Stratégie d’élaboration et de diffusion d’une action de communication

La phase préparatoire

Les enjeux 

De manière générale, l’enjeu peut être définit comme ce que l’on risque de gagner ou de perdre. On peut donc parler de la raison ou encore du « pourquoi ? » d’une action de communication. Selon Eric Berne, la communication peut être considérée comme un jeu cruel ou un jeu agréable. C’est la situation qui gouverne la communication qui va en déterminer. S’agit-t-il d’une communication conflictuelle, coopérative ou neutre.

On peut distinguer 5 types d’enjeux à savoir :
– Les enjeux informatifs
– Les enjeux identitaires
– Les enjeux d’influence
– Les enjeux relationnels
– Les enjeux normatifs

Les objectifs

Dans le sens courant, l’objectif est définit comme le but à atteindre. Mais dans le cadre des Sciences de l’information et de la communication, lorsqu’on parle d’objectif, il nous vient tout de suite en tête l’objectif global et les objectifs spécifiques mais inévitablement les objectifs selon les six fonctions de Roman Jakobson et de Josée Valiquette. Les six fonctions de Roman JAKOBSON :
➢ La fonction conative (cherchant à exercer une quelle conque influence sur autrui)
➢ La fonction informative (permettant de partager toutes sortes d’informations)
➢ La fonction expressive (mettant en évidence les jeux de communication)
➢ La fonction phatique (assurant le maintien des relations)
➢ La fonction métalinguistique (renvoyant aux précisions et insistances)
➢ La fonction poétique (jouant sur l’attirance pour que ce soit captivant)

Cependant on sait que communiquer c’est une tentative d’influence ou encore : «Toute communication est une tentative d’influence ». On peut donc dire que la fonction majeure est la fonction conative ou fonction d’influence. Ce qui signifie que dans toute communication, l’élément primordial en matière d’objectif est l’INFLUENCE. On peut donc en conclure que dans n’importe quelle situation de communication, l’objectif principal est d’influencer.

L’analyse de la situation de communication

Analyser une situation de communication c’est essayer de voir avant tout la réalité dans laquelle on est confronté, prendre en compte toutes les données disponibles et voir les paramètres d’ordre interne ou externe qui peuvent interagir avec la phase de réalisation de la communication. Dans cette analyse de la situation en communication, on peut faire référence à plusieurs disciplines connexes des sciences de l’information et de la communication comme :

➢ L’ethnographie de la communication qui nous propose un modèle d’analyse tout à fait opérationnel à savoir : le modèle SPEAKING avec ses huit paramètres de Dell Hymes.
➢ Le modèle sémio-contextuel d’Alex MUCCHIELLI qui nous expose les 7 contextes constitutifs d’une situation de communication.

Avant d’envisager une action de communication efficace, l’analyse minutieuse de la situation de communication est capitale.

La construction du cadrage

Comme on le sait une situation de communication est toujours une situation problème pour un acteur. Et ce problème doit être résolu d’où l’importance du cadrage. Selon Alex MUCCHIELLI « Un phénomène demeure incompréhensible tant que le champ d’observation n’est pas suffisamment pour qu’y soit inclus le contexte dans lequel ledit phénomène se produit… ». Pour avoir un maximum de données exploitable, le mieux donc c’est d’opérer le cadrage le plus large possible ou le cadrage panoramique. On a deux éléments constitutifs du cadrage à savoir :

➢ Le découpage : Chaque participant à la communication aura son propre découpage, c’est-à-dire que chacun opèrera le découpage qui lui convient et il important de dire que les deux découpages peuvent ne pas coïncider. Ce qui peut encore créer un conflit.
➢ Le regard : C’est en quelque sorte la manière de concevoir les choses. Et bien évidemment ce regard peut aussi être divergent chez les participants.
➢ La Co-construction : On ne doit pas oublier que la construction du sens Se fait au niveau du destinateur ou l’émetteur ainsi qu’au niveau du destinataire ou récepteur. Ainsi le sens de la communication ne coïncide pas forcement au niveau des deux pôles. D’où la nécessité de la Métacommunication.

La phase de réalisation

L’élaboration de la communication

L’élaboration de la communication est la première étape de la phase de réalisation. Elle consiste à matérialiser la phase préparatoire. Après avoir identifié les enjeux, les objectifs, après avoir fait l’analyse de la situation de communication et construit le cadrage, vient le moment où on devrait mettre en œuvre les actions adéquates à la situation de communication. L’élaboration de la communication est une étape difficile car le succès de la communication repose sur elle. Une action de communication bien adaptée à la situation s’avère indispensable. On a donc besoin de soigner le contenu et essayer de faire en sorte que l’élaboration de la communication soit parfaite:

➢ Le contenu et l’expression : Qui nous renvoi à la notion de Signifiant/Signifié. Il est indispensable de bien choisir le signifiant à mobiliser compte tenu de l’objectif poursuivi.
➢ La systémique : Rien n’est isolé, le tout forme un système. Cette notion est aussi omniprésente dans l’élaboration de la communication car tout au long de l’élaboration de la communication, on sera confronté au système des acteurs, au système des interactions et au système des normes.
➢ Les normes qui interviennent : Plusieurs normes peuvent intervenir dans une action de communication. On peut citer : Les normes culturelles, les normes sociales, les normes individuelles .

La diffusion de la communication 

Après l’élaboration de la communication, la diffusion est nécessaire. Une communication bien élaborée est fait pour être diffusée de manière efficace. Cependant le problème se pose sur le choix du support pour la diffusion. Le communicologue devrait trouver le support idéal pour que la communication soit efficace. On a deux principaux types de supports :

➢ Les supports classiques : Ce sont les supports habituels comme : La communication verbale et la communication non verbale, la classification selon les organes de sens, les classifications selon Eric Buyssens, . . .
➢ Les supports électroniques : L’utilisation des technologies de l’information et de la communication (TIC) comme support. On a les téléphones, l’internet et tous ses apports, la radio diffusion, la télédiffusion, etc . . .

En bref, Le choix du support dépend de la nature de la communication qu’on va établir.

La phase de suivi et d’évaluation

Les impacts / effets de la communication

Une fois la communication diffusée, il ne reste plus qu’à mesurer ses impacts et ses effets sur la cible. Pour pouvoir procéder à cette évaluation, on a des étapes à suivre:
➢ La collecte des informations : le but de cette collecte est d’avoir des données significatives sur l’évolution de la situation.
➢ La sélection : Toutes les données collectées doivent faire l’objet d’une sélection sérieuse afin d’éviter toute confusion ou toute perte de temps en analysant des données inutiles. Et il est important de préciser que cette opération obéit à des critères de sélection.
➢ L’analyse des impacts et des effets : Une fois qu’on a terminé la sélection, les données sélectionnées feront l’objet d’une analyse qui mesurera les impacts et les effets de la communication. Il s’agit de la réaction et de la rétroaction.

La réaction : Après la diffusion de la communication, on doit s’attendre à un comportement en réponse de la cible. Elle peut être un acte positif, un acte négatif ou même une indifférence (neutre). Ces comportements en réponse pourront nous aider à analyser les véritables impacts et les effets de la communication.

La rétroaction : La rétroaction est en quelque sorte une suite de la réaction. Apres la diffusion de la communication, la cible réagit par une réaction et par la suite il va prendre une décision. Soit il adoptera une attitude positive, ce qui signifie que la communication a été efficace. Soit il adoptera une attitude négative qui signifie échec de la communication. On peut prendre l’exemple d’une publicité. Si la communication a été efficace, la cible va réagir. Il sera impressionné voire même convainque. Il sera donc amené à complimenter le produit (réaction). Puis il va acheter le produit en question pour satisfaire sa curiosité (rétroaction).

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

Introduction
Sommaire
Plan détaillé
La phase préparatoire
La phase de réalisation
La phase du suivi et de l’évaluation
Conclusion

Lire le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *