Requalification de l’offre de logements étudiants dans la commune de Villeneuve d’Ascq

Le logement des étudiants est un enjeu important pour le développement de la métropole lilloise. En effet, la période étudiante est une partie de la vie qui est très importante aussi bien dans la construction et la réalisation d’un projet professionnel que dans la construction de la personnalité de l’individu. C’est donc un tournant majeur de la vie qui doit être pris en compte par la puissance publique, essentiellement par l’intermédiaire du logement, de manière à assurer à ces étudiants une réussite sociale et professionnelle. La métropole lilloise accueille environ 95.000 étudiants chaque année. Ce chiffre témoigne de l’importance de cette catégorie de population dans la métropole. Il va donc falloir un parc de logement qui soit adapté à ces étudiants. La qualité de l’offre de logement sur un territoire contribue à la qualité de la vie étudiante et plus généralement à l’attractivité des universités qui vont être présente sur ce territoire aussi bien à une échelle nationale et internationale. Cette attractivité est devenue ces dernières années une question clef dans la compétition entre les territoires. Alors, comment requalifier cette offre pour qu’elle puisse contribuer à la fois à répondre à un réel besoin mais aussi à en faire un atout pour le développement de la commune de Villeneuve d’Ascq ? Après une présentation générale de la ville, nous verrons dans un premier temps les caractéristiques et les besoins de ces étudiants. Le but étant tout simplement de proposer une offre qui soit en cohérence avec la demande étudiante. Nous ferons ensuite un état actuel de l’offre pour voir comment elle s’intègre dans cette dynamique étudiante. Puis nous finirons par des propositions d’aménagement visant à pallier les faiblesses de l’offre actuellement en vigueur.

Diagnostic territorial

Une ville intimement liée à son agglomération 

Localisation géographique

Villeneuve d’Ascq est une commune se situant dans la région du Nord Pas de Calais et dans le département du Nord (59).

Au niveau intercommunal, elle fait partie de Lille Métropole Communauté Urbaine (LMCU) qui est composée de 85 communes. C’est d’ailleurs l’organisation intercommunale la plus importante en nombre de communes fédérées des communes urbaines françaises. Elle accueille 1.106.885 habitants mais ce n’est pas l’organisme intercommunal qui est le plus dense en population. Par exemple, la Communauté Urbaine de Lyon est composée de 57 communes et possède une population plus importante que celle de Lille. La particularité de cette structure intercommunale est qu’il y a 4 communes qui possèdent plus de 65.000 habitants et qui absorbe près de 40% de la population de la métropole lilloise. Ces communes sont Lille, Roubaix, Tourcoing et Villeneuve d’Ascq.

Démographie 

Sur le territoire communal, on constate que depuis une dizaine d’année la population diminue à cause d’un solde migratoire négatif et qu’elle est vieillissante. En effet, on peut voir que les tranches d’âges les plus jeunes tendent à diminuer et les catégories d’âges les plus élevées tendent à augmenter .

De plus, les logements de grandes tailles (5 pièces et plus) ont augmenté ces dernières années et ceux de petites tailles sont dans une phase décroissante.

Il se pose ainsi le problème des parents qui restent, avec le départ des enfants, à un ou deux dans des maisons spacieuses, ce qui est gênant pour eux du fait que le logement devient trop difficile à entretenir.

Métropoles d’équilibre

Au début des années 60, les études effectuées ont montré qu’une croissance démographique sans précédent allait avoir lieu jusqu’à la fin du siècle et en grande majorité dans la région parisienne. L’Etat a donc amorcé une politique de rééquilibrage au profit de la province en ouvrant le champ de l’aménagement au reste du territoire. C’est la Délégation à l’Aménagement du Territoire et à l’Action Régionale (DATAR) qui a été désignée pour mettre en œuvre cette politique. Huit métropoles d’équilibre vont ainsi voir le jour avec comme objectif de créer un contre poids économique et démographique par rapport à l’hypertrophie de Paris. L’une de ces métropoles située dans le Nord de la France était l’agglomération de Lille-Roubaix-Tourcoing.

Politique ville nouvelle 

Cette politique de métropole d’équilibre a été accompagnée de la politique ville nouvelle pour absorber la croissance des grandes agglomérations comme celle de Lille mais aussi pour donner un cadre de vie plus agréable aux habitants. En effet, l’Etat encourage une architecture urbaine de qualité pour rompre avec l’urbanisme des Grands Ensembles, généralisés à l’après guerre, dans le but de résorber l’habitat insalubre et pour répondre à un besoin de logement. Le problème est que cette forme d’urbanisme était caractérisée par une absence d’activité et de mixité. C’est principalement dans cette logique que les villes nouvelles vont se distinguer des Grands Ensembles. C’est ainsi qu’à la fin des années 60, on assiste à l’émergence de neuf villes nouvelles. Il y en a une qui va nous intéresser plus particulièrement puisque c’est à cet endroit que se situe notre périmètre d’étude. Il s’agit de Villeneuve d’Ascq (Lille Est).

Histoire de la commune

Villeneuve d’Ascq est née à la fin des années 60 d’une volonté politique de l’Etat qui a consisté à fusionner trois villages qui sont Ascq, Annappes et Flers. Chacun de ces villages avait sa propre histoire avant d’en faire un héritage commun. Le nom de cette ville nouvelle est d’ailleurs un hommage à un élément tragique de l’histoire qui est le massacre d’Ascq. Lors de la seconde guerre mondiale, ce village a été la cible des troupes allemandes qui ont fait environ 500 morts. Au départ, la mission de l’Etablissement Public d’Aménagement Lille-Est (EPALE) était de faire de Villeneuve d’Ascq un lieu qui accueillerait tous les cadres de l’agglomération et plus globalement ceux de la région Nord Pas de Calais. En effet, le ministre de l’équipement de l’époque voulait créer un cadre de vie agréable et donc un lieu attractif pour contrebalancer l’image très négative qui ressortait de cette ancienne région minière et textile. Par exemple, l’un des premiers quartiers conçu a été celui de la Brigode et il était réservé à une population très aisée. Néanmoins, l’élément fondamental qui a déterminé le choix du site pour l’implantation de la ville a été la position de deux universités à l’Est de Lille.

En effet, le nombre d’étudiant s’accentue d’années en années au sein des universités lilloises. Les différents campus universitaires deviennent de plus en plus étroits et ont de plus en plus de mal à absorber cette croissance étudiante. Le rectorat a donc décidé de délocaliser dans un premier temps en 1957 l’université des sciences et technologies à Annappes pour former une sorte de « campus à l’américaine » qui s’étend sur 200 ha. Puis en 1965, c’est la faculté de lettres, arts et sciences humaines qui s’installent à Flers dans le quartier du Pont de Bois.

Ces deux pôles universitaires illustrent bien la manière de penser le développement urbain des élus de la commune. En effet, Villeneuve d’Ascq a aussi été conçu pour donner un cadre urbain aux universités .

Une identité par quartier

Globalement, chaque quartier possède une identité propre et fonctionne en autonomie. La ville est ainsi une union de ces différents quartiers indépendants les uns par rapport aux autres. Par exemple au niveau résidentiel, on trouve des quartiers purement sociaux comme celui du Pont de Bois ou de l’hôtel de ville (plus de 90% de logements sociaux) et des quartiers qui sont réservés à une population plus aisée comme celui de Brigode. « La mixité sociale existe à Villeneuve d’Ascq, mais elle est présente dans la diversité des quartiers plutôt qu’au sein de chacun des quartiers » . Au niveau des quartiers universitaires, l’impact territorial de ces universités est très faible sur le territoire communal puisqu’elles apparaissent avec leur campus comme de véritables enclaves c’est-à-dire qu’elles sont coupées de la ville d’un point de vue physique.

Accessibilité 

Villeneuve d’Ascq et plus particulièrement l’université des sciences et technologies (Lille 1) a été à l’origine d’un projet de nature exceptionnel. En effet, cette commune est le berceau du premier métro automatique du monde : Le Villeneuve d’Ascq-Lille (VAL). Le nom signifie simplement le trajet effectué par ce métro. La capacité d’accueil du VAL était de 10.000 voyageurs par heure. Cependant, pour pouvoir vendre ce projet dans d’autre territoire et notamment dans le reste de la métropole, le nom a dû être modifié. Il est désormais connu sous le nom de Véhicule Automatique Léger. Ce projet a été inauguré le 25 avril 1983 par François Mitterrand. La ligne 2 reliant Lille à Tourcoing en passant par Roubaix a été officialisée en 1989. De plus, on peut apercevoir sur la carte le tracé d’un Tramway qui était présent avant la construction du métro. Il permettait de relier Lille à Roubaix et Tourcoing. L’arrivée de la ligne 2 à donc permis de dédoubler cette axe qui draine un nombre de passager très important.

En plus d’un réseau de transport en commun très performant, Villeneuve d’Ascq est également accessible par le réseau routier et autoroutier quelque soit l’endroit où l’on se trouve dans l’agglomération.

Cette armature de transport est très importante car c’est un facteur qui explique que les étudiants peuvent s’éloigner de leur lieu d’étude en sachant qu’il leur sera facile de pouvoir le regagner tous les matins. La distance la plus longue pour accéder à Villeneuve d’Ascq est de 40 minutes. C’est le trajet entre Tourcoing et Villeneuve d’Ascq. Pour faire un lien avec la situation actuelle de Tours, je pense qu’il serait intéressant de pouvoir analyser dans quelques années l’influence que va avoir son tramway sur le rapport de proximité entre les étudiants et leur lieu d’étude.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

Introduction
Diagnostic territorial
Une ville intimement liée à son agglomération
1) Localisation géographique
2) Démographie
3) Métropoles d’équilibre
4) Politique ville nouvelle
5) Histoire de la commune
6) Une identité par quartier
7) Accessibilité
Les caractéristiques et les besoins des étudiants
1) Population étudiante
2) Une diversification de la provenance des étudiants
3) Une tendance à l’augmentation du nombre de boursier
4) Les courts séjours
5) Evolution du mode de logement avec l’âge
6) Des difficultés de logement pour certaines catégories d’étudiants
Etat actuel de l’offre
1) Le parc Crous
2) Les résidences écoles
3) Le parc locatif social
4) Les résidences privées étudiantes
5) Le parc locatif privé
6) Conséquence de l’offre à Villeneuve d’Ascq
7) Le projet de centralité : transformer le quartier de l’hôtel de ville de Villeneuve d’Ascq en un véritable centre ville
Les enjeux d’un tel secteur
1) Fixer les jeunes sur le territoire
2) Intégrer les universités dans la ville
Propositions d’aménagement
1) Requalifier l’offre Crous
2) Diversification de l’offre
3) Un mode de gestion adapté à la mobilité
4) Le logement intergénérationnel
5) Coordonner les offres
6) Le cas de l’université Lille 3
Conclusion
Glossaire
Bibliographie
Annexes

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.