Suggestion sur les mesures à prendre pour assurer la propreté de la ville de CUM

Télécharger le fichier pdf d’un mémoire de fin d’études

Activité principale de la CUM

L’activité principale de la Commune Urbaine Mahajanga est l’assainissement de la ville. Cette activité consiste à la construction ou au rétablissement dans son premier état des infrastructures socio-économiques : kiosque, bâtiments, lavoirs, blocs sanitaires, comme la construction d’un orphelinat, de la route d’abattoir et de Tsararano.
La C.U.M est une collectivité territoriale décentralisée. C’est un Etablissement public qui est à vocation spéciale, doté de la personnalité morale, de l’autonomie financière et d’un patrimoine propre. Elle est chargée d’assurer un service ou une mission d’intérêt public. Elle est donc un Etablissement Public à caractère Administratifs (EPA), n’exerce pas d’activités à caractère industriel et commercial. Leur activité administrative est gérée les Ressources Humaines et autorisée par le budget de la Commune.

Dirigeants successifs de la CUM

Depuis l’independance en 1960, les Dirigeants successifs de la ville ont été :
 Comme Chef de province : Jean Jacques NATAI, Choisin TOTOZANANY .
 Comme Gouverneur militaire : Jaona MAMPILA .
 Comme Precicomex : Rajaofera, Saidaly KOSAY, Gbariel RAZAFINTSALAMA .
 Comme Presidant Délégassion Special (PDS) : Bertrand RAZAFINTSALAMA, LAIFARA, René Justin BEVELO, Gabriel RAZAFINTSALAMA .
 Comme Gouverneur : Etienne Hilaire RAZAFINDEHIBE :
 Comme PDS : Pierre TSIRANANA, Vincent TOTO .
 Comme PDS du Maire : Lalao RAVOKATRA comme Chef de Région : RAKOTOMALALA, Guy Arvely DOLSAIN, le magistrat Harivololona RALAINARIVO, Jean Christophe Noel RASOLONIRAINA .
 Les Maires : Claude PAGES, RAHAMEFY ANDRIAMIAINA, MOKTHAR.

Historique de la CUM

Mahajanga a été fondé par les Antalaotra ou Antalaotsy (mélange de Pré-sakalava, d’Arabe et d’Africains). Les royaumes des Sakalava, littéralement « ceux des longue vallées » est né au XVIème siècle dans la région de Morondava. A la fin du XVIème siècle, le roi meurt et laisse le royaume du Menabe à l’ainé de ses fils, TSIMANONGARIVO. Son frère TSIMANOTO, révolté par la cruauté et la dureté de celui-ci, quitte le royaume pour s’installer près de la baie de Boeny, au sud-ouest de l’actuelle Mahajanga. TSIMANOTO rebaptisé ANDRIAMANDISOARIVO, conquiert toute l’ile et fonde le royaume du Boina et à la ville de Mahajanga.
Le roi actuel se nomme Prince Dina HERMISY Guy (Doany Miarinarivo-Tsararano). Etymologiquement viendrait du sakalava, et Mahajanga signifie « qui guérit ». Mais le nom le plus retenu est Kiswahili Mji Angaia, ou « ville des fleurs », de l’arabo-swahili, parlé par les marchands Antalaotra d’origine arabo-comorienne, métissé à des Africains, et qui s’implantèrent sur la côte. L’arrivée de Merina se situe en 1824 avec Radama1 et celle des Français en 1895, avec les généraux DUCHESNE, METZINGER et VOIRON. Les Anglais n’arrivèrent qu’en 1942.L’hôtel de ville marque bien le centre ville. Il a été construit en 1955 et inauguré le 6 juillet1956 par Monsieur le Gouverneur Général André SOUCADAUX, haut commissaire de la République Française à MADAGASCAR.et en présence de :
 Monsieur F HENRION étant Chef de province .
 Monsieur Y DURAND, administrateur-Maire .
 Monsieur SAMTMANN et AZEMA Adjoints .
 Madame BONNEMAISON, Messieurs COSTLT, TRIME, COPILLET, VANTANA TOTO, SAID ALY ISSILAMOU, RAJAOFERA, RANDRIAMALAZA, RAMIANDRASOA, RANAIVOSON, RAMAROSON, des conseillers municipaux.

Ressources financières de la CUM

Le code général des impôts n’est pas le seul à avoir prévu des ressources pour les collectivités territoriales décentralisées. D’autre texte régissant les ressources des collectivités ont également prévu des ressources propres à leur encontre. Ces ressources peuvent être de nature fiscale ou parafiscale. La taxe parafiscale est celle perçue dans un intérêt économique ou social, au profit des collectivités. Les ressources fiscales de la Commune sont surtout constituées par les impôts (directs et indirects), les taxes, les redevances, les subventions. Il y a celles qui sont prévues par le code général des impôts et celles qui sont prévus par les textes spécifiques aux collectivités.

Ressources matérielles de la CUM

Les ressources matérielles de la CUM sont le fruit de ses propres moyens et de sa coopération avec ses partenaires comme : l’IRCOD, l’Enda Océan Indien, FIFA, TanànaMadio, ASSMA, Handicap international, Communauté Européen AFD.

Ressources Humaines de la CUM

Pour la C.U.M, il existe 6 catégories de personnel pour renforcer ses ressources humaines. Chacun de ces catégories ont leur caractère spécifique comme ; les Employés de Main OEuvre (EMO), les Employés de Courte Durée (ECD), les Employés de Longue Durée (ELD) les Employés des Fonctionnaires Assimilés (EFA), Haut emploi de l’Etat, et enfin les Fonctionnaires.

Employés de Main d’OEuvre (EMO)

Ces catégories de personnes travaillent temporairement pour la C.U.M. Ce sont les balayeurs, les agents de sécurité, les cureurs de canaux. Ils sont affiliés à la CNaPS (Caisse Nationale de Prévoyance Sociale), soit 13% pour l’employeur et 1% pour les employés. Ils sont recrutés par voie de décision administrative et ils sont intégrés rarement comme agent de l’Etat, c’est-à-dire, après douze (12) années du service effectif, après appréciations de leurs chefs hiérarchiques.

Employés de Courte Durée(ECD)

L’ECD est régi par la loi. Ce sont des salariés contractuels par un Contrat du Durée Déterminée (CDD), comme les Balayeurs, les cureurs de canaux, les agents de sécurité. Ils peuvent devenir des fonctionnaires s’ils travaillent pendant douze (12) années du service effectif. Ils sont recrutés par décision administrative et affiliés à la CNaPS.

Employée de longue durée(ELD)

Les balayeurs sont régis par le statut général des agents non encadrés de l’Etat. Ils sont contractuels et recrutés par décision administrative. Ils peuvent devenir un agent de l’Etat en travaillant six (6) années des services effectifs. L’ELD est affiliée à la CPR (Caisse de prévoyance de Retraite) qui est au trésor. La cotisation patronale est de 6%pour l’employeur et 3%pour l’employé. Ils sont plus proches du fonctionnaire. Les ELD sont portant par la première loi n° 94 025 du 17/11/194.

Employés des Fonctionnaires Assimilés(EFA)

Les EFA sont régis par loi n° 2003-011 du 03/39/2003.Ils sont donc recrutés sur titre, qui est un Courte Durée Indéterminée ou CDI de 1 à 2 ans au maximum. Pour la Commune, ce contrat est délivré pour une année. Par conséquent, l’agent de titularisé qu’après deux (2) renouvellements. Mais, si le contrat est de deux(2) ans, après deux(2) renouvellements. L’agent EFA deviendra l’agent de l’Etat. Pour la C.U.M, ses cadres sont presque tous des EFA. L’intégration d’un personnel se fait par une demande à la Fonction Publique, c’est-à-dire, que cette demande d’intégration passe tout d’abord par ses chefs hiérarchiques et puis au Maire pour avis. Pour cette catégorie, il n’ya donc pas de limite d’âge exigée. Ils sont affiliés à la CPR (Caisse de Prévoyance de Retraite) comme l’ELD.

Fonctionnaires ou cadre de l’Etat ou encore personnel encadré

Les personnels encadré sont recrutés par voix de concours, d’autre sont détachés. Comme son nom l’indique, ils sont donc encadrés par l’Etat et qui sont affiliés à la CRCM (Caisse de Retraite Civile et Militaire) avec un taux de 16% pour l’Etat et 4% pour le fonctionnaire.
En ce qui concerne la structure organisationnelle de la CUM, l’Organigramme de la Commune fixe le principe d’organisation des services de la Commune. Chaque poste de l’organigramme est précisé par une fiche de poste fixant la mission exacte de chacun. L’objectif de l’organigramme est d’améliorer l’efficacité des services en précisant les responsabilités et le positionnement hiérarchique de chacun. Les ordres donnés aux agents Communaux doivent respecter la hiérarchie fixée par l’organigramme.
A titre principal, le Maire est le Chef de l’exécutif de la Commune, en cette qualité, il exerce :
 Des attributions dans le cadre de l’exécution des délibérations du Conseil .
 Des attributions par délégation du pouvoir accordé par le conseil .
 Des attributions dans le cadre des pouvoir propre au Maire .
Le Maire assure la gestion de la Commune. Il est le premier responsable de l’exécution des délibérations du conseil, ainsi que de la sureté, de la tranquillité et de la salubrité publique. Il est ainsi le Président du bureau exécutif de la Commune, il peut être chargé du pouvoir de décision. Sur la d’ordre technique, il gère le domaine de sa collectivité, accorde des autorisations d’alignement et de permission de voirie à titre précaire, ou essentiellement révocable sur les voies publiques placée sous son autorité. Le Maire est le chef de service mise à disposition par l’Etat.

Méthodes d’élaboration du livre de mémoire

Notre stage auprès de la Commune Urbaine de Mahajanga (CUM) a débuté le 22 juin 2015 et a pris fin le 22 juillet 2015, soit 30 jours. Ce stage a permis de voir concrètement l’application des cours théoriques à la pratique. Cette rubrique a pour objectif d’apporter quelques indications sur les démarches que nous avons suivies dans la rédaction du mémoire, notamment à propos du choix du thème et sur les méthodes d’élaboration.

Choix du thème

Ce stage nous a permis d’identifier le processus de la propriété de ville. Ce mémoire nous a permis de mettre en application les théories acquissent science de Gestion des Ressources Humaines.et celle de l’Institut Universitaire de Gestion et de Management (IUGM) de l’Université de Mahajanga. Notre choix du thème a été inspiré par un double intérêt, personnel et professionnel, à l’égard des questions de la propreté de ville, le contrôle de la réalisation de l’assainissement dans le domaine des Ressources Humaines.

Méthodes d’approche

Avant de nous engager aux entretiens avec les différents responsables de la CUM., nous nous sommes interrogés plus particulièrement sur les approches à privilégier. La lecture préalable de certains ouvrages généraux sur l’assainissement publique nous a, en effet, donné quelques idées sur le raisonnement à adopter. La démarche d’élaboration dudit plan est portée sur :
le questionnaire envoyé aux localités urbaines .
l’analyse des études réalisées au niveau des quartiers de la ville.
L’identification de la problématique nous a enfin permis de suggérer des propositions d’action. La pertinence du mémoire réside bien évidement dans la cohérence de l’analyse. Mais aussi et surtout dans la pertinence de la conclusion susceptible d’être dégagées de cette mise en perspective. Pour appuyer notre démarche, nous nous sommes opportunément inspiré des différents documents et ouvrages concernant la propreté de ville.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION
Partie I : MATERIELS ET METHODES
Chapitre I : PRESENTATION DE LA CUM
Section 1 : Identification de la CUM
Section 2 : Ressources de la CUM
Chapitre II : MATERIELS
Section 1 : Matériels
Section 2 : Outils d’analyse
Chapitre III : METHODES
Section 1 : Méthodologie adoptée
Section 2: Méthodes d’élaboration du livre de mémoire
Partie II : RESULTATS
Chapitre IV : ETAT DE LIEU
Section 1 : Présentation du nettoyage effectué par SNEO
Section 2 : Fonctionnement de collecte des déchets
Chapitre V : REORGANISATION DES MOYENS HUMAINS
Section 1 : Planification de SNEO
Section 2 : Exécution de la propreté de la CUM
Chapitre VI : POINT DE VUE ADOPTE PAR LA CUM
Section 1 : Désignation du métier et de la fonction
Section 2 : Site de déchet de la CUM
Partie III : DISCUSSIONS ET RECOMMANDATIONS
Chapitre VII : ANALYSE DE MESURE A PRENDRE POUR ASSURER LA PROPRETE DE LA VILLE
Section 1 : Point forts
Section 2 : Points faibles
Chapitre VIII : ANALYSE DE LA CUM
Section 1 : Analyse interne
Section 2 : Analyse externe
Chapitre IX : RECOMMANDATIONS
Section 1 : Suggestion sur les mesures à prendre pour assurer la propreté de la ville de CUM
Section 2 : Proposition des solutions pour la CUM
CONCLUSION

Télécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *