RESILIENCE COMMUNAUTAIRE ET APPUI DES ONG DANS LES COMMUNES RURALES

Concept de « résilience » et définition

              Pour mieux cerner le concept de la résilience communautaire, il est important de définir le terme « résilience » par rapport à son contexte. Ces dix dernières années, le concept de résilience a trouvé son encrage face aux différentes crises humanitaires présentes dans le monde. Pour le cas de Madagascar, la pauvreté qui touche l’ensemble du pays met l’accent sur la capacité de la majeure partie de la population à s’adapter à ce fléau. Le pays fait face au problème de kere et de sécurité depuis plusieurs années ; ceci dit, la population est exposée en permanence à un grand danger. Ainsi, par définition, la résilience est la capacité des personnes, groupes de personnes, institutions ou communautés à faire face aux chocs ou stress chroniques causés par des situations fragilisantes, crises, conflits ou événements naturels extrêmes et s’adapter pour se régénérer sans compromettre leur avenir à court, moyen et long terme (Anaut, 2003 ; Mamadou, 2016). Cette définition s’applique dans le cadre de ce mémoire afin de comprendre l’évolution sociale d’un groupement de population face aux conditions de vie difficiles qu’offre le Sud de Madagascar.

Le travail de rédaction

                 Le travail de rédaction est l’étape qui consiste à rassembler toutes les informations jugées utiles au contenu de ce mémoire. Durant cette conception, il est impératif de garder à l’esprit un enchainement d’ordre chronologique, spatial ou logique pour ne pas perdre de vue le classement des données en fonction des paramètres présents. Pour élaborer un travail de rédaction suivant les normes requises relatives à un projet de recherche, un reclassement des données correspondant à différentes parties ou chapitres est obligatoire. Ainsi, l’étape de la rédaction est une réorganisation des informations déjà traitées suivant un plan préalablement détaillé. Dans cette réorganisation, un fil directeur a été suivi allant de la première étape du projet de recherche qu’est la revue bibliographique vers la rédaction finale. Dans l’enchaînement de ces travaux, des supports d’illustration tels que les cartes, figures et schémas de tout genre ont été utilisés. L’organisation de la rédaction dépend des éléments à discuter dans le rapport. Pour réaliser un travail de qualité, le rédacteur devra faire preuve d’objectivité vis-à-vis des éléments extérieurs ayant un lien au sujet traité. Dans le cas contraire, négliger ces facteurs extérieurs pourrait donner un aspect arbitraire au travail de rédaction.

Référence monétaire

             En termes de mesure de la pauvreté, le seuil limite du dollar instauré par le PNUD est utilisé au niveau international. Cette valeur de référence considère que toute personne vivant avec moins d’un dollar par jour est pauvre. Certains auteurs avancent un indice de deux dollars comme seuil de pauvreté (Razafindrakoto et Roubaut, 2001). Un problème subsiste quant à la fluctuation du dollar, ce qui rend les mesures difficilement quantifiables. Dans le Sud de la grande île, la mesure du seuil de pauvreté se heurte à un problème d’ordre matériel sachant que le contexte de vie y est diffèrent de celui des autres régions. En effet, les populations du Sud peuvent vivre sous le seuil du dollar par jour. Pourtant, on ne peut pas dire que ces individus sont pauvres puisqu’un grand nombre d’entre eux possède un cheptel bovin allant en moyenne de 5 zébus jusqu’à 30 zébus. Dans ce cas, l’individu possède un avoir pouvant atteindre une valeur de plusieurs centaines de dollars sans tenir compte des produits dérivés de ces bovidés : production laitière et d’engrais. Les revenus générés par ces bovidés rendent les mesures plus difficiles.

Phénomènes de pauvreté dans le District de Bekily

                 A Madagascar, près de 84% de la population est considérée comme pauvre et vit en milieu rural. Dans tout le District de Bekily, la majorité de la population constitue un effectif d’agriculteur et d’éleveur, c’est-à-dire que cette population travaille la terre dans un secteur agricole dominant mais très peu rentable. Le niveau d’éducation est par conséquent affecté par cette pauvreté, le niveau de scolarisation constitue un facteur très important au développement car les capacités des actifs dans chaque ménage y sont rattachées. Dans tout le District de Bekily, le niveau moyen de scolarisation correspond à un niveau de la classe de 10ème à 9ème des EPP. Dans certaine classe sociale, il arrive à un niveau plus élevé jusqu’à l’obtention du diplôme de BEPC. Rares sont les personnes en possession du diplôme de Baccalauréat. Cette accessibilité à l’éducation dépend en grande partie de la proximité des établissements scolaires. Le manque de moyens financiers a aussi des effets sur la scolarisation des enfants en âge d’aller à l’école. Les parents, dont la plupart sont déjà en difficulté financière, préfèrent « utiliser » leurs enfants comme main d’œuvre dans l’agriculture. Malgré la faible productivité des activités agricoles en relation avec le climat, ces paysans s’acharnent à travailler la terre car, dans beaucoup de cas, les récoltes constituent leur seule ressource que ce soit au niveau économique qu’alimentaire. En ce qui concerne la santé publique, la population rurale du District de Bekily est loin d’avoir accès au soin des hôpitaux et CSB II. Ceci se traduit par une faible fréquentation de ces centres de santé par la population rurale. Parmi les facteurs exogènes de l’inaccessibilité à ces services, on peut citer la difficulté de franchissement des routes, l’éloignement géographique et la précarité des personnes en mauvaise état de santé alors que la seule manière d’arriver dans ces lieux de soin reste la marche, marche qui ne fera qu’aggraver l’état de santé des malades. Comme pour la plupart des populations rurales de la grande île, la plupart de la population rurale du District de Bekily fait appel aux remèdes traditionnels à base de plantes médicinales traditionnelles, ce qui explique en partie la faible fréquentation des centres de santé. Ce phénomène est une habitude chez les personnes qui ont une bonne capacité physique car ces soins leurs suffisent généralement. Par contre, les personnes plus chétives, à défaut de moyen de déplacement, doivent attendre dans leur village jusqu’à la rémission dans le meilleur des cas. Au niveau sécurité, outre les conflits inter communaux dans quelques Communes Rurales du District de Beliky, la sécurité n’est pas à craindre. Cependant, de temps en temps, durant la nuit, il y a des attaques de malaso. Depuis plusieurs années, l’Etat a mis en place des postes avancés de la gendarmerie dans les grands centres pour prévenir les éventuelles attaques des malaso car durant ces attaques, dont le principal objectif est de voler les zébus, les malaso brulent les maisons et tirent en l’air pour dissuader et intimider la population. Du fait de l’absence des forces de l’ordre et du manque de postes avancés de la gendarmerie dans les zones reculées, l’éradication du phénomène de dahaloisme est impossible. Ainsi, les quelques critères cités ci-dessus reflètent la réalité constituant les facteurs de pauvreté par rapport au bien-être humain ou par rapport à l’IDH dans le District de Bekily.

Réadaptation des cultures en fonction des réalités climatiques

            A travers l’analyse de ces différents aspects et nature des activités dans les 3 Communes Rurales qui constituent notre zone d’étude, la réalisation d’un calendrier cultural a permis de mieux comprendre l’interaction entre les conditions climatiques telles que la précipitation et le moment propice pour le travail de la terre. En ce qui concerne les activités autres que l’agriculture, l’élevage prend aussi une place importante car il est pratiqué par la majorité de la population, tout comme l’agriculture. L’élevage prend son inscription dans les activités des ruraux à travers un grand nombre de cheptel bovin, ovin, caprin et porcin sans compter les animaux de bassecours. Selon les autorités locales, chaque année, un comptage des avoirs de la population est effectué pour pouvoir suivre l’évolution ou la régression des activités de la population. Mais les données fournies et collectées au moment des travaux de terrain sont contradictoires d’où une impossibilité de valider les résultats des enquêtes auprès des autorités locales. Par contre, lors des travaux de terrain, certaines personnes ont avoué que les chiffres qui nous ont été fournis dataient de plusieurs années sans jamais être mis à jours. Ainsi, les donnés recueillies se traduisent par la présence massive de zébu. En moyen, la répartition des bovidés est d’environ 1 zébu pour 2 ménages. Dans la plupart des cas, le zébu est destiné à labourer la terre et à tirer la charrette. Par contre, le taux de possession et très hétérogène car il y a une inégalité sur la répartition.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION GENERALE
PARTIE I. DISTRICT DE BEKILY : CADRE D’ETUDE DE LA RESILENCE COMMUNAUTAIRE
Chapitre I Présentation générale de l’objet de recherche
Chapitre II Démarche de recherche
Chapitre III Approche socio-contextuelle de la pauvreté et de la résilience communautaire dans le District de Bekily
CONCLUSION DE LA PREMIERE PARTIE
PARTIE II. CADRE DE DEVELOPPEMENT PAYSAN DICTE PAR DES CONDITIONS PHYSIQUES DEFAVORABLES
Chapitre IV Une originalité démographique, facteur potentiel de développement
Chapitre V Cadre de développement des communautés fortement conditionné par le milieu physique 
Chapitre VI Activités et domaines d’intervention des ONG dans les Communes Rurales de Besakoa, Tsikolaky et Ambatosola
CONCLUSION DE LA DEUXIEME PARTIE
PARTIE III. CONCRETISATION DES AIDES ET OUVERTURE SUR LES VOIES ET OBSTACLES AUX DEVELOPPEMENTS
Chapitre VII Soutien alimentaire et assainissement, facteur de développement communautaire
Chapitre VIII Activité agricole, au centre du développement agricole de la paysannerie
Chapitre IX Perspective et facteur de blocage au développement local
CONCLUSION DE LA TROISIEME PARTIE
CONCLUSION GENERALE

Télécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *