Projet d’aménagement du cœur de ville de Capbreton (Landes – 40)

Localisation géographique

La commune de Capbreton est une ville côtière des Landes (40 – région Aquitaine). Celle-ci couvre une superficie de 2 174 hectares pour une population résidente à l’année de 8 087 habitants (INSEE 2011). Cependant, cette population est multipliée par cinq pendant la haute saison. De par sa localisation sur la façade Atlantique et la présence sur le territoire communal de plages et d’un port (de pêche et de plaisance, l’unique port de pêche des Landes), la commune bénéficie d’un atout majeur entrainant un afflux touristique important pendant la saison estivale et lui donnant ainsi l’appellation de « Cité Marine ».

Capbreton fait partie de la communauté de communes Maremne Adour Côte Sud (MACS), créée en 2002, qui s’étend sur 61 192 ha et regroupe 23 communes pour une population totale de 58 641 habitants (INSEE 2011). La communauté de commune se structure autour de trois pôles : Saint-Vincent-de-Tyrosse (7 743 habitants), Soustons (7 318 habitants) et Capbreton qui est la commune la plus peuplée de l’intercommunalité.

La cité marine jouit de l’attraction de l’aire urbaine bayonnaise située à 25 km plus au Sud. Concernant l’accessibilité de la ville, l’aéroport le plus proche se trouve à Biarritz (une trentaine de kilomètres au Sud), la gare TER la plus proche se situe à Saint-Vincent-de-Tyrosse (une dizaine de kilomètres dans les terres) ainsi que la gare TGV de Bayonne. Les gares sont matérialisées par les points rouges sur la carte cidessous. Les autoroutes desservants la ville sont l’A63 et l’A64. La route nationale 10 est également un axe très fréquenté pour rejoindre la commune. Enfin, les personnes souhaitant se rendre à Capbreton peuvent arriver par voie marine avec la présence du port de plaisance.

LES DYSFONCTIONNEMENTS EN CENTRE-VILLE DE CAPBRETON

Capbreton, une forme urbaine particulière 

Capbreton est une commune littorale ayant 2,4 km de plages à l’Ouest. Cette localisation bénéfique lui confère donc un attrait touristique important pendant la saison estivale. Pendant cette période, la population communale connait une forte augmentation passant de 9 000 habitants à près de 50 000 habitants. De plus, les plages de la commune deviennent des pôles très attractifs créant d’importants flux de déplacements en direction de cellesci. La ville est cependant dépendante de sa forme topologique et de sa forme urbaine. Le canal (le Boudigau qui est canal artificiel traversant la ville du Sud au Nord et se jetant dans le port), est un obstacle non négligeable pour le cheminement des véhicules et des personnes en direction des plages. Au total, trois ponts permettent le franchissement du Boudigau et un, non visible sur la carte, où l’accès est uniquement réservé aux piétons et aux vélos. La nécessité d’emprunter l’un de ces ouvrages pour accéder à la partie Ouest de la ville est un élément déterminant de la circulation dans la ville et notamment dans le centre-ville car deux des ouvrages permettant le passage de véhicules motorisés sont localisés aux abords du centreville.

Le projet étant localisé sur le centre-ville, nous avons essayé de nous y plier. Donc, après de multiples réflexions entre nous, le territoire retenu englobe la totalité des équipements en centre-ville que nous avions besoin. En effet, en examinant le lieu d’étude, nous avons pu remarquer une rupture brutale entre le tissu urbain situé à l’intérieur du périmètre d’étude et celui à l’extérieur. Nous avons donc considéré que c’était le centre-ville arbitrairement. Nous avions besoin de retenir les deux ronds points à l’Est, celui au Sud et les deux ponts à l’Ouest comme entrées de centre-ville. A l’Ouest, du Sud au Nord, nous avons fait le choix de ne pas dépasser la rive gauche du Boudigau puis, au pont de la Halle, nous avons choisi de prendre en considération le futur projet du jardin du Boudigau et de prolonger le périmètre sur la rive droite. Au Sud, le choix de rentrer vers le cœur de ville a été privilégié car le Sud-Est correspond aux résidences pavillonnaires qu’il n’est pas essentiel d’étudier. Au Nord, le boulevard du Docteur Junqua, qui suit une ligne curviligne, correspond à la limite du centre-ville. Néanmoins, au lieu de le prolonger jusqu’au pont Lajus au Nord-Ouest, nous avons choisi d’inclure le parking pour pouvoir étudier les flux.

Les entrées de centre-ville

Une entrée de ville est un espace intermédiaire entre l’espace rural ou périurbain et la ville. Avec la notion d’entrée de ville s’accompagne donc la notion de transition. Cette transition se fait brutalement. Pour la lisibilité, le repérage il est nécessaire d’avoir des entrées de ville qui soient autant que possible des « portes » avec un intérieur et un extérieur. De nombreux contrastes peuvent être relevés au niveau de cette frontière. Le premier, souvent très marqué visuellement, est le passage d’un espace urbanisé à un espace en cours d’urbanisation ou non urbanisé. Une entrée de ville est également marquée par le passage de la route, généralement un axe important de la ville (rocade, départementale, nationale), et symbolisée par un numéro. La présence de ces axes de communication aux abords de la ville a encouragé l’installation d’activités commerciales ce qui donne, aujourd’hui, la forme à deux nombreuses entrées de villes actuelles. Cet espace permet de renvoyer une première image sur l’identité de la ville mais également d’informer l’usager qu’il pénètre dans un lieu où sont concentrés des activités, des services, des commerces, des loisirs, dont il pourra facilement avoir accès. Cela marque clairement la rupture avec le rural ou le péri-urbain. Ces espaces nodaux regroupent des flux importants de véhicules. L’ensemble de ces points d’intersections permettent soit de distribuer les véhicules sur les voies de dessertes locales permettant ainsi d’entrer dans le centre-ville soit d’accéder aux pôles attractifs du centre-ville (marché, école, rue commerçante, etc). Elles permettent également de diriger les véhicules sur les voies structurantes telles que les allées Marines ou le boulevard du Docteur Junqua ce qui permet de « contourner » le centre-ville. Ces espaces jouent donc un rôle primordial pour le fonctionnement de la ville tant par leur influence dans la circulation globale que par l’image que ceux-ci renvoient du centre-ville. La forme que prend une entrée de ville permet d’informer l’usager sur la taille de la commune dans laquelle il pénètre mais cet espace est aussi un espace important afin de mettre en avant les spécialités de la ville en indiquant les récompenses et labels acquis (ville fleurie, ville internet, villes et pays d’art et d’histoire, ville touristique, etc). Dans le cas de Capbreton, la spécificité d’une commune littorale est assez bien marquée avec notamment la présence de panneaux « cité marine ».

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION
CONTEXTUALISATION
I. Localisation géographique
II. Démographie
I. Introduction
II. Les entrées de centre-ville
A. Le pont Lajus
B. Le pont de la Halle
C. Le rond-point du souvenir Français
D. Le rond-point des Briconautes
E. Les ronds-points de la Gare
III. Les espaces publics et les rives du Boudigau
A. Lieux d’échanges sociaux
B. Les parcs et jardins
C. Frontières matérielles et immatérielles
D. Les rives du Boudigau : un espace contrasté
E. Ronds-points
F. Recommandations
IV. La visibilité de la rue commerçante
A. Le long des allées Marines
B. Le long du boulevard du Docteur Junqua
C. Place de l’Hôtel de Ville
D. Avenue de Verdun
E. Place des 6 Cantons
F. Tableau récapitulatif des dysfonctionnements
G. Recommandations
V. Les pôles d’attractivité en centre-ville
A. Localisation géographique
B. Descriptions des équipements et centres d’intérêt
C. Liaisons entre pôles d’attractivité
VI. La circulation en centre-ville
A. Les véhicules
B. Les déplacements doux : les voies cyclables
C. Les déplacements doux : piéton
D. L’accès PMR
E. Transports en commun
F. Conclusion globale
VII. Le stationnement en centre-ville
A. Voiture
B. Vélo
VIII. Patrimoine bâti remarquable
A. Zonage PLU
B. Description des styles architecturaux locaux
C. Bâtiments inscrits aux monuments historiques
D. Bâtis remarquables en centre-ville
E. Bâtiments remarquables situés sur le reste de la commune
IX. Questionnaires
X. Synthèse
CONCLUSION

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.