PROCEDURES ET SYSTEME DE CONTROLE INTERNE

Télécharger le fichier pdf d’un mémoire de fin d’études

Activités et objectifs de l’entité

Telma est devenue aujourd’hui un opérateur convergeant en travaillant simultanément dans la téléphonie fixe, mobile et l’internet. Ses efforts de différenciation ont contribué à lui donner le statut d’un leader dans son domaine d’activité. Dans cette section, nous verrons les principales activités de la société Telma Mobile et les objectifs auxquels elle concourt.

Activités de Telma

Telma Mobile est titulaire d’une licence d’exploitation de réseaux de radiocommunication avec les mobiles de norme GSM, attribué par décision de l’Office Malgache d’Etudes et de Régulation des Télécommunications (OMERT) sous référence N°06/02-OMERT/DG/L du 04 Juillet 2006.
L’entité a déployé son propre réseau d’accès aux abonnés et utilise principalement le réseau de TELMA fixe pour transporter les communications. Elle emploie 118 personnes au 31 Décembre 2009.
Les principales activités de la société consistent en l’établissement, la gestion et l’exploitation à Madagascar des réseaux et du service public national et international des télécommunications. Actuellement, Telma regroupe l’ensemble des activités liées aux nouvelles technologies de l’Information et de la Télécommunication (NTIC) : Fixe-Internet-Mobile.
Le groupe Telma est l’un des cinq principaux contributeurs au câble sous-marin international EASSY pour apporter le haut débit partout où sont les besoins. La première phase de ce projet est aujourd’hui réalisée : le Backbone national en Fibre Optique baptisé le Y est opérationnel. Les principales villes du pays sont déjà reliées via un réseau souterrain de 2.000 Kilomètres en Fibre Optique. Le déploiement continue via la mise en place de boucles de redondance et la connexion des villes d’importance, les plus difficilement accessibles. A la fin de l’année 2009, avec ces ramifications, le réseau Fibre Optique a déjà atteint les 3.000 kilomètres. Telma veut ainsi amener à la porte des entreprises privées et à l’administration les infrastructures nécessaires à leur développement.
Il réalise le raccordement des bâtiments des principales entreprises et administrations de Madagascar directement en Fibre Optique, les préparant dès aujourd’hui à la révolution du très haut débit. Le taux de pénétration à Madagascar de la téléphonie Mobile est de 17 %, celui de l’internet de 2,1 % fin 2008, bien en deçà des moyennes de la zone Afrique-Océan Indien. La marge de progression est donc encore énorme et le Groupe Telma compte rester le moteur de la démocratisation des NTIC à Madagascar. Madagascar a connu une véritable révolution dans les services proposés aux clients. Le Xdsl, le BlackBerry, la clé USB 3G+ sont aujourd’hui disponibles.
En fin, le groupe évolue et propose à court terme à tous ses clients une offre globale multi-supports voix/data à haute valeur ajoutée, permettant au groupe de sécuriser ses revenus dont le « Prepaid » pour le grand public et le « Postpaid » pour le segment entreprises.

Missions et Objectifs

Le Groupe Telma est convaincu que les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) sont d’indispensables catalyseurs du développement économique et s’associe pleinement, à travers ses investissements et projets, au développement de Madagascar. Telma se veut être plus qu’un opérateur en télécommunications pour Madagascar. Safidiko Malagasy comme slogan, le groupe est fier d’être l’opérateur historique de Madagascar. En tant qu’entreprise citoyenne et responsable, le groupe Telma s’est fixé pour mission de contribuer au développement durable du pays.
La création de la Fondation Telma a ainsi pour finalité de faciliter les initiatives citoyennes ou associatives dans les domaines de l’éducation, le développement communautaire, l’environnement mais aussi la santé, les arts et la culture.
Par ailleurs, les objectifs du groupe consistent à rendre la téléphonie mobile abordable au grand nombre, désenclaver les régions isolées en facilitant l’accès à la télécommunication, se rapprocher encore plus de ses consommateurs en offrant à ses clients des services et des produits qui suivent les nouvelles technologies de l’information et de la télécommunication à des prix toujours compétitifs.
De même, développer sa compétitivité vis-à-vis de ses concurrents dans le monde de la télécommunication fait partie des ses principales préoccupations afin de garder sa position de leader sur le marché national par l’élargissement du marché cible.
Pour atteindre ses objectifs, le groupe offre la tarification le moins cher de Madagascar quelle que soit la destination, et la prestation des services exclusifs. Il vise également à identifier en permanence les besoins de sa clientèle par la mise en place de nouvelles infrastructures de télécommunications à l’échelle nationale et internationale.
En fin la facilitation de l’accès à la télécommunication grâce à l’innovation des infrastructures et l’extension des réseaux constituent eux aussi des conditions élémentaires pour préserver sa place dans son secteur d’activité et atteindre en même temps ses objectifs.

Structure organisationnelle

Afin d’atteindre ses objectifs de développement et de pérennité, la structure organisationnelle de Telma se base sur la convergence de ses directions. Il y a toutefois certains services qui sont propres à leurs branches Fixe ou Mobile.

Les directions opérationnelles

Au cours de l’année 2010, le groupe TELMA prend naissance de la fusion de TELMA (Fixe et Mobile) et de DTS. Son staff dirigeant est constitué :
− d’un Directeur Général du Groupe ;
− d’un Secrétaire Général du Groupe ;
− de trois Directeurs Généraux Adjoints définis comme suit :
• un Directeur Général Adjoint Finances ;
• un Directeur Général Adjoint Commercial ;
• un Directeur Général Adjoint chargé de la DTS.
En consultant son organigramme, nous pouvons situer à son pôle position, la Présidence du Conseil d’Administration qui est dirigée par Monsieur David White.
Depuis juin 2008, Monsieur Patrick PISAL-HAMIDA a pris les rennes des deux sociétés Telma Fixe et Telma Mobile en devenant Président Directeur Général après ses succès auprès de l’actuelle filiale du Groupe : la société Dts-Moov.
En staff, le Secrétariat Général du Groupe est sous l’égide de Monsieur RASERIJAONA José Yvon, ancien Contrôleur Général de Telma Fixe et actionnaire, représentant la société DISTACOM.

Organigramme

L’organigramme est une représentation schématique d’une structure d’organisation à un moment donné. Il est établi par la haute direction de l’entreprise qui a le seul pouvoir de le modifier. L’organigramme indique la place occupée par chaque poste dans la structure de la société, la nature des postes et les liaisons entre eux, les relations de subordination ainsi que la structure d’un département ou la composition d’un service.
Le groupe TELMA est administrée par un conseil d’administration représentée par onze administrateurs et ayant sous sa responsabilité la Direction Générale et le Contrôleur Général. Les directions agissantes au sein du groupe sont les suivantes :
− La Direction Sans Fil (Direction Technique Mobile) ;
− La Direction des Réseaux (Direction Technique Fixe) ;
− La Direction des Clients Filaires;
− La Business Unit Wholesale;
− La Business Unit Grand Public;
− La Business Unit Entreprise;
− La Direction des Systèmes d’Information;
− La Direction du Déploiement;
− La Direction des Régions;
− La Direction Administrative et Financière;
− La Direction des Ressources Humaines.

Attributions des principaux responsables de la direction

– Le Président du conseil d’administration :
Il se trouve au plus haut sommet de l’organigramme et préside le conseil d’administration. Le conseil d’administration a une mission de gouvernance, d’orientation et de surveillance vis-à-vis de la direction générale. Il est chargé de fixer les grandes stratégies et les principales politiques de l’organisation et d’approuver sa structure organisationnelle globale.
– Le Directeur Général :
Il incombe à la direction générale de mettre en œuvre les directives approuvées par le conseil d’administration, en appliquant notamment les stratégies et politiques du groupe et en instaurant un système de contrôle interne efficace. Pour l’élaboration des politiques et procédures de contrôle interne plus spécifiques, il délègue habituellement sa responsabilité aux personnes chargées des activités ou fonctions d’une unité particulière. Il est donc important que la direction générale s’assure que ces personnes établissent et conduisent les politiques et procédures appropriées.
– Le Directeur Commercial :
Il s’occupe de la commercialisation des produits et des services ainsi que les services après ventes. Il se charge aussi de l’étude de marché. En résumé, il assure l’application des politiques Marketing de la société.
– Le Directeur Technique :
Il est chargé de l’exécution figurant dans l’exploitation, la facturation, les réseaux et les ressources informatiques ainsi que le développement des réseaux.
– Le Directeur Administratif et Financier :
Il assure le contrôle des opérations financières comptables et le traitement des données économiques et financières de l’entité et prend les décisions pour améliorer les politiques administratives et financières. Il assure aussi le suivi des recouvrements et des impayés.
– Le Directeur des Ressources Humaines :
Il s’occupe de la politique d’intégration, de motivation, de communication et de négociation (droit de travail). Il se charge également de la direction du personnel et de la définition de la politique et programmation du système d’information au sein de la société.
– Le Directeur Client Filaire :
Il assure l’exécution et le suivi des installations filaires à Madagascar ainsi que la mise en place et le renforcement d’un projet filaire.
– Le Directeur des Opérations et Méthodes :
Cette direction veille à l’application des méthodes et procédures existantes chez la société. Il se charge aussi de la conservation des données relatives à la mise à jour de l’organigramme, du suivi des personnels et leurs nominations et assure enfin la mise en place des systèmes d’information entre le personnel et les différentes entités du groupe.
– Le Directeur de la qualité et de l’Audit :
Il assure le contrôle interne des différentes entités surtout dans la gestion des patrimoines et financière de la société. Il assure aussi la fiabilité de l’application des procédures existantes et l’amélioration de la qualité de service.
– Le Directeur des Risques Juridiques :
Il garantit la défense de tout ce qui concerne l’intérêt de la société que ce soit interne ou externe et prévoit tous les risques que pourraient subir la société. Il assure également le traitement de tous les dossiers nécessaires au besoin du tribunal contre les personnels et les tiers en conflit avec la société. Il aide aussi à l’assistance de la demande interne en cas d’encouru judiciaire causé par les clients et les personnels de la société.
– Le Directeur des Patrimoines :
Il assure la gestion de patrimoine de la société c’est-à-dire les acquisitions et leurs mouvements. Il maintient le contrôle et le suivi de la circulation de ces biens aussi bien au siège qu’en provinces et assure leurs suivis en matière d’entretien ou de réparation.
– Le Directeur de Contrôle de Gestion et du Budget :
Il se charge d’assurer la maîtrise des charges et participe à l’élaboration des budgets détaillés par entité ou service et s’occupe du suivi des réalisations par rapports aux prévisions. Il assure également la conception et la mise en œuvre d’une comptabilité analytique afin de faire un suivi adéquat des charges générées par la société afin de pouvoir déterminer par la suite le coût de revient de chaque produit.
Nous avons pu présenter dans ce chapitre le groupe Telma, décrire son organisation et son fonctionnement. Pour conclure, nous pouvons dire que Telma occupe aujourd’hui une place importante dans le marché de la télécommunication non seulement au point de vu entrepreneurial mais aussi et surtout au niveau de l’économie. Sans oublier sa responsabilité citoyenne à travers la fondation Telma qui oeuvre dans le domaine social.
Après la présentation de la société, nous verrons à présent dans le second chapitre la place et la finalité des procédures comptables dans la société et apporter quelques théories sur le « Contrôle interne ».

PROCEDURES ET SYSTEME DE CONTROLE INTERNE

Les entreprises sont appelées à exécuter des opérations dont les étapes à suivre pour leurs réalisations doivent être scrupuleusement respectées, de crainte que son fonctionnement normal ne soit désarticulé. Nous allons dans ce chapitre, définir le manuel de procédures, faire ressortir les objectifs et enjeux de sa conception mais également montrer son importance pour l’entreprise au niveau du contrôle interne.

Généralité sur les procédures

Face à la complexité des opérations et à l’augmentation des risques de l’entreprise, la formalisation des procédures est devenue une préoccupation essentielle. Nous découvrirons dans cette section quelques notions sur ce qu’on entend par procédures ainsi que leurs formalisations.

Concepts sur le manuel de procédures

Nous allons d’abord définir le terme procédures avant d’entrer dans les détails. D’après Christian Alphonse RAZAFIMBAHINY, dans son livre intitulé Principe et gestion d’entreprise, « Les procédures sont une succession complexe et ordonnée d’échanges d’informations en vue d’une action pour que celle-ci soit en ordre de la décision et de l’exécution »1. Elles concernent les travaux courants et stables pour les faciliter.
« Par procédures, il faut entendre principalement les consignes d’exécutions des tâches, les documents utilisés, leur contenu, leur diffusion et leur conversation, les autorisations et approbations, la saisie des informations nécessaires à la vie de l’entreprise et à son contrôle »2. Nous pouvons dire simplement que la procédure est la démarche à suivre pour réaliser une activité. L’élaboration des procédures est une condition essentielle pour garantir la qualité des opérations.
Ainsi, le manuel de procédures n’est que la formalisation des procédures déjà en place à travers un manuel. Le manuel de procédures constitue pour l’entreprise le concentré de son organisation, sa mémoire capitalisant les savoir-faire individuels et collectifs.
Le manuel de procédures peut être défini comme étant un référentiel approuvé par la direction générale qui décrit de manière précise et détaillée les circuits de flux de documents et d’informations, les procédures d’autorisation et d’approbation, les différents niveaux de responsabilité et de délégation et en fin les dispositifs de sécurité à respecter.
Toute entreprise soucieuse de sa survie doit disposer d’un manuel de procédures. C’est un document de référence pour ce qui concerne le passé mais un bon repère pour traiter les opérations. Le manuel de procédure s’adresse à tous les membres de l’entreprise et envisage pour chaque cycle d’activité et chaque niveau de responsabilité, l’ensemble des opérations de l’entreprise devant permettre de garantir la sécurité des actifs, de respecter les lois et règlementations en vigueur et de fiabiliser les informations comptables et financières.

Objectifs du manuel de procédures

L’instauration d’un manuel de procédures vise les objectifs suivants dans la gestion interne des opérations:
− Expliquer les modalités d’application des différentes procédures suivant les activités ou cycles de l’entreprise (comptables, financiers et administratifs) ;
− Assurer l’uniformité des modalités d’exécution en les formalisant. Ce qui exclut les disparités dans la manière de traiter les opérations qui, en l’absence du manuel, dépendent le plus souvent du style, de l’expression personnelle déjà acquise, mais aussi de la culture des opérationnels ;
− Sauvegarder les actifs de l’entreprise par des procédures de contrôle interne
performantes ;
− Former le personnel et favoriser l’assimilation rapide des techniques spécifiques de l’entreprise pour le personnel nouvellement affecté à un poste. Ce qui se traduit par un gain de temps considérable notamment lors des passations de service ou lors de la phase d’intérim
− Faciliter le travail de commissariat aux comptes ou d’audits externes en facilitant la compréhension des procédures mises en place.

Théories sur le contrôle interne

La maîtrise du processus de gestion des différents cycles est incontournable pour assurer la pérennité de l’entreprise. Pour cela, la mise en place de procédures de contrôle interne et de gestion de ce processus doit être la préoccupation permanente des dirigeants.

Notions sur le contrôle interne

Les activités de contrôle permettent de s’assurer que les instructions de la direction sont respectées et que les mesures nécessaires sont prises pour permettre à l’entreprise de répondre aux risques qui menacent la réalisation des objectifs. Les activités de contrôle sont présentes dans toute l’organisation, à tous les niveaux et dans tous les cycles opérationnels.

Définitions

Selon Alain Mikol, dans son ouvrage intitulé le contrôle interne, « Le contrôle interne est un système d’organisation qui comprend les procédures de traitement de l’information comptable d’une entreprise, et les procédures de vérification du bon traitement de cette information comptable »3
L’ordre des experts comptables français définit le contrôle interne comme suit (OECCA, 1977) : « le contrôle interne est l’ensemble des sécurités contribuant à la maîtrise de l’entreprise. Il a pour but, d’un côté, d’assurer la protection, la sauvegarde du patrimoine et la qualité de l’information, de l’autre, d’assurer l’application des instructions de la direction et de favoriser l’amélioration des performances. Il se manifeste par l’organisation, les méthodes et procédures de chacune des activités de l’entreprise pour maintenir la pérennité de celle-ci ».
Le contrôle interne est donc l’ensemble des procédures, règles, formalités et contrôles qui assurent à l’entreprise la sauvegarde de son patrimoine et l’efficience de la mise en œuvre de sa politique.

Objectifs du contrôle interne

Le contrôle interne a pour objectif de prévenir les erreurs et fraudes et d’assurer la fiabilité et l’exhaustivité de l’information. Il vise aussi à assurer le respect des politiques et des procédures en vigueurs afin de protéger l’intégrité des biens et des ressources de l’entreprise. De même, le contrôle interne doit assurer l’utilisation économique et efficace des ressources, l’enregistrement correct en comptabilité de toutes les opérations ainsi que la protection et la sauvegarde du patrimoine.

Les principes généraux du contrôle interne

Un meilleur contrôle repose sur un certain nombre de règles de conduite dont le respect conférera à l’organisation une qualité satisfaisante et efficace. Le contrôle interne s’appui sur les sept principes suivants :
– Le principe d’organisation : l’organisation, établie sous la responsabilité du chef d’entreprise comprend la fixation des objectifs, la définition d’un organigramme, la détermination du choix et de l’étendue des moyens à mettre en œuvre. L’organisation doit être préalable, adaptée et adaptable, vérifiable et formalisée et doit comporter une séparation convenable des taches.
– Le principe d’intégration : les procédures mises en place doivent permettre le fonctionnement d’un système d’autocontrôle.
– Le principe de permanence : l’organisation et le système de contrôle interne mis en place par l’organisme supposent une certaine pérennité.
– Le principe d’universalité : ce principe signifie que le contrôle interne concerne toutes les personnes dans un organisme en tout temps et en tout lieu.
– Le principe d’indépendance : ce principe implique que les objectifs du contrôle interne sont à atteindre indépendamment des méthodes, procédés et moyens de l’entreprise.
– Le principe d’information : l’information doit répondre à certains critères, tels que la pertinence, l’utilité, l’objectivité et la communicabilité.
– Le principe d’harmonie : on entend par ce principe, l’adéquation du contrôle interne aux caractéristiques de l’entreprise et de son environnement.

Importance des procédures dans le contrôle interne

La procédure facilite l’exécution des tâches par les différents intervenants et le suivi de l’application des consignes donnés par les dirigeants, de façon qu’elle recouvre la production des informations écrites et la conservation de l’information. Elle facilite la recherche de solution à des problèmes répétitifs. Elle permet d’éviter les erreurs et augmente l’efficacité des employés en leur servant de guide dans les démarches à suivre.
La constitution d’une documentation de référence et de recherche des éléments de non-conformité ou de dysfonctionnement permet la mise en place d’un système dont l’aspect interne est une gestion plus efficace et l’aspect externe est une transparence de l’offre de service et des pratiques.
Le contrôle interne n’est pas un modèle de décision qui permet de répondre aux questions « que choisir ?, où aller ? ». En revanche, il insère le processus de décision et d’action au sein des procédures d’information et de vérification.
Ainsi, les décisions, pour être prises, devraient respecter les procédures existantes. Ce qui permet dans certaines limites, d’éviter les erreurs et les redondances. C’est la présence de ce dispositif de sécurité dans le système qui manifeste le contrôle interne de l’entreprise, tant sur le plan technique qu’administratif.
Il apparaît donc, que les procédures font partie intégrante du système de contrôle interne d’une entreprise et constituent un élément important et essentiel contribuant à son bon fonctionnement. Pour conclure ce chapitre, nous pouvons dire que toute entreprise quelque soit sa taille à besoin d’établir des procédures claires pour mieux assainir sa gestion. Le manuel de procédures permet à l’entreprise d’optimiser ses activités. Il est également un outil qui permet aux opérationnels d’une entreprise de connaître facilement l’exécution d’une tâche. Il sert aussi de référence lors de la revue des procédures du contrôle interne pour s’assurer que les procédures mise en place par l’entreprise sont respectées.

INTERETS DU SUJET ET METHODOLOGIES

Avant de conclure cette première partie, nous allons à présent évoquer dans ce dernier chapitre l’intérêt du mémoire ainsi que les méthodologies adoptées pour sa réalisation. En effet, le choix du thème a été fortement influencé par le contexte actuel des procédures de l’existant. De même, la réalisation de cet ouvrage a nécessité le suivi d’une démarche méthodologique. Nous verrons un à un dans les sections précédentes ces deux points pour fournir plus de précision sur le sujet en question.

Justification du choix du sujet

Nous aborderons dans cette section les principales raisons qui nous ont poussées à choisir notre thème à travers l’élaboration du manuel de procédures comptables que nous verrons à la fin de cet ouvrage.

Contexte et choix du thème

L’entité Telma Mobile est actuellement en pleine expansion. De par sa taille, c’est une entreprise de grande envergure. L’importance du manuel de procédures au sein d’une l’entreprise croît avec la taille de cette dernière dans la mesure où les tâches et les responsabilités sont généralement divisées entre plusieurs personnes et services. Dès lors, il devient nécessaire de disposer une description détaillée de toutes les fonctions et tâches à exécuter dans l’entreprise. Seulement, il est à déplorer que les procédures de Telma Mobile n’ont pas encore été formalisées durant ses cinq dernières années. Comme elle ne dispose pas alors d’un manuel de procédures pour servir de cadre de référence, nous avons jugé primordiale d’en instaurer afin d’établir une certaine balise dans la réalisation de ses différentes tâches. D’où le choix de notre thème intitulé « Contribution à la mise en place d’un manuel de procédures comptables et à l’amélioration du système de contrôle interne. Nous nous sommes cependant limiter à l’étude du cycle achats et celui de la trésorerie. Le fait que ces cycles sont très sensibles et sont souvent dans la plupart des cas exposés à des risques de vol ou de détournement a particulièrement retenu notre attention.

Intérêts pour les utilisateurs du manuel de procédures

L’entreprise à la recherche d’un modèle d’organisation capable de lui assurer pérennité et croissance, a besoin plus que jamais d’un personnel qualifié sachant bien exécuter les tâches qui lui sont confiées et ce, avec efficacité et célérité. A l’heure de la mondialisation, les entreprises doivent bien communiquer avec leur personnel afin que les instructions puissent être bien comprises de la part de ces derniers.
Le manuel de procédure constitue un outil de communication et de diffusion de l’information et des instructions au sein de l’entreprise, capable de renseigner sur l’organisation et les procédures qui y sont mises en place.
Le personnel de l’entreprise reste le principale utilisateur du manuel de procédures et bénéficie ainsi de plusieurs avantages que lui procure ce manuel, et notamment une organisation comptable assurant la sécurité et la fiabilité de l’information véhiculée par le système d’information de l’entreprise.
Les procédures comptables écrites et largement diffusées permettent à tout le personnel de mieux réaliser leurs taches et de bien assumer leurs responsabilités. De même, l’objectif est de fournir un outil à la société de façon à contribuer à l’accélération de la production de l’information comptable et financière grâce à une meilleure coordination entre les services de l’entreprise et à une bonne planification des tâches à réaliser.
En fin, il sera plus facile de rendre plus fluide la rotation du personnel et la permanence des services comptables et financiers grâce aux procédures écrites et formalisées.

Démarche et méthodologie de recherche

Nous allons dans cette section présenter la méthodologie de recherche qui a aboutit à la réalisation de ce mémoire. Nous avons en effet eu recourt à l’utilisation de différentes méthodes pour la collecte des informations tout au long du déroulement du stage.

Démarche générale de l’étude

La rédaction du protocole de recherche est la première étape de cette démarche avant de passer à la recherche des données primaires et secondaires jusqu’à l’évaluation des informations recueillies.
Nous avons déjà évoqué dans la section précédente la justification du choix du sujet pour la rédaction du protocole de recherche. C’est la première étape qui a permis la formalisation de la problématique.
Les résultats attendus de cette étude tendent vers un objectif commun qu’est la sécurisation et l’harmonisation des procédures afin de garantir la sauvegarde du patrimoine de l’entreprise Telma Mobile.
Notre objectif étant de recueillir le maximum d’informations sur les procédures internes de l’entreprise, nous avons utilisé diverses techniques de collecte comme l’interview, l’observation ainsi que les recherches bibliographiques.

L’interview

L’interview est très importante pour disposer les informations spécifiques recherchées. En, effet les entretiens sont très utiles pour la description des processus aussi bien des achats que de la trésorerie et l’évaluation des dispositifs de contrôle mis en place. Nous avons réalisé dans notre travail un entretien avec les différents responsables de la société dans le but de rassembler leurs points de vue, d’identifier les niveaux hiérarchiques et de voir la façon dont les contrôles sont conçus et effectués en pratique.

L’observation

Observer est un processus incluant l’attention volontaire et l’intelligence, orienté par un objectif final et dirigé sur un objet afin de recueillir les données. Elle nous a permis de mettre à notre disposition des informations essentielles sur la réalité et l’environnement interne de la société.

La bibliographie

La base de l’élaboration de ce mémoire s’est faite à partir de la lecture de plusieurs documents et ouvrages à l’aide de la recherche documentaire et de dépouillement d’archives. En complément de ces recherches, nous avons également procédé à la consultation des sites web sur internet.

Analyse et évaluation des informations recueillies

Après avoir collecté les données quantitatives et qualitatives, nous avons procédé à la vérification et à la validation des données. Ce qui nous a permis d’avoir à notre disposition des outils d’analyses de base ayant permis la rédaction même de cet ouvrage.
Nous avons présenté dans ce chapitre la démarche que nous allons adopter dans le cadre de l’élaboration du manuel de procédure de l’entreprise Telma Mobile. Cette démarche a mis en évidence les différents outils d’analyses et de collectes de données qui seront utilisés dans la réalisation de nos travaux.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION GENERALE .
PARTIE I : PRESENTATION DU CADRE DE L’ETUDE
CHAPITRE I : PRESENTATION DE LA SOCIETE
Section 1 : Le groupe Telma
Section 2 : Activités et objectifs de l’entité
Section 3 : Structure organisationnelle
CHAPITRE II : PROCEDURES ET SYSTEME DE CONTROLE INTERNE
Section 1 : Généralité sur les procédures
Section 2 : Théories sur le contrôle interne
CHAPITRE III : INTERET DU SUJET ET METHODOLOGIE
Section 1 : Justification du choix du sujet
Section 2 : Démarche et méthodologie de recherche
PARTIE II : ANALYSE DE L’EXISTANT
CHAPITRE I : DESCRIPTION DES PROCEDURES APPLIQUEES ET PERCEPTION DE S PROBLEMES
Section 1 : Les procédures du cycle Achats
Section 2 : Les procédures du cycle Trésorerie
Section 3 : Les problèmes liés à la formalisation des procédures de l’entité
CHAPITRE II : CONSTATATION DES RISQUES ET EVALUATION DU CONTROLE INTERNE
Section 1 : Etude des risques au niveau du cycle Achats
Section 2 : Etude des risques au niveau du cycle Trésorerie
Section 3 : Faiblesses du contrôle interne au niveau des cycles Achats et Trésorerie
CHAPITRE III : IMPACTS DUS A L’ABSENCE D’UN MANUEL DE PROCEDURES
Section 1 : Impacts au niveau de la performance et de la sauvegarde du patrimoine
Section 2 : Impacts au niveau du système de contrôle interne
PARTIE III : PROPOSITION DE SOLUTIONS : LE MANUEL DE PROCEDURES COMPTABLES 
CHAPITRE I : MANUEL DE PROCEDURES DU CYCLE ACHATS
Section 1 : L’expression du besoin et formalisation de la demande
Section 2 : La sélection et le choix du fournisseur
Section 3 : La passation de la commande
Section 4 : La réception de biens ou services
Section 5 : La comptabilisation et le règlement des factures
CHAPITRE II : MANUEL DE PROCEDURES DU CYCLE TRESORERIE
Section 1 : Les procédures des encaissements
Section 2 : Les procédures des décaissements
Section 3 : La gestion de la petite caisse
Section 4 : Le rapprochement bancaire
CHAPITRE III : RESULTATS ATTENDUS ET RECOMMANDATIONS
Section 1 : Résultats attendus
Section 2 : Recommandations de mise en œuvre
CONCLUSION GENERALE
BIBLIOGRAPHIE

Télécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *