« PROJET DE CONSTRUCTION D’UN IMMEUBLE (R+5) A USAGE D’HABITATION SIS A ANDRANOMENA »

INTRODUCTION

   L’Homme est appelé à maîtriser la nature et son environnement afin d’assurer son propre développement. Voilà un dicton qui pourrait bien traduire le grand essor dans le domaine du génie civil, en particulier celui du Bâtiment et Travaux Publics, telle la création de logiciels de calcul, de dessins, … Parallèlement, les amateurs de ce domaine ne cessent d’augmenter. Ils se vantent d’être capables à partir de leurs expériences, de mener à terme la conception et la construction d’un bâtiment .Ainsi à la fin, certains jugeront inutiles une étude approfondie de cette matière, et que les expériences suffisent. Qui prime alors ? Répondre à cette question revient à répondre à celle-ci : que reflète la construction ? Un bâtiment est un abri, un lieu de travail ; il représente un niveau de vie, son architecture exprime le talent de conception, et sa longue durée de vie reflète les bonnes études techniques y afférentes. Nous pensons que l’étude est vraiment nécessaire, mais elle devrait être complétée par l’expérience. Ainsi, à travers ce mémoire, nous allons compiler le fruit de nos études et les nombreuses expériences acquises pendant les divers stages au cours de notre formation, en vue d’effectuer étude et conception d’un bâtiment. Ce qui nous a amené à choisir le thème de ce mémoire : «Projet de construction d’un immeuble (R+5) a usage d’habitation sis à Andranomena ». Pour cela, nous allons entamer notre étude

Présentation Générale de la Ville d’Antananarivo

HISTORIQUE : Antananarivo est la Capitale de Madagascar, située au cœur de l’Imerina, abritant plusieurs quartiers. Berceau de l’histoire malgache, Antananarivo fut appelée Analamanga (forêt bleue) jusqu’en 1610, année où le Roi Merina ANDRIAMANJAKA conquit les vazimba, peuple considéré comme défendre la région ; on fit construire son palais sur la haute colline. La ville prit alors le nom d’ Antananarivo. Antananarivo évoque, sur une carte en relief, un immense quasi de forme Y, dont les deux bras, les collines d’Antaninarenina à l’Ouest et celles de Faravohitra à l’Est. Entre ces collines, la ville basse, le quartier central d’Antananarivo, la belle avenue fleurie de l’indépendance, se prolonge vers les plaines de Betsimitatatra. Au Nord, le quartier central se dégage de bras des collines pour s’étendre vers les marais d’Amboniloha.

Isolation acoustique :

1- L’isolation des bruits aériens :
– Les parois verticales entre deux locaux doivent être imperméable à l’air c’est-à-dire être enduits pour les murs en maçonnerie ;
– Les parois verticales entre logement et circulation intérieure commune : éviter les pièces principales contiguës à la circulation.
2- L’isolation des bruits d’impact par :
– La mise en œuvre de plancher à corps creux dont les indice d’affaiblissement acoustique compris entre 48 et 59 dB1 (decibite Unité correspond une isolation) en fonction de l’épaisseur ;
– Le revêtement de sol par carrelage ou par parquet qui lui limite le niveau de bruit transmis par le plancher.
3- L’isolation des bruits d’équipement :
– Superposer et juxtaposer les pièces de même nature : chambre avec chambre (pièces calmes), pièces humides avec pièces humides (pièces bruyants).
– L’équipement hydraulique devra être ancré sur les parois lourdes.

Sécurités :

1- Protection contre la foudre : :On utilisera les paratonnerres pour se protéger contre la foudre. Ils ont pour fonction de capter l’impact et de créer une zone de sécurité autour du bâtiment. Les dispositifs sont constitués :
– D’un capteur à tige (pointe en platine) ;
– Des conducteurs de descente (fil torsadé) ;
– Des prises de terre en fond de fouille (de préférence prise de terre en pattes d’oie).
2- Protection des circuits électriques : :On installe le système de protection à savoir : les fusibles, les disjoncteurs magnétothermiques ou différentiels et les prises de terre :
– les disjoncteurs différentiels assurent la protection contre les surcharges par un déclanchement thermique à bilame et contre les courts circuits par des déclencheurs magnétiques. Ils permettent la détection et la coupure du courant. Leur remise en service se fait par enclenchement manuel.
– Les fusibles ou coupe-circuits sont à cartouche fusible.les fusibles calibrés sont placés au départ de chaque circuit d’alimentation.
– Pose de prise de terre pour protéger les personnes
3- Protection contre l’incendie : :Un dispositif de détection d’incendie sera disposé dans l’immeuble. Ce dispositif détecte et signale en même temps en cas de danger afin de pouvoir appeler le secours le plus tôt possible. On disposera également les extincteurs à chaque niveau.
4- Stabilité de structure : :Pour un bâtiment, il faut éviter les sinistres, les désordres qui peuvent nuire le Bâtiment tout entier. La conception devra donc faire l’objet d’une étude maitrisée la quelle   nous a menés à recouvrir à des techniques et des procédés de calculs modernes. On a choisi particulièrement une structure en béton armé car ce matériau présente les avantages suivants :
– Economique ;
– Très résistant aux efforts de flexion ;
– Très grande souplesse de mise en forme ;
– Facile à assembler ;
– Résistant aux feux et aux agents atmosphériques ;
– Présente une surface parement quasi-finie.
Les éléments en béton armé seront calculer par les règles de BAEL et les travaux de construction devront se conformer aux règles de l’art. En conclusion, la conception architecturale est une phase très intéressante et primordiale lors de la construction d’un Bâtiment. Elle nécessite beaucoup de précision et des diverses règles, elle est donc la base d’étude car la phase d’étude ou bien l’étude technique et l’étude financière n’ont jamais démarré sans elle.

SABLES :

   Le sable pour mortier et béton est du sable de rivière exempt d’éléments micacés, devrait être propre, exempt de matières organiques ou végétales, ne contenant ni argile ni éléments terreux. Il ne doit pas contenir en poids plus de cinq pourcent (5%) de grains fins traversant le tamis de 900 mailles par centimètre carré, soit 200 µ, dont la plus grande dimension dépasse les limites ci-après :
– Sable pour maçonnerie, enduit et ragrément : 2,5 mm ;
– Sable pour béton armé : 5 mm ;
– Mignonette : 10 mm.
Pour la composition granulométrique, on admet une contenance en poids de 20% à 35% de grains ayant toutes leurs dimensions inférieures à 1/2 mm et de 30 à 35% de grains ayant toutes leurs dimensions supérieures à la moitié de la dimension maximum. L’emploi de sable de concassage et de broyage est formellement interdit

Définition

a) Les surfaces au vent, surface sous le vent Si on éclaire la construction par un faisceau de rayons lumineux parallèles à la direction d’ensemble du vent :
– les surfaces éclairées (exposées au vent) sont dites « au vent » ;
– les surfaces non éclairées (non exposées au vent) ou sous incidence rasante (parallèles à la direction du vent) sont dites « sous le vent ».
b) Maitre couple C’est la projection de la construction sur un plan perpendiculaire au vent.
c) Pression, dépression La face d’un élément de la construction est dite soumise à une pression lorsque l’action du vent est dirigée contre elle. Elle est dite soumise à une dépression (ou une succion) dans le cas contraire.

Protection contre les surtensions et les courts circuits.

  L’installation électrique de l’immeuble doit être commandée par un disjoncteur général placé à l’origine du circuit (venant de la JIRAMA), ce disjoncteur est bipolaire et différentiel. Des dispositifs découpe circuit à haute sensibilité (30 mA) équiperont les circuits de prise de courant et ceux desservant la salle d’eau. Tous les circuits électriques seront protégés contre les surtensions et les courts circuits par des dispositifs bipolaires (phase neutre) qui peut être : Des disjoncteurs divisionnaires ;
Des coupes circuits à cartouche fusible ; Notre choix a été porté sur le deuxième type de dispositif, c’est-à-dire les coupes circuits à cartouche fusible en raison de sa facilité de remplacement et surtout de son coût moindre.

Protection des personnes

   Afin d’assurer une protection des personnes contre les contacts indirects, les installations électriques auront tous une prise de terre. Et comme il s’agit d’une nouvelle construction, la prise de terre sera constituée par un conducteur posé en boucle à fond de fouille c’est à dire par un ceinturage à fond de fouille suivant les conditions ci-après : Le ceinturage doit être constitué par des câbles de cuivre nu ayant une section minimum égale à 25 mm2 La boucle doit être placée à 1m en dessous du sol naturel où le bâtiment repose. La résistance R de la prise de terre doit être la plus petite que possible pour faciliter le passage du courant. Dans le cas pratique, on prend une valeur maximale de cette résistance égale à 100 Ω. On aura les éléments à relier sur la terre ci-après : Les éléments conducteurs : huisserie métallique contenant de l’appareillage électrique, sols et parois non isolants,… Les contacts de terre des socles des prises de courant Les liaisons équipotentielles principales et supplémentaires. En plus de la mise en place des prises de terre, nous effectuerons aussi les liaisons équipotentielles principales et supplémentaires du bâtiment. Elles sont destinées à empêcher l’apparition de toute différence de potentiel entre deux éléments quelconques. La liaison équipotentielle principale du bâtiment consiste à relier à la prise da terre les canalisations métalliques accessibles de la construction. Les liaisons équipotentielles supplémentaires sont destinées spécialement aux salles d’eau.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION
PARTIE I : GENERALITE 
CHAPITRE 1 : PRESENTATION GENERALE DE LA VILLE D’ANTANANARIVO 
I-HISTORIQUE
II-DESCRIPTION GEOGRAPHIQUE
II -1 SITUATION GEOGRAPHIQUE
II -2 SUPERFICIE
II-3 CLIMATOLOGIE
CHAPITRE 2 : ETUDE SOCIO-ECONOMIQUE ET JUSTIFICATION DU PROJET 
I-NOMBRE D’HABITANT
II-HABITATION
II -1 TYPE DE LOGEMENT
II -2 STATUT D’OCCUPATION
II -3 LA SURFACE MOYENNE OCCUPEE
II -4 LOYER MENSUEL D’UN APPARTEMENT
III-LES SECTEURS
II -1 SECTEURS PRIMAIRES
II -2 SECTEURS SECONDAIRES
II -3 SECTEURS TERTIAIRES
II -4 TRANSPORT
II -5 SECTEURS INFORMELS
III-LOCALISATION
PARTIE II: CONCEPTION ARCHITECTURALE 
I-GENERALITES
II-PRESENTATION GENERALE DU BATIMENT
II –I DESCRIPTION DE L’IMMEUBLE
II-2 IMPLANTATION DU BATIMENT
II-3 NOMBRE D’OCCUPANTS DE L’IMMEUBLE
III-CONFORT ET SECURITE DE L’IMMEUBLE
III –I CONFORT DES LOGEMENTS
III –2 Sécurités
PARTIE III: ETUDES TECHNIQUES 
CHAPITRE I: PRE DIMENSIONNEMENT 
I-GENERALITES
II-DALLE
II-1. POUTRELLE
II-3. POTEAUX
CHAPITRE 2 : CARACTERISTIQUES DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION 
I -SABLES
II-GRANULATS
III-CIMENTS
IV-EAU DE GACHAGE
V- BOISERIE
VI- PRESCRIPTION CONCERNANT LE BETON ARME  LE BETON
VII-PRINCIPE DE CALCUL AUX ETATS LIMITES
CHAPITRE 3: EVALUATION DES ACTIONS 
I-EFFET DU VENT
I-1 DEFINITION ET HYPOTHESE
II-CHARGES VERTICALES
I.1.LES CHARGES PERMANENTES
CHAPITRE 4: ETUDE DE LA TOITURE 
I-VERIFICATION DE LA COUVERTURE
I.1 CARACTERISTIQUES DU MATERIAU
I.2.ENTRAXES
I.3.DETERIORATION DES ACTIONS
I.4. COMBINAISONS D’ACTIONS
II CALCUL DES PANNES
CHAPITRE 5: DESCENTES DES CHARGES 
I GENERALITES
I.1. BUT ET PRINCIPE
I.2. DEMARCHE DE CALCUL
II- DESCENTE DES CHARGES VERTICALES
III- DESCENTE DES CHARGES DUES AUX EFFETS DU VENT
IV- DESCENTE DE CHARGE TOTALE
CHAPITRE 6 : CALCUL DES STRUCTURES 
I-DETERMINATION DES SOLLICITATIONS
I-1 LES CHARGES VERTICALES
I-2 LES CHARGES HORIZONTALES
I-3 EVALUATION DES SOLLICITATIONS DE CALCUL
II-CALCUL DE L’OSSATURE
II.1 CALCUL DES POUTRES
III-POTEAU
III.1. DEFINITION
III.2. LONGUEUR DE FLAMBEMENT ET ELANCEMENT
IV. DIMENSIONNEMENT DES ARMATURES LONGITUDINALES
IV.1 HYPOTHESE DE CALCUL
IV.2- DETERMINATION DES ARMATURES LONGITUDINALES
V .DIMENSIONNEMENT DES ARMATURES TRANSVERSALES
V-1 DIAMETRE
V-2 ESPACEMENT
V-3 CALCUL DE L’ESCALIER
V.4 CALCUL DE LA POUTRE PALIERE
VI. LE PLANCHER
VI.1. GENERALITES
VI.2. DESCRIPTION DE PLANCHER
VI.3. CALCUL DE LA DALLE DE COMPRESSION
VI.4 CALCUL DES NERVURES
VII. VÉRIFICATION DE LA CONTRAINTE D‘ADHÉRENCE ET D’ENTRAÎNEMENT
VIII. VERIFICATIONS A L’ELS
CHAPITRE 7 : CALCUL DES ELEMENTS DE L’INFRASTRUCTURE 
I- GENERALITES
II- LE SOL DE FONDATION
III- PRE DIMENSIONNEMENT : DTU 13-12
IV- VERIFICATION AU POINÇONNEMENT
V- EVALUATION DU TASSEMENT
VI- CALCUL DE FERRAILLAGE
CHAPITRE 8: ETUDE DES ELEMENTS DU SECOND ŒUVRE 
I. L’ELECTRICITE
II-NIVEAUX D’ECLAIREMENT ET SECURITE
CHAPITRE 9 : ASSAINISSEMENT 
I- GENERALITES
II- EVACUATION DES EAUX PLUVIALES
III- EVACUATION DES EAUX
IV- COLLECTEURS D’APPAREILS
V- DIMENSIONNEMENT DES FOSSES SEPTIQUES
PARTIE IV: ETUDE FINACIERE 
CHAPITRE 1 : FORMATION DE PRIX 
I- LES COUTS DIRECTS
II-LES COUTS INDIRECTS
CHAPITRE 2 : DEVIS DESCRIPTIF 
CHAPITRE 3 : BORDEREAU DE DEVIS QUANTITATIF ET ESTIMATIF 
I – BORDEREAUX DE DEVIS ESTIMATIF
CHAPITRE 4 : ETUDE DE RENTABILITE 
I-GENERALITES
II-INVESTISSEMENT
III-CASH FLOW
IV-ACTUALISATION
CONCLUSION
BIBLIOGRAPHIES
ANNEXES .

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *