Thèse sur l’appendicite aiguë ou inflammation de l’appendice iléo-caecal

Thèse pour l’obtention du diplôme d’État de Docteur en Médecine

TOPOGRAPHIE

L’appendice est un organe creux qui ressemble à un diverticule intestinal avec une lumière étroite en relation avec le cæcum et s’implante d’une façon constante sur la face interne ou postéro-interne de celui-ci, 2 à 3 cm en dessous de la jonction iléo-caecale, au point de convergence des trois bandelettes musculaires coliques (antérieure, postéro-interne et postéro-externe). Dans la forme topographique typique, l’appendice se trouve dans la fosse iliaque droite de l’abdomen.

Configuration

 Configuration externe L’appendice est lisse, sa coloration est gris rosée. Sa consistance est ferme et élastique. Il a la forme d’un tube cylindrique divisé en deux segments : un segment proximal horizontal et un segment distal qui est libre. L’appendice s’ouvre dans le caecum par un orifice muni parfois d’un repli muqueux appelé valvule de Gerlach [6]. L’appendice mesure habituellement 7 à 12 cm de long avec 5 à 6 mm de diamètre.  Configuration interne L’appendice est formé comme le reste du côlon par quatre tuniques, de dehors en dedans : la séreuse péritonéale, la musculeuse, la sous muqueuse et la muqueuse appendiculaire.

Vascularisation et innervation

L’artère iléo-colique ou artère colique droite inférieure se divise en deux branches : l’une colique remontant le long du côlon ascendant, l’autre iléale constituant avec la branche terminale de l’artère mésentérique supérieure l’arcade iléo-colique. De cette arcade naissent des artères terminales pour le caecum et l’appendice : l’artère caecale antérieure passe en avant de l’iléon, l’artère caecale postérieure en arrière. L’artère appendiculaire proprement dite, naît de l’artère caecale postérieure ou de l’arcade iléo-colique [5, 6]. Puis, l’artère appendiculaire descend derrière l’iléon et gagne le bord mésentérique de l’appendice, soit en s’accolant à celui-ci prés de sa base, puis en le suivant jusqu’à sa pointe, soit le plus fréquemment, en se rapprochant peu à peu de l’appendice en le pénétrant près de sa pointe. Elle donne ensuite une artère cæcoappendiculaire pour le bas fond caecal, une artère récurrente iléo-appendiculaire, inconstante, se rendant vers l’iléon et des rameaux appendiculaires. Les veines sont satellites des artères et elles se jettent dans la veine iléo-cæcocolo-appendiculaire qui s’unit à la veine iléale pour constituer un des troncs d’origine de la veine mésentérique supérieure. La vascularisation appendiculaire est de type terminal sans réseau anastomotique [5]. Les lymphatiques appendiculaires suivent les branches de l’artère appendiculaire pour se réunir en quatre ou cinq troncs collecteurs qui gagnent ensuite les ganglions de la chaine iléo-colique. De là, ils suivent la veine mésentérique jusqu’au confluant portal commun [7]. L’innervation de l’appendice, assurée par une double innervation sympathique et parasympathique appendiculaire, provient du plexus mésentérique supérieur.

TYPE ET CADRE DE L’ETUDE 

Il s’agit d’une étude rétrospective, descriptive et comparative de la prise en charge chirurgicale et des suites opératoires des appendicites aiguës compliquées ou non. Elle a été mené dans les services de chirurgie Viscérale A et B du Centre Hospitalier Universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona, Antananarivo.

Durée de l’étude La durée de l’étude s’est étalée sur 12 mois allant du 04 janvier 2015 au 04 janvier 2016.

Population d’étude La population d’étude est constituée par les patients admis durant notre période d’étude pour suite de prise en charge chirurgicale d’appendicectomie dans les services de chirurgie viscérale A et B du CHUJRA. Nous avons colligés 192 cas.

Critères d’inclusion Ont été recrutés, tous les patients opérés d’appendicectomie et hospitalisés dans les services de chirurgie Viscérale A et Viscérale B du 04 janvier 2015 au 04 janvier 2016. Une inflammation simple de l’appendice ou un aspect catarrhal de l’appendice retrouvé en peropératoire ont été considérés comme appendicites simples ou non compliquées. Les appendices abcédés, gangrénés ou perforés ont été considérés comme appendicites avec complication. Le retard de prise en charge chirurgical a été considéré selon la forme compliquée ou non de l’appendicite à l’échographie abdominale ou en peropératoire.

Critères d’exclusion Ont été exclus : Les patients ayant subi une appendicectomie complémentaire. Les patients dont le résultat de l’examen anatomopathologique de la pièce opératoire était revenu normal.

Guide du mémoire de fin d’études avec la catégorie vascularisation et innervation

Étudiant en université, dans une école supérieur ou d’ingénieur, et que vous cherchez des ressources pédagogiques entièrement gratuites, il est jamais trop tard pour commencer à apprendre et consulter une liste des projets proposées cette année, vous trouverez ici des centaines de rapports pfe spécialement conçu pour vous aider à rédiger votre rapport de stage, vous prouvez les télécharger librement en divers formats (DOC, RAR, PDF).. Tout ce que vous devez faire est de télécharger le pfe et ouvrir le fichier PDF ou DOC. Ce rapport complet, pour aider les autres étudiants dans leurs propres travaux, est classé dans la catégorie durée du jeûne postopératoire où vous pouvez trouver aussi quelques autres mémoires de fin d’études similaires.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport gratuit propose le téléchargement des modèles gratuits de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Mots clés : Appendicite ; Chirurgie ; Complications postopératoires ; Traitement.

Table des matières

INTRODUCTION
PREMIERE PARTIE : RAPPELS
I. DÉFINITION
II. RAPPEL ANATOMIQUE
II.1 Topographie
II.2 Configuration
II.3 Vascularisation et innervation
II.4 Rapports anatomiques
III. PHYSIOPATHOLOGIE
III.1 Mécanisme
III.2 Anatomopathologie
IV. SÉMIOLOGIE
IV.1 La clinique
IV.1.1. Les signes généraux
IV.1.2. Les signes fonctionnels
IV.1.3. Les signes physiques
IV.2 La paraclinique
IV.2.1. La biologie
IV.2.2. Les imageries
IV.2.3. Les scores diagnostiques
IV.3 Les formes compliquées et évolutives
IV.4 Les formes selon la topographie
V. DIAGNOSTICS
V.1 Diagnostic positif
V.2 Diagnostics différentiels
VI. TRAITEMENT
VI.4 But et principe
VI.5 Moyens
VII. LES SUITES OPERATOIRES
DEUXIEME PARTIE : MÉTHODES ET RÉSULTATS
I. MÉTHODES
I.1 Type et cadre de l’étude
I.2 Durée et période d’étude
I.3 Population d’étude
I.3.1. Critères d’inclusion
I.3.2. Critères d’exclusion
I.4 Paramètres étudiés
I.5 Recueil des données
I.6 Traitement et analyse des données
I.7 Considérations éthiques
I.8 Limites de l’étude
II. RÉSULTATS
Épidémiologie
II.1.1. Âge
II.1.2. Genre
II.2 Diagnostic
II.3 Score clinico-biologique d’Alvarado
II.4 hérapeutique
II.4.1. Voie d’abord chirurgicale
II.4.2. Drainage
II.4.3. Durée de l’antibiothérapie
II.4.4. Durée du jeûne postopératoire
II.4.5. Durée du port de drain
II.5 Évolution postopératoire
II.6 Durée de l’hospitalisation
TROISIEME PARTIE : DISCUSSION Discussion et commentaires
CONCLUSION
RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES ANNEXES

Télécharger le rapport completRapport PFE, mémoire et thèse PDF

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *