PROJET DE CREATION D’UNE BOULANGERIE

Habitudes et fréquences d’achat

               Les habitudes s’acquièrent au fur et à mesure de la consommation d’un produit et deviennent à la longue un style de vie. Le pain commence à prendre une place quasipermanente dans l’ordinaire des foyers malgaches. La fréquence d’achat résulte des habitudes de consommation et augmente au fur et à mesure de la situation de dépendance vis à vis du produit. C’est le cas le plus fréquemment constaté pour les travailleurs et les étudiants qui remplacent le riz par le pain à midi. Pour le paysan, après une dure labeur de la journée a l’habitude de prendre du pain et du café avant de rentrer chez lui le soir.

La politique des prix

                  Le prix peut être vu simultanément comme la somme des coûts, de la marge et des taxes diverses du vendeur ou comme le montant qu’un client est prêt à payer pour ce produit ; le prix psychologique est conçu comme le prix d’acceptation optimal du consommateur. En général, le nombre d’achats évolue par rapport à l’évolution des prix ce qui signifie que si le prix augmente, la demande baisse et inversement. En conséquence, différentes politiques de prix sont possibles. Le prix est donc la fixation par l’acheteur de la valeur commerciale du produit. Pour notre cas, notre prix va s’aligner à celui des concurrents, c’est-à-dire 233 Ariary pour les distributeurs et ceci conformément à la convention de l’association des boulangers.

Les constructions

            L’entreprise dispose d’un bâtiment érigé sur un terrain d’une superficie de 500m² accessible aux voitures et déjà clôturé, son emplacement se situe sur le bord de la route principale menant à Arivonimamo. Le bâtiment nécessite cependant une réhabilitation pour répondre aux normes techniques exigées par la profession.
 Les sols, les murs et les cloisons jusqu’à une hauteur de 2.5 m doivent être revêtus de matériaux durs résistant aux chocs, imperméables, permettant un lavage efficace et couvert de peinture lisse et lavable,
 Une salle de stockage de farine munie d’un accès facile et équipé de palettes de stockage,
 Le niveau du sol à l’intérieur de la salle de production doit être supérieur à celui de l’extérieur,
 La surface des fenêtres et des autres parties éclairantes doit être égale à 1/5 de la surface du sol de la salle de production,
 La superficie totale de la salle de production doit être supérieur à 120m²,
 La hauteur du plafond doit être au moins à 3,5 m du sol,
 Le local doit être approvisionné en eau potable,
 Il faudrait prévoir un système de ventilation et de conduite de fumée afin de favoriser une bonne circulation de l’air.

La cuisson

                 C’est la dernière étape de la fabrication du pain. Elle s’effectue suivant plusieurs étapes :
 La vérification de la bonne température du four : en général, les fours sont munis d’horloge permettant de programmer son allumage 1h30 à 2 h avant l’enfournement. Ils sont également munis de pyromètre permettant de vérifier la température. La température idéale de 250°C est celle qui provoque une couleur rousse dans un temps assez court,
 La coupe des pâtons dont le but est de développer au maximum le pâton. Elle améliore le développement du pâton, assure une meilleure cuisson et enfin donne un bel aspect au pain si elle est bien faite. Pour ce faire la lame doit être effilée et propre, sa position horizontale peut couper un fil pellicule de la pâte. Les coups de lame (incisions) doivent couvrir toute la longueur du pâton. Ils doivent être droit le long du pâton et non en biais.
 L’enfournement : une fois les pâtons enfournés dans le four on envoie de la vapeur d’eau à l’aide d’un appareil à buée (présent sur tous les fours modernes). En effet la vapeur d’eau permet au pain en cours de cuisson de ne pas se dessécher tout en formant une belle croûte
 La cuisson elle est déterminante pour l’aspect et le goût du pain. Le temps de cuisson est environ de 20 mn pour le pain de 200 g. On peut apprécier la cuisson à la couleur du pain.
 Le défournement : l’évaporation d’eau entraîne une perte de poids de l’ordre de 30% pour la baguette. Les pains ainsi défournés sont placés debout délicatement dans les paniers car la croûte est fragile et il ne faut pas trop les serrer les uns contre les autres.

Durabilité du projet

                  D`après l`étude des résultats, on constate qu`ils sont rassurants et intéressants. Ce qui signifie qu`en maintenant cette activité et en restant sur le système de production adopté, on est sûr de la pérennité puisque les résultats obtenus continuent d`accroître au fur et a mesure que la production augmente.

IMPACTS

Impact économique Sur le plan économique, ce projet est une source de revenus pour des ménages. Et les impôts versés au trésor public alimentent la caisse de l’Etat et permettent son fonctionnement. Grâce à son exploitation, ce projet contribuera au développement et à la relance économique non seulement dans la zone d’implantation mais aussi dans le pays.
Impact financier L’impact financier du projet est caractérisé par les richesses et le degré de rentabilité concrétisée durant la phase d’exploitation. Et comme nous avons vu auparavant, la bonne maîtrise des charges supportées par l’entreprise aura un impact positif sur l’objectif financier.
Impact social Le présent projet contribuera à la création d’emplois. Il existe donc une réduction de chômage. Ce projet apporte des ressources de revenus et de développement de la localité. Ainsi, il permet de déterminer le taux de croissance économique du pays.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION
PREMIERE PARTIE :IDENTIFICATION DU PROJET
CHAPITRE 1. GENERALITES SUR LE PROJET
I.1.1. GENESE DU PROJET
I.1.1.1. Présentation de la commune au niveau géographique, économique et démographique
I.1.2. PRESENTATION DU PRODUIT
I.1.2.1. Historique du pain
I.1.2.2.Paradoxe du pain :un aliment riche et maigre
I.1.3 LES CARACTERISTIQUES DU PROJET
I.1.3.1. Contexte juridique
I.1.3.2. Fiche signalétique du projet
CHAPITRE 2 : ETUDE DU MARCHE
I.2.1. DESCRIPTION DU MARCHE VISE
I.2.1.1. La nature et typologie du marché
I.2.1.2. La situation du marché
I.2.2. ANALYSE DE LA DEMANDE
I.2.2.1. Identification de la demande
I.2.2.1.1 Le profil du consommateur
I.2.2.1.2. Besoins du consommateur
I.2.2.1.3. Motivations
I.2.2.1.4. Habitudes et fréquences d’achat
I.2.2.1.5. Les freins
I.2.2.2. estimation de la demande
I.2.3. ANALYSE DE L’OFFRE
I.2.3.1. :Les produits sur le marché
I.2.3.2. Origines
I.2.3.3. :Les distributeurs du produit
I.2.3.4. Qualité, quantité des produits existants sur le marché
Projet de création d’une boulangerie
I.2.4. ANALYSE DE LA CONCURRENCE
I.2.4.1. Les concurrents directs
I.2.4.2. Les concurrents indirects
I.2.5. EVALUATION DE LA PART DE MARCHE
Conclusion
DEUXIEME PARTIE : FAISABILITE DU PROJET
CHAPITRE 1. POLITIQUE ET STRATEGIE MARKETING A ADOPTER 
II.1.1. LE MARKETING MIX
II.1.1.1. La politique de produit
II.1.1.2. La politique des prix
II.1.1.3. Politique de distribution
Circuit de distribution
II.1.1.4. Politique de communication et de promotion
II.1.2. STRATEGIE DE COMMERCIALISATION
II.1.2.1. Stratégie PUSH
II.1.2.2. Stratégie PULL
CHAPITRE 2. TECHNIQUE DE PRODUCTION
II.2.1. IDENTIFICATION DES FACTEURS DE PRODUCTION
II.2.1.1. Les constructions
II.2.1.2. Les moyens matériels
II.2.1.2.1. Matériel et outillage industriels
II.2.1.2.2. Le matériel de Transport
II.2.1.2.3. Matériel de bureau et Matériel informatique
II.2.1.3. Les matières premières et les intrants utilisés
II.2.1.3.1. La farine
II.2.1.3.2. Les intrants
II.2.1.3.2.1. L’eau
II.2.1.3.2.2. Le sel
II.2.1.3.2.3. Les améliorants
II.2.1.3.2.4. La levure
II.2.1.3.3. Moyens humains
II.2.1.3.4. Moyens financiers
II.2.2. LE PROCESSUS DE PRODUCTION DU PAIN
II.2.2.1. Processus de fabrication (schéma)
II.2.2.2. Le pétrissage
II.2.2.3. Le pesage
II.2.2.4. La division
II.2.2.5. Le pointage
II.2.2.6. Le façonnage
II.2.2.7. L’apprêt
II.2.2.8. La cuisson
CHAPITRE 3. CAPACITE DE PRODUCTION
II.3.1. LA CAPACITE DE PRODUCTION
II.3.2. CONSOMMATION DE MATIERES PREMIERES
II.3.3 .LES AUTRES ASPECTS DE L’ACTIVITE
II.3.3.1. L’approvisionnement
II.3.3.2. Le personnel
II.3.3.3.La finance
II.3.3.4.La comptabilité
II.3.3.5.Le budget
CHAPITRE 4. ETUDE ORGANISATIONNELLE 
II.4.1. STRUCTURE ORGANISATIONNELLE
II.4.1.1. Organigramme
II.4.1.2. Attributions du personnel
II.4.1.2.1. Le Gérant
II.4.1.2.2. Le secrétaire comptable
II.4.1.2.3. Le responsable technique
II.4.1.2.4. Les ouvriers
II.4.1.2.5. Le chauffeur
II.4.1.2.6. Le gardien
II.4.1.3. Qualité requise pour le personnel
II.4.1.4. La gestion du personnel
II.4.1.4.1 Politique de recrutement
II.4.1.4.2. Politique sociale
II.4.1.4.3. Politique de motivation
II.4.1.5. Information et communication
II.4.1.6. Rémunération
II.4.1.6.1 Salaire
II.4.2. CHRONOGRAMME D’ACTIVITES
II.4.2.1. Préparation et mise en œuvre
II.4.2.2. Calendrier de réalisation
II.4.2.3. Période d’exploitation effective
Conclusion
TROISIEME PARTIE : VIABILITE ET PERENNISATION DU PROJET
CHAPITRE 1 : MONTANT DES INVESTISSEMENTS ET LES COMPTES DE GESTION
III.1.1. INVESTISSEMENTS NECESSAIRES
III.1.1.1. Les immobilisations incorporelles
Frais de développement immobilisable
III.1.1.2. Les immobilisations corporelles
La construction
III.1.1.2.1. Les matériels nécessaires à l’exploitation
III.1.1.2.2. Les matériels de bureau
III.1.1.2.3. Les matériels de transport
III.1.1.3. Récapitulation des immobilisations
III.1.1.4. Fonds de roulement initial
III.1.2. PLAN DE FINANCEMENT
III.1.3 TABLEAU DES AMORTISSEMENTS
III.1.4. REMBOURSEMENT DES DETTES
III.1.4.1. Remboursement de l’emprunt bancaire
III.1.4.2. Remboursement des associés
III.1.5. LE COMPTE DE GESTION
III.1.5.1. Les produits
III.1.5.2. Les charges
III.1.5.2.1. Les matières premières
III.1.5.2.2. Les matières et fournitures non stockées
III.1.5.2.3. Les charges externes
III.1.5.2.4. Charges du personnel
III.1.5.2.5. Impôts et taxes
III.1.5.2.6. Récapitulation des charges
CHAPITRE 2 : ETUDE DE FAISABILITE
III.2.1. COMPTE DES RESULTATS PREVISIONNELS
III.2.1.1. Compte d’exploitation prévisionnelle
III.2.2. TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE
III.2.3. BILAN PREVISIONNEL
III.2.3.1. Le bilan d’ouverture
III.2.3.2. Bilan prévisionnel pour 5 ans
CHAPITRE 3 : EVALUATION ET IMPACTS DU PROJET
III.3.1. EVALUATION ECONOMIQUE
III.3.1.1. Valeur ajoutée
III.3.1.2. L’excèdent brut d’exploitation (EBE)
III.3.1.3. Les ratios de performance économique
III.3.2. EVALUATION FINANCIERE
III.3.2.1. La valeur actuelle nette (VAN)
III.3.2.1.1. Formule
III.3.2.1.2. Notion du cash-flow
III.3.2.1.3. Interprétation
III.3.2.1.4. Cash flow prévisionnel
III.3.2.1.5. Valeur Actuelle Nette (VAN)
III.3.2.2. Indice de profitabilité (IP)
III.3.2.2.1. Formule
III.3.2.2.2. Interprétation
III.3.2.3. Taux de Rentabilité Interne (TRI)
III.3.2.3.1. Formule
III.3.2.3.2. Interprétation
III.3.2.4 Durée de récupération des capitaux investis (DRCI)
III.3.2.4.1. Interprétation
III.3.2.4.2 Le seuil de rentabilité
III.3.2.5. Critère d`évaluation
III.3.2.5.1. La pertinence
III.3.2.5.2. L`efficience
III.3.2.5.3 Durabilité du projet
III.3.3. IMPACTS
III.3.3.1. Impact économique
III.3.3.2. Impact financier
III.3.3.3. Impact social
CHAPITRE 4 : CADRE LOGIQUE
Conclusion
CONCLUSION
BIBLIOGRAPHIE
ANNEXES

Télécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *