Réhabilitation d’un lieu culturel a l’abandon sur la commune de Guéret – Creusé

Il n’existe pas de nations, d’empires qui n’ont réussi à se développer et qui ont perduré sans que ce développement ne s’appuie à moment ou à un autre sur une politique des arts et de la culture. Ce pouvoir de développement que possède la culture est reconnu officiellement par l’UNESCO, qui rappelle l’importance d’intégrer « des politiques culturelles dans les stratégies de développement humain aux niveaux international et national » lors de la conférence de Stockholm de 1998. La création du ministère des Affaires culturelles en France au début des années soixante découle de cette relation, et depuis son lancement les politiques culturelles en France ne se cantonnent plus à un rôle d’animation mais s’inscrivent dans un ensemble cohérent permettant le développement d’un territoire. La volonté étant de permettre à tous d’accéder à la culture quel que soit le statut social ou le lieu de résidence. Les politiques culturelles ont donc gagné en importance au fil du temps, l’Etat étant longtemps le seul maitre en ce domaine, avant que celles-ci se développent au niveau communal. Guéret, commune creusoise au sein de la région Limousin, s’est vu attribuée au fil du temps de nouvelles compétences en termes d’aménagement culturel du territoire, et bénéficie aujourd’hui de quelques infrastructures dans ce domaine. La ville a pour objectif de se développer économiquement, notamment en s’appuyant sur un certain attrait culturel, tout en changeant son image. Cependant, comme bon nombre de territoires ruraux, elle doit faire face à certains problèmes comme l’exode de sa population la plus jeune considérant « une ville sans intérêt, qu’il faut quitter au plus vite » face au manque d’activités proposées, mais également le manque d’investissement et d’acteurs permettant un développement culturel structuré. Le projet suivant, la réhabilitation d’un lieu culturel à l’abandon, se présente comme l’amorce d’une réflexion sur le développement d’un lieu culturel convivial réunissant plusieurs générations, tout en suscitant l’intérêt des plus jeunes.

Diagnostic du territoire 

La ville de Guéret

Un pôle central pour le département
Guéret est le chef-lieu et préfecture du département de la Creuse, situé dans la région Limousin. Il bénéficie d’une position centrale au sein du département de par son statut et sa position géographique.

Il s’agit de la ville la plus importante du département qui possède cependant un rayonnement limité. Situé dans le centre-ouest de la Creuse, elle est desservie par de nombreux réseaux, notamment la RN 145 qui borde la ville et qui constitue un des principaux axes routiers du département. Celle-ci lui permet de se situer à 45 min de Limoges et 1h30 de Clermont-Ferrand, ce qui lui confère une certaine attractivité. De plus la RN 145 fait partie de la RCEA (Route Centre-Europe Atlantique) qui relie l’ouest de la France à l’Allemagne et l’Italie. La proximité de l’autoroute A20 et de la RCEA permet de rejoindre des grandes villes comme Paris, Toulouse, Lyon ou Bordeaux en 3h30. Elle est également traversée par des voies ferrées, la régionalisation des transports a permis la préservation des voies et suite à un important plan de modernisation des voies Guéret pourrait à long terme accueillir le TGV au sein de sa gare. Enfin elle est traversée par deux routes départementales qui créent un axe majeur Nord-Sud et Est-Ouest.

La ville se situe entre deux pôles urbains important :
• Limoges, préfecture de la Haute-Vienne, qui au regard de son échelle ne constitue pas réellement un concurrent pour la commune mais plus un complément.
• Montluçon, dans l’allier, dont l’attractivité peut déborder sur le territoire de chalandise de Guéret, ainsi, l’est du département Creusois est naturellement attiré par cette sous-préfecture de l’Allier.

Guéret est situé dans un paysage rural, la ville est entourée d’espaces agricoles et forestiers. On trouve au sud de la commune deux zones naturelles protégées, une ZNIEEF et une zone Natura 2000 au sein de la forêt de Chabrières. Guéret fait partie de la communauté d’agglomérations du Grand Guéret qui regroupe 22 communes, pour une population de 35 500 habitants et ayant pour compétences : l’aménagement du territoire, le developpement économique et toursitique, l’environnement, l’entretien et la création des voieries. Guéret apparait comme la ville centre de cette communauté d’agglomération, elle représente environ 39% de la population de la communauté sur 15% du territoire intercommunal. La communauté d’agglomération est porteuse de nombreux projets au sein du département.

Ce territoire a fait l’objet d’une réflexion afin de se doter d’un Schéma de cohérence territoriale (SCOT) sur le périmètre intercommunal. Le projet d’aménagement et de développement durable inclus dans le Scot a pour objectif :
– Accentuer les efforts effectués en termes de solidarité et de mixité sociale
– Améliorer l’attractivité du territoire : attirer et surtout retenir les populations et entreprises
– Préserver et mettre en valeur l’environnement, le cadre de vie « nature », qui constitue la carte d’identité du territoire.

Depuis le 29 novembre 1998, la commune de Guéret a pour maire Monsieur Michel Vergnier, il est engagé à gauche, membre du parti socialiste et député de la Creuse depuis 1997. Il s’est notamment engagé dans le combat pour la sauvegarde des services publics ; et en association avec la population, ils ont organisé la riposte contre la fermeture du centre de radiothérapie du Centre Hospitalier de Guéret.

Une population qui se renouvelle et dynamise le territoire

La population actuelle de la ville de Guéret est de 13 579 habitants (2010), elle représente 11.35 % de la population du département de la Creuse et 39% de la population de la communauté d’agglomération du Grand Guéret. Depuis une trentaine d’années, on assiste à un déclin de la population Guérétoise qui s’explique par un solde migratoire négatif non compensé par le solde naturel. Le taux de variation annuel de la population entre 1999 et 2007 est de -0.05%, ce qui bien inférieur à la moyenne départementale de -0.1%. Cependant le déclin démographique enregistré depuis plusieurs années semble ralentir et la commune devrait réussir à maintenir son nombre d’habitants dans les prochaines années.

Malgré ce solde migratoire négatif, de nombreux habitants emménagent dans la commune, en effet en 2007 environ 25% de la population résidait dans la commune depuis moins de 5 ans, de plus il s’agit d’une population jeune qui s’installe dans la commune avec une majorité de 15/24 ans, ce qui peut être une source de dynamisme et de renouvellement de la population. Il s’agit d’une population qui est demandeuse en termes d’activités et de services, notamment culturels et sportifs.

La population Guérétoise est une population vieillissante, cependant ce phénomène n’est pas caractéristique du territoire étudié, il s’agit d’une tendance nationale qui touche l’ensemble du territoire français. On constate que 60% de la population est comprise dans la tranche d’âge 15-60 ans, ce qui ne constitue pas en soi une population très âgée, et qui demeure encore une population active. La majorité de cette tranche d’âge réside dans le centre-ville, l’agglomération présentant une répartition homogène des populations par tranche d’âge sur l’ensemble de son territoire.

• Les jeunes guéretois de 0-19 ans représentent 20.8% de la population totale. (contre 19,05 % dans la Creuse)
• 59.25 % des habitants ont entre 20 et 65 ans (contre 54.6 % dans la Creuse)
• 19.95% de la population ont plus de 65 ans (contre 26.35% dans la Creuse.

Le centre-ville apparait comme l’espace le plus dense de la ville. De plus, via le graphique ci-après, on observe que la population comprise dans la tranche d’âge 20- 59 ans constitue près de 70% des habitants du centre-ville, le constat est le même pour la population active qui réside majoritairement dans ce lieu. Il s’agit d’une population que l’on peut qualifier d’ « active » dans le sens où elle est en mesure de se déplacer, de participer à des évènements, de pratiquer des activités sportives, elle ne constitue pas un ensemble âgé. Ainsi elle est plus enclin à sortir, découvrir de nouvelles choses, se cultiver et apporte un certain dynamisme à la ville.

A Guéret, la taille des ménages diminue depuis de nombreuses années, elle est aujourd’hui de 1.88 personnes par foyer, contre 2.1 dans le département. Près d’un ménage sur deux n’est composé que d’une seule personne, c’est un taux élevé comparé aux chiffres du département et de la région (36.1%). Aujourd’hui, il y a quasiment autant de personnes seules que de familles dans la commune. Les ménages seuls sont essentiellement occupés par des célibataires, les personnes divorcées et veufs sont peu nombreux. En ce qui concerne les familles, ceux sont généralement des couples sans enfant (50.6 % contre 30.5% de ménages avec enfant) qui depuis une dizaine d’années augmentent au détriment des ménages avec enfants.

Une volonté de développement économique 

En une dizaine d’années, la ville de Guéret a augmenté son nombre d’emplois de presque 10%. Aujourd’hui la commune compte 11 328 emplois répartis selon différentes catégories socioprofessionnelles. Le taux de chômage s’élève à 12.9% (13.1% en 1999), la moyenne du département étant de 10.4%. Celui-ci affecte principalement les jeunes de 15-24 ans qui sont à la recherche d’un premier emploi.

On constate une part très faible d’agriculteurs dans le profil social de la population, la majorité est des employés et des professions intermédiaires, ceci s’explique par le rôle de pôle administratif attribué à la ville de Guéret. La population active est peu mobile, en effet une grande part de la population guéretoise travaille dans la commune, ce qui témoigne de la capacité de la ville à conserver des emplois sur son territoire.

La ville possède un large tissu d’entreprises et d’établissements regroupant 931 infrastructures, dont 40% situés en centre-ville. La ville possède deux grands employeurs qui ont plus de 100 salariés : Sauthon Entreprises, qui compte entre 200 et 250 salariés spécialisés dans la fabrication de mobilier pour la petite enfance, et AFBAT/Henon Frères qui compte entre 100 et 200 salariés dans le domaine de la serrurerie. L’hôpital et la mairie constituent également des grands employeurs au niveau du territoire. Les grandes entreprises sont peu nombreuses puisque plus de deux tiers de l’activité guéretoise est assurée par des petites entreprises. Tous ces établissements peuvent compter sur un aménagement de qualité. En effet, en 2004 la communauté de communes souhaitait pouvoir accueillir de nombreuses entreprises génératrices d’emplois, elle a donc mis en place plusieurs zones d’activités communautaires. Aujourd’hui, les zones d’activités ou industrielles sont nombreuses dans la commune, mais souffrent d’un déséquilibre territorial puisque ces espaces sont essentiellement situés au nord de l’agglomération, à côté de la RCEA, ce qui constitue un point positif pour l’ensemble des établissements de ces zones. Le parc industriel de l’agglomération de Guéret (PIAG) comprend plusieurs zones industrielles ou d’activités dans différents domaines sur un espace de 72 ha, or 51,4 ha sont encore disponibles pour accueillir de nouvelles entreprises. Il a également été développé un village d’accueil d’entreprises qui a pour objectif d’aider les jeunes entrepreneurs à s’installer grâce à la mise en location à des tarifs peu élevés de locaux neufs, les entreprises peuvent résider dans le village pour une durée de vingt-trois mois. Cette initiative favorise l’implantation d’entreprises. De plus la ville souhaite créer un « pôle d’excellence rural : domotique et santé » ayant pour but de trouver des solutions face au vieillissement de la population. En effet, la Creuse reste un des territoires ruraux les plus âgés d’Europe, et est donc susceptible de recevoir la recherche et l’innovation de technologies permettant le maintien de personnes âgées à domicile, il s’agit également d’une source de revenu pour la commune. On constate grâce à ces aménagements la volonté de la municipalité de préparer l’avenir et de diversifier son économie. La commune présente également un potentiel touristique exploitable. L’environnement de qualité (Zone Natura 2000, ZNIEFF) joue un rôle important, le cadre « nature » est la carte d’identité du territoire. La ville possède une bonne capacité d’accueil avec 19% des lits en hôtellerie du département et 20% des hébergements collectifs du département, cependant un manque est présent en matière d’hébergements meublés, d’hôtellerie de plein air et de chambres d’hôtes. En 2011, l’office de tourisme a comptabilisé 29 500 visiteurs dont 11 446 en juillet et aout, soit 39% de la fréquentation annuelle. Les visiteurs sont essentiellement français (98%), parmi les étrangers les anglais et les néerlandais sont les plus représentés, d’ailleurs depuis quelques années les anglais sont de plus en plus nombreux à venir s’installer en Creuse. On remarque que Guéret est le site le plus visité de Creuse, en effet il propose diverses activités (base de loisirs, site de décollage de parapente). On remarque que les activités les plus demandées sont en lien avec le cadre et l’environnement naturel du territoire, on constate une augmentation de 9% sur les demandes d’activités « nature ». Aujourd’hui, la ville envisage le développement de nouvelles activités en accord avec le caractère naturel du site comme l’agrotourisme ou l’écotourisme. Les perspectives de développement pour la ville se situent dans l’arrivée de nouvelles entreprises, notamment grâce à l’implantation du pole domotique Santé, qui constitue un espoir de développement économique pour la ville, et qui pourrait dans le long terme changer l’image associée à la ville.

Ce développement économique va de pair avec le développement culturel que subit la ville depuis quelques années, et qui lui permet d’accueillir des représentations au sein d’équipements variés.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

Introduction
I. Diagnostic du territoire
A. La ville de Guéret
1. Un pôle central pour le département
2. Une population qui se renouvelle et dynamise le territoire
3. Une volonté de développement économique
B. Diagnostic culturel
1. Qu’est-ce que la culture ?
2. L’offre culturelle locale
3. Les pratiques culturelles
II. Le développement culturel
A. La culture comme facteur de développement
1. Une reconnaissance au niveau mondial
2. Les politiques culturelles en France
B. Les enjeux et les acteurs
1. Une multitude d’enjeux
2. Une diversité d’acteurs
III. Propositions d’aménagement
A. L’emplacement du projet
1. Un bâtiment à l’abandon
2. Une dimension fonctionnelle et affective
B. Le Café-Théâtre
1. S’appuyer sur un tissu associatif
2. Une « remise en vie » du théâtre
Conclusion
Bibliographie
Index des sigles
Annexes

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.