Projet de création d’une unité d’élevage porcin

La filière porcine

D’après un recensement effectué par le Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, l’effectif du cheptel porcin tenait la seconde place juste après l’élevage bovin, et devançait de loin tous les autres élevages tels la pisciculture et l’aviculture.
En 1998, plus de 2/3 de Madagascar a été frappé par l’épidémie dénommée Peste Porcine Africaine. C’est une épidémie que Montgomery a identifié au Kenya en 1957 d’où son nom «Maladie de Montgomery».Puis la maladie s’est propagée en Europe, et on l’a découvert la même année en Portugal, et en France en 1964.
Elle n’est apparue à Madagascar qu’en 1998 suivant la déclaration de l’Etat. Par ailleurs, l’élevage de porc est pratiqué presque dans toutes les régions du pays et occupe ainsi une grande place dans l’économie de Madagascar.
Des mesures ont été prises, une politique stratégique pour la relance et la régénération de la filière porcine a été prônée par l’Etat.
De nombreux projet ont été mis en place, soutenus par les différents Bailleurs de fonds dans le cadre du développement rural, parmi lesquels se trouve le fameux Programme de Soutien au Développement Rural (PSDR).
A Madagascar, on trouve 3 types d’élevage porcin.

Objectif du projet 

L’objectif principal de cette unité d’élevage porcin est de « produire », en maîtrisant l’aspect technique, l’aspect sanitaire, et «vendre» tout en menant une bonne gestion sur l’aspect Marketing, organisationnel et financier.
Etant donné qu’on est encore en phase de la relance de la filière porcine, le projet d’implantation d’une ferme pilote aux environs de la commune d’Ambatomanjaka, District de Miarinarivo, nous permettra de lutter contre la domination de l’élevage traditionnel qui, à la fois, rend précaire l’efficacité des cordons sanitaires installés par pouvoir public, et met en difficulté la tranquillité des produits animaux de bonne qualité.
Aussi, la réalisation de ce projet assurerait une bonne relance de l’élevage porcin.

Activité du projet 

Il existe 3 modes de production en élevage porcin : l’élevage naisseur ;  l’élevage engraisseur ;  et l’élevage Mixte naisseur engraisseur.

Elevage naisseur 

L’élevage naisseur consiste à élever des porcs et truies producteurs à haute performance, surtout au point de vue de sa rapide multiplication. Les animaux élevés sont en général de races pures «large White» ou de races métissées. En moyenne, une truie donne 8 à 10 porcelets par portée. Le but de ce type d’élevage est de produire le maximum de porcelets pour les vendre aux autres spéculateurs.

Elevage engraisseur 

Il consiste à engraisser les porcs et vendre les plus gros et gras aux boucheries locales ou à des intermédiaires.
Des porcelets de 90 jours sont achetés puis engraissés pendant un temps plus ou moins long allant de 5 à 9 mois même à un an. A la fin de l’engraissement, les animaux pèsent 90 à 100 kilogrammes pour les animaux métis, et 60 à 70 kilogrammes pour les races locales.
D’autres éleveurs engraissent les truies déjà reformées, et la durée de l’engraissement est relativement courte : 3 ou 4 mois.

Elevage Mixte (naisseur engraisseur) 

Consiste à vendre des porcelets sevrés, et à garder les plus robustes, ou pour le renouvellement des géniteurs, ou pour l’engraissement dans la ferme même.
Parmi ces 3 modes de production, nous allons adopter la dernière, l’élevage Mixte, mais la vente de porcelets ne sera possible qu’à partir de la cinquième année.

ANALYSE DE LA DEMANDE

Afin d’entreprendre cette analyse de la Demande avec laquelle doit coïncider l’Offre, il faut projeter la Demande solvable sur le segment cible du projet et analyser le comportement des clients à partir des sondages.
La Demande est essentiellement constituée par les besoins des ménages Malagasy qui seraient prêts à payer.
Par ailleurs, il y a ceux qui constituent les non clients absolus dont leur religion interdit d’en manger.

Marché cible 

La vente de l’entreprise dépendra de la préférence du public le plus important qui est les consommateurs actuels ou potentiels. Notre étude de marché se cantonnera sur les besoins des bouchers et ceux de la ville d’Antananarivo.
Il est constitué par ceux qui utilisent régulièrement notre produit tel que les grandes surfaces, les supermarchés, les conserveries, les boucheries,…

Comportements des consommateurs 

L’analyse de la demande s’exprime par la connaissance de la consommation, des besoins éventuels et la croissance économique du pays. Dans de nombreux cas, la cible la plus visée pour une entreprise est celle des consommateurs actuels ou potentiels de ses produits. C’est en effet, à partir de ses préférences, de ses choix et de ses comportements que dépendront les ventes de l’entreprise.
Ces consommateurs peuvent être des individus, des entreprises ou parfois même des animaux. Et on sait que la consommation actuelle de viande dépend de deux facteurs qui sont le prix d’un kilogramme de viande et le pouvoir d’achat des consommateurs.

ANALYSE DE L’OFFRE

Dans un marché sain, tout produit que l’on propose doit se conformer aux exigences des demandeurs susceptibles de l’acheter ; de là naît la compétitivité entre Offreurs. On ne peut donc séparer l’analyse de l’offre de l’étude de compétitivité synonyme du terme courant «CONCURRENCE».
Dans la filière porcine, on se trouve dans la structure de marché concurrentiel car devant une multitude de demande, on est au milieu de nombreux offreurs.
Par conséquent, on doit considérer les concurrents comme un public très important car il peut exercer beaucoup d’influences sur la vente de l’entreprise.
On distingue deux types de concurrences dans le secteur porcin :La concurrence virtuelle ; La concurrence réelle.

La concurrence virtuelle 

Les concurrents virtuels sont par ceux qui vendent des produits de substitution à la viande de porc comme ce qui s’est passé lors de la propagation de la PPA à Madagascar.
Les consommateurs ont substitué la viande de porc à la viande de bœuf, aux volailles ou à d’autres viandes.

La concurrence réelle 

Dans notre filière, on désigne par concurrents réel ceux qui se trouvent dans un même secteur d’activité, avec un ou plusieurs éleveurs.
Comme concurrents réels, on peut citer : La Hutte Canadienne, la Ferme Soanavela de Mahitsy, la Ferme de Bevalala.

La politique de prix 

La politique de prix est une composante très sensible de l’action marketing. Elle détermine fortement le volume de vente ; la marge unitaire et l’image de l’entreprise sur ses marchandises.
La détermination d’un tarif doit simultanément résulter de trois approches ; d’abord l’approche pour le coût qui consiste à appliquer au prix de revient du produit un coefficient multiplicateur pour obtenir le prix de vente, mais elle est tributaire des difficultés liées à la détermination du prix de revient .Elle reflète une logique de production et non marketing. La seconde est liée à l’analyse de la demande. On sait, suivant le principe de base de la théorie économique que la demande pour un produit dépend de son prix.
Et la dernière approche se refera au prix du concurrent de référence ou d’un groupe de concurrents.
L’entreprise situe son propre tarif en fonction des atouts, des handicaps qu’elle peut rencontrer sur d’autres plans que le prix, la qualité, l’ancienneté, la notoriété, la force de vente et de négociation.
Mais pour commencer, l’entreprise pratiquera un prix réduit pour entrer sur le marché, tout en réalisant une marge bénéficiaire permettant son développement.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION
PARTIE I 
CHAPITRE I : PRESENTATION DU PROJET 
SECTION 1 : HISTORIQUE DU PROJET
1.1-La filière porcine
1.2- L’élevage artisanal ou fermier
1.3-L’élevage extensif
1.4-L’élevage de type industriel
SECTION 2 : CARACTERISTIQUE DU PROJET 
2.1-Définition du projet
2.2-Objectif du projet
2.3-Activité du projet
2.3.1 -Elevage naisseur
2.3.2 – Elevage engraisseur
2.3.3 – Elevage Mixte (naisseur engraisseur)
2.4-Intérêt du projet
2.5-Fiche signalétique
2.6- La zone d’implantation
Figure n°01
SECTION 1 : DESCRIPTION DE MARCHE 
1.1-Historique de marché de porc
1.2-Capacité d’absorption de marché
1.3-Evolution et analyse des prix
Tableau n°01 : Evolution des prix
SECTION 2 : ANALYSE DE LA DEMANDE
2.1-Marché cible
2.2-Comportements des consommateurs
SECTION 3 : ANALYSE DE L’OFFRE 
3.1- La concurrence virtuelle
3.2 -L a concurrence réelle
3.3-La détermination de la part de marché
SECTION 4 : MARKETING MIX ET STRATEGIE MARKETING
4.1- Définition du Marketing
4.2- L’optique Marketing
4.3 – Le Marketing Mix
4.3.1-La politique de PRODUIT
4.3.2-La politique de prix
4.3.3-Les réseaux de distributions
Figure n°02 : Schémas de la distribution
4.3.4-La politique de promotion et de communication
4.4-La stratégie marketing : stratégie PUSH et stratégie PULL
4.4.1-La stratégie PULL
4.4.2-La stratégie PUSH
4.4.3-Analyse de l’environnement du projet
CHAPITRE III : THEORIE GENERALE SUR LES OUTILS ET LES CRITERES D’EVALUATION 
SECTION 1 : LES OUTILS D’EVALUATION 
1.1- La Valeur Actuelle Nette (VAN)
1.1.1-Définition
1.1.2-Formule
Tableau n° 02 – Marge brute d’autofinancement
1.1.3-Interprétation
1.2-Le Taux de Rentabilité Interne (TRI)
1.2.1-Définition
1.2.2-Formule
1.2.3-Interprétation
1.3-L’indice de profitabilité (IP)
1.3.1-Définition
1.3.2- Formule
1.3.3-Interprétation
1.4-La durée de récupération des capitaux investis (DRCI)
1.4.1- Définition
1.4.2- Formule
1.4.3-Interprétation
SECTION 2 : LES CRITERES D’EVALUATION D’UN PROJET 
2.1-La pertinence
2.2-L’efficience
2.3-L’efficacité
2.4-La durabilité
2.5-L’impact du projet
PARTIE II 
CHAPITRE I : TECHNIQUE DE PRODUCTION
SECTION 1 – IMPLANTATION GEOGRAPHIQUE
1.1-Emplacement
1.2-Raison de ce choix
SECTION 2 – TECHNIQUE DE PRODUCTION ENVISAGEE
2.1-Les bâtiments
2.2-La salle de quarantaine
2.3-Les matériels internes
2.4-Le plan général de l’unité
Figure n°03 – Plan général de l’unité
2.5-Alimentation
2.5.1-L’eau
Tableau n°03 : Alimentation en eau des animaux
2.5.2-Alimentation des cochettes et jeunes reproducteurs
Tableau n°04 : Alimentation des cochettes et jeunes reproducteurs
Tableau n°04 : Les jeunes reproducteurs
2.5.3-Alimentation pour les jeunes reproducteurs
Tableau n° 05 : Aliments en lactation
2.5.4-Plan de rationnement des porcelets
Tableau n°06 : Plan de rationnement des porcelets
Tableau n°07 : Aliments pour porcelets de deuxième âge
2.5.5-Plan de rationnement engraissement
Tableau n°08 : Plan de rationnement engraissement
Tableau n°09 : Aliments de croissance
Tableau n°10 : Aliments de finition
Tableau n°11 : Aliments pour croissance et finition
Tableau n°12 : Récapitulation des aliments
2.6- La prophylaxie
2.6.1 – La prophylaxie sanitaire
2.6.2-La prophylaxie médicale
2.7-Processus d’élevage
2.7.1-Choix de la race
Figure n°05 : Landrace
Figure n° 06 : Large white
2.7.2-Conduite d’élevage
2.7.3- Aménagement de l’intérieur
Tableau n°13 : Surface occupée par les animaux de sevrage à l’abattage
CHAPITRE II : LA CAPACITE DE PRODUCTION 
SECTION 1 : NOTION DE BASE 
1.1-La carcasse
1.2- Le rendement
1.3-La Composition de la carcasse
SECTION 2 : ASPECT QUALITATIF ET ASPECT QUANTITATIF 
2.1- Aspect qualitatif
2.2- Aspect quantitatif
2.3- La capacité de production
SECTION 3 : EVOLUTION DE LA PRODUCTION 
3.1-La phase de lancement (première année)
3.2-La phase de maîtrise (2ème et 3ème année)
3.3-La phase de croisière (4ème et 5ème année)
Tableau n°14 : Production prévisionnelle
3.4- Tableau de l’évolution du chiffre d’affaires
Tableau n°15 : Evolution du chiffre d’affaires sur cinq ans
SECTION 4 : LES DIFFERENTS FACTEURS DE PRODUCTION 
4.1-Les moyens matériels
4.1.1-Choix des matériels
4.1.2- Liste des équipements
Tableau n°16 : Liste des équipements
CHAPITRE III : ETUDES ORGANISATIONNELLES 
SECTION 1 : ORGANIGRAMME ENVISAGE
1.1-Notion d’organigramme
1.2-Organigramme adopté
Figure n°07 : Organigramme de la première année
Figure n°08 : Organigramme à partir de la deuxième année
SECTION 2 : DESCRIPTION DES TACHES 
2.1-Le gérant
2.2 -La secrétaire comptable
2.3 -Le Responsable de production
2.4 – Le Responsable d’achats et de ventes
2.5 -Les Ouvriers
2.6 -Le Gardien
SECTION 3 : LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES 
3.1 – Politique de recrutement
Tableau n°17 : Politique de recrutement
3.2 -Politique de rémunération
3.3 -Politique de formation
SECTION 4 – CHARGES DU PERSONNEL
4.1 – Effectif
4.2 -Charges salariales
Tableau n°18:Charges salariales
CONCLUSION DE LA DEUXIEME PARTIE
PARTIE III 
CHAPITRE I : COUT DES INVESTISSEMENTS ET COMPTE DE GESTION 
SECTION 1 : COUT DES INVESTISSEMENTS 
1.1 -Investissement sur les activités techniques
1.1.1- Terrain
1.1.2-Construction
1.1.3- Agencement Aménagement et Installation (AAI)
1.1.4-Installations techniques
Tableau n°19 : Coûts des installations techniques (en Ar)
1.1.5-Autres immobilisations corporelles
Tableau n°20 : Coûts des autres immobilisations corporelles
1.2. Investissement sur les activités administratives
Tableau n°21 : Coût des Investissements sur les activités administratives (En Ariary)
Tableau n°22 : Récapitulation des coûts des investissements (En Ariary)
1.3 – Fonds de roulement
1.3.1 – Les matières premières
Tableau n°23 : Coût de la provende de 100 Kg pour un verrat (En Ariary)
Tableau n°24 : Coût d’aliments pour les truies
Tableau N° 25 : Coût des aliments pour porcelets
Tableau N° 26 : Plan de rationnement engraissement
Tableau N° 27 : Coût des aliments pour un porcelet jusqu’à l’abattage
Tableau n°28 : Coût d’achat de provende sur 5ans (Le coût en Ar)
1.3.2 –Autres consommables non stockés
Tableau n°29 : Consommation en carburant et lubrifiant (chiffre en Ar)
Tableau n°30 : Dépenses en eau et électricité
1.3.3 – Fournitures administratives
Tableau n°31 : Dépense en fournitures administratives sur 5 ans (en Ar)
1.3.4 – Services extérieurs
Tableau n°32 : Coût prévisionnel des services extérieurs sur 5 ans (en Ar)
Source : Notre propre calcul, juillet 2007
1.3.5 – Autres services extérieurs
Tableau n°33 : Coûts prévisionnels des autres services extérieurs sur 5 ans ( en Ar)
1.3.6 – Impôts et taxes pendant les 5 ans
Tableau n ° 34 : Prévision des impôts et taxes sur 5 ans (en Ar )
1.3.7 – Charges de personnel
Tableau n°35 : Evaluation des charges de personnel
Tableau n°36 : Détail du fonds de roulement initial (En Ar)
Tableau n°37: Récapitulation des investissements (En Ar)
SECTION 2 – LES AMORTISSEMENTS 
2.1- Notion d’amortissement
2.2 – Tableau d’amortissement des immobilisations
2.2.1- Amortissement des immobilisations des activités techniques
Tableau n°38 : Amortissement des immobilisations des activités techniques
Tableau n°39 : Valeurs comptables nettes à la fin de chaque année (chiffre en Ar )
2.2.2 – Amortissement des immobilisations des activités administratives
Tableau n°40 : Amortissement des immobilisations des activités administratives
Tableau n °41 : Valeurs actuelles nettes (Chiffre en Ar)
SECTION 3 : PLAN DE FINANCEMENT 
3.1 – Définition
3.2- Plan de financement
Tableau n°42 : Plan de financement (chiffre en Ar )
Tableau n°43 : Détail du financement (chiffre en Ar)
SECTION 4 : TABLEAU DE REMBOURSEMENT DES DETTES 
4.1 – Utilité
4.2 – Technique de remboursement des dettes
Tableau n°44 : Remboursement des dettes par amortissement constant (Chiffre en Ar)
Tableau n°45 : Remboursement des dettes par versement d’annuité constante
SECTION 5 – LES COMPTES DE GESTION 
5.1- Les comptes de charges
Tableau n°46 : Les comptes de charges en Ar
5.2 – Les comptes de produits
Tableau n° 47 : Chiffre d’affaires prévisionnelles en Ar
CHAPITRE II : ETUDE DE COMPTES FINANCIERS 
SECTION 1 – COMPTE DE RESULTAT PREVISIONNEL (CRP) 
Tableau n°48 : Compte de résultat prévisionnel (par nature) en Ar
SECTION 2 : LA MARGE BRUTE D’AUTOFINANCEMENT
Tableau n°49 : MBA ou CASH FLOW
SECTION 3 – FLUX DE TRESORERIE 
Tableau n°50 : Flux de trésorerie (méthode directe)
SECTION 4 : BILAN PREVISIONNEL 
4.1- Bilan de constitution
Tableau n°51 : Bilan de Constitution de l’année N en Ar
4.2 – Bilan prévisionnel des cinq premières années d’exercice
Tableau n°52 : Bilan de clôture prévisionnel de l’ année N en Ar
Tableau n°53 : Bilan prévisionnel de l’année N+1 en Ar
Tableau n°54 : Bilan prévisionnel de l’année N+2 en Ar
Tableau n°55 : Bilan prévisionnel de l’année N+3 en Ar
Tableau n°56 : Bilan prévisionnel de l’année N+4 en Ar
CHAPITRE III : EVALUATION DU PROJET 
SECTION 1 : EVALUATION ECONOMIQUE 
1.1- La valeur ajoutée
1.2 – le ratio de performance économique
Tableau n°57 : Ratio de performance économique
1.3- Le ratio de financement des immobilisations ou équilibre financier
Tableau n°58 : Ratio d’équilibre financier
1.4 – Le ratio d’autonomie financière
Tableau n°59 : Ratio d’autonomie financière
1.5– L e ratio d’exploitation de l’actif total
Tableau n°60 : Ratio d’exploitation nette de l’actif total
SECTION 2 : EVALUATION FINANCIERE
2.1 – Selon les outils d’évaluation
2.1.1- La valeur actuelle nette (V.A.N)
Tableau n°61 : Calcul du cash flows
2.1.2 – Le taux de rentabilité interne ( TRI )
Tableau n°62 : Calcul du TRI
2.1.3 – L’indice de profitabilité (IP)
2.1.4 – Le délai de récupération du capital investi (DRCI)
Tableau n°63 : Calcul du DRCI
2.2 – Selon les critères d’évaluation
2.2.1- La pertinence
2.2.2 – L’efficience
2.2.3 – L’efficacité
2.2.4 – La durée de vie
2.3 – Le seuil de rentabilité (SR)
Tableau n°64 : Calcul des seuils de rentabilité en Ar
SECTION 3 : EVALUATION SOCIALE ET ENVIRONNEMENTALE
3.1 – Evaluation de l’impact social
3.2 – Evaluation de l’impact environnemental
3.2.1 – Les impacts négatifs
3.2.2 – Les impacts positifs
CONCLUSION GENERALE

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *