Présentation des principales affections métaboliques du cheval d’endurance

Déshydratation

A l’issue d’un effort de longue durée, il est inévitable que le cheval soit déshydraté, mais de manière plus ou moins marquée. Elle peut devenir pathologique et constituer un motif d’élimination. Lors des Championnats du Monde en 2000 et d’Europe en 2001, elle a été responsable de 27% des causes d’élimination pour trouble métabolique.

Facteurs prédisposants

Comme nous l’avons vu précédemment, en endurance, les pertes hydriques peuvent atteindre 10 à 15 L par heure avec des températures extérieures élevées. En effet, sous une atmosphère chaude, mais également humide, les pertes sont accentuées [14]. De même, plus le travail réalisé est intense, ou plus le cheval manifeste du stress, plus les déperditions en eau seront importantes [14]. De plus, la sueur étant hypertonique, le cheval ne ressent que tardivement la soif, et en conséquence, ces pertes hydriques ne sont pas compensées par une prise de boisson suffisante. Enfin, un déséquilibre hydro-électrolytique préalable à l’effort est également fortement préjudiciable.

Signes cliniques

L’état d’hydratation d’un cheval est déterminé par un examen physique dont nous allons détailler les caractéristiques ci-dessous, mais également par une estimation de la quantité de sueur produite, ainsi que par la surveillance de l’aspect des fécès et des mictions [19]. Selon les symptômes observés, il est possible de juger le pourcentage de déshydratation atteint par le cheval :

► Déshydratation légère : Elle correspond à déficit hydrique valant moins de 3% du poids vif du cheval [14][23]. Elle se manifeste par une diminution du volume urinaire, une sécheresse des muqueuses, et une réduction de l’élasticité cutanée [14][23] mise en évidence par la réalisation du test du pli de peau à la pointe de l’épaule.

► Déshydratation modérée : Elle correspond à un déficit hydrique valant environ 5% du poids vif du cheval [14][23]. Dans ce cas, la diminution de l’élasticité cutanée est plus marquée, et associée à un rétrécissement et un enfoncement des yeux, de la faiblesse, de la fièvre, un pouls faible et une chute de la pression artérielle.

► Déshydratation sévère : Elle correspond à un déficit hydrique valant environ 10% du poids vif du cheval, soit approximativement 40L. Les troubles de l’appareil circulatoire sont alors dominants, avec une diminution du volume plasmatique, des déséquilibres hydro-électrolytiques importants, et des crottins secs et en quantité insuffisante. La déshydratation provoque en effet une viscosité sanguine à l’origine d’une mauvaise perfusion de certains organes comme l’intestin et les muscles, et d’une entrave à l’élimination de chaleur par les mécanismes respiratoires.

Etiopathogénie

Comme nous l’avons vu précédemment, ce sont les mécanismes de thermorégulation qui sont à l’origine des pertes hydriques, non seulement par le phénomène de polypnée thermique mais surtout par celui de la transpiration [14][23]. De plus, la sueur étant hypertonique, le volume plasmatique diminue de façon hypotonique [14][23], et le cheval, bien que déshydraté n’éprouve pas la sensation de soif [14][23].

Prévention

La prévention de la déshydratation passe tout d’abord par un bon entraînement. En effet, cela permet de diminuer le seuil d’atteinte de la transpiration, et ainsi de réduire la concentration en électrolytes de la sueur [43][46]. Ensuite, il s’agit de maintenir un bon état d’hydratation pendant la course [34]. Aux points d’assistance de l’épreuve, l’eau doit être proposée en libre-service [46]. Cependant, comme nous l’avons vu précédemment, il est fréquent que le cheval ne ressente pas la soif. Il est donc indispensable de l’habituer préalablement à boire pendant la course [19], et il est parfois possible de stimuler la prise de boisson en frottant son nez ou ses gencives avec du sel.

Coup de chaleur

Cette pathologie est également appelée « coup de chaud » ou « hyperthermie ». Elle se produit lorsqu’un exercice est réalisé dans un lieu chaud et que les processus de thermorégulation sont dépassés.

Facteurs prédisposants

Les facteurs risquant d’accélérer l’apparition de ce trouble sont nombreux. On peut les séparer entre facteurs environnementaux, facteurs individuels et facteurs liés à la gestion de l’entraînement et de la course.

► Facteurs environnementaux : Un climat chaud et humide (notamment lorsque la somme de la température extérieure et de l’humidité relative excède 110 [19]) constitue les conditions de thermorégulation les plus difficiles. Un environnement sans mouvement d’air et sans ombre ne favorise pas non plus l’élimination de la chaleur. Si avant l’épreuve, le cheval n’est pas suffisamment acclimaté à des conditions climatiques extrêmes et différentes de celles auquel il est habitué, le risque de coup de chaud est élevé.

► Facteurs individuels : Les robes foncées ainsi que des poils longs peuvent favoriser l’hyperthermie. De même, un cheval gras est plus prédisposé à un coup de chaleur, le tissu adipeux, qui présente une faible conductibilité thermique, est isolant et défavorise la dissipation de la chaleur par la peau. Certaines races, de petite taille et présentant une faible masse musculaire, tels que le Pur Sang Arabe sont moins exposés à ce trouble.

► Facteurs liés à la gestion de l’entraînement et de la course : Un long transport en camion, ou une station dans toute zone chaude mal ventilée risque de favoriser l’apparition d’hyperthermie. De même, une acclimatation trop peu longue ne permet pas au cheval de s’adapter à des conditions climatiques extrêmes  . Un entraînement insuffisant du cheval favorise également l’émergence d’un coup de chaud .. Enfin, si l’épreuve est longue avec un terrain difficile, le risque est d’autant plus élevé.

Guide du mémoire de fin d’études avec la catégorie mécanismes d’apparition des désordres métaboliques du cheval d’endurance

Étudiant en université, dans une école supérieur ou d’ingénieur, et que vous cherchez des ressources pédagogiques entièrement gratuites, il est jamais trop tard pour commencer à apprendre et consulter une liste des projets proposées cette année, vous trouverez ici des centaines de rapports pfe spécialement conçu pour vous aider à rédiger votre rapport de stage, vous prouvez les télécharger librement en divers formats (DOC, RAR, PDF).. Tout ce que vous devez faire est de télécharger le pfe et ouvrir le fichier PDF ou DOC. Ce rapport complet, pour aider les autres étudiants dans leurs propres travaux, est classé dans la catégorie métabolisme de l’effor où vous pouvez trouver aussi quelques autres mémoires de fin d’études similaires.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport gratuit propose le téléchargement des modèles gratuits de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

TABLE DES ILLUSTRATIONS
LISTE DES ABREVIATIONS
INTRODUCTION
1) L’ENDURANCE EQUESTRE : DESCRIPTION DE LA DISCIPLINE ET DE SES CONSEQUENCES SUR LE METABOLISME DES CHEVAUX
1-1) Présentation de la discipline
1-1-1) Description générale de la discipline
1-1-2) Historique de la discipline
1-1-3) Caractéristiques actuelles de la discipline
1-1-3-1) Encadrement de la discipline
1-1-3-2) Les différents types d’épreuves
1-1-3-3) Rôles des vétérinaires pendant les épreuves
1-2) Présentation du métabolisme de l’effort et des mécanismes d’apparition des désordres métaboliques du cheval d’endurance
1-2-1) L’endurance : un exercice aérobie
1-2-2) Compromis entre thermorégulation et pertes hydro-électrolytiques lors d’une épreuve d’endurance
1-2-2-1) Thermorégulation chez le cheval d’endurance
1-2-2-1-1) Production de chaleur
1-2-2-1-2) Mécanismes de dissipation de la chaleur
1-2-2-2) Conséquences de la thermorégulation sur l’équilibre hydro-électrolytique du cheval
1-2-2-2-1) La thermorégulation induit une déshydratation
1-2-2-2-2) La thermorégulation induit des troubles électrolytique
1-2-2-2-3) La thermorégulation induit des troubles acido-basiques
1-2-3) Activité musculaire et pertes énergétiques lors d’une épreuve d’endurance
1-2-3-1) Caractéristiques structurales et fonctionnelles des différents types de fibres musculaires utilisées pendant l’effort
1-2-3-2) Fourniture d’énergie aux muscles pendant l’effort
1-3) Présentation des principales affections métaboliques du cheval d’endurance
1-3-1) Déshydratation
1-3-1-1) Facteurs prédisposants
1-3-1-2) Signes cliniques
1-3-1-3) Etiopathogénie
1-3-1-4) Prévention
1-3-2) Coup de chaleur
1-3-2-1) Facteurs prédisposants
1-3-2-2) Signes cliniques
1-3-2-3) Etiopathogénie
1-3-2-4) Prévention
1-3-3) Épuisement
1-3-3-1) Facteurs prédisposants
1-3-3-2) Signes cliniques
1-3-3-3) Etiopathogénie
1-3-3-4) Prévention
1-3-4) Flutter diaphragmatique
1-3-4-1) Facteurs prédisposants
1-3-4-2) Signes cliniques
1-3-4-3) Etiopathogénie
1-3-4-4) Prévention
1-3-5) Troubles musculaires
1-3-5-1) Facteurs prédisposants
1-3-5-2) Signes cliniques
1-3-5-3) Etiopathogénie
1-3-5-4) Prévention
1-3-6) Troubles digestifs
1-3-6-1) Facteurs prédisposants
1-3-6-2) Signes cliniques
1-3-6-3) Etiopathogénie
1-3-7) Fourbure aiguë
1-3-7-1) Facteurs prédisposants
1-3-7-1) Signes cliniques
1-3-7-2) Etiopathogénie
2) ÉTUDE EPIDEMIOLOGIQUE DE L’INCIDENCE DES TROUBLES METABOLIQUES CHEZ LES CHEVAUX D’ENDURANCE ET DES PARAMETRES ASSOCIES A LEUR DEVELOPPEMENT LORS DE COURSES DE LONGUE DISTANCE
2-1) Présentation de l’étude et de ses objectifs
2-2) Protocole de l’étude : matériels et méthode
2-2-1) Échantillonnage
2-2-2) Récolte des données
2-2-3) Analyse des données
2-2-3-1) Tri des données
2-2-3-2) Traitement des données
2-2-3-3) Outils statistiques
2-3) Résultats
2-3-1) Généralités
2-3-1-1) Caractéristiques des courses et taux de réponse
2-3-1-2) Caractéristiques de chevaux participant aux épreuves
2-3-2) Troubles métaboliques survenus pendant les épreuves
2-3-2-1) Prévalence, répartition et causes des éliminations et des soins pendant les épreuves
2-3-2-2) Caractéristiques des troubles métaboliques survenus pendant les épreuves
2-3-3) Corrélations entre différents paramètres et l’apparition de troubles métaboliques pendant les épreuves
2-3-3-1) Paramètres individuels
2-3-3-1-1) Sexe des chevaux
2-3-3-1-2) Race des chevaux
2-3-3-1-3) Âge des chevaux
2-3-3-1-4) Caractéristiques physiques des chevaux
2-3-3-2) Paramètres liés à la carrière des chevaux et des cavaliers
2-3-3-2-1) Expérience des chevaux
2-3-3-2-2) Expérience des cavaliers
2-3-3-3) Paramètres liés à l’entretien des chevaux
2-3-3-3-1) Alimentation des chevaux
2-3-3-3-2) Habitat des chevaux
2-3-3-4) Paramètres liés à la préparation et au déroulement des épreuves
2-3-3-4-1) Trajet pour se rendre sur le site des épreuves
2-3-3-4-2) Acclimatation aux conditions des épreuves
2-3-3-4-3) Dernier repas avant le départ des épreuves
2-3-3-4-4) Conditions climatiques pendant les épreuves
2-3-3-5) Causes d’apparition suspectées par les cavaliers
2-4) Discussion
2-4-1) Interprétation des résultats et comparaison à la bibliographie
2-4-1-1) A propos de l’échantillonnage
2-4-1-3) A propos des éliminations pendant les épreuves
2-4-1-4) A propos des troubles métaboliques survenus pendant les épreuves
2-4-1-5) A propos des corrélations mises en évidence entre certains paramètres et l’apparition de troubles métaboliques pendant les épreuves
2-4-1-5-1) Paramètres individuels
2-4-1-5-2) Paramètres liés à la carrière des chevaux et des cavaliers
2-4-1-5-3) Paramètres liés à l’entretien des chevaux
2-4-1-5-4) Paramètres liés à la préparation et au déroulement des épreuves
2-4-1-6) A propos des taux de réponse
2-4-2) Biais et limites de l’étude
2-4-3) Perspectives
2-4-4) Récapitulatif : recommandations aux cavaliers d’endurance
2-4-4-1) Choix du cheval
2-4-4-2) Préparation du cheval
2-4-4-3) Gestion de l’épreuve
CONCLUSION

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *