Suivi ecologique des plots botaniques permanents de la reserve naturelle integrale

Madagascar, une ile continent située dans le Sud-ouest de l’Océan Indien, figure parmi les 10 Hot spots emblématiques de la diversité biologique mondiale. Les niveaux de diversité et d’endémisme de tous les groupes taxonomiques principaux y sont exceptionnellement élevés (MITTERMEIER et al, 1997 ; MITTERMEIER et al, 1999). Cette richesse de la biodiversité végétale malgache fait état de 12000 espèces, avec un taux d’endémisme spécifique très élevé d’environ 80% des espèces animales et 90% des espèces végétales sont endémiques (ANGAP, 2004).

Malgré ce taux d’endémisme élevé, Madagascar est l’un des hot spots les plus menacés du monde pour la biodiversité terrestre (GREEN et SUSSMAN, 1990). En effet, un phénomène croissant de dégradation en partie liée à la stagnation du développement économique, à la croissance démographique élevée et à la pratique continue de la culture sur brûlis pèse sur l’écosystème naturel de l’Ile. La conservation de la diversité biologique à Madagascar est devenue une priorité urgente au sein de la communauté scientifique internationale ces dernières années. Il est primordial d’augmenter la superficie des Aires Protégées à Madagascar.

La Réserve Naturelle Intégrale n°1 de Betampona existe depuis 1927. Elle fait partie des dix premières Réserves Naturelles de Madagascar créées par le décret du 30 décembre 1927 et qui fut mis à jour par le décret n° 66-242 du 01 juin 1966. Actuellement, la Réserve s’étend sur 2228 hectares, de 92 m et 571 m d’altitude (GHULAM, 2014). La végétation climacique est caractérisée par une forêt dense humide sempervirente de basse altitude (HUMBERT & COURS DARNE, 1965), appartenant à la série à Anthostema (EUPHORBIACEAE) et MYRISTICACEAE. C’est un refuge exceptionnel pour certaines espèces végétales et animales. La richesse spécifique de la Réserve de Betampona est estimée à 68 espèces végétales par 100m2 de surface (PERRIER DE LA BATHIE, 1921). L’envahissement des espèces exotiques, les dégâts cycloniques, les diverses pressions anthropiques dont la déforestation, la pratique de la culture sur brûlis, l’exploitation forestière pèsent sur la Réserve. Toutes ces pressions conduisent à la vulnérabilité de la structure de certaines parties de la forêt (RATOVONAMANA, 2006). En 2009, neuf (9) plots botaniques permanents on été montés pour faciliter le suivi de la structure et l’évolution de la forêt. Maintenant, il est primordial d’évaluer les données collectées. C’est pour cette raison que Madagascar National Parks et Madagascar Fauna and Flora Group (MFG) en collaboration avec le Département de Biologie et Ecologie Végétales de l’Université d’Antananarivo ont mis en place un projet relatif au : « Suivi écologique des Plots Botaniques Permanents de Betampona ». Comment se manifeste l’évolution ou la dynamique forestière dans les plots botaniques permanents de Betampona ? Face à cette question, les objectifs spécifiques fixés pour l’étude sont :
– de connaitre la croissance de chaque individu ;
– d’observer les variations structurales et floristiques ;
– d’estimer les nouveaux recrutements et la régénération naturelle de chaque plot permanent de la Réserve.

MILIEU D’ETUDE

L’aire protégée de Betampona est classée dans la catégorie I selon L’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN). C’est une réserve administrée principalement à des fins de protection de la nature sauvage et d’études scientifiques. A Betampona, une grande partie des fonctions écologiques, économiques et socio culturelles est assurée par le massif forestier (ANGAP, 2004). La gestion de la RNI de Betampona s’effectue grâce à la collaboration entre Madagascar Fauna and Flora Group (MFG) et MADAGASCAR NATIONAL PARKS. Depuis 1990, MFG œuvre surtout dans le domaine de la recherche, de la conservation et de l’éducation environnementale. SAF/ FJKM joue également une tache importante sur la conservation et le développement local.

LOCALISATION DE LA ZONE D’ETUDE 

La Réserve Naturelle Intégrale de Betampona se situe dans la partie orientale de Madagascar, dans l’écorégion de l’Est. Elle se trouve à 40 km au Nord Ouest de la ville de Toamasina . La carte du réseau National des Aires Protégées de Madagascar est présentée en annexe 1. La réserve s’étend entre 17°51’ – 17°55’ de latitude Sud et 49°11’ – 49°15’ de longitude Est. Elle se situe dans les communes rurales de Sahambala et Ambodiriana, District de Toamasina II, dans l’ex-province de Toamasina, dans la Région Atsinanana. Elle est entourée par six fokontany: Fontsimavo au Sud Est, Antananarina au Nord, Andratambe au Sud, Analamangahazo au Nord Est, Ambodirafia au Sud Ouest, Ambodiriana au Sud Ouest.

MILIEU ABIOTIQUE

Les données climatiques de la région de Betampona ont été enregistrées dans la station météorologique de Madagascar Fauna and Flora Group (MFG) entre les années 2003 et 2013. Ces valeurs sont des valeurs moyennes mensuelles. La température moyenne annuelle oscille autour de 24°C. Les mois les plus chauds s’étalent de Décembre à Février avec une température de 24°C à 26°C, et les mois les plus frais se passent de Juin à Septembre avec une température de 17°C à 20°C . La partie Est de Madagascar est la plus humide de l’île. La région de Betampona reçoit une forte précipitation, et la pluviométrie annuelle dépasse 2000mm, avec une moyenne annuelle de 2313 mm pour les années 2010 à 2013. Les mois les plus arrosés sont les mois de Janvier, Février et Mars, et le moins arrosé est le mois de Novembre . Les variations de la température (T) et des précipitations (P) de la région de Betampona sont présentées sur le diagramme ombrothermique de GAUSSEN , dont le principe est basé sur la relation P=2T. L’analyse de ce diagramme montre que les mois écosecs sont absents à Betampona. L’humidité relative est relativement élevée pendant toute l’année à Betampona, l’humidité moyenne annuelle est de 72,24% à 90,43%. Cette humidité est renforcée par l’effet de l’Alizé, venant du Sud Sud-est de l’île qui souffle pendant toute l’année. Le massif forestier de Betampona est soumis à l’influence de deux vents dominants qui apportent beaucoup d’humidité :
– L’Alizé, vent venant du Sud Sud-Est, souffle pendant toute l’année. Il est à l’origine de la précipitation abondante dans la région.
– La Mousson, vent venant du Nord-Ouest, souffle en été austral de Novembre à Avril.

La région de Betampona est aussi marquée par les passages de cyclones tropicaux (DécembreAvril) qui se succèdent au cours des années, ces cyclones ont apporté une grande quantité de pluie et ont des effets sur la survie des êtres vivants dans la Réserve. Selon CORNET (1974), le massif forestier de Betampona est soumis à un climat tropical humide, de type bioclimatique « perhumide tempéré».

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION
PREMIERE PARTIE : MILIEU D’ETUDE
I.1. LOCALISATION DE LA ZONE D’ETUDE
I.2. MILIEU ABIOTIQUE
I.3. MILIEU BIOTIQUE
I.3.1. Flore et Végétation
I.3.2. Faune
I.3.3. Population et ses activités
DEUXIEME PARTIE : MATERIELS ET METHODES
II.1. ETUDES PRELIMINAIRES
II.1.1. Etudes bibliographiques
II.1.2. Localisation des sites d’études
II.2. METHODES D’ETUDE DE LA VEGETATION
II.2.1. Suivi de croissance par la méthode de Parcelles Permanentes de Suivi (PPS)
II.2.1.1. Principe
II.2.1.2. Dispositif
II.2.1.3. Matériels
II.2.1.4. Mesure et marquage des arbres
II.2.1.5. Paramètres observés
II.2.1.6. Collecte botanique
II.2.1.7. Identification
II.2.2. Suivi de structure
II.2.2.1. Structure horizontale
II.2.2.2. Structure verticale
II.2.3. Suivi de la régénération naturelle
II.3. TRAITEMENTS NUMERIQUES
II.3.1. Analyse de Variance (ANOVA)
II.3.2. Analyse en Composante Principale (ACP)
TROISIEME PARTIE : RESULTATS ET INTERPRETATIONS
III.1. RAPPEL SUR LES CARACTERISTIQUES DES 9 PPS
III.2. SUIVI DE CROISSANCE
III.2.1. Croissance en diamètre
III.2.2. Croissance en hauteur
III.3. SUIVI DE STRUCTURE
III.3.1. Structure verticale
III.3.1.1.Parcelle Permanente de Suivi 1 (PPS1, Haut versant)
III.3.1.2. Parcelle Permanente de Suivi 2 (PPS2, Mi versant)
III.3.1.3. Parcelle Permanente de Suivi 7 (PPS7, Bas versant)
III.3.2. Structure horizontale
III.3.2.1.Parcelle Permanente de Suivi sur bas versant
III.3.2.2.Parcelle Permanente de Suivi sur mi versant
III.3.2.2.Parcelle Permanente de Suivi sur haut versant
III.4. REGENERATION NATURELLE
III.4.1. Parcelle Permanente de Suivi 1 (Haut versant)
III.4.2. Parcelle Permanente de Suivi 2 (Mi versant)
III.4.3. Parcelle Permanente de Suivi 7 (Bas versant)
III.5. RELATION ENTRE FACTEURS ECOLOGIQUES ET CROISSANCE DES ESPECES
QUATRIEME PARTIE : DISCUSSIONS ET RECOMMANDATIONS
IV.1. SUR LES METHODES D’ETUDES
IV.1.1. Avantages et fiabilités des méthodes
IV.1.2. Problèmes et difficultés sur terrain
IV.2. SUR LES RESULTATS
IV.2.1. Sur le plan floristique
IV.2.2. Sur le plan structural et dendrométrique
IV.3. IMPACT DE L’ETUDE SUR LA CONSERVATION
IV.3.1. Rôles dans la stratégie de conservation
IV.3.2. Suivi écologique
IV.3.3. Suivi dendrométrique
IV.3.4. Entretien des Parcelles Permanentes
CONCLUSION
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
ANNEXES

Lire le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *