les moyens d’informations
1.1.4.2 Identification des usagers
1.1.4.3 Agencement du fonds documentaire
1.1.4.4 Le fonds documentaire et Internet
1.2 Présentation de la mission
1.2.1 Définition de la mission
1.2.2 Internet : Un nouvel outil à appréhender
2. ANALYSE DES BESOINS 
2.1 Utilisation d’Interne chez les étudiants de l’E.S.C,
2.1.1 Réflexion méthodologique
2.1.1.1 Présentation de la réflexion
2.1.1.2 Participation aux tâches documentaires
2.1.1.3 Observation participante
2.1.1.4 Analyse des questionnaires
2.1.2 Rédaction du guide de méthodologie de recherche
2,2 L’évolution des méthodes de travail documentaire avec Internet
2.2.1 Préambule : le métier de documentaliste
2.2.2 Evaluation des pratiques documentaires avec Internet
2.2.3 Participation aux recherches documentaires et apport d’Internet
2.2.4 Aide à la formation des documentalistes du réseau concernant la recherche d’information sur Internet
3.EVALUATION DU STAGE 
3.1 Recadraqe de la mission
3.2 Les moyens intermédiaires
3.2.1 Analyse du contexte existant
3.2.2 Evaluation du questionnaire
3.3 Evaluation de la mission par les documentalistes
3.4 Les enjeux
3.4.1 Propositions pour améliorer ma mission
3.4.2 Valorisation d’Internet pour cette année 1999/2000
Conclusion 
Bibliographie 
Liste signalétique des annexes

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *