Une tourbière insérée dans un espace rural et montagnard

Une tourbière insérée dans un espace rural et montagnard

Les Moussières : une commune rurale intégrée dans le paysage du Haut-Jura

La commune Des Moussières est située dans le département du Jura en Franche-Comté dans l’est de la France.

La commune qui s’étend sur 17 km2 compte 192 habitants en 2009 (Source : données Insee 2009). Avec une surface communale partagée approximativement entre 33% de terrains agricoles et 67% de forêts, le secteur agricole représente 32,5% des établissements actifs (source : données INSEE 2009).

Cette activité est essentiellement basée sur la production laitière puisque 7 exploitants agricoles sur 10 présents sur la commune font de l’élevage laitier (source: diagnostic du PLU provisoire des HautesCombes). L’ensemble du lait récolté dans la commune Des Moussières et de 7 autres communes situées dans le secteur des Hautes-Combes (ancienne communauté de communes où était intégrée Les Moussières), est rassemblé dans la coopérative de la Maison des Fromages Des Moussières. Au sein de la coopérative, les 4,4 millions de litres de lait produits chaque année servent à la fabrication de trois fromages d’appellation d’origine contrôlée (Comté, Morbier, Bleu de Gex) dont 26% du chiffre d’affaires est effectué par vente directe (source : idem). La commune possède également une filière bois qui, combinée à 3 autres communes, emploie une trentaine de personnes (source : idem). Située à 1150 mètres d’altitude, l’activité touristique est basée sur le tourisme hivernal via les sports nordiques. Les Moussières possède en effet une station de sport d’hiver avec ses 2 téléskis et ses 3 pistes de ski alpin ainsi que ses 18,5 kilomètres de pistes de ski de fond. L’activité des raquettes et des chiens de traîneau est également présente (source : idem).

La commune est localisée dans le sud-est du Parc Naturel Régional du Haut-Jura. Ce parc situé en bordure de la frontière suisse comprend le sud-est du Jura ainsi qu’une partie du département du Doubs et de l’Ain comme on peut le voir dans figure 3. La commune dépend de la sous-préfecture de Saint-Claude qui est aujourd’hui la ville la plus peuplée du Parc avec ses 11 355 habitants (source : données INSEE 2009) située à 8km environ Des Moussières.

Ainsi avec une densité de 11,3hab/km² comparée à une densité moyenne de 114hab/km² nationale (source : données INSEE 2010), Les Moussières est une commune typiquement rurale intégrée dans la communauté des communes Haut-Jura Saint-Claude depuis 2011 qui compte 28 communes. Cette EPCI fait partie intégrante du Parc Naturel Régional du Haut-Jura qui compte 13 EPCI depuis 2012.

Le Parc Naturel Régional du Haut-Jura: “Un territoire responsable de son environnement”

Le Parc Naturel du Haut-Jura qui a été crée le 10 février 1986 à partir de 37 communes est aujourd’hui composé de 118 communes (source : parc naturel régional du Haut-Jura). Les parcs naturels régionaux s’étendant sur 25 000 ha à 395000 ha, celui du Haut-Jura avec ses 182 000 ha est de taille moyenne (source : charte du parc naturel régional du Haut-Jura, 2012). Différents points caractérisent le territoire du haut-Jura : un patrimoine naturel (paysages riches et diversifiés de type montagnes, prairies d’altitude, lacs et vallées encastrées), un patrimoine artisanal (en particulier le travail du bois) et agricole (production fromagère AOC).

Crées depuis 1967, les parcs naturels régionaux ont pour but de développer un territoire en valorisant son patrimoine tout en conciliant protection et dynamisme. Le parc a été formé afin de préserver un patrimoine naturel qui se différencie des autres régions de France ou même de l’Europe par différente points. Le territoire du parc est composé à 64% de forêts soit près du double de la moyenne nationale puisque la forêt française recouvre 1/3 du pays. Ce type d’habitat abrite une avifaune et une flore riche ainsi que des animaux emblématiques tels que les chamois ou le lynx (source : préambule de la charte du parc). De plus, le parc abrite des milieux ouverts tels que des prairies, des alpages et des tourbières qui forment des écosystèmes complexes via des connexions biologiques nombreuses (source : idem). La charte du Parc qui a été révisée en 2012 a été élaborée selon 3 axes dont l’une est basée sur la protection environnementale. La préservation des espaces naturels est un point clé de la charte du parc puisqu’aujourd’hui 36% du territoire du parc est inscrit en sites Natura 2000 alors que la moyenne nationale est de 12% (source : idem). Le réseau Natura 2000 a été mis en place par l’Europe dans le but de préserver des espaces naturels menacés et qui fait l’objet d’un contrat en France. Le parc gère les sites Natura 2000 pour le compte des collectivités qui ont adhérées au parc (source : communauté des communes du pays Bellegardien).

La tourbière : un milieu rare au cœur de la commune

Un écosystème particulier

Une zone humide
Des Vosges aux Pyrénées, la naissance des tourbières date de la période des glaciers quaternaires qui lors de leur fonte ont déposé des marnes calcaires imperméables permettant ainsi le stockage de l’eau et l’installation d’une tourbière (source : O. Manneville, 1999). La tourbière est ainsi une zone humide qui produit de la tourbe composée jusqu’à 85% d’eau et jusqu’à 50% de carbone (source : Pôle relais tourbières). L’apport en eau étant plus important que son évaporation et son évacuation (ce qui explique pourquoi ces tourbières se trouvent dans les régions situées en altitude avec des conditions climatiques fraiches), il y a une absence en oxygène (source : O. Manneville, 1999). Ainsi les bactéries qui sont à l’origine de toute décomposition sont peu présentes, de ce fait, l’apport en débris végétaux est plus important que leur décomposition et forme alors une couche organique qui est la tourbe.

Le sol d’une tourbière composé de 30 à 40 cm d’épaisseur de tourbe est peu perméable, ce qui explique la présence d’eau stagnante (source : idem). On distingue différents types de tourbières selon certains critères comme leur apport en eau, leur formation, la végétation qu’elles renferment voire leur relief (source :O. Manneville, 2001). Les tourbières jurassiennes sont par exemple des tourbières bombées de type sphaignes comme celle de la figure 7 (plantes de type mousses de la famille des bryophytes) généralement acides (source :O. Manneville, 2001). L’apport en eau peut se faire via les précipitations et la neige ou via les sources et les ruisseaux par exemple (source : idem).

Le microclimat généré dans les tourbières qui est frais et acide est particulier. C’est pour cela que certaines plantes ne se développent que dans les tourbières comme les plantes carnivores drosera rotundifolia (voir figure 8) et de nombreuses orchidées (source : idem). Néanmoins, des arbres comme les bouleaux (voir figure 7) ou les épicéas que l’on retrouve dans les zones boréales et dans l’hémisphère nord se développent en périphérie des tourbières (source : pole relais tourbière).

Intérêts des tourbières

Les tourbières constituent des réserves d’eau ainsi que des sources d’eau potables (Source : Pôle relais tourbières). Elles représentent ainsi un intérêt particulier en période de sécheresse ou d’inondation puisqu’elles absorbent l’eau et la redistribuent à différentes périodes de l’année (Source : C.P.I.E du Haut-Doubs). De plus, les tourbières sont des milieux rares qui sont très contraignants à la pérennité de nombreuses espèces (source : O. Manneville, 1999). C’est pourquoi des espèces spécifiques à ce milieu naturel et unique ne se développent que dans les tourbières qui font de ces écosystèmes un lieu de biodiversité très riche (source :idem). Enfin, ces milieux sont très intéressants pour la recherche scientifique botanique. En effet, dû à leur caractère acide, la faible décomposition du carbone est favorable à une conservation des espèces ou du pollen qui se sont développés depuis la formation des tourbières dont certaines peuvent atteindre 15 000 ans (source : C.P.I.E du HautDoubs). Les scientifiques peuvent alors retracer l’évolution des plantes et du climat à partir des tourbières (source : idem).

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION
I. Une tourbière insérée dans un espace rural et montagnard
A. Les Moussières : une commune rurale intégrée dans le paysage du Haut-Jura
B. Le Parc Naturel Régional du Haut-Jura: “Un territoire responsable de son environnement”
C. La tourbière : un milieu rare au cœur de la commune
II. La tourbière Des Moussières : un atout pour le Parc Naturel Régional du Haut-Jura
A. Un site classé et d’histoire
B. Une tourbière bien conservée de nos jours
C. Les outils et orientations stratégiques du parc naturel régional dans la préservation des tourbières
III. Concilier protection et pédagogie dans l’aménagement de la tourbière Des Moussières
A. Pourquoi aménager la tourbière ?
B. Un sentier permettant la découverte de la tourbière
C. Une protection basée sur une signalétique
D. Sensibilisation et implication de la population locale dans la conservation de la tourbière
CONCLUSION
Index des sigles
Annexe
Bibliographie

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.