Réaménagement d’un espace public

Casablanca, la capitale du Maroc est en plein développement économique. Depuis les deux dernières décennies, cette ville voit son dynamisme s’accroitre. Le cœur de la ville est en plein renouvellement avec la création de nouveaux espaces pour des bureaux ou encore on voit le long du littoral, les promoteurs « se déclarent la guerre» pour implanter des hôtels et des logements. L’activité économique est en plein essor. Cependant, les quartiers périphériques de la capitale ne connaissent pas ce dynamisme. Nous allons nous s’intéresser plus particulièrement au quartier de Hay Chrifa situé au sud du cœur de la ville. Ce quartier est un des anciens quartiers de la capitale. Par sa localisation géographique en périphérie de la capitale, il accueille de plus en plus de population.

Présentation du territoire et du quartier concernés

Casablanca : une ville capitale

Casablanca, est la capitale économique du Maroc. Elle est située dans la région du Grand Casablanca, sur la côte atlantique, à environ 80 km au sud de la capitale politique et administratif Rabat. C’est la plus peuplées des villes du pays.

Casablanca compte 4 000000 habitants (population du pays : 32,3 millions d’habitants en 2012), et possède une superficie de 386km² (38 600 ha).

Quartier de Hay Chrifa

Analyse spatiale

Le quartier de Hay Chrifa dispose d’une situation géographique stratégique: Il est limité au nord par la RP35 (autoroute urbaine de Casablanca), à l’est par la route de Médionna, à l’ouest par Lissasfa et au sud par la province de Nouacer.

Population du quartier : 37500 hab.
Surface du quartier : 5.25 km²

Ce quartier fait parti de l’arrondissement Ain Chouk. Il rassemble un peu près 306.076 habitant sur une superficie de 39,4km². La densité de la population au sein de cet arrondissement est de 7768 hab/km² d’après les estimations de l’année 2012. Cette population est composée de 48,94% d’hommes et 51,06% de femmes. Il s’agit d’une population jeune (plus de la moitié ne dépasse pas les 35 ans, le quart de cette population a moins de 15 ans).

Analyse fonctionnelle

Le quartier Hay Chrifa se caractérise par la présence d’une forte activité commerciale, avec une prédominance du secteur alimentation. Il constitue l’un des pôles les plus importants et les plus dynamiques de l’arrondissement et de la ville.

o les activités commerciales dominantes : elles se représentent dans les centralités majeures, les commerces et services du quotidien, dont le principal alignement se situe au sein de la rue 1 (l’omniprésence quotidienne des marchands ambulants tout au long de cette rue).
o Les services des habitants : les équipements de proximité (école primaire Bab Andalous)
o Les fonctions dominantes : habitats, emplois, etc.
o Les déplacements : ils se représentent dans les stations de transports collectifs (bus, taxis), à proximité du quartier .

Problématique :
Aujourd’hui le quartier de Hay Chrifa a connu plusieurs changements. En effet, ce quartier isolé présente un cadre environnemental agréable et calme. Et par conséquent, il attire de plus en plus de population. De même, le cadre de vie présent sur ce territoire séduit les industriels qui n’hésitent pas à implanter leurs entreprises à la périphérie du quartier. En terme économique, Hay Chrifa, bénéficie d’une zone industrielle importante à l’échelle nationale. Cette zone joue le rôle d’un véritable pôle de générateur de déplacements. De plus, le quartier souffre d’un grand manque d’équipements et d’une occupation illégale permanente des espaces publics ce qui nuit au cadre de vie des habitants. Comment peut-on faire face à ces occupations illégale des espaces public et rendre le quartier un lieu où il fait bon vivre.

Diagnostic, enjeux et objectifs

L’école primaire Bab Al Andalousse

L’école primaire de Hay Chrifa est un des pôles générateur de déplacement. Elle accueille 280 élèves dont 205 sont issus du quartier Hay Chrifa et 75 viennent des quartiers extérieurs. Cette école est localisée dans une zone industrielle entourée d’usines et de voiries. Elle est située au cœur du quartier Hay Chrifa et subit quotidiennement des nuisances qui perturbent le cadre scolaire des écoliers. Ces perturbations sont : l’extension du marché jusqu’aux portes de l’école, des contraintes de stationnement et de circulation et un manque de signalisation dans les abords de l’école.

L’extension du marché jusqu’aux portes de l’école primaire :
Le marché du quartier a tendance à se prolonger jusqu’au bout de la rue, c’est-à dire, à proximité de l’école Bab Al Andalousse. Les marchands par leurs cris et les bruits qu’ils produisent, provoquent des nuisances sonores gênantes qui perturbent la concentration des élèves. De plus, cette extension des marchands le long de la route empêche la bonne fluidité de la circulation des transports scolaire. Ces marchands occupent les trottoirs, ceci contraint les piétons à circuler sur la route qui a pour fonction première de permettre la circulation des véhicules.

Dépose minute/sécurité :
Par ailleurs, L’absence d’une aire de dépose minute à proximité de l’école, oblige les parents des élèves à stationner en double voir en triple file pour déposer leurs enfants (cf image cidessous). Initialement, la rue de l’école est une rue à deux voies, donc ce stationnement anarchique créé un embouteillage important et permanent devant l’école surtout aux horaires d’entrée et de sortie des élèves. De même, du point de vue de la sécurité routière, les élèves du primaire perçoivent les abords environnants de leur école comme étant des milieux dangereux et stressant.

Trottoirs et abords de l’école :   
En outre, dans la rue principale menant jusqu’à l’école, on observe un déséquilibre entre la part de l’espace urbain dédiée aux piétons par rapport à celle accordée à la circulation motorisée. Ce déséquilibre est encore plus marqué si l’on prend en considération l’occupation illicite des espaces piétons par les véhicules stationnés de manière irrégulière. En effet, le trottoir a tout simplement une fonction de sécurité des piétons mais aussi une fonction sociale. C’est le plus souvent sur le trottoir que les parents attendent leurs enfants à la sortie d’école. Cependant, on constate que l’état actuel des abords de l’école est utilisé pour des stationnements qui empêchent les écoliers de voir et d’être vu. De même, parfois ces trottoirs sont soient occupés par les stands des marchands soient par des véhicules ne trouvant pas de places de parking. Cette situation contraint les parents à attendre leurs enfants sur la route. Ceci est non seulement dangereux pour ceux qui attendent mais également pour leurs enfants. Chaque espace a sa fonction. Les bus utilisent l’espace dédié aux piétons, les voitures stationnent sur la voie de bus devant l’école. Ce sont finalement les piétons qui circulent entre les véhicules et qui se trouvent dépourvues de leur propre espace.

Absence de signalisation :
Par la suite, nous observons également qu’il y a une absence de signalisation dans le quartier et dans la rue principale permettant d’identifier la présence de l’établissement scolaire. En effet, l’école est bordée par deux carrefours perçus comme des zones dangereuses (croisements de différents usagers). Il n’y a aucun panneau indiquant la présence d’enfants ou bien inciter les voitures à ralentir.

L’école est perçue comme un des pôles générateurs de déplacement. Son influence s’étend audelà du quartier. C’est pourquoi dorénavant, cette rue principale menant jusqu’à l’école devrait permettre une fluidité des déplacements des véhicules pour éviter les croisements des usagers et ainsi assurer davantage de sécurité.

Un manque d’équipement sportif :
Le quartier de Hay Chrifa est animé par la présence de jeunes enfants dans les rues qui ont tendances à s’approprier les rues comme leurs propres terrains de jeux. En effet, les enfants du quartier envahissent les rues pour jouer et très souvent les rues se transforment en terrain de football. Ce comportement s’explique par le manque d’équipements sportifs et des parcs de jeux.

De plus, même l’école primaire ne possède pas de gymnase. Les écoliers parcourent plusieurs centaines de mètres pour se rendre au terrain de sport le plus proche. Il faut plus de 20 minutes aller-retour pour pouvoir pratiquer l’éducation sportive. Le parcours n’est pas très sécurisé, il y a une absence de signalisation et des passages piétons qui ne sont pas indiqués. La présence d’adultes est obligatoire pour accompagner les enfants.

Au sein du quartier Hay Chrifa, la vie est rythmée par la présence des enfants qui vont à l’école et les marchands qui essaient d’attirer des clients. On assiste de plus en plus à une extension des marchands les autres rues du quartier. Dans cette sous-partie, nous allons nous s’intéresser davantage au phénomène des marchands ambulants.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

Introduction
I. Partie 1 : Présentation du territoire et du quartier concernés
A. Casablanca : une ville capitale
B. Quartier de Hay Chrifa
a) Analyse spatiale
b) Analyse fonctionnelle
Problématique
II. Partie2 : Diagnostic, enjeux et objectifs
A. L’école primaire Bab Al Andalousse
a. L’extension du marché jusqu’aux portes de l’école primaire
b. Dépose minute/sécurité
c. Trottoirs et abords de l’école
d. Absence de signalisation
e. Un manque d’équipement sportif
B. Le phénomène des marchands ambulants
C. Les espaces verts deviennent de plus en plus rares
D. Enjeux
E. Transition entre le diagnostic et la Partie aménagement
III. PARTIE 3 : les propositions d’aménagement
A. Aménagement des abords de l’école primaire
a. Identification du terrain pour accueillir les activités sportifs des écoliers
b. Aménagement de nouveaux parkings pour le personnel et les bus scolaires
c. Création d’une zone 30
d. Une mise en place de panneaux de signalisation
e. Création d’une zone piétonne
f. Implantation d’un ralentisseur (type plateaux)
g. Implantation des barrières et de passage piétons
h. Création de dépose minute
i. Implantation d’un stade
B. Création d’un marché « souk du quartier»
C. Espaces verts et la lutte contre l’encombrement des ordures
Conclusion
Bibliographie
Résumé

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.