Projet de creation d’une unite de production et commercialisation d’huile essentielle d’ylang-ylang

Actuellement, Madagascar s’ouvre aux marchés internationaux. Cela s’illustre par notre appartenance aux groupements économiques régionaux tels que la SADC, le COI et autres. Cette ouverture favorise les échanges tant bien humains que matériels. Dans ce contexte, des opportunités sont à saisir pour l’exportation malgache. Le plan d’action pour Madagascar préconise la gestion et l’exploitation à bon escient des ressources naturelles. Les huiles essentielles sont parmi les produits à fort rendement en terme d’exportation puisqu’elles répondent à plusieurs demandes sur les marchés aussi bien régional qu’international, anticipant ainsi l’ouverture imminente de notre pays à la mondialisation de l’économie. Cette filière, en concordance avec le MAP, permet d’une part la création d’emploi durable pour la population locale et d’autre part le facteur de développement durable pour la région d’implantation (impôt, route, port…)A été choisie ainsi l’huile essentielle à base d’ylang-ylang de par les potentialités qu’elle offre sur le marché international.

GENERALITES SUR LE PROJET 

Historique

L’Ylang-Ylang est une plante des régions tropicales humides originaire de la Chine Méridionale, il a été introduit en Philippines, à Java, puis dans les îles de Océan Indien comme La Réunion, les Comores, et Madagascar. Son nom scientifique est « CANANGA ODORATA ».

A Madagascar, les premières Ylang plantées à Nosy Be l’ont été à Ampasimena par le Père RIMBAUD en 1903. Certains de ces arbres produisent toujours mais leur rendement ne cessent de décliner. Le mot Ylang-Ylang veut dire : «fleurs des fleurs », c’est une essence des pays chauds et humides. Il craint le froid et exige une température moyenne élevée toute l’année ; il redoute les vents violents qui cassent ses branches et qui peuvent provoquer de gros dégâts. La lumière est nécessaire, elle devrait être en très grande quantité et elle peut constituer un facteur limitant non pas pour la production mais pour la qualité de l’essence contenue dans ses fleurs. Actuellement, les recherches se sont accélérées dans des hôpitaux et universités, à travers le monde et les résultats nous permettent de mieux connaître la nature des huiles essentielles.

Situation d’huile essentielle à Madagascar 

Madagascar est surtout connu pour la production de l’essence d’Ylang –Ylang et de girofle. Ce n’est que récemment que le pays commence à se tourner vers la production de nouvelles huiles essentielles telles que le géranium, le niaouli. La grande île est un vaste pays possédant une grande richesse floristique. Avec plus de 12 000 espèces, notre pays est remarquablement doté par rapport en Amérique du Sud. Les résultats des études effectuées ont montré que sur les 400 familles des huiles essentielles existant qui couvrent le monde entier, Madagascar, à elle seule, possède au total de 210 dont une cinquantaine est endémique. Cependant, la déforestation menace les forêts malgaches.

Inventaire des applications possibles

Les huiles essentielles sont des mélanges de substances chimiques volatiles et des huiles extraites des plantes. Une huile essentielle telle que celle extraite de l’YlangYlang est un produit odorant obtenu à partir des matières premières naturelles soit par distillation à l’eau ou à vapeur, soit, comme pour les agrumes, par un processus mécanique. Les huiles dites concrètes sont des concentrés odorants à l’apparence de cires solides obtenues à partir de plante fraîche à faible teneur en résine, par extraction, à l’aide d’un solvant volatile. Les huiles dites absolues sont des produits de parfumerie à haute concentration obtenus à partir des huiles concrètes par extraction à l’aide d’alcool éthylique, suivies du refroidissement de l’extrait. Comme l’huile essentielle proposée ne détient pas encore une technologie ou un savoir-faire reconnu, alors les applications possibles se baseront sur le travail manuel du personnel. Actuellement, les huiles essentielles sont utilisées dans divers domaines tels que :
• L’industrie agroalimentaire : les saveurs sont les principaux constituants de condiments alimentaires, le nectar, le sirop …et sont utilisés dans la confiserie, la biscuiterie, les glaces, la confiturerie.
• la pharmacologie : l’huile essentielle possède un pouvoir antiseptique et microbicide. On a utilisé l’essence de sauge autrefois contre la peste. Les baumes aussi ont été utilisés contre certaine septicémie, et l’affection pulmonaire.
• la parfumerie et la cosmétique : Les substances végétales sont utilisées par l’industrie de parfums. Exemple : essence d’ylang-ylang, de vétiver La savonnerie utilise aussi des huiles essentielles.

ASPECTS MARKETING

Le marketing est une discipline qui cherche à satisfaire le ou les désirs et besoins du consommateur ou de groupe de consommateurs (segment marketing ) et à assurer la commercialisation des biens et services proposés dans les meilleures conditions de profit. Yves CHIROUZE  : « le marketing est un état d’esprit et des techniques permettant à une entreprise de conquérir les marchés, voire de les créer, de les conserver et les développer, l’état d’esprit ou l’attitude marketing équivaut à se placer systématiquement du point de vue du consommateur et à analyser constamment les besoins et le désir de la clientèle de façon à s’y adapter plus efficacement… » .

Aspect de la démarche

Cette démarche marketing est une démarche dialectique qui doit constamment prendre en compte l’exigence ou l’aspiration souvent en contradiction de l’entreprise et du marché. Donc on a beaucoup de décisions à voir, ces décisions peuvent être à cet égard être recoupées en trois niveaux hiérarchiques : décisions tactiques, décisions politiques, décisions stratégiques.
• Au niveau le plus bas se retrouvent les décisions tactiques quotidiennes ou du moins fréquentes, d’une portée relativement limitée et qui sont d’une hiérarchie moyen.
• Les décisions politiques constituent le niveau médiane à savoir les quatre politiques : Produit, Prix, Distribution, Communication.
• Les décisions stratégiques, le niveau le plus haut, sont les décisions qui regroupent les décisions politiques pour être cohérentes et efficaces. Elles doivent s’intégrer dans un plan d’ensemble que l’on appelle « la stratégie globale de l’entreprise » .

Alors, une fois notée cette décision globale de marketing, les politiques de produit, de prix, de distribution et de communication qui en découlent sont formulées d’une manière plus détaillée, ce sont elles qui inspireront les décisions tactiques prises jour après jour.

Stratégies adoptées

Selon HOFER et SCHENDEL : « La stratégie, c’est le mode fondamental de déploiement actuel et prévu de ressource et mode d’interaction avec l’environnement indiquant comment l’organisation atteindra ses objectifs »

La stratégie PUSH consiste à faire pousser les produits vers les clients et la stratégie PULL au contraire à faire demander les produits par les clients. L’élément moteur est la politique de communication, notamment la promotion . Comme stratégie nous allons adopter une stratégie à dominance PUSH. Actuellement le produit est en phase de lancement, nous avons opté pour une stratégie PULL ; mais étant donné le coût onéreux de cette stratégie, nous avons opté pour une stratégie à dominance PUSH. Elle fait de la prononciation auprès du distributeur, garantissant ainsi la rentabilité du projet. Pour l’Unité SOA le responsable marketing fait toute la publicité sur Internet au lieu de faire une campagne publicitaire à la Radio car les clients cibles sont les étrangers. Toutefois, le recours à la publicité est nécessaire au début pour faciliter le travail.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION
Première partie : IDENTIFICATION DU PROJET
Chapitre I : PRESENTATION DU PROJET
Section 1. GENERALITES SUR LE PROJET
Section 2. CARACTERISTIQUES DU PROJET
Chapitre II : ETUDE DE MARCHE ET ASPECTS MARKETING DU PROJET
Section 1 : ETUDE DE MARCHE
Section 2: ASPECT MARKETING
Chapitre III : THEORIE GENERALE SUR LES OUTILS ET LES CRITERES D’ EVALUATION
Section 1 : OUTILS D’EVALUATION
Section 2 : LES CRITERES D’EVALUATION
Deuxième partie : CONDUITE DU PROJET
Chapitre I : TECHNIQUE DE PRODUCTION
Section 1 : MOYENS DE PRODUCTION
Section 2 : TECHNIQUE CULTURALE D’YLANG-YLANG
Section 3 : METHODE DE PRODUCTION ENVISAGEE
Chapitre II : CAPACITE DE PORDUCTION DE L’UNITE ENVISAGEE
Section 1. : CAPACITE DE PRODUCTION
Section 2 : PROGRAMME DE PRODUCTION
Chapitre III : ETUDE ORGANISATIONNELLE
Section 1. : ORGANIGRAMME
Section 2 : ATTRIBUTION
Troisième partie : ETUDE FINANCIERE DU PROJET
Chapitre I : COUTS DES INVESTISSEMENTS
Section 1. : COUTS DES INVESTISSEMENTS ET FINANCEMENTS
Section 2 : PLAN DE FINANCEMENT
Section 3 : TABLEAU D’AMORTISSEMENT
Section 4. : REMBOURSEMENT DES EMPRUNTS
Chapitre II : ETUDE DE RENTABILITE
Section 1. COMPTES DE GESTON
Section 2. COMPTES RESULTAT PREVISIONNELS
Section 3. TABLEAUX DE FLUX DE TRESORERIE
Section 4. BILAN PREVISIONNEL
Chapitre III : EVALUATION SOCIALE
Section 1. EVALUATION ECONOMIQUE
Section 2. EVALUATION FINANCIERE
Section 3. EVALUATION SOCIALE
CONCLUSION
BIBLIOGRAPHIE
ANNEXES

Lire le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *