REFLEXION SUR LE SUCCES D’UNE JEUNE NAGEUSE AU TRAVERS DE LA CARRIERE SPORTIVE

POUR CLAUDE LE PAGE

                 « Un plan de carrière est ce que l’on peut définir comme étant l’organisation et la répartition des différents types et genres d’efforts qu’un individu peut et doit appliquer durant sa vie ». Pour lui, le plan de carrière est scindé en trois grandes parties qui comprennent des orientations distinctes à intérêts complémentaires. Il est composé de :
• L’apprentissage
-L’apprentissage, qui est divisé en quatre étapes :
-Première étape : l’accoutumance à l’eau, 10 séances, où l’on utilise des matériels pédagogiques variés. Avec les activités dirigés ou conseillés tel que les diverses formes d’entrée à l’eau, les redressements, la recherche d’objets immergés, les rudiments déplacements. Cette première étape a pour objectif de faire le repérage dans l’espace eau, l’équilibre, l’expiration, cadence volume.
-Deuxième étape : l’initiation ou période transitoire, affirmation de soi par rapport à l’eau. Cette deuxième étape selon l’auteur durera aussi 10 séances. Les activités conseillés, pour cette étape, les glissées, les coulées, les vrilles, les culbutes, les contrôles expiratoires et aspiratoires, maîtrise des déplacements en planches en position dorsale ou ventrale. L’objectif de cette deuxième étape est le contrôle de la respiration et l’exploitation des surfaces propulsives.
-Troisième étape : qui requiert 30 séances. Les activités conseillées étant le placement de la respiration sur le travail de bras, les techniques des quatre nage, celles du sauvetage. L’objectif de cette étape est de nager les 100 mètres quatre nage selon les bases techniques plus le sauvetage.
-Enfin la quatrième étape : qui demande 20 séances, pour cet auteur, cette étape vise le perfectionnement technique de l’apprenant. Les activités de cette quatrième étape consistent à améliorer les techniques de départ, les virages, les rythmes et cadences de nage. La pratique du sauvetage se fait en eau libre. L’objectif de cette étape est d’acquérir une certaine performance au 100 mètre quatre nage. On cherche surtout dans cette quatrième étape à sensibiliser, à inciter les jeunes nageurs à aimer la natation et à poursuivre leur carrière sportive.
• L’entraînement : Après ces étapes d’apprentissage, pour cet auteur, les nageurs qui poursuivent leur carrière sportive, rentrent dans la deuxième étape du plan de carrière : l’entraînement qui est constitué aussi de quatre étapes. A chaque étape, Claude le Page fixe l’âge des nageurs ou des nageuses qui rentrent dans cette étape de 8 à 10 ans pour les filles et de 9 à 10 ans pour les garçons. L’objectif ici est d’améliorer les quatre styles de nage, les virages et les techniques de départ. Il y aussi le travail hors de l’eau chez les nageurs et les nageuses qui rentrent dans cette première étape qu’ils doivent faire développer les aspects fonciers, les activités conseillées pour les nageurs qui sont les courses à pieds, lutte, grimper à la corde lisse, le maniement de l’embarcation, le canoë. Sur le plan psychologique, on vise pour cette étape à renforcer les désirs des jeunes nageurs à nager. La deuxième étape de l’entraînement est réservée pour les nageurs âgés de 11 à 13 ans pour les filles et 12 à 14 ans pour les garçons. Cette différence d’âge entre les filles et les garçons est due à la différence de croissance au développement entre les deux sexes. En cette étape, les transformations psychologiques prédominent l’aspect technique. Selon l’auteur : « en natation, le style s’affirme, la puissance croît et que la connaissance se précise. Psychologiquement, dans cette étape, on continue à améliorer les capacités aérobies, on accentue les charges pour développer au maximum les qualités foncières potentielles. Les activités physiques préconisées pour cette étape sont des activités très variées, ceci afin de développer toutes les capacités physiques nécessaires et de renforcer les motivations, c’est à dire en variant les activités, les nageurs ne s’ennuient pas. La troisième étape, dont l’âge des nageurs se situe entre 14 et 15 ans pour les filles et 15 et 16 ans pour les garçons. Claude le page parle de période de transition, et qualifie cette étape d’étape critique car les nageurs qui se trouvent dans cette catégorie d’âge sont des jeunes nageurs encore indécis qui n’ont pas encore les forces morales nécessaires. Ils sont encore à la recherche de leur personnalité. Il faudra donc des mises au point très doigté. Sur le plan psychologique, il faut préparer les nageurs de cette catégorie moralement à accepter l’éventuelle stagnation de performance qui arrivent souvent au cours de cette étape, malgré le dur labeur, l’accroissement ou développement du travail d’entraînement. Ce qu’il faut dans cette étape, c’est de préserver les acquis antérieurs. Les activités préconisées au cours de cette étape sont identiques à l’étape précédente, mais elles augmentent en intensité. Nous nous sommes donc arrêtés sur cette étape, car l’âge de Tojo à l’heure où nous rédigeons cette mémoire est de 15 ans. Si tel est donc le point de vue de Claude le Page pour le plan de carrière ou la carrière d’un sportif au cours de la première formation, quand est-il des points de vue des autres auteurs ?

L’initiation technique

                 La première étape : l’âge se situe entre 9 et 11 ans. Pour cette période, l’auteur préconise pour les activités nautiques, l’initiation technique, l’entraînement aérobie et l’apprentissage à l’effort. Le nombre de séances par semaine est de 2 à 4, avec des séances de 1 heure à 1 heure 30. Le kilométrage effectué au cours de chaque séance va de 1500m à 3000m. L’objectif de cette première étape est de faire acquérir aux jeunes nageurs un certain automatisme. C’est une période pour faire aussi la détection des jeunes talents.

L’observation documentaire

                 L’observation documentaire consiste à faire l’analyse de contenu des documents techniques telle que les fiches de résultats de performances, les presses écrites, les archives personnelles des entraîneurs pour en faire le dénombrement, le recensement des records battus à relever l’évolution chronométrique des performances. Si telle est l’analyse des outils méthodologiques, il nous faut maintenant faire la description de notre échantillonnage pour chaque démarche méthodologique.

Interprétation du tableau d’évolution de performance de Tojo des épreuves de 100m sur bassin de 25m

                 En 1999, en NL, elle était à 1’52’’97après 5 ans de pratique, car elle est arrivée à 1’05’’05 à 13 ans. Elle a gagné 46 secondes sur cette distance. C’est une évolution fabuleuse, qui dépasse l’amélioration normale. Dans le cadre du processus de transformation au sein du plan de carrière, une telle évolution s’avère-t-elle normale ? Le gain de performance est multiplié par 4. Est-ce normal ou est-ce que c’est le fruit d’un travail trop dur ou trop intensif qui ne respecte pas les principes édictés dans le plan de carrière. Est-ce qu’on trouve cette évolution dans les autres épreuves ? En brasse, sa performance de départ au début de l’entraînement est de 1’44’’40 en 2000. En 2003, sa performance atteignait 1’22’’93, on observe une évolution de 1’44’’40 – 1’22’’93= 21’’47. L’évolution dans cette épreuve est le double de ce qui est prévu par l’évolution théorique préconisée dans le plan de carrière de Pedroletti. En quatre nages, la performance de départ au début d’entraînement est de 1’39’’95. A 13 ans en 2003, sa meilleure performance est de 1’13’’66. On observe une amélioration de 1’39’’95 – 1’13’’66 = 26 ‘’29, plus que le double de l’évolution prévue dans le plan de carrière. En papillon, la performance départ au début d’entraînement est de 1’36’’66. A13 ans, c’est à dire à sa maturité physique, sa performance arrivait à 1’11’87. La progression observée est de 1’36’’66 – 1’11’’87 = 24’’29. Sur les quatre épreuves ci- dessus, la progression de performance observée est presque le double de ce qui est prévue dans le plan de carrière. Comment expliquer cette amélioration excessive de la performance de Tojo dans ces épreuves ? Est-ce dû à un travail trop dur, trop intense qui va chercher d’une manière trop hâtive des performances élevées ? Ou est-ce dû à des aptitudes physique, physiologique ou psychologique particulière à cette nageuse ? Pour apporter les éléments de réponse à ces questions, il nous faut alors aller au delà de l’âge de maturité physique de cette nageuse. Observer au delà de cette maturité physique, si les performances de cette nageuse vont évoluer. L’hypothèse à tester sera la suivante : Si une évolution de performance ou de progression de performance est observée après la maturité physique, on pourra conclure que l’évolution ou la progression de performance excessive avant la maturité physique n’est pas due à un entraînement excessif, à la hâte ; mais due aux : aptitudes physiques, physiologiques et psychologiques particulières de cette nageuse ou à un plan d’entraînement bien conçu. Selon le schéma de progression dans le plan de carrière de Michel Pedroletti ; à titre de rappel, les filles plus précoces finissent leur puberté et leur croissance entre 13 et 16 ans, et les garçons entre 15 et18 ans ; et continuent la progression du début d’entraînement jusqu’à l’âge de la maturité physique en une dizaine de secondes gagnées au cours de cette période. Qui ne sont pas significatives relativement au potentiel possible. Effectivement, d’après le tableau et le graphe, du début d’entraînement jusqu’à l’âge de maturitéphysique, notre nageuse a gagné une amélioration de plus de 20 secondes sur toutes les épreuves de 100 m. Si on pose comme postulat que 15 ans est l’âge de maturité physique, et qu’elle entre dans la phase de développement de son plan de carrière à 14ans. Depuis deux ans alors, d’après le tableau de performance et l’évolution graphique, la performance de cette nageuse la plus évoluée sur les 100 mètres quatre nages. Or d’après cet expert de la FINA, le progrès le plus important dans la phase de développement c’est à dire après la maturité physique lorsque le nageur atteint un niveau de performance élevé. Le progrès de quelques dixièmes de secondes est excessivement important dans la troisième phase, la phase de maturité sportive ? Si Tojo n’a plus évolué en 50m nage libre, en 50m brasse et au 50m dos ; on voit par contre qu’elle a nettement évolué en papillon. Ce qui signifie que cette nageuse peut maintenant entrer dans l’étape de spécialisation. Elle peut donc se spécialiser en papillon. D’ailleurs, dernièrement elle a amélioré les records de Madagascar dans ce style que ce soit dans les 50 m, les 100 m et les 200 m. donc au regard de ces évolutions de performance, on peut conclure que le plan de carrière suivi par cette nageuse est un plan de carrière bien conçu qui permet à cette nageuse de progresser dans la phase de sa maturité sportive. Par conséquent, la réussite de Tojo à l’heure actuelle n’est pas le fruit d’une préparation hâtive, ni le résultat d’un travail de préparation trop dure ou trop intense.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION
I- PRESENTATION DE LA RECHERCHE
I-1- Objet de la recherche
I-2-Intérêt de la recherche
I-3- Etats de lieux
II-CADRE THEORIQUE
II-1- Les propos de certains auteurs
II-1-1-Selon Claude Le Page
– L’apprentissage
– L’entraînement
II-1-2- Selon George CAZORLA
– L’entraînement de base ou période de formation générale
– L’entraînement spécifique ou période d’orientation
– La spécialisation
II-1-3- Selon J.MESLIER
– L’initiation technique
– L’âge de puberté
– La période d’adolescence
– L’étape de maturation
II-1-4 Selon Michel PEDROLETTI
– la phase de formation
– La phase de développement
– La maturité sportive
II-2-Position du problème
II-3- Formulation de l’hypothèse
III-METHODOLOGIE
III-1- Choix de la démarche méthodologique
III-2- Description de matériels d’analyse
III-2-1- Enquête biographique
III-2-2- L’observation documentaire
III-2-3- Description de l’échantillonnage pour l’interview
III-2-4- Description de l’échantillonnage pour l’observation documentaire ou l’analyse de contenu des documents techniques
III-3- Déroulement de l’enquête
III-4- Déroulement de l’observation documentaire
IV-INTERPRETATION DES RESULTATS ET SUGGESTIONS
IV-1- Présentation des récoltes de données
IV-1-1- Présentation des résultats de l’enquête
IV-1-2- Présentation de l’enquête documentaire
IV-2- Interprétation de l’enquête
IV-2-1-Interprétation des résultats de l’enquête biographique
IV-2-2- Interprétation des résultats de l’enquête documentaire
IV-3- Confrontation des résultats documentaires
IV-4- Suggestions
CONCLUSION
Bibliographie
Annexes

Télécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *