Promotion du tourisme culturel dans la commune rurale d’ALASORA par la creation d’une galerie d’art

Depuis l’antiquité, le monde avait connu des formes de tourisme, cela se présente sous forme de déplacement d’une région à une autre pour plusieurs raisons : économique, commerciale, sportive ou encore sanitaire. Au XVIIème siècle, les voyages se multiplient et les Anglais font preuve d’une grande mobilité. En effet, quelques innovations ont été apportées par divers pays du monde d’où l’apparition des guides voyages en France en 1631 et 1672, l’organisation de transport des voyageurs, la prise en charge des bagages, l’hébergement et les repas par Il Vetturino en Italie .

Au XVIIIème siècle, le tourisme prend une nouvelle dimension. Il s’est répandu à de nouveau client et les activités se sont diversifiées . A la fin de XVIIIème siècle Le mot « tourisme » apparait pour la première fois en Angleterre et son usage s’étend rapidement parmi les classes aisées. Au XIXème siècle et dans la moitié du XXème siècle, le tourisme connait son développement réel dû à l’évolution de la technologie de l’information et de la communication qui a réduit la distance et l’espace-temps ; ainsi qu’avec l’apparition du phénomène de la mondialisation qui a fait constater la diversité culturelle . Face à cela, le tourisme est devenu une industrie qui arrive à produire lui seul 12% du PIB mondial et 8% de l’emploi , dont tous les pays du monde ont tiré profit, et Madagascar en fait partie.

Comme chaque pays du monde qui dispose d’une dotation impressionnante de biodiversité, de beauté naturelle et d’un patrimoine culturel, Madagascar possède aussi tous les atouts nécessaires pour accueillir le tourisme comme une des activités économiques conséquentes dans les secteurs de production des biens et de services, mais aussi dans la réduction de la pauvreté. Vu que plusieurs secteurs sont concernés comme la construction des hôtels et des installations rattachées au tourisme, y compris les infrastructures. Il mène aussi à la création d’entreprises liées à l’eau, à la montagne et aux autres activités connexes, de même qu’à toutes les facettes du voyage et du transport. Plus tard des prestations personnelles rattachées aux traitements thermaux et aux services traditionnels connaissent une expansion. Une grande partie des dépenses des touristes concerne des achats en dehors du lieu d’hébergement et des prestations de services publiques et privés qui ne sont pas spécifiquement rattachées au tourisme. A Madagascar, selon la Banque Centrale, le tourisme est le second secteur en termes de recettes en devises, vu que les gains du tourisme n’ont pas cessé d’augmenter depuis les cinq dernières années.

CADRAGE GENERAL DU TOURISME A ALASORA 

Présentation des concepts sur le tourisme culturel 

Contextualisation

Dans le monde, « La culture joue un élément de différenciation importante pour un pays, elle est considérée comme une attraction à forte compétitivité dans le tourisme. Tous les deux tiennent un rôle important vu que ce dernier participe à la valorisation et à la vulgarisation de la culture dans le monde étant donné que le tourisme est une industrie qui joue un rôle essentiel dans l’économie mondiale, dont en 2005 l’OMT prévoit d’ici 2020 un milliard et demi de touriste or en 2000, le tourisme a compté pour environ 10% du PIB mondial, soit 4,7 milliards de dollars américain ». Selon l’Organisation de Coopération et de Développement Economique (OCDE) et l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), le voyage culturel et patrimonial représentait 40% des activités touristiques en 2007 comparativement à 37% en 1995. « Nous pouvons constater à partir de cela le revenu que procurent le tourisme si nous attenions cet objectif et la constante évolution que ce type de tourisme a eu. Face au développement du tourisme culturel nous avons recensé en 2005, 811 sites inscrits sur la liste du patrimoine mondial, dont 611 sites culturels, 154 sites naturels et 23 sites mixtes disséminés dans 137 pays qui en font partis des attractions touristique dont 5 nous appartiennent ».

Le tourisme culturel à Madagascar a comme perspectives de développement du tourisme, l’Etat malagasy par le biais du Ministère du tourisme a une vision d’atteindre un million de touristes pour 2020, dont 296.000 touristes pour l’année 2016. Les statistiques montrent qu’il y a encore d’énormes efforts à faire en termes d’arrivées des visiteurs « nonrésidents ».

Pour cela, le Ministère est amené à actualiser le Tourisme Master Plan (plan de développement touristique) et à élaborer la Stratégie de Développement du Tourisme 2016- 2020, avec l’appui du PNUD. Si nous parlons du tourisme culturel, nous pouvons constater que malgré la disposition des différentes variétés de richesses culturelles à Madagascar, que ce soit matériel ou immatériel, nous avons pu remarquer qu’il est encore en phase de lancement, car d’après les statistiques du Ministère chargé du Tourisme de Madagascar, il est devancé par l’écotourisme qui occupe 55 % et du tourisme balnéaire 19% en 2008 vu que le tourisme culturel ne représentent que 15% qui la situe à la 3éme place concernant les motifs du voyage.

Définitions et terminologies

Pour commencer cette partie nous allons définir le tourisme en premier lieu, puis la culture en second, ensuite le patrimoine avec ses composants.

Le tourisme
« Le tourisme désigne l’ensemble des activités destinées à satisfaire les besoins des touristes » R SPIZZICHIINO (1991). Il englobe tous les rapports et les phénomènes résultant du voyage et du séjour dans une localité qui lui est étrangère et n’étant par ailleurs lié à aucune activité lucrative. Selon la définition officielle de l’O.M.T. « le tourisme comprend les activités déployées par les personnes au cours de leurs voyages et de leurs séjours dans les lieux situés en dehors de leur environnement habituel pour une période consécutive qui ne dépasse pas une année, à des fins de loisirs, pour affaires et autres motifs ». D’après cette affirmation le tourisme est un déplacement que les touristes effectuent hors de leurs endroits habituels pour répondre à des fins considérés comme motifs du voyage et dont ses atteintes se rattachent habituellement à des prestations comme la restauration, l’hébergement, le transport, les agences de voyages et les tours opérateurs, des loisirs. En majorité ces servuctions doivent produire des apports positifs pour la population d’accueil, étant donné que chaque service se paye.

La culture
Selon l’UNESCO : « La culture est l’ensemble des traits distinctifs, spirituels et matériels, intellectuels et affectifs caractérisant une société ou un groupe social englobant, outre les arts et les lettres, les modes de vie, les droits fondamentaux de l’être humain, les systèmes de valeurs, les traditions et les croyances ». A partir de cela, nous pouvons dire que la culture englobe en général l’ensemble des pratiques sociales des individus au sein d’une communauté qui en fait son identité. Cela confirme la définition que donne Edward B. Taylor comme : « un ensemble complexe comprenant les connaissances, les croyances, l’art, la morale, la loi, les coutumes ainsi que toutes les autres capacités et habitudes acquises par l’homme en tant que membre de la société.» .

Le patrimoine
L’UNESCO le définit comme suit : « Le patrimoine est formé par l’ensemble de tout élément, matériel ou immatériel, constitutif de la vie présent et passée, endémique ou indigène, des pays concernés et définissant leur particularité. Cela comprendra aussi bien les éléments naturels-lieux, plantes, animaux, que celles façonnées par l’homme et la société bâti, culture, etc. ». En somme, cela englobe l’environnement naturel et culturel de l’homme qui se rattache à sa vie sociale, ici nous allons nous focaliser sur le patrimoine culturel, que nous verrons dans la suite.

Le patrimoine culturel
Le patrimoine culturel est un outil important dans la connaissance de soi et aide aussi à mieux comprendre les autres. L’UNESCO le définit comme suit :

– « Les monuments : englobant les œuvres architecturales, les sculptures ou les peintures monumentales, les éléments ou structures de caractère archéologique, inscriptions, grottes et groupes d’éléments qui ont une valeur universelle exceptionnelle du point de vue de l’histoire, de l’art ou de la science.
– Les ensembles : groupes de constructions isolées ou réunies, qui en raison de leur architecture et de leur unité, ou de leur intégration dans le paysage, ont une valeur universelle exceptionnelle du point de vue de l’histoire, de l’art ou de la science.
– Les sites : œuvres de l’homme ou œuvres conjuguées de l’homme et de la nature, ainsi que les zones y compris les sites archéologiques qui ont une valeur universelle exceptionnelle du point de vue de l’historique, esthétique, ethnologique, ou anthropologique» .

En général, il renferme et représente l’identité culturelle d’un peuple, qui lui permet de se distinguer par rapport aux autres cultures. Ainsi, la colline Royale d’Ambohimanga, fait partie de l’un des patrimoines déjà reconnus mondialement, à part cela, il existe également différents sites historiques et culturels tels que la haute ville, les douze collines sacrées, arcades, pavillons, etc.

Le tourisme culturel 

Le tourisme culturel est l’un des plusieurs types de tourisme les plus anciens et les plus pratiqués dans le monde, vu que c’est l’occasion de rencontrer de nouvelle patrimoine culturelle.

Selon l’OMT, le tourisme culturel peut se définir comme « des mouvements de personnes obéissant à des motivations essentiellement culturelles tels que : les voyages d’études, les tournées artistiques, la visite des sites et monuments » . Et même la définition de Jean-François Grunfeld le confirme en affirmant que c’est: « tout déplacement de personne hors de sa résidence pour plus de 24 heures vers une destination spécifiquement culturelle, qu’elle concerne musée, patrimoine ou événement ». En cela, nous pouvons considérer que c’est un type de tourisme qui a un motif purement culturel. A partir de cette définition, nous pouvons en déduire trois types de cette forme de tourisme.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION
PARTIE 1 : CADRAGE GENERAL DU TOURISME A ALASORA
1-1 Présentation des concepts sur le tourisme culturel
1-2 Description d’Alasora
1-3 Cadrage de l’étude
2-1 Résultats obtenus sur les existants touristiques à Alasora
2-2 Contraintes du tourisme culturel à Alasora
2-3 Propositions de solutions
PARTIE 2 : PROJET PROFESSIONNEL POUR LA CREATION D’UNE GALERIE D’ART A ALASORA
3.1. Présentation du projet
3-3 Etude de faisabilité
3.3. Evaluation du projet
CONCLUSION
BIBLIOGRAPHIE
WEBOGRAPHIE
LISTE DES TABLEAUX
LISTE DES ANNEXES
LISTE DES FIGURES
LISTE DES PHOTOS
ANNEXE

Lire le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *