Ecotoxicologie et exposition des bivalves aux métaux

Besoin d'aide ?

(Nombre de téléchargements - 0)

Catégorie :

Pour des questions et des demandes, contactez notre service d’assistance E-mail : [email protected]

Par : Emma Modestin

Table des matières

Chapitre-I: Origine de la production des différents bivalves marins consommés dans le monde
Introduction
1. Les différents types de production de bivalves dans le monde
1.1. Brève description de la méthodologie des sources principales utilisées
1.2. La contribution des différents types de production à l’approvisionnement en bivalves marins
1.3. Le cas des petites pêcheries
2. Origine géographique des principaux bivalves pêchés
3. La contribution de la Martinique au sein de la Caraïbe
3.1. La région Caraïbe dans son ensemble
3.2. Les volumes de bivalves produits dans la Caraïbe insulaire
3.3. Les pêcheries des bivalves marins à la Martinique : Etat actuel des connaissances
4. Quelques caractéristiques des pêcheries actuelles de bivalves à la Martinique
4.1. Méthodologie
4.2. Résultats
4.2.1. Les caractéristiques des pêcheurs
4.2.2. Les espèces ciblées et leurs zones de pêche
4.2.3. Les milieux et les techniques de pêche
4.2.4. L’effort de pêche et le volume des captures
4.2.5. La structure des prises et la connaissance des stocks
4.2.6. Le devenir des prises: la vente et la conservation
4.3. Discussions
4.3.1. Les prises de pêche de L.pectinata
4.3.2. Les prises de pêche d’A.deflorata
4.3.3. La consommation au cours du temps
Résumé
ChapitreII–Milieux de vie et caractéristiques biométriques des principales populations de bivalves pêchées à la Martinique
Introduction
1. Matériels et méthodes
1.1.Présentation de la zone d’étude: la Martinique
1.2. Les espèces et les sites d’étude
1.3. Méthodes
2. Résultats
2.1. Quelques paramètres biométriques d’A. deflorata
2.2. Le cas de Sable Blanc
2.3. Quelques données sur la bio-écologie des principales espèces en Martinique
2.3.1. Caractéristiques écologiques d’Asaphis deflorata
2.3.2. Variations morphologiques de la coquille de L. pectinata (P. pectinatus)
Publication 1: Article: Morphological variations of the shell of the bivalve Lucina pectinata
Résumé
3.Discussions
3.1. Sur la distribution, la morphologie et le mode de vie des espèces
3.2. Sur les paramètres biométriques
3.3. Les menaces sur les stocks de bivalves
Résumé
Chapitre III. Ecotoxicologie et exposition des bivalves aux métaux
Introduction
1. Les bivalves, bio-accumulateurs de métaux
1.1. Définitions
1.2. La biodisponibilité et ses facteurs de variation
2.La nutrition des bivalves et l’ingestion de métaux
2.1. Le mode de nutrition des bivalves
2.2. L’absorption des métaux
2.3. La régulation: métabolisation et excrétion des métaux
3. L’arsenic dans l’environnement des bivalves marins
3.1. Structure et spéciation
3.2. Les sources d’arsenic dans le milieu marin
3.3. Distribution et spéciation de l’arsenic dans l’eau et les sédiments marins
4. L’arsenic dans les sources trophiques des bivalves intertidaux
4.1. Dans les macroalgues et le phytoplankton
4.2. L’arsenic dans les macroalgues en décomposition
4.3. L’arsenic des herbiers
4.4. L’arsenic de la faune marine
5. Le métabolisme et l’accumulation de l’arsenic au sein des bivalves
5.1. Le métabolisme de l’arsenic chez les bivalves
5. 2. Les variations de spéciation selon le mode de vie et de nutrition
Publication 2: Sargassum contamination by arsenic and chlordecone: fate ashore and in compost
6. Exposition des bivalves aux éléments métalliques
6.1. Présentation de la zone d’étude : Le littoral atlantique
6.2. Méthodes
6.3. Résultats
6.4. Discussion
7. Quelques données sur l’(éco)toxicologie
7.1. La toxicité et son évaluation
7.2. L’élaboration des valeurs toxicologiques de référence.
Publication 3 : Le printemps silencieux de Sargassum
Résumé du chap III
Chapitre-IV : Consommation de bivalves et risques de contamination par les métaux: Le cas de L’arsenic
Introduction
1.Matériels et méthodes
1.1. La population martiniquaise et sa consommation de produits de la mer
1.2. La collecte et le traitement des données de consommation
1.3. Pour l’évaluation de l’exposition générale aux métaux lourds
1.4. Le calcul de l’exposition à l’arsenic
2.Résultats et discussions
2.1. Les habitudes de consommation des bivalves
2.2. L’exposition des consommateurs et risques pour la santé
3. Discussions
3.1. La consommation des bivalves pêchés en Martinique
3.2. La nécessité des VTS proposées
3.3. Sur l’exposition à l’arsenic par la consommation des bivalves
Résumé
Publication 4: Arsenic in edible bivalves in a context of sargassum beaching. A new risk for seafood consumers?
CHAPV-Synthèse, Préconisations et Conclusion:
1. Les bivalves, ressources alimentaires au cours du temps
2. La régression des ressources en bivalves
3. L’exposition des populations à l’arsenic par voie alimentaire risque d’augmenter
4. Le cas d’une contamination importante des bivalves par l’arsenic rejeté par les sargasses
5. La diminution des risques de contamination par les habitudes alimentaires
6. La préconisation d’une norme pour protéger les consommateurs
Bibliographie

ABREVIATIONS

AFFSA : Agence Française de Sécurité Sanitaires des Aliments
ATSDR : Agency for Toxic Substances and Disease Registry (Etats Unis).
BMD : Benchmark Dose.
C.C.A.M.L.R. : CoMmission pour la conservation de la faune et de la flore marines de l’Antarctique
C.I.E.M : Conseil International pour l’Exploration de la Mer
C.R.F.M : Caribbean Regional Fisheries Mechanism
CI : Concentration inhibitrice
CL : concentration létale
CL50 : Concentration qui provoque la mortalité de 50% de la population
DJA : Dose Journalière Admissible.
DJT : Dose Journalière Tolérable.
DL : Dose létale:
DMSENO : dose maximale sans effet nocif observable
DRAM : Direction Régionale des Affaires Maritimes
EFSA : European Food Safety Authority
ERU : Excès de risque unitaire
ERUo : Excès de Risque Unitaire par voie orale.
FAO : Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture
IFA:Inshore Fishing Areas
Ifremer: Institut Français de recherche et d’exploration des mers
IRIS: Integrated Risk Information System .
MEEDDAT : Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement
MF : Modifying Factor (facteurs de modifications)
MRL : Minimum Risk Level (niveau de risque minimum).
OCDE : Organisation de Coopération et de Développement Économiques
OEHHA : Office of Environmental Health Hazard Assessment (Etats Unis).
OMS : Organisation Mondiale de la Santé.
pc : poids corporel.
RfD : Reference Dose (dose de référence).
RHMVE : cellules endothéliales de cœur de rat
RIVM : Institut National de la santé public et de l’environnement
ROCCH : Réseau d’observation de la contamination chimique du littoral
TDI : Tolerable Daily Intake (DJT en français : Dose journalière Tolérable).
UF: Uncertainty Factor (Facteur d’incertitude)
UFs: Uncertainty/Variability Factors (Facteurs d’incertitude et de variation)
US EPA : United States Environmental Protection Agency (Etats Unis).
US-EPA US: Environmental Protection Agency
VTR : Valeur Toxicologique de Référence.
VTS : Valeur Toxicologique de sécurité.
WHO: World Health Organization
ZEE: zone économique exclusive

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *