Project d’extension de capacité pour contrôler l’émission de composés organiques volatils

Avec le développement rapide de l’économie mondiale au cours des dernières décennies et l’émergence de la mondialisation économique, le niveau de production de nombreux pays s’est bien amélioré, principalement dans les pays en développement. Parmi eux, la Chine est celle qui connaît la croissance la plus rapide, à la fois en termes d’économie et de productivité. Au cours des 38 années de 1978 à 2016, le PIB de la Chine a augmenté à un taux de croissance annuel moyen de 9,6%. Selon les données de la Banque mondiale, la proportion de l’économie dans l’économie mondiale est passée de 2,3% en 1978 à 14,9% ci-dessous. Cependant, derrière la croissance économique rapide, il apporte également une série de problèmes. Parmi eux, le plus préoccupant est celui des problèmes environnementaux. En ce qui concerne l’environnement, la pollution de l’air a affligé la Chine au cours des dernières décennies. En raison de la grande quantité de gaz d’échappement industriels et d’échappement automobile, la qualité de l’air en Chine était autrefois très mauvaise. Au pire, le smog se formera dans le ciel de certaines villes industrielles, ce qui se produit généralement lorsque l’air ne circule pas. Les Chinois ont finalement pris conscience de la gravité du problème et ont proposé une série de mesures contre la pollution de l’air.

Mesure liée

En 1972, les Nations Unies ont convoqué la Conférence mondiale de Stockholm sur l’environnement humain, qui a d’une grande importance pour promouvoir le contrôle des problèmes environnementaux mondiaux, et cela est également vrai pour la chine. Après cette rencontre, en 1973, la chine a tenu la première conférence nationale de travail sur la protection de l’environnement. À ce stade, la prévention et le contrôle de la pollution de l’air ont été mis à l’ordre du jour et sont devenus accessibles au public. À partir de zéro, cela a ouvert l’histoire de la protection de l’environnement atmosphérique de mon pays. Après le contrôle de la pollution de l’air de type suie, le contrôle de la pollution des véhicules à moteur, le contrôle de la pollution de l’air des complexes régionaux, etc., il est devenu un microcosme de la cause de la protection de l’environnement de mon pays.

Dans les années 70, les travaux de prévention et de contrôle de la pollution atmosphérique dans mon pays n’en étaient qu’à leurs balbutiements. Au cours de cette période, la pollution de l’air concernait principalement certaines parties de la ville. Le principal polluant concerné était les particules en suspension au total (TSP). Depuis les années 1980, avec le développement économique rapide, la consommation d’énergie a fortement augmenté, et la pollution par le dioxyde de soufre (SO2) de l’air urbain est devenue de plus en plus grave. Parallèlement, la pollution régionale des pluies acides est apparue dans le Sud-Ouest et le Sud de la Chine. Au début du XXIe siècle, les principales sources de pollution atmosphérique dans mon pays étaient encore le charbon et l’industrie. Les principales caractéristiques de pollution étaient la suie de charbon et les pluies acides. L’étendue de la pollution atmosphérique s’étendait de la pollution locale à la pollution locale et régionale. Après être entré dans le XXIe siècle, le processus d’urbanisation de la chine s’est accéléré et le développement rapide des transports d’agglomération et de l’industrie automobile a entraîné une pollution de plus en plus grave des émissions des véhicules. A ce stade coexistaient la pollution de type suie et automobile dans l’environnement atmosphérique de mon pays. Du fait du double effet de la circulation atmosphérique et de la chimie atmosphérique, la pollution secondaire est devenue plus évidente. L’impact de la transmission de la pollution entre les villes adjacentes est important, et la fréquence d’occurrence simultanée à grande échelle d’une forte pollution atmosphérique dans la région augmente. À l’automne et à l’hiver 2012, en particulier en janvier 2013, un smog, brouillard polluant à long terme et à grande échelle est apparue à Pékin et dans toute la région orientale de mon pays. La zone contaminée dépasse 1 million de kilomètres carrés, affectant la plupart des régions du nord-est, du nord, du centre de la Chine et du bassin du Sichuan, et la population touchée atteint 850 millions. C’est l’un des contextes de la promulgation de la loi sur la prévention et le contrôle de la pollution atmosphérique de la République populaire de Chine.

Présentation du COV 

Definition du COV

“VOCs are a crucial component of the coupled biosphere-atmosphere system and have received much attention due to their role in producing air pollution. The book relates that biogenic VOCs dominate the global flux of reduced carbon into the atmosphere and account for approximately 1% of carbon fixed by terrestrial plants.” below

Les composés organiques volatils, ou COV sont des composés organiques pouvant facilement se trouver sous forme gazeuse dans l’atmosphère terrestre. Ils constituent une famille de produits très large. Ces composés ont la particularité d’avoir un point d’ébullition très bas, ils s’évaporent ou se subliment facilement depuis leur forme solide ou liquide. Cela leur confère l’aptitude de se propager plus ou moins loin de leur lieu d’émission, entraînant ainsi des impacts directs et indirects sur les animaux et la nature. À l’échelle globale, ces COV sont à 10 % d’origine anthropique (provenant du raffinage, de l’évaporation de solvants organiques, imbrûlés, etc.) et à 90 % d’origine biotique (COVB ou COV biogéniques émis par les plantes ou certaines fermentations) .

Impact du COV

En fait, le COV est très proche de nos vies. Ces gaz peuvent être cachés à de nombreux endroits de notre vie. Ils sont partout. De nombreuses sources domestiques, notamment les peintures et vernis, la cire et les cosmétiques, des produits de nettoyage et des articles de loisir et de cuisine, et même de notre respiration. Dans un espace clos comme une maison ou un bureau, ces gaz s’accumulent et polluent l’air. Par exemple, les endroits suivants sont susceptibles d’accumuler des COV si on ne fait pas attention. Bougies et feux de cheminée : Tout ce qui brûle dégage des vapeurs. Les cheminées et les bougies parfumées sont particulièrement nocives. Parfums : Les boules à mites, les désodorisants d’ambiance et les parfums – tout ce qui dégage une odeur – contiennent des produits chimiques dangereux. Vapeurs de cuisson : Cuisiner émet également des gaz potentiellement toxiques. Utilisez toujours une hotte ou ouvrez la fenêtre lorsque vous cuisinez en intérieur. Mobilier neuf : Les nouveaux meubles, tapis, rideaux et matelas contiennent tous des produits chimiques et parfois du formaldéhyde. Ce dernier se libère lentement dans l’air durant des années. Produits d’entretien : Lorsque vous utilisez des savons, des détergents, des encaustiques pour meubles et des nettoyants pour vitres, prenez garde aux terpènes et à l’éthanol. Produits de loisirs créatifs : La colle, la peinture, le tissu, la cire, la teinture : de nombreux produits destinés aux loisirs contiennent des COV. Jouets pour enfants : Certains plastiques durs contiennent du formaldéhyde, tandis que les tissus émettent des toxines et attirent les acariens. Achetez plutôt des plastiques sans BPA ou évitez complètement le plastique et lavez les jouets régulièrement, surtout avant de les utiliser. Peintures et vernis : Les laques, la peinture, les colles industrielles, les diluants pour peinture et les produits chimiques corrosifs doivent être conservés dans un garage éloigné de la maison. Ils libèrent des produits chimiques dans l’air, même quand leurs contenants sont bien fermés.

Technologie traitement du COV

Tout d’abord, comprenons les méthodes de contrôle des émissions de COV dans une perspective générale. Il existe de nombreuses techniques différentes pour contrôler les émissions de COV. Ces techniques sont essentiellement classées en deux groupes différents : (i) la modification des procédés et de l’équipement et (ii) les techniques de contrôle complémentaires. Dans le premier groupe, le contrôle des émissions de COV est réalisé en modifiant l’équipement du procédé, la matière première et/ou le changement de procédé, tandis que dans l’autre classe, une méthode de contrôle supplémentaire doit être adoptée pour réguler les émissions. Bien que la première méthode soit la plus efficace et efficiente, son applicabilité est limitée, car il n’est généralement pas possible de modifier le processus et/ou l’équipement. Les techniques du deuxième groupe sont en outre classées en deux sous-groupes, à savoir la destruction et la récupération des COV.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

Sommaire
Remerciements
Résumé
Abstract
Sommaire
Sigles et définitions
1. Introduction
1.1 Introduction générale
1.2 Mesure liée
2. Présentation de la structure
3. Méthode
3.1 Présentation du COV
3.1.1 Definition du COV
3.1.2 Impact du COV
3.2 Technologie traitement du COV
3.2.1 Regenerative/Recuperative Thermal Oxidizer (RTO)
3.2.2 Extension technique du RTO
3.2.3 Adsorption à base de charbon actif
4. Discussion
5. Conclusion
Bibliographie
ANNEXES

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.