Réhabilitation de la halte ferroviaire de Pontchaillou et amélioration du trafic sur la ligne TER Rennes – St-Malo

La halte ferroviaire de Pontchaillou se situe dans le nord-ouest de la commune de Rennes (35). Cette dernière est la préfecture de la région Bretagne, elle compte actuellement plus de 210 000 habitants et sa superficie est d’environ 50 km2.

Elle est desservie par la ligne TER Rennes – Saint-Malo. Rennes est le bassin d’emploi le plus important de la région et le pays Malouin est l’un des pôles les plus attractifs de Bretagne en terme de tourisme, de plus Saint-Malo compte aujourd’hui 45 000 habitants. Par ailleurs, on trouve une population importante le long de cet axe, notamment sur Dol de Bretagne, Combourg et Betton.

Trois grands enjeux autour de la halte de Pontchaillou et de la ligne TER Rennes-St-Malo

Une gare inadaptée aux personnes à mobilités réduites (PMR)

Les différents accès

La halte de Pontchaillou est constituée de deux quais, l’un consacré à l’arrêt des trains dans la direction de Rennes et l’autre à ceux dans la direction de Saint-Malo. En ce qui concerne le quai en direction de Rennes : On retrouve un escalier au nord de la gare qui est inaccessible pour certaines PMR. En revanche un accès au centre du quai est possible pour les PMR, en effet ces derniers peuvent accéder à la gare sans y rencontrer d’obstacle. En ce qui concerne le quai en direction de Saint-Malo : on retrouve deux types d’accès : une rampe d’accès au sud de la gare permettant le passage des PMR, et une rampe d’accès au nord sous forme d’ escalier du même type que celui du quai pour la direction de Rennes, qui ne permet donc pas le passage aux PMR.

On constate que le nord de la gare est inaccessible pour certaines PMR, or c’est par cette entrée que se font la plupart des correspondances avec les autres types de transports (ce que nous aborderons par la suite). Les PMR sont donc contraintes de faire un réel détour (environ 200 mètres). La rampe d’accès pour le quai en direction de St-Malo est supérieure à 8 degrés en ce qui concerne son inclinaison. Elle est donc inconfortable pour les personnes en fauteuil roulant par exemple. En effet on considère qu’une rampe est accessible facilement lorsque son inclinaison est inférieur ou égale à 5 degrés. (cf normes de de la loi handicap de février 2005).

Un quai peu sécurisé

On s’aperçoit qu’aucun dispositif n’est mis en place pour les personnes en déficience visuelle. Aucune surface podotactile n’est implanté le long des quais ni même à l’entrée des deux escaliers. Cette surface permet à ces types d’usagers de distinguer la limite entre le quai et les voies par exemple. Leur absence représente ainsi un réel danger… La lacune entre le quai et le train est trop importante ce qui pose un problème pour l’accès de certaines PMR. Sa taille varie selon les types de trains et le quai. Elle peu allé au-delà de 30 cm ce qui pose un problème de sécurité notamment pour les personnes en fauteuil roulant.

Une halte qui n’est pas aux normes selon la loi de février 2005

La loi du 11 février 2005 a pour but de mieux répondre aux besoins des PMR et de leur garantir une égalité d’accès au transport par rapport à n’importe quel usager. Cette loi a un délai de 10 ans et elle devra ainsi s’appliquer en 2015. La loi s’étend à toute la chaine de déplacement, celle-ci prend en compte :

– la préparation du voyage
– l’achat du titre de transport puis pouvoir le valider facilement
– accéder aux transports collectifs
– sortir du système de transport
– utiliser son véhicule personnel

(Source : legifrance.gouv.fr)

Comme nous avons pu le voir précédemment, l’accès au train ainsi que la sécurité ne sont pas garantis pour certaines PMR. Il y a une rupture dans cette chaine de déplacement, la gare n’est pas aux normes, notamment en ce qui concerne l’inclinaison des rampes qui doit être inférieure à 5 degrés, et la lacune qui est trop importante. Afin de respecter la loi, les quais vont ainsi devoir être redimensionnés d’ici 2015 en termes de largueur et de hauteur afin de combler au maximum cette lacune. L’entrée nord devra être accessible au PMR. En effet, ces derniers sont désavantagés en ce qui concerne l’accès à la gare ce qui ne répond pas aux principes d’égalité soumis par la loi de février 2005. Enfin c’est un véritable paradoxe qu’une gare à proximité et portant le nom d’un hôpital ne soit pas adaptée aux PMR.

Une augmentation de la fréquentation de la ligne TER face à une ligne saturée

La situation ferroviaire de la halte de Pontchaillou

La halte ferroviaire de Pontchaillou se situe sur la ligne TER Rennes – Saint-Malo. Il s’agit du premier arrêt après la gare principale de Rennes. Les trains s’arrêtant dans la gare de Pontchaillou sont uniquement des TER (Train Express Régional) de type ZGC. Ils sont tous en provenance de la gare de Rennes et ont pour terminus soit Saint-Malo (35) pour les trains « inter-ville » soit Montreuil-sur-Ille (35) pour les trains « péri-urbain » se situant entre Rennes et Saint-Malo. On retrouve aussi des trains qui sont uniquement de passage dans la halte de Pontchaillou (pas d’arrêt). Il s’agit de certains TER en direction de Saint-Malo mais aussi des TGV (Train Grande Vitesse) en provenance de Paris-Montparnasse (ou très occasionnellement de Lille) vers Saint-Malo.

La région pour résoudre les problèmes de surcharges va remplacer simplement les trains actuels par des trains plus capacitaires. Mais elle ne cherche pas à résoudre le problème de densité de circulation sur la ligne. Cela signifie qu’il sera impossible d’ajouter des circulations aux heures de pointe. Cela pose ainsi un problème pour plusieurs raisons :
– L’arrivée de la LGV Pays de Loire Bretagne en 2017 va relier Paris et Rennes en 1h25, et st-Malo en 2h15, ainsi on peut estimer que le volume de circulations entre Paris et St-Malo risque d’augmenter. Or si la ligne est saturée aux heures de pointe, il sera difficile pour la SNCF d’ajouter des circulations de TGV.
– Le nombre de dessertes ne pourra pas évoluer aux heures de pointe si le problème n’est pas résolu, or on sait que le nombre de passagers augmente fortement d’année en année.
– Les usagers ne pourront pas bénéficier d’amélioration en termes de flexibilité horaire aux heures de pointe.

Des quais inadaptés

Selon la société « Bombardier Transport » , concessionnaire des TER Régio 2N, la région Bretagne a commandé 10 rames de Régio 2N de type Z courte d’une longueur de 81 mètres, et 7 rames Régio 2N de type Z longue d’une longueur 110 mètres. La SNCF peut ainsi faire circuler dans la région des doubles rames d’une longueur de 220 mètres maximum (2×110 mètres). Or le quai de la gare de Pontchaillou n’en mesure que 116. Le quai devra ainsi être redimensionné dans le sens de la longueur.

Le sens de l’allongement de ces quais devra ainsi tenir compte de l’inter-modalité, c’est-à-dire de la proximité avec tous les autres types de transports en commun proposés par l’agglomération de Rennes à proximité de la halte de Pontchaillou.

La halte de Pontchaillou a une particularité. Le quai dans la direction de Saint-Malo est un quai destiné à la montée, en revanche le quai en direction de Rennes est uniquement destiné à la descente. La SNCF ne compte qu’une à deux montées par jour sur le quai en direction de Rennes, ce qui reste très négligeable par rapport aux 500 passagers quotidiens que l’on compte aujourd’hui dans la halte. En effet le trajet de Pontchaillou à la gare de Rennes est effectué par les transports en commun rennais (STAR) qui sont beaucoup plus efficaces en termes de fréquence de passages, c’est par exemple le cas du métro. Seul l’aménagement des équipements sur le quai de St-Malo aura une importance.

Aujourd’hui, 70 est le nombre maximum de personnes attendant sur le quai dans la direction St-Malo constaté par la SNCF. Ce constat est fait aux heures de pointe du soir (16h30-18h30). On peut ainsi entreprendre l’hypothèse que le quai pourrait accueillir d’ici 2020 environ 210 personnes (70×3) si la fréquentation de la gare venait à tripler. Enfin, à chaque entrée des gares ou halte de France, la SNCF souhaite mettre en place des équipements divers comme des valideurs, des bornes d’achats et des écrans d’informations. Ainsi, dans le cas de cette gare, il ne sera nécessaire d’en installer que sur le quai pour St-Malo.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION
I. Trois grands enjeux autour de la halte de Pontchaillou et de la ligne TER Rennes-St-Malo
1. Une gare inadaptée aux personnes à mobilités réduites (PMR)
2. Une augmentation de la fréquentation du TER face à une ligne saturée
3. Des équipements inadaptés par rapport au nouveau contexte
II. Quelles solutions envisager face à ces enjeux ?
1. Par quels moyens rendre cette gare accessible au PMR tout en respectant les normes ?
2. Comment augmenter le nombre de circulations sur l’axe Rennes – St-Malo ?
3. Redimensionnement du quai, des équipements et création d’un nouvel accès
III. Proposition d’un projet final
1. Proposition d’aménagement pour la nouvelle halte de Pontchaillou
2. Proposition d’aménagement d’une voie de dépassements en gare de Chevaigné (35)
CONCLUSION
BIBLIOGRAPHIE
INDEX DES SIGLES
ANNEXES

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.