Problématiques de santé comme l’obésité, maladies, habiletés motrices, aptitude physique

Motivation et rendement scolaire

Concernant la motivation et le rendement scolaire ou encore la réussite scolaire, c’est un peu plus complexe, car ils peuvent être influencés par des facteurs tels que de la démotivation liée au manque de stimulations intellectuelles à l’école, aux désordres neurologiques comme le TDA et le TDAH, l’hyperactivité et tous autres troubles, maladies ou état de santé ayant des conséquences du même genre. De plus, il peut s’agir de désintéressement propre à certaines matières scolaires ou encore de l’anxiété de performance. Plusieurs facteurs sont en jeu et ils sont ambigus, moins précis et plus difficiles à évaluer.
Au premier abord, il faut explorer la motivation liée à la stimulation intellectuelle à l’école. De nos jours, une tentative pour contrer la démotivation intellectuelle en milieu scolaire est faite à l’aide des technologies telles que les tableaux interactifs, les tablettes informatiques, les ordinateurs. Par contre, existe-t-il un lien réel entre les technologies et la motivation scolaire et s’il y en a un quel est ce lien ? Des études réalisées sur les effets de l’implantation des tableaux blancs ou numériques interactifs (TBI/TNI) semblent le démontrer. Les enseignants rapportent les mêmes constatations. Ils affirment que leurs élèves du primaire ont plus d’intérêts en classe et ces élèves le confirment eux-mêmes.13 Selon plusieurs études, la motivation serait augmentée à la suite de l’implantation et de l’utilisation des tableaux interactifs en classe.66 (p 97 ou 7/11), 88, 120 Des recherches démontrent que plus le jeune est actif avec le système, plus sa motivation est grande.160 Il est à noter aussi que certaines recherches indiquent que l’effet de nouveauté engendre une bonne partie de la motivation et que les méthodes d’enseignement ont également un rôle à jouer.117 (p 5-6-11), 182 Par contre, une autre étude constate que c’est l’aspect visuel des tableaux numériques interactifs qui procure l’effet motivateur.
Toujours concernant les technologies, d’autres effets peuvent être observés. Une étude a indiqué que plus les jeunes utilisent activement le TNI comparativement à l’utilisation unique par l’enseignant, plus le rendement scolaire est augmenté. Elle a comparé deux groupes d’élèves. Dans l’un des groupes, les élèves n’ont pas manipulé le TNI et dans l’autre groupe, les élèves ont manipulé plusieurs fois le TNI, soit en moyenne dix fois chacun pour cinq heures de cours. C’est en comparant le rendement scolaire que l’étude a pu établir qu’il y avait un lien entre l’usage et le non-usage du système TNI par les élèves.
Cela nous amène à nous questionner sur quel est le lien existant entre la motivation et le rendement scolaire. Bien que cela ne semble pas avoir été facile à démontrer, des recherches observent que l’augmentation de la motivation scolaire avec le TNI engendre une meilleure réussite scolaire.141 (p 257 et 268)
Les théories de l’apprentissage appuient ces observations attestant que la motivation engendre la réussite scolaire.132 En résumé, ce que ces théories révèlent, c’est que la motivation est influencée par plusieurs facteurs autant scolaires que familiaux ou autres. Dans le cas présent, c’est l’utilisation du tableau interactif qui est le facteur motivationnel. Tout comme pour une compétition sportive, la performance est le but à atteindre. Par conséquent, la réussite scolaire est l’objectif. De plus, au même titre que dans les sports, pour y parvenir, il faut que la motivation soit présente puisque c’est un élément clé. Elle permet de persévérer, d’être stimulé, de demeurer concentré pour réaliser les différentes tâches pour arriver à ses fins. Il est donc possible de dire que le TNI est un déterminant de la motivation et que cette dernière induit la réussite scolaire bien qu’il y ait d’autres facteurs qui s’ajoute à cela pour réaliser une performance.
Les différents liens entre la réussite scolaire et la motivation ou l’activité physique viennent d’être établis. L’interaction entre ces éléments pris tous ensemble doit néanmoins être développé. Lorsqu’il est question de motivation et de réussite scolaire, il est bien de parler de leurs opposés, soit la démotivation scolaire qui mène parfois au décrochage scolaire donc à la non-réussite scolaire. Il faut se demander également le lien avec l’activité physique et la motivation engendrée par les technologies qui relient tout cela à ce projet de recherche avec la plateforme interactive internet. Telles que vues précédemment, les technologies comme les TNI aident à augmenter la motivation scolaire et par le fait même la réussite scolaire. Il est également connu que de faire des sports de groupes ou non et des activités physiques sollicite le sentiment d’appartenance à un groupe et a un effet motivateur, un effet sur l’estime de soi avec la réalisation de tâches, sur la performance et bien plus encore. Par conséquent, lorsque cette motivation, l’estime de soi, le sentiment d’appartenance et de réalisation de soi ne sont pas exploités avec les technologies ou avec l’activité physique, les chances de décrochage scolaire sont augmentées. Des études ont évalué ce risque et les différents liens existant entre ces facteurs.
Puisqu’il est question de décrochage scolaire, il faut mentionner qu’en plus des facteurs déterminants comme la motivation, la pratique d’activité physique, il y a aussi le milieu où évolue le jeune. Un jeune vivant dans un milieu défavorisé a davantage de risque de décrochage scolaire que celui vivant dans un milieu aisé. Cela peut être causé par le milieu familial plus problématique engendré par un plus faible revenu. Ce peut être causé par le manque de ressources d’aide ou d’infrastructures sportives et d’activités de loisirs pour un bien-être psychologique et physique. Il y a bien d’autres facteurs qui entrent en jeu et qui se relient les uns aux autres.121 Dans les parties qui suivront, la constatation qu’il faut tenir compte, dans les évaluations avec les questionnaires, du milieu où le jeune demeure et évolue ainsi que les autres facteurs pourra être faite. La justification est que ces éléments peuvent grandement influencer les résultats et les interprétations qui en ressortiront.
Des études ont été réalisées par un chercheur de l’Université de Trois-Rivières au sujet du décrochage scolaire. Le dépistage peut être décelé dès l’âge du primaire et du préscolaire selon l’analyse de différents paramètres environnementaux et comportementaux. Il est démontré que les jeunes des milieux défavorisés sont plus à risque de décrochage.145 Il faut ajouter qu’il est crucial de s’arrêter sur le décrochage scolaire puisqu’il y a un taux de décrochage depuis quelques années entre 10 et 30 %. De plus, le Québec avec un taux de diplomation d’environ 64 % est au dernier rang des provinces canadiennes, ce qui est considérable.19, 81, 119, 126, 127 S’il est possible de diminuer ce nombre, l’impact sera capital sur la société future. Il est à noter que même des élèves surdoués sont à risque de décrochage. Cela peut être dû aux troubles de comportements et d’humeur, à l’anxiété de performance, à l’estime de soi qui découle de cette précocité intellectuelle ou de l’environnement scolaire.
L’énumération des différents éléments de la motivation et le rendement scolaire étant achevée, la santé sera le prochain sujet.

Santé globale : aspects physique et psychologique

Bien que ces deux aspects se rapportent à la santé, ils seront traités séparément dans les parties suivantes.

Problématique de santé

La santé a toujours été un domaine où les recherches abondent. Puisqu’elle comporte plusieurs aspects et déterminants, il faudra subdiviser ce sujet pour mieux faire l’inventaire de ce qui s’est fait comme découvertes lors des années précédentes. Il faudra également cibler seulement les éléments se rapportant à ce projet de recherche pour ne pas s’éloigner de la question de départ. Voici ce qui découle des informations retenues.
Le projet de la plateforme interactive comporte un volet de promotion de l’activité physique et c’est pour cette raison qu’une énumération des liens existant entre l’activité physique et la santé sera effectuée. Pour la première partie, il sera fait mention de l’aspect physique comme les problématiques de santé telles que l’obésité, les maladies, les habiletés motrices. Une étude démontre qu’un manque d’activité physique lié à d’autres facteurs comme une mauvaise alimentation peut mener à un surpoids et à l’obésité. Une hausse du surpoids et de l’obésité équivalant à 4% a été observée dans les 20 dernières années dans le contexte de l’étude. Il est à noter que la situation est toujours d’actualité encore de nos jours.70 Une autre recherche, à comparer une école qui faisait plus de 75 minutes d’activité physique par semaine avec une autre qui en faisait moins de 75 minutes hebdomadairement. Les résultats ont révélé que l’augmentation de l’indice de masse corporelle (IMC) était moins grande pour l’école ayant fait plus d’activité physique. Il faut toutefois remarquer qu’il y a, dans chacun des échantillons, une hausse de l’IMC puisque les jeunes sont en croissance tout au long de l’expérimentation et de la prise de mesure.85 Un document de Kino-Québec fait l’état des bienfaits de l’activité physique sur la santé et s’appuie sur des études scientifiques. Il est démontré qu’un des effets est l’amélioration de la santé cardiovasculaire, puisqu’une étude indique que les sédentaires auraient près de 80 % de chance d’avoir une maladie cardiaque ou d’en décédé comparativement aux gens qui ont un mode de vie actif. Le syndrome métabolique est relié au diabète, aux maladies cardiaques ainsi qu’aux accidents vasculaires cérébraux par la présence de signes d’obésité, de pression artérielle élevée, de résistance à l’insuline et de cholestérol élevé.2 (p. 2488), 3 (p. 11-26), 79 Ce syndrome est en hausse depuis plusieurs années. Selon une étude, il évolue de 4,2 % entre les années 1988 et 1992 à 6,4 % entre 1999 et 2000 pour atteindre 8,6 % entre 2001 et 2006. Comme stipulé auparavant, la composante cardiovasculaire du syndrome est améliorée par l’activité physique, mais il a été aussi prouvé que cette dernière améliore la santé métabolique, ce qui se rapporte aux autres signes de ce syndrome. C’est sur des facteurs tels le bilan lipidique, le glucose et autres que les influences se font ressentir. De plus, les effets de la diminution de l’IMC, par conséquent du surpoids, de l’obésité, et également les risques de diabète sont bien connus. Bien d’autres paramètres sont affectés avec l’activité physique comme la diminution des risques de cancer et de la tension artérielle ainsi que l’augmentation de la densité osseuse.

MATÉRIEL ET MÉTHODE

Formulation des objectifs

De nombreux projets en promotion de la santé visent à augmenter le niveau d’activité physique, à mieux s’alimenter et à adopter de saines habitudes de vie notamment. Par contre, peu de projets visent tous ces objectifs simultanément. La plateforme interactive internet Le Trotteur fait partie de ces projets ayant plus d’une cible à atteindre en lien avec la promotion de la santé telle les saines habitudes de vie, un mode de vie physiquement actif, une alimentation plus équilibrée. Bien qu’il soit justifié de le faire, ce type de projet fait souvent le bilan du nombre de personnes ayant participé, mais ce bilan ne permet pas d’analyser les effets et les retombées sur la santé et certains autres paramètres tels les habiletés motrices, la motivation et le sommeil par exemple. C’est l’une des raisons d’être de ce projet de recherche. Ce projet se veut une étude pilote qui pourrait éventuellement s’étendre à l’ensemble du réseau scolaire primaire de la région puisque c’est également un but visé par le projet Le Trotteur.
L’objectif secondaire de cette étude est de permettre d’analyser si une telle plateforme interactive saura atteindre les objectifs visés en plus de permettre de vérifier son efficacité dans différents milieux. Par conséquent, un objectif intermédiaire s’ajoute puisqu’une fois les effets précisés, la commission scolaire, les écoles, les directions d’écoles ainsi que les enseignants auront plus d’outils et de pistes pour se guider et élaborer des stratégies afin de résoudre certaines problématiques propres à leur milieu et à leurs besoins. Ainsi, il sera plus facile pour certaines instances telles les CIUSSS ou le RSEQ de subventionner ou de mettre l’accent sur des projets où les retombées ont été étudiées et les effets ont été répertoriés.
Comme dernier objectif, ce projet se veut également une preuve de concept, c’est-à-dire que ce projet de maîtrise permet de vérifier la faisabilité, la viabilité à la fois du projet Le Trotteur, mais également de l’étude d’impact.
En se basant sur les bienfaits de l’activité physique que le projet Le Trotteur promeut et sur tous ses autres bénéfices, voici les hypothèses qui en ressortent.
L’hypothèse principale de cette recherche est que l’utilisation de la plateforme « Le Trotteur » aura un impact positif sur l’adoption de saines habitudes de vie chez des élèves de 4e année. Plus spécifiquement, aux termes de l’étude, on s’attend à une amélioration de l’aptitude physique (habiletés motrices), du rendement scolaire, de l’estime de soi, de l’image corporelle et des habitudes de sommeil. De plus, il est possible de s’attendre à voir la motivation à faire de l’activité physique augmentée (nombre de km réalisés par les élèves) et également, une meilleure motivation scolaire dans le cas des écoles utilisant la plateforme.

Participants

La méthode de recherche est évaluative puisqu’autant l’échantillon témoin que le groupe expérimental avaient à être évalués à l’aide de questionnaires et de tests d’habiletés motrices. Les détails des procédures ainsi que des outils de mesures de chacun des échantillons seront abordés dans les parties suivantes (voir les points 3.3 et 3.4). Une description détaillée des différents types d’échantillons et de participants, des formations des groupes, des critères de sélection, des caractéristiques des participants ainsi que du mode de recrutement est présentée à la section suivante.

Types d’échantillons et de participants

Dans cette étude, deux groupes ont été formés : le groupe témoin et le groupe expérimental. L’échantillon témoin, également appelé « groupe contrôle », est caractérisé par le fait qu’il n’y a pas d’utilisation de la plateforme interactive internet Le Trotteur. L’échantillon expérimental est caractérisé par l’utilisation de la plateforme. De plus, il y a deux types de participants : les participants-enseignants et les participants-élèves. Les participants-enseignants, comme le nom l’indique, ce sont les enseignants des classes sélectionnés. Ce type de participants inclut les enseignants d’éducation physique rattachés à ces classes. Ces participants (enseignants) prenaient part à l’étude en tant que collaborateur au projet et qu’aidant pour la réalisation des évaluations. Pour les enseignants utilisant la plateforme le Trotteur, c’est en tant que guide pour les élèves pour l’utilisation de la plateforme et qu’administrateur des activités pédagogiques du Trotteur qu’ils prennent part à l’étude. En ce qui concerne les participants-élèves, ce sont les élèves de ces mêmes classes.

Formation des groupes, critères de sélection et caractéristiques des participants

Concernant la formation des groupes, des critères de sélection et des caractéristiques des participants, six écoles différentes ont été sélectionnées à partir d’une banque d’institutions ayant manifesté un intérêt afin de participer à ce projet. Trois d’entre elles faisaient partie de l’échantillon contrôle et les trois autres écoles faisaient partie de l’échantillon avec intervention. Toutefois, au final du processus d’officialisation de la participation, des six écoles approchées, deux ont réellement participé au projet jusqu’à terme. Plusieurs raisons expliquent ce phénomène : changements de personnels enseignants ou de direction, multiples sollicitations venant d’autres projets éducatifs et de promotion de la santé, horaire trop chargé ne permettant pas de libérer des périodes pour les évaluations de l’étude. Il y a donc eu une école témoin et une école avec intervention qui ont participé à ce projet de recherche. Les critères de sélection de ces écoles dans les deux échantillons étaient d’être une école de la région du Saguenay, d’avoir une classe régulière de 4e année provenant d’un établissement scolaire privé ou public et d’avoir sensiblement le même temps et le même nombre de périodes de cours d’éducation physique. Ce niveau scolaire a été ciblé puisque la plateforme le Trotteur a été conçue, adaptée et implantée au tout départ pour la 4e année. Une autre raison d’utiliser ce critère est qu’il est possible de déceler les premiers signes de décrochage scolaire dès le primaire. Ce sont les écoles du Saguenay qui ont été ciblées également pour éviter les biais causés par des milieux de provenances régionales différentes. De plus, la proximité des écoles avec l’Université du Québec à Chicoutimi était favorable pour les déplacements de l’équipe d’évaluateurs qui était composée des étudiants de cet établissement.

Mode de recrutement

À la suite de l’approbation du projet de recherche par le comité éthique (CÉR) de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), le recrutement a été entamé (voir annexes 9 et 10). Tout d’abord, une autorisation de la commission scolaire a été demandée et a été obtenue par courriel. Un résumé du projet de recherche avait été envoyé avec la demande d’autorisation par courriel. L’autorisation concernant la commission scolaire visait à permettre l’utilisation des écoles s’y rattachées. Le même processus a été utilisé pour obtenir les autorisations de chacune des directions d’écoles sélectionnées. Cette autorisation visait à permettre de mener l’étude à l’intérieur des murs de leur école et de recruter les élèves des classes de 4e année ainsi que le personnel enseignant relié à cette classe une fois l’accord du comité éthique octroyée. Dans la liste des écoles ciblées initialement, certaines écoles ont dû être remplacées puisqu’elles ne souhaitaient pas faire partie de l’étude. C’est seulement lorsque toutes les autorisations ont été obtenues de la part des directions et des commissions scolaires que le recrutement a pu avoir lieu.
Pour procéder au recrutement, il fallait d’abord contacter les directions d’écoles par téléphone et par courriel pour fixer une rencontre avec eux et les participants-enseignants ciblés, c’est-à-dire l’enseignant titulaire de la classe de 4e année ainsi que l’enseignant d’éducation physique relié à cette classe. Puisqu’un certain délai séparait le contact qui avait été fait pour obtenir l’autorisation des écoles et le recrutement, un rappel du projet a été envoyé sous forme de résumé lors de l’envoi du courriel pour le recrutement et la fixation d’une date de rencontre. Pendant et avant cette rencontre, une demande de consentement a été remise par courriel et en personne et a été expliquée aux enseignants. Ils avaient un délai d’une semaine environ pour remettre leur consentement signé. Il est à noter que le consentement devait être signé et remis, peu importe que les enseignants acceptent ou non de participer. Le but était simplement de s’assurer que la demande ait été reçue et lue.
Une fois le consentement des participants-enseignants reçus, le recrutement des participants-élèves s’est fait. Le consentement des parents-tuteurs légaux des élèves ainsi que les élèves eux-mêmes devaient être obtenus. Malgré que les participants-élèves étaient mineurs, mais étaient tout de même en âge de comprendre et de lire la demande de consentement qui leur était adressée, ils devaient aussi donner leur accord. Trois façons avaient été envisagées pour rejoindre, transmettre et expliquer les demandes de consentement aux parents/tuteurs légaux et aux élèves. Une première façon était de faire une rencontre de parents dans les écoles participantes et de leur remettre en main propre les demandes de consentement en version papier en plus de leur donner des explications. La deuxième était d’envoyer la demande de consentement et les explications aux parents par courriel ou tous autres outils de communications utilisés par chacune des écoles pour rejoindre les parents par internet. Dans ce cas, le document de consentement était transmis dans un format « Word » ou « PDF ». La dernière méthode était de distribuer les demandes de consentement en version papier directement à l’élève et il devait la remettre aux parents. La méthode utilisée était propre à chacune des écoles selon leur procédure habituelle pour communiquer avec les parents/tuteurs légaux. Cependant, la dernière méthode a été celle retenue et utilisée par toutes les écoles participantes. Tous les consentements ont été récupérés en main propre dans des enveloppes scellées par la chercheuse, en allant les chercher au secrétariat des écoles, au bureau des directions d’écoles ou encore au bureau des enseignants. Un délai de deux semaines a été laissé pour retourner le formulaire de consentement. La raison de ce délai est de permettre aux personnes concernées de bien comprendre la demande qui leur avait été faite. Autant le parent/tuteur légal que l’élève devait signer le consentement qu’ils acceptent de participer ou non afin de s’assurer qu’ils aient reçu et lu le document.

