THEORIES GENERALES SUR LES CRITERE D’EVALUATION ET LES OUTILS DE GESTION

Télécharger le fichier pdf d’un mémoire de fin d’études

Analyse FFOM (Force, Faiblesse, Opportunité, Menace)

Cette coopérative qui est forte de ses membres aurait la chance de réussir. Comme nous l’avons mentionné auparavant, les poissons dans cette localité existent en abondance et nous souhaitons que ces pêcheurs aient la pleine volonté d’aller au large pour les capturer en quantité suffisante.
En outre, les clients sont fin prêts à acheter ces fruits de mer. Ils ont l’habitude de manger chaque jour les poissons de mer car ils sont pleins de vitamines et sont énergétiques. De plus, ces clients ont le pouvoir d’achat pour aller chaque jour au marché qui existe chaque jour. Quelle que soit la quantité nous espérons qu’elle serait vendue car les prix seront des prix moyens, à la portée de la bourse de chaque ménage.
Cependant, ce projet de coopérative de la pêcherie artisanale maritime dans la localité de BOANAMARY a aussi sa faiblesse. D’une part, l’éloignement de la ville de Mahajanga où les consommateurs sont abondants constitue un manque à gagner. D’autre part le passage cyclonique pendant la saison estivale limite la saison de pêche pour quelques mois. Par ailleurs, l’existence de pêcheurs individualistes dont la quantité de poissons attrapée bien que beaucoup plus réduite que la nôtre, constitue une menace non sous estimable. Leurs produits sont faciles à écouler sur le marché. Dans le cadre de cette concurrence la vente de poissons en grande quantité semble difficile car on risque de ne pas tout vendre en une seule journée d’où la nécessité des réfrigérateurs pour conserver ces poissons.
Pour l’opportunité, il faut compter sur l’espace temporel. En effet, le temps dans le cadre de l’exploitation est précieux pour les raisons suivantes :
– Profiter de la fourchette de temps pendant la quelle les acheteurs vont au marché ;
– Devancer la concurrence
– Motiver les membres pour qu’ils soient assidus dans le travail ;
– Savoir gérer les avoirs pécuniaires de cette unité de production ;
– Bien administrer cette unité ;
– Pouvoir estimer le temps nécessaire pour une prise plus que suffisante à offrir sur le marché.
Cette analyse de la force, de la faiblesse de l’opportunité et de menace conduit à dire que cette unité de production est unique dans cette localité. Il sort de notre propre initiative pour rassembler les pêcheurs maritimes locaux. L’essentiel pour nous, c’est de bien gérer cette unité contre l’éventuelle faiblesse surtout au niveau de la vente de ces produits. Lutter contre la concurrence est un domaine âpre. Mais pour une localité qui a accepté l’économie de marché, cette analyse devrait être faite.

Analyse des problèmes

Les problèmes qui se posent sont ambivalantes : social et économique.
Du point de vue social, c’est une offre d’emploi pour mieux organiser les pêcheurs locaux. Mais les problèmes qui se posent dans cette coopérative sont nombreux. Cependant, on peut les synthétiser sur les points suivants :
– Mahajanga a une organisation sociale plus ramifiée. Une ville cosmopolite, toutes les ethnies malgaches se rencontrent localement, d’où une meilleure vente. Même les étrangers qui sont domiciliés dans cette contrée pourraient acheter nos produits.
– Ces pêcheurs pourraient souvent faire l’objet de maladies, de conflits sociaux où ils ne peuvent pas pratiquer leur travail. Cette faiblesse pourrait nuire à la rentabilité d’une entreprise. L’absence d’une seule personne coûte chère dans l’organisation d’une coopérative.
Au niveau économique, le manque de financement au cours de la première année et de la deuxième année de l’exploitation forme un grand problème. La fiscalité avec son taux doit être versée à la caisse de l’Etat. La mise en place de la coopérative ainsi que l’achat de matériel y afférents nécessitent un fonds important. On a même le souci que ce projet ne soit pas rentable.
Toujours est-il, dans le cadre de cette analyse, ce problème économique peut être ressenti par le fait que les :
– Les paramètres sociaux et financiers ne soient pas étudiés carrément ;
– Le rapport entre l’offre et la demande ne soit pas équilibré
Cependant ; au cours de la présente étude avec des chiffres à l’appui, nous pouvons soutenir l’idée selon laquelle cette coopérative est rentable en ce sens que, du point de une social, l’organisation de ces pêcheurs est assurée sauf l’existence éventuelle des pêcheurs non – opérationnels.
Malgré tout, cette entreprise à titre de coopérative aurait sa chance de réussir tant sociale qu’économique. Bien qu’il existe souvent des problèmes tels que la mousson ou les marées hautes ou la mer qui peut être très agité.

Critères du projet

Description sommaire

Le présent projet comprenant trois volets interdépendants qui ont pour objectifs fondamentaux les points suivants.
– La capacité de capture de poissons par ces pêcheurs ;
– La thésaurisation qui devrait être positive à tout le long de l’année.
– La qualité des services rendus qui doivent comprendre:
– Le service de marketing ;
– Le service de management ;
– Le service après vente.
En particulier, le service de management qui se traduit en français gestion avec les paramètres typiquement gestionnaires : temps, financement, personnel et matériels. Le financement est forte ment déterminé en long et en large dans cet ouvrage. La Valeur Actuelle Nette (VAN) est toujours positive, le Taux de Rentabilité Interne (TRI) est rentable de par de notre calcination.
En outre, pour l’aménagement, c’est une discipline carrément opérationnelle et est fonctionnelle au niveau de lancement d’une entreprise telle qu’une coopérative. Aménager au sens gestionnaire la vente de ces produits signifie bel et bien un profit qui n’est pas digne de l’appellation de cette exploitation et de cette vente. Au vu et au su de tout le monde la vente pour un meilleur marketing nécessite toute une panoplie de tactique et de stratégie pour la meilleure commercialisation de ces produits.
Par ailleurs, ce projet étant tripartite (marketing, management et service après vente) est souhaité à être d’assurer économiquement le déroulement à bon escient de la présente étude. Lancer un projet signifie une nécessité d’aller plus loin aux différents critères qui sont multiples dans leurs actualisations notamment au niveau de l’Investissement.
Enfin, cette description sommaire peut être résumée par un seul mot, la conjugaison du marketing, l’aménagement et le service après vente constituent une forteresse pour la bonne réussite de ce projet.

Intérêt du projet

L’intérêt de ce projet est unique en ce sens que les calculs de la Valeur Actuelle Nette (VAN), du Taux de Rentabilité Interne (TRI), du Délai de Récupération des Capitaux Investis (DRCI) et de l’Indice de Profitabilité (IP) sont satisfaisants. Ce projet pourrait apporter des intérêts.
A notre avis, la valeur qui est positive ainsi que la valeur de la Valeur Actuelle Nette (VAN) signifie un signe avant coureur à l’intéressement de ce projet. Intéressant, le présent projet revêt une importance particulière sur les points suivants :
La valeur de la Valeur Actuelle Nette (VAN) qui est périodiquement calculée et cette valeur est positive.
– Le Taux de Rentabilité Interne (TRI) est palpable.
– Le Délai de Récupération des Capitaux Investis (DRCI) est relativement court.
– L’Indice de Profitabilité (IP) est toujours positif
Ainsi, cet intérêt est significatif du fait que les poissons attrapés et que les appâts font par cette coopérative sont productifs. Ce type d’exploitation est intéressant pour des raisons diverses telle la meilleure exploitabilité de ces produits pour une meilleure vente.
De plus, la production qui se fait par la pêche maritime ainsi que le système de vente, de par la méthode systématique est estimée à être rationnelle. La production doit être obligatoirement positive. Mais pour différentes raisons, cette perspective semble peu atteint.
A plus forte raison, l’intérêt de ce projet n’est autre que son aptitude à satisfaire les besoins et la demande des clients. Effectivement ces clients demandent toujours de ces produits. Pratiquement, les poissons exploités dans la localité de BOANAMARY suffisent à donner une certaine satisfaction quotidienne à ce groupement de population. De notre part, être satisfait se traduit par l’assurance d’une vente quotidienne et régulière.
A priori, cet intérêt peut être confirmé définitivement par l’esprit de qualité qui ce veut à être perspicace et est au goût des consommateurs. Ce cadre tant intéressant soit-il devrait faire l’objet d’entretien fonctionnel entre autre la détermination stricte de la quantité consommée à l’échelle quotidienne. Faute de calcul, on risquerait de courir à une certaine faillite qui constitue un certain risque au développement d’une unité. Tout le monde sait que la faillite est un frein final contre l’intérêt du projet.

THEORIES GENERALES SUR LES CRITERE D’EVALUATION ET LES OUTILS DE GESTION

Dans le présent chapitre, nous allons définir les différents outils théoriques utilisés dans le présent mémoire

Les critères d’évaluation

Les critères d’évaluation suivants servent essentiellement à déterminer si un projet est rentable ou non.

Valeur Actuelle Nette

La valeur actuelle Nette n’est autre que la différence entre la somme des MBA ou la marge Brute d’autofinancement actualisée
La MBA étant le résultat net d’impôt ajouté au total des amortissements de l’exercice. la formule de la VAN se présente comme suit : VAN= =+ – j MBAj i j C 1 1( )
i : le taux d’actualisation des MBA réalisées à chaque exercice
C : le montant total des investissements effectués
MBA : Résultat Net + Amortissement
Résultat Net : (Recettes- charges décaissés- Amortissements) impôts Après calcul, les résultats peuvent être : VAN>0 signifie que la rentabilité du projet en question est supérieure au taux exigé ; VAN= 0, la rentabilité est égale au taux exigé VAN<0, ceci signifie que le projet envisagé n’est pas rentable

MISE EN ŒUVRE DU PROJET

Mise en place de la coopérative

Objectifs de la coopérative

Cette coopérative a comme principal objectif l’exploitation rationnelle des fruits de mer dans la localité de BOANAMARY.
Le processus entre la production et la vente qui conjugue l’organisation, les finances et le marketing est intégré dans le cadre de la présente étude.
Au fond, la coopérative doit être obligatoirement bien organisée pour qu’elle soit bien administrée. Sans une bonne organisation, on risquerait de faire n’importe quoi, qui entraînerait à la faillite.
A vrai dire, les objectifs de la présente coopérative est la suivante :
– La collecte de fruits de mer
– La vente de ces produits sur le marché local
– Une meilleure rentabilité de cette unité.
Cependant, cette rentabilité devrait faire l’objet de calcul pour avoir des résultats fiables afin que cette étude soit faisable. Cette faisabilité peut être expliquée par l’existence d’un créneau transactionnel entre les vendeurs et les acheteurs. Ce dilemme économique n’est pas un jeu. Il s’agit plutôt d’un enjeu à gérer avec sérénité.
Aussi, cette mise en place signifie une bonne coopérative pour satisfaire les besoins et la demande de la clientèle. De ce fait, il faut aller au large pendant les jours fastes à la pêche.
En un mot, les objectifs de cette coopérative ne sont autre que la bonne cohésion entre tous les membres, la recherche de robinet de financement, l’organisation du personnel, le temps pour effectuer les services ainsi que le matériel adéquat, autrement, ce but ne serait pas réalisé.

Conditionnalité de la coopérative.

Cette conditionnalité peut être faite par :
– la rationalité du travail qui se fait au maximum au large ;
– la meilleure gestion financière au sein d’une organisation tendant à être une économie de marché;
– la bonne transaction socio-coopérative est le rapport entre sa mise en place pour une bonne production ainsi que la fiscalité qui augmente à l’heure actuelle. Ce rapport cause une conditionnalité surtout pour l’avenir d’une telle unité.
La condition pour le lancement rationnel d’une coopérative s’avérerait unique. Il s’agit d’une régularité au versement dans la caisse publique d’une façon périodique des impôts. Cette condition représente une des capacités pour le développement économique à toutes les échelles.
La mise en place d’une entreprise au même titre qu’une coopérative ne doit pas dépasser la loi régissant l’environnement promulguée. Cette conditionnalité affirme que 50% des investissements doivent être remboursés pour cette organisation pour réparer les dégâts fait sur l’environnement.
A l’heure actuelle, l’Etat malagasy est exigeant sur le paiement des impôts. Il exige que ce paiement soit fait à temps, sinon il va y avoir du manque à gagner pour son lancement.La conditionnalité peut être défini par la rigidité de la disposition en vigueur actuellement. La mise en place d’une telle coopérative nécessite un traitement de faveur pour mieux pérenniser ce service. Cette pérennisation paraît fondamentale surtout dans la prise en charge pécuniaire des intérêts de la coopérative.

Organisation administrative de la coopérative.

L’organisation administrative doit se référée à la gestion d’une coopérative qui se définit comme recherchant pour leurs membres les services les meilleurs aux prix les plus bas (production, consommation, habitation…crédit). Leur immense activité à caractère social part du principe, non de la suppression systématique du profit, mais de la réduction de son rôle et surtout de sa répartition entre les adhérents, avec égalité de ceux-ci dans la gestion, abstraction faite du nombre des parts et de l’ancienneté (sauf dans des cas rares). L’expérience toute contemporaine montre les difficultés qu’éprouvent les coopératives à n’être pas confondus, même par certains de leurs adhérents, avec les entreprises du type capitaliste ordinaire.
Ainsi, l’organisation administrative de cette coopérative devrait être faite systématiquement suivant la méthode dite la méthode de coué qui sait toutes les choses.
De ces multiples renseignement l’organisation administrative au sein de cette coopérative peut être organisée de la manière suivante :
– Cette coopérative sera régie suivant les principes de loyauté, de franche camaraderie, d’honnêteté.
– C’est une unité de production par excellence à notre avis
– Elle est bien organisée du fait que sa gérance optera une politique financière.
– Les membres sont fin prêts à effectuer leur travail dans un temps voulu.
Pour diverses raisons, les fondateurs auront du mal à mettre cette coopérative sur pied sans une organisation préalable. La bonne étude de l’organisation peut se traduire du point de vue administratif par :
– l’effectivité de ces travaux
– le suivi des rôles y afférents ;
– la lutte contre la corruption

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION GENERALE
PREMIERE PARTIE : IDENTIFICATION DU PROJET
Chapitre I : PRESENTATION DU PROJET
Section 1 : Situation actuelle
Section 2 : Critères du projet
Chapitre II : ETUDE DE MARCHE
Section 1 : Description du marché
Section 2 : Analyse de l’offre
Section 3 : Analyse de la demande
Section 4 : Concurrence
Chapitre III : THEORIES GENERALES SUR LES CRITERE D’EVALUATION ET LES OUTILS DE GESTION
Section 1 : Les critères d’évaluation
Section 2 : Outils de gestion
DEUXIEME PARTIE : CONDUITE DU PROJET
Chapitre I : MISE EN ŒUVRE DU PROJET
Section 1 : Mise en place de la coopérative
Section 2 : Marketing adopté.
Section 3 : Gestion des Ressources Humaines
Section 4 : Formation des apprentis pêcheurs
Chapitre II : CAPACITE DE PRODUCTION ENVISAGEE
Section 1 : La production envisagée
Section 2 : Les différents facteurs de production
Section 3 : Evolution du chiffre d’affaires
TROISIEME PARTIE : ETUDE FINANCIERE DU PROJET
Chapitre I : LES INVESTISSEMENTS ET COMPTES DE GESTION
Section 1 : Les Ressources Stables Brutes
Section 2 : Les Actifs Immobilisés
Section 3 : Les amortissements
Section 4 : Les comptes de gestion
Chapitre II : ANALYSE DE LA RENTABILITE ET DE LA FAISABILITE
Section 1 : Les budgets
Section 2 : Les critères d’évaluation
Chapitre III : Impacts du projet
Section 1 : Au niveau social
Section 2 : Au niveau économique
CONCLUSION GENERALE
LISTE DES ANNEXES
BIBLIOGRAPHIE

Télécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *