(Re)coudre avec du sans fil. Enquête sur des pratiques de médiation infrastructurelle

[Carnet d’enquête/extraits du compte rendu du 9e International Summit for Community Wireless Networks (IS4CWN, 2-4 octobre 2013), Berlin]

Le sommet international des réseaux communautaires sans fil se déroule cette année à Berlin au sein de l’hackerspace C-Base (siège du Chaos Computer Club [CCC]). Pour cette édition, L’IS4CWN est porté par les membres du projet berlinois Freifunk mais également par la fondation Heinrich Böll (affiliée au parti politique allemand écologiste Bündnis 90/Die Grünen), l’Open Technology Initiative (OTI) et Chambana.net (Acorn Active Media/Independent Media Center d’Urbana Champaign). Selon les organisateurs, l’événement rassemble la majeure partie des initiatives concernant les Réseaux Sans Fil Communautaires (RSFC) qui existent dans le monde.

Sur le papier de présentation du sommet, l’IS4CWN se veut « plaidoyer international pour un Internet décentralisé et pour un autre regard sur les technologies de l’information et de la communication » ; dans les faits, il s’agit de trois jours d’échanges, de discussions, de démonstrations et de débats autour de la technologie MESH et de ses standards logiciels, des Wi-Fi communautaires, des politiques relatives au 802.11 et de la législation sur les RSFC développés partout dans le monde. Le colloque s’ouvre par une allocution de Sascha Meinrath, fondateur d’OTI et du logiciel MESH Commotion puis par un discours de Björn Böhning, membre du parti social-démocrate d’Allemagne et adjoint à la mairie de Berlin. Böhning, souligne la créativité que représentent des « infrastructures actives dans la société digitale ». Il cite Freifunk et leur RSFC à de nombreuses reprises et l’intérêt qu’a un « certain type de hackers » pour le « développement de la citoyenneté ». Fotis et Eleftherios sont assis à côté de moi. Je les ai rencontrés l’année dernière à Barcelone où se tenait l’IS4CWN 2012 (organisé par Guifi, une association ayant développé un RSFC de 38 000 nœuds répartis à travers la Catalogne, la communauté de Valence, la Galice, le Pays basque et l’Andalousie). Ils savent que je fais une étude sur ces “infrastructures actives“ comme les nomme Böhning et que je reviens d’un long séjour à Détroit où j’ai suivi la mise en place de RSFC. Ils sont les coordinateurs d’un réseau sans fil communautaire à Athènes et n’aiment pas du tout le discours de Böhning. Pendant l’allocution, Eleftherios me confie à voix basse sur un ton cynique : « Non mais écoute-le celui-là ! Il y a un “bon type de hackers“… Bon, tu sais qu’on a un peu de mal avec les Allemands de manière générale ces derniers temps en Grèce, mais il ne s’agit pas de ça… Tu vois, il le dit à demi-mot : il aime bien ceux à qui il peut récupérer tout le boulot et le mettre dans son bilan politique ! Tu sais, c’est pareil à Athènes avec la crise, maintenant tous les politiques veulent récupérer ce que l’on fait depuis des années, car ils voient que ça fonctionne, qu’on devient l’un des FAI les plus importants dans la ville et qu’on va à l’encontre des intérêts de gros groupes télécoms qui ne sont intéressés que par le profit. Les hommes politiques ne nous ont jamais aidés, moi je ne veux pas avoir à faire avec ces pourris. On fait notre truc seul, pour les citoyens, pas pour les politiques !… ».

Après cette entrée en matière, je pars suivre un atelier animé par Darby Hickey d’OTI qui s’intitule Women and Community Wireless : adressing challenges, sharing successes. Le panel de discutant.e.s est varié : Sushinata vient d’Inde et raconte son expérience de déploiement de réseaux MESH dans certaines zones rurales de son pays. Très bonne solution selon elle car légère en terme d’infrastructure et facilement extensible par la suite. Jessica, la deuxième intervenante, vient d’Argentine et organise des ateliers non mixtes qui encouragent les femmes à comprendre les technologies télécoms et à créer des réseaux MESH dans leurs quartiers. Jenny, qui vient d’Oakland en Californie, abonde dans son sens et présente son initiative qui est similaire mais destinée à des personnes transsexuelles. Pour elle, les commons sont un moyen privilégié de repenser notre rapport au politique, au racisme, à l’homophobie et à la différence de manière générale.

L’après-midi, je participe à un atelier qui vise à présenter d’autres projets MESH. Le premier prend place dans la région de Oaxaca au Mexique ; Il s’agit d’un réseau local de téléphonie mobile intitulé Rhizomatica. Originaire d’un village de cette province, Peter est ingénieur en informatique et a acheté un relais Wi-Fi extrêmement puissant et une connexion satellitaire à Internet pour couvrir trois vallées proches du village d’où il vient et qui n’est pas du tout couvert par les opérateurs de téléphonie mobile mexicains. Il a donc créé une appli pour smartphone qui fonctionne via Internet (VoIP) et une sorte de compagnie coopérative locale de téléphonie mobile qui fonctionne sur cet unique relais et cette connexion par satellite. Après cet exposé, Theresa, Monique et Ulysses, digital stewards à Détroit avec qui j’ai travaillé d’avril à juillet 2013, présentent leur réseau Morning Side MESH et la méthodologie d’implantation qu’ils ont appliquée pour faire connaître leur projet dans leur quartier et enrôler un nombre plus important de participants : sondages distribués dans les boîtes aux lettres, porte-à-porte pour discuter avec les habitants du quartier et les convaincre de participer au projet, appui sur des communities déjà existantes comme le club de patins à roulettes Rollercade, très important dans le quartier de Theresa, dernier lieu d’activité « communautaire » avec l’église du coin. En fin de journée, après une pause où j’aperçois Fotis et Eleftherios en pleine discussion avec les personnes du RSFC de Montréal Île sans fil (je crois entendre qu’ils parlent « matériel » ; ils brandissent des picostations Wi-Fi et décrivent leurs fonctionnalités avec de grands gestes), Diana de l’association Allied Media Projects de Détroit présente aux côtés d’Andy Gunn d’OTI les réussites et les échecs des formations de digital stewards à Détroit. Le débat se focalise autour des façons de sensibiliser des citoyens et des personnes qui semblent à première vue peu concernées par les mondes du numérique, aux enjeux des RSFC, des infrastructures et de la technologie MESH. Diana revient souvent sur la nécessité de remettre au cœur des déploiements les community organizers, ceux qui « maintiennent le réseau » et non plus les geeks, les ingénieurs.

Le lendemain, la journée commence autour d’un atelier organisé par Greg, activiste américain défenseur des Communs. Il revient sur l’histoire du terme et sur pourquoi, selon lui, les MESH trouvent leur place dans ce « mouvement », assurant leur versant « infrastructurel 2.0 ». Après son atelier, cinq jeunes adultes de Brooklyn qui suivent également des formations de digital stewards, présentent leur réseau de quartier à Red Hook et les capacités de résilience dont il a fait preuve lors de l’ouragan Sandy de 2012 qui a touché de plein fouet New York. Les formations de digistews à Brooklyn et à Détroit diffèrent sur de nombreux points, notamment celui de la rémunération des participants. A New York, les digital stewards sont payés par le Red Hook Initiative Center, les « résultats » de leurs formations sont donc évalués d’une autre manière. En fin de journée, Amelia Andersdotter, membre du Parti pirate suédois et eurodéputée intervient sur la question de la gouvernance d’Internet et critique ouvertement la politique de Neelie Kroes (European Commissioner for Digital Agenda). Le titre de son intervention est le suivant : « Bottom-Up and TopDown : crossroads between Brussels and Communities ». Diana de Détroit est à côté de moi, elle me dit à voix basse : « Dis donc, elle est cool cette femme politique, il nous en faudrait des comme ça aux EtatsUnis !… Tu as vu, elle utilise les mêmes mots que nous à Allied Media : BottomUp, Communities, ces trucs que tu voulais que je t’explique quand tu étais à AMP avec nous… » Je lui réponds qu’il s’agit des mêmes termes en effet et lui demande si elle pense que tous les participants à ce colloque font la même chose : on parle à peu près tout le temps d’une technologie similaire mais les « versions » présentées par les participants sont totalement différentes les unes des autres. Pour l’un.e il s’agit d’un FAI alternatif, pour d’autres d’outils d’empowerment pour personnes en difficultés, transsexuelles, etc. Diana sourit et me répond : « mais ce n’est pas important que ce soit similaire François, l’important c’est que ça aille à peu près dans le même sens : redonner du sens à Internet, le rendre plus humain… » .

Traquer une technologie de médiation 

Matériaux et instructions

« La communication met en jeu des techniques, des objets, des machines. D’une part ces techniques et ces machines, dont on peut retracer l’histoire, offrent des supports dont la forme conditionne celle des messages ainsi que leurs modes de circulation. D’autre part, surtout à partir du développement des sciences humaines et sociales, chaque apparition d’une technique nouvelle et des supports qu’elle offre suscite des interrogations, fait naître des théories, favorise des discours et des pratiques scientifiques. La technique joue donc un rôle double en sciences de la communication. Elle est objet d’étude, car elle est intimement liée à toutes les étapes des processus de la communication. Mais elle fait aussi naître des discours scientifiques qui apparaissent à des moments précis de l’histoire des techniques » (Ollivier, 2007, p.6).

Tout au long de ces années d’études, le travail mené a fait apparaître une pluralité de matériaux à la fois réels et virtuels. Ce « MESH » que j’ai étudié et traqué, se dévoilait à plusieurs endroits, sous différentes formes ; il était traduit et retraduit (Callon, Akrich, Latour, 2006) de manière permanente par différentes personnes, diverses périodes et par des milieux pluriels (opération qui ne s’est d’ailleurs toujours pas arrêtée aujourd’hui).

Il était parfois, nous le verrons dans les chapitres suivants, prétexte pour « tester » des types de technologies soi-disant disruptives ; d’autres fois, il était démonstrateur (pour le compte de différents acteurs), mettait en avant les potentiels d’une technologie et construisait une forme de dispositif revendicatif capable de les révéler. Encore aujourd’hui, cet objet singulier qu’est MESH maille un ensemble de « lignes de relations sociales » (Ingold, 2011) pour former des mondes relationnels plus ou moins cohérents.

Matrices et flottements 

Le premier de ces matériaux est celui que l’on va aborder dans le second chapitre : il s’agit des lignes issues de la presse générale traitant de la technologie qui m’intéresse ainsi que les matrices narratives qu’elle a contribué à fabriquer et qui illustrent notamment au nom de quoi des personnes agissent lorsque l’on évoque MESH. En articulant une mosaïque d’articles de presse en anglais et en français concernant MESH (presse en ligne principalement), j’ai peu à peu constitué un corpus important de dépêches, de reportages, d’articles plus ou moins longs, de visualisations de données, de vidéos et de reportages audios concernant les réseaux MESH et le logiciel Commotion. La recension de ce corpus-là a débuté en 2011, au début de cette thèse et s’est étalée en s’affinant sur quatre années. Elle a permis de voir apparaître de nouveaux acteurs dans le monde des technologies décentralisées sans fil mobiles et a surtout permis de voir se rejouer, différents évènements qui ont cristallisé la compréhension du grand public sur ce type de technologie et de réseaux (les mouvements « révolutionnaires » qui font face à des cas de « censure/black-out» des infrastructures de télécommunications existantes). Ce sont les articles du New York Times de Glanz & Markoff (juin 2011) ainsi que celui d’Yves Eudes publié dans Le Monde (août 2011 – cf. Annexe 1) qui ont commencé à constituer ce corpus (je reviens plus longuement sur ces textes dans le chapitre suivant). À travers cet ensemble d’articles et de reportages, j’ai pu entrevoir la manière dont MESH se métamorphosait. D’un réseau de « technogeeks dionysiaques » comme les appelle Rheingold (2002, p.185) en passant par les premières communautés en lignes de personnes voulant établir leurs propres réseaux locaux, devenir leurs propres FAI, et par la proximité de cette technologie avec des formes de « médias révolutionnaires » capables de « chorégraphier » (Gerbaudo, 2012) des mouvements sociaux d’une manière originale, j’ai pu comprendre les façons dont ces technologies pouvaient être appréhendées par le grand public, par des journalistes (avec qui j’ai parfois rédigé des articles  de presse), mais j’ai pu voir apparaître également des stratégies promotionnelles de ces technologies de réseaux.

C’est avec une sorte d’« observation flottante » pour reprendre l’expression de Colette Pétonnet (1982), qui consiste à « rester en toute circonstance vacant et disponible, à ne pas mobiliser l’attention sur un objet précis, mais à la laisser “flotter” afin que les informations la pénètrent sans filtre, sans a priori, jusqu’à ce que des points de repères, des convergences apparaissent » (Pétonnet, 1982, p.39) que j’ai constitué ce corpus et que j’ai avancé sur ce terrain-là. Très vaste, éclaté sous différentes formes (podcasts, articles de presse en français et en anglais, images, vidéos, datavisualisations, interviews, extraits de forum, de blogs, de listes de diffusion, etc.), il est ici complexe de rendre compte de manière complète de ce corpus. Néanmoins, le travail de veille effectué pour ce matériau peut s’incarner dans le flux RSS agrégé via l’outil de collectage de pages web delicious que j’ai constitué pour le projet ANR ADAM auquel j’ai été rattaché pendant 42 mois. Cette collecte regroupe un ensemble de 319 pages web qui réunissent des contenus divers. Elle rassemble des points de vue de chercheurs, de journalistes et de personnes associées de près ou de loin aux mondes du pair-à-pair mobile et des pratiques qu’ils génèrent d’un point de vue juridique, économique, politique, culturel et social.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

Avant propos
Introduction générale
CHAPITRE 1 Enquêter par le milieu
CHAPITRE 2 Architectures télécoms « révolutionnaires »
CHAPITRE 3 Du global au local : vers un cosmopolitisme médié par une
technologie de réseau
CHAPITRE 4 Équiper la résilience pour créer les conditions de la reliance
CHAPITRE 5 Penser ensemble infrastructures, communs et médiation
Conclusion générale
Bibliographie
Table des matières
Table des figures
Table des annexes
Index des auteurs

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.