Procédures

Après avoir reçu tous les formulaires de consentement signés et acceptés par les participants, la plateforme a été implantée et expliquée à l’école du groupe expérimental. Le projet et les tâches à faire pour chaque type de participants ont été réexpliqués lors d’une rencontre dans chacune des classes participantes. La date et l’heure de cette rencontre ont été fixées préalablement par téléphone et/ou par courriel avec chacun des enseignants titulaires selon leur disponibilité. Une des tâches des enseignants consistait à faire un rappel aux élèves de cumuler les kilomètres réalisés hebdomadairement et de les inscrire dans leur carnet de marche. Les élèves devaient également rapporter leurs résultats à leur enseignant pour qu’il puisse les compiler dans un tableau ou une liste d’élèves et dans la plateforme internet pour l’école qui l’utilise. L’enseignant titulaire de la classe a comme tâche d’utiliser et d’opérer la plateforme avec ses élèves et de réaliser avec eux, individuellement ou en groupe, un minimum d’une activité pédagogique par semaine (dictée, texte de compréhension…) disponible sur la plateforme.
À titre informatif, les élèves qui ne participaient pas à l’étude et aux évaluations occuperaient leur temps selon les procédures habituelles prévues par chacune des écoles lors de circonstances semblables de non-participation aux cours d’éducation physique ou à certaines activités scolaires. Par exemple, l’élève peut tout de même assister au cours et aux évaluations, il peut faire des devoirs ou de la lecture. Cela est laissé à la discrétion des écoles.
La période d’expérimentation avait été prévue initialement pour toute l’année scolaire, soit de d’octobre à mai. Nonobstant, étant donné la longueur des préparatifs, des procédures et le report du début du projet, l’expérimentation a eu lieu sur une durée de trois mois, du mois de février à mai inclusivement. Les méthodes de collecte de données quantitatives consistaient à faire passer différents tests d’habiletés motrices aux élèves de 4e année lors de leur cours d’éducation physique. De plus, les participants-élèves devaient répondre à quelques questionnaires lors de leur cours régulier dans leur local de classe habituel. Deux périodes d’évaluation ont été prévues, une au début du projet et une à la fin de l’année scolaire pour permettre de voir l’évolution des différentes variables étudiées. Par conséquent, les dates et les heures des périodes d’évaluation ont été fixées avec les enseignants d’éducation physique pour les tests d’habiletés motrices et avec l’enseignant titulaire de la classe de 4e année pour les questionnaires. Dans certains cas, les questionnaires ont été remplis dans le cours d’éducation physique puisque l’horaire de cours le permettait.
Pour la passation des tests physiques, c’était l’équipe d’évaluateurs stagiaires du baccalauréat en kinésiologie de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) qui réalisait l’ensemble des évaluations physiques et qui récoltait les données. Cette équipe a été élaborée par la chercheuse avec les différentes personnes ayant la compétence et étant disponible selon les plages horaires fixées pour les évaluations. Ces étudiants avaient déjà de l’expérience pour administrer ce type de tests, ce qui minimisait le biais et les erreurs engendrés par les évaluateurs.
Pour la passation des questionnaires, ce sont les enseignants, la chercheuse et les évaluateurs qui les faisaient remplir par les élèves en classe régulière selon leur horaire et leur temps libre. Par contre, ils devaient respecter un délai de 2 semaines pour compléter la totalité des questionnaires. Les enseignants eux-mêmes avaient à remplir un questionnaire. De plus, les kilomètres hebdomadaires devaient être inscrits par les élèves et les enseignants dans un tableau fourni. Afin d’aider à l’analyse des données et permettre d’observer s’il y avait des variances entre les groupes, une feuille supplémentaire devait être remplie pour indiquer le nombre d’activités pédagogiques réalisées (dictée, compréhension de texte…) et s’il y avait eu des activités sportives de classe ou d’école dont les élèves avaient participé.

Tests d’habiletés motrices

Ce qui suit fait état de la liste des tests d’habiletés motrices regroupés par catégorie. Tous les tests proviennent de la batterie de tests d’habiletés motrices développée par monsieur Mario Leone professeur-chercheur à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC). Pour plus de détails sur chacun de ces tests ainsi que la procédure de passation des épreuves, il faut se référer à l’annexe 1.101, 113
 Vitesse de segments :
– Vitesse de bras
– Vitesse de jambes
 Épreuves d’agilités ou de vitesse de course
– Course navette de 5 mètres
– Course en cercle
– Course en pas chassés
– Course en slalom
 Épreuves d’équilibre
– Équilibre statique sur une jambe (yeux ouvert, yeux fermés)
– Équilibre statique sur surface instable
 Épreuve de coordination
– Coordination mains-pieds
– Coordination oeil-main (précision) ou lancer de précision
– Coordination oeil-main (vitesse) ou vitesse de « drible »

Variables

Contrôlées

Dans cette étude, les variables contrôlées sont celles qui caractérisent les différentes écoles comme le nombre de périodes d’éducation physique, la région de provenance des écoles et le niveau scolaire qui est la 4e année. Il est à noter que le milieu socioéconomique n’a pas pu être contrôlé puisque le nombre d’écoles participantes était restreint. Cependant, la taille des groupes, soit le nombre d’élèves par classe, est sensiblement le même. La variable de provenance des échantillons, qui est la région administrative, est la même pour toutes les écoles, c’est-à-dire le Saguenay. Cette variable permet d’éviter le biais engendré par une provenance régionale différente puisqu’il pourrait y avoir des variations dans le type de programmes offerts aux élèves ou utilisés pour l’enseignement. Il serait possible d’ajouter comme variable contrôlée le fait que tous les élèves sont aptes à réaliser les tests d’habiletés motrices puisque cette variable constitue un critère de sélection pour être inclus dans l’étude.

Indépendantes

Parmi les variables indépendantes, il y a celles qui caractérisent l’échantillon témoin et l’échantillon expérimental et qui se rapporte à la plateforme interactive internet Le Trotteur, c’est-à-dire la variable avec ou sans utilisation de la plateforme. Cette variable permettra de comparer deux types d’écoles et de vérifier s’il y a des effets différents avec Le Trotteur. D’autres variables indépendantes concernent les élèves, il y a le groupe d’âge puisqu’ils sont tous de niveau primaire et plus précisément de la 4e année. Il y a également le genre de l’enfant (garçon ou fille).

Dépendantes

Les variables dépendantes représentent les effets étudiés avec ou sans la plateforme, autrement dit avec ou sans intervention. Ces variables sont les données recueillies à l’aide des tests d’habiletés motrices et des questionnaires.
Dans le cas des tests d’habiletés motrices, on retrouve les variables suivantes : la vitesse des bras, la vitesse des jambes, le temps qui représente la vitesse de course en ligne droite, en cercle, en pas chassés et en slalom, le temps se rapportant aux épreuves d’équilibre avec les yeux ouverts, les yeux fermés ou encore sur une surface instable, le temps représentant la coordination mains-pieds, le pointage relatif à la précision du lancer pour la coordination oeil-main et le nombre de « dribbles » qui résulte de la vitesse de « dribble » pour la coordination oeil-main.
En ce qui concerne les questionnaires, on retrouve les variables suivantes : le degré de motivation scolaire et à faire de l’activité physique, le degré d’insatisfaction de son image corporelle, le niveau d’estime de soi, la qualité du sommeil et le nombre d’heures de sommeil, le degré d’appréciation du Trotteur, le nombre de kilomètres parcourus qui représente le nombre d’heures d’activité physique par semaine (15 minutes = 1 km), le degré de risque de décrochage scolaire, le degré de bonnes habitudes de vie. Il y a également un pointage quantifiant le rendement scolaire résultant de certaines questions se rapportant aux élèves. Lorsqu’il est indiqué que la variable est un degré, un niveau ou une qualité de sommeil par exemple, c’est que ces variables correspondent à une échelle de chiffres déterminée selon des critères propres à chaque variable mesurée.
Pour le questionnaire A3 « Habitudes de vie et activité physique », la situation est bien différente des précédentes puisque peu de résultats sont significatifs (Tableau 6). En effet, on remarque qu’il n’y a que trois valeurs significatives sur dix pour le groupe témoin avec des « Cohen’s d » allant dans le même sens. Aucune de ces questions individuelles, concernant l’alimentation ou l’activité physique, n’appuie le total HV_Q6_Q8 sur la motivation sportive. Pour quatre variables sur dix (HV_Q3, Q6, Q8 et HV_Q6_Q8), les résultats sont à la hausse au temps 2, ce qui indique une tendance vers un effet favorable. Il faut cependant remarquer que seulement les questions HV_Q8 et HV_Q6_Q8 présentent des valeurs significatives positives, autant pour la valeur de p que pour le d de Cohen.
Pour le groupe expérimental (Tableau 14), aucun élément n’est probant. Toutefois, certaines valeurs de « p » et de « Cohen’s d » s’y rapprochent. Parfois, les deux colonnes ont la même tendance et dans d’autres cas, une seule colonne est éloquente. Dans cette liste, on retrouve les variables Q3, Q10, Q16, Q25, Q26, Q28 et Q29. De ces variables, il faut retenir davantage celles qui vont suivre puisque leurs résultats sont favorables. Les questions 3, 16 et 28 sont reliées à la catégorie de l’Estime académique. Pour Q10, elles sont reliées à l’Estime de soi générale. La question 26 est reliée à la catégorie Mensonge. Le Tableau 14 révèle que quatorze résultats sur trente tendent à augmenter au temps 2 (Q1, Q3, Q10, Q11, Q12, Q14, Q15, Q16, Q19, Q20, Q22, Q24, Q26 et Q28), mais les questions 3, 10, 12, 16, 20, 22, 26 et 28 démontrent des effets intéressant selon le d de Cohen. Il y a également la valeur de la question 9 qui ne subit aucun changement.

Questionnaire B1 Estime de soi-primaire

Les tableaux 10 et 11 indiquent que les variables reliées à l’estime de soi ne sont pas affectées dans le temps pour aucun des deux groupes selon les valeurs de p puisqu’aucune n’est significative. Probablement que la courte période de l’expérimentation (3 mois) n’était pas suffisante pour induire des changements mesurables statistiquement. Cependant, parmi les faits intéressants, on remarque dans les Tableaux 10 et 11 que les élèves du groupe contrôle démontrent une estime de soi plus élevée que les élèves du groupe expérimental. En fait, en tenant compte de la hausse au temps 1 et 2 et de l’effet relaté par le d de Cohen, trois paramètres sur six jouent en faveur du groupe contrôle (Estime totale, Estime sociale, Mensonge). Cette différence est probablement attribuable au milieu socioéconomique plus faible du groupe expérimental. Selon l’Institut de la statistique du Québec, il est connu que les individus provenant de milieux socioéconomiques défavorisés ont tendance à afficher une estime de soi plus faible. 56, 91, 133 Bien que les différences persistent au temps 2, on remarque que les valeurs du groupe expérimental démontrent une tendance à s’améliorer malgré tout. Selon le d de Cohen, il semble y avoir un impact notable et une tendance à la hausse pour les catégories « Estime totale », « Estime générale » et « Estime académique ». Il n’est pas clair cependant quel est le rôle du programme le Trotteur sur ces changements. Toutefois, il est à noter que les bienfaits de l’activité physique peuvent induire une meilleure estime de soi comme il a été démontré dans la partie « Revue de littérature ».49 Cela peut justifier les résultats des variables « Estime totale » et Estime générale ». De plus, le fait d’utiliser le Trotteur en classe peut aider à améliorer « l’estime académique ». Fait également intéressant, on remarque que les différences significatives de l’estime académique et le mensonge disparaissent au temps 2 indiquant ainsi un rattrapage du groupe expérimental (Tableau 12).
Pour l’estime sociale, le groupe témoin se démarque avec un meilleur pointage et un effet nul pour le groupe expérimental (Tableaux 10 à 12). Il est probable que le Trotteur ait moins d’impact pour induire un effet de groupe. La raison est qu’il valorise moins les activités sportives de groupe en cumulant individuellement les kilomètres pour chaque élève, malgré que les enseignants peuvent prendre l’initiative de réaliser des activités physiques de classe comme en éducation physique. Bien que l’élève a le choix des activités qu’il réalise en dehors des cours, il faut également tenir compte dans « l’estime sociale » que l’élève, ayant une plus faible estime totale et générale à la base (groupe expérimental), a pu se sentir diminuer et trop en compétition avec les autres élèves s’il est moins performant dans les sports et les activités ce qui a pu se répercuter sur les résultats du groupe expérimental.
De façon générale, les Tableaux 13 et 14 qui rapportent les valeurs individuelles pour chacune des 30 questions, n’affichent aucune différence significative dans le temps pour chacun des deux groupes à l’exception de la question Q4 pour le groupe témoin. On peut cependant remarquer que les valeurs du groupe expérimental ont tendance à être généralement plus faibles que celles du groupe contrôle, indiquant ainsi une estime de soi plus faible. Bien que 5 questions démontrent une différence significative au temps 1, on remarque que ces différences ont tendance à disparaître au temps 2, militant ainsi pour un effet possible du programme le Trotteur (Tableau 15). Il reste que globalement, les effets restent tout de même plutôt modestes. Qui plus est, la comparaison des tableaux question par question avec les tableaux par catégories coïncide avec les résultats probants et améliorés des différentes catégories autant pour le groupe témoin que pour le groupe expérimental.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

TABLE DES MATIERES
RÉSUMÉ 
LISTE DES TABLEAUX
LISTE DES FIGURES 
LISTE DES ABRÉVIATIONS ET DES SIGLES
REMERCIEMENTS
INTRODUCTION 
CHAPITRE 1 : HYPOTHÈSE/QUESTION DE RECHERCHE 
CHAPITRE 2 : REVUE DE LITTÉRATURE 
2.1 Définition d’une plateforme interactive « web » ou internet
2.2 Définition de l’aptitude physique
2.3 Définition de la santé globale
2.4 Définition du rendement scolaire
2.5 Définition de la motivation
2.6 Ce qui se fait et ce qui est connu
2.6.1 Pour inciter à faire de l’activité physique
2.6.2 Motivation et rendement scolaire
2.6.3 Santé globale : aspects physique et psychologique
2.6.4 Aspect physique : problématiques de santé comme l’obésité, maladies, habiletés motrices, aptitude physique
2.6.4.1 Problématique de santé
2.6.4.2 Habiletés motrices
2.6.4.3 Aptitude physique
2.6.5 Aspect psychologique : estime de soi, image corporelle, sommeil
2.7 Les besoins des écoles primaires
2.8 Différences entre mon projet, les méthodes et les réalisations actuelles
CHAPITRE 3 : MATÉRIEL ET MÉTHODE 
3.1 Formulation des objectifs
3.2 Participants
3.2.1 Types d’échantillons et de participants
3.2.2 Formation des groupes, critères de sélection et caractéristiques des participants
3.2.3 Mode de recrutement
3.3 Procédures
3.4 Outils d’évaluation
3.4.1 Questionnaires
3.4.2 Tests d’habiletés motrices
3.5 Variables
3.5.1 Contrôlées
3.5.2 Indépendantes
3.5.3 Dépendantes
3.6 Statistiques
CHAPITRE 4 : RÉSULTATS
4.1 Analyse des habiletés motrices
4.2 Analyse des questionnaires
4.2.1 Questionnaire A1 Appréciation du projet
4.2.2 Questionnaire A3 Habitudes de vie et activité physique début et fin
4.2.3 Questionnaire A4 Le Trotteur et réussite scolaire fin et Km
4.2.4 Questionnaire B1 Estime de soi-primaire
4.2.5 Questionnaire B2 Image corporelle et questionnaire C Sommeil
4.2.6 Questionnaire D Dépistage décrochage scolaire
CHAPITRE 5 : DISCUSSION 
5.1 Habiletés motrices
5.2 Questionnaires
5.2.1 Questionnaire A1 Appréciation du projet
5.2.2 Questionnaire A3 Habitudes de vie et activité physique début et fin
5.2.3 Questionnaire A4 Le Trotteur et réussite scolaire fin et Km
5.2.4 Questionnaire B1 Estime de soi-primaire
5.2.5 Questionnaire B2 Image corporelle
5.2.6 Questionnaire C Sommeil
5.2.7 Questionnaire D Dépistage décrochage scolaire
5.3 Forces et limitations du projet de recherche
CONCLUSION
BIBLIOGRAPHIE
ANNEXES 
Annexe 1 : Protocole des tests d’habiletés motrices et normes interprétatives des enfants de 9 et 10 ans 
Annexe 2 : Questionnaire A1 appréciation du projet 
Annexe 3 : Questionnaire A3 habitudes de vie et activité physique début et fin
Annexe 4 : Questionnaire A4 Le Trotteur et réussite scolaire fin 
Annexe 5 : Questionnaire D Dépistage décrochage scolaire 
Annexe 6 : Questionnaire Estime de soi-primaire B1 
Annexe 7 : Questionnaire B2 Image corporelle .
Annexe 8 : Questionnaire C sommeil 
Annexe 9 : Approbation éthique du CÉR 
Annexe 10 : Prolongation de l’approbation éthique du CÉR 

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :