Présentation de la Littorelle à une fleur (Littorella uniflora L.)

Présentation de la Littorelle à une fleur (Littorella uniflora L.) 

Descriptions de l’espèce

La littorelle à une fleur est une petite plante herbacée amphibie de la famille des Plantaginacées, à souche stolonifère . Cette plante vivace produit des touffes de feuilles dressées de 3 à 10 cm, linéaires, plus ou moins charnues disposées en rosette (Duhamel, 2005). Littorella uniflora est dimorphe suivant son état de submersion : émergées, ces feuilles sont vertes, semi-cylindriques et creusées en gouttière ; submergées, les feuilles intra-aquatiques sont cylindriques et plutôt jaunâtres. (Conservatoire botanique national du Bassin parisien, CBNBP). Sa floraison est exceptionnelle sur quelques pieds de la colonie, ces fleurs blanchâtres sont unisexuées et très petites, les fleurs mâles solitaires (environ 5 mm de long) sont portées au sommet de pédoncules filiformes plus courts que les feuilles à 4 sépales obtus, 4 pétales soudés en tube, et 4 étamines à filet très long (1 à 2 cm) et grêle. (Consultation fiche #280). Les fleurs femelles sessiles sont groupées par 1 à 3 au pied des fleurs mâles et mesurent moins de 5 mm de long. Elles sont composées de 4 sépales et 4 pétales soudés en une corolle en forme de bouteille et un ovaire prolongé par un style long (1 cm) terminé par un stigmate poilu.

Son fruit est un akène ovoïde, osseux, monosperme et indéhiscent qui ne contient qu’une seule graine. (« eFlore »)

Confusions possibles

Les espèces amphibies dans un environnement avec marnage comme la littorelle sont appelées isoétides. Plusieurs confusions sont possibles avec cette espèce .

La littorelle à une fleur peut être confondue avec Isoetes duriei à l’état végétatif. Cependant sa floraison reste exceptionnelle et la distingue des autres plantaginacées amphibies comme les Isoètes notamment par l’absence de sporange à la base et des feuilles charnues, sans les 4 canaux aérifères (Consultation fiche #280). L’espèce Littorella uniflora est également associée à l’Isoetes lacustris L. appelée aussi Isoetes macrospora, par rapport à son écologie et sa morphologie. Elle reste facilement distinguable par ses sporanges. (KRAUSE, 2004)

Elle est également semblable à Ranunculus reptans L. en absence de fleurs, cependant elle a des feuilles plus minces, non canaliculées, nettement lancéolées dans les formes terrestres et la tige ascendante est arquée. (litt_unif_f.pdf).

Systématique

Ci-dessous la classification phylogénétique de la Littorelle à une fleur d’après l’APG IV (Angiosperm Phylogeny Group) (Cole et al., 2019) :
Règne : Plantae
Clade : Plasmodesmophytes (Végétaux verts : algues et plantes terrestres)
Clade : Embryophytes (Plantes terrestres)
Clade : Stomatophytes (Plantes à stomates)
Clade : Hemitracheophytes (Bryophytes et plantes vasculaires)
Clade : Tracheophytes (Plantes vasculaire)
Clade : Euphyllophytes (Plante à tiges/feuilles/racines)
Clade : Spermatophytes (Plantes produisant des graines)
Clade : Angiospermes (Plantes à fleurs)
Clade : Dicotylédones Vraies
Clade : Dicotylédones Vraies Supérieures (Pantes à deux cotylédons)
Clade : Asteridées
Clade : Lamiidees (sympétale tardif)

La littorelle à une fleur appartient à la famille des plantaginacées. C’est une famille très grande d’angiospermes comportant trois genres et entre 213 à 275 espèces (RAHN, 1996; ROSATTI, 1984). Le genre littorelle (HOGGARD et al., 2003) ou sous genre de Plantago (RAHN, 1996) , regroupe trois espèces : Plantago uniflora (L.) ou Littorella uniflora (L.) ASCHERS, Plantago americana (FERNALD) ou Littorella americana FERNALD, Plantago araucana ou Littorella australis (L.) GRISEB.. Ces espèces sont assez semblables mais différenciables par leur taille, l’arrangement et la position des fleurs femelles et la longueur du pédicelle des fleurs mâles (FERNALD, 1918; RAHN, 1996).

Taxonomie et synonymie

L’espèce étudiée dans ce rapport à plusieurs appellations scientifiques mais celle qui a été retenue est Littorella uniflora (L.) Asch dont le basionyme est Plantago uniflora L. Elle possède également des synonymes dont le basionyme est inconnu (eFlore), c’est le cas pour :
– Littorella germana Gand.
– Littorella juncea Bergius
– Littorella lacustris L.
– Littorella longifolia Gand.
– Littorella lortetiae Gand.
– Littorella palustris Latourr.
– Littorella permixta Gand.
– Littorella tardans Gand.

Littorella uniflora a plusieurs noms vernaculaires en France, notamment la « Littorelle à une fleur », la « Littorelle des étangs », la « Littorelle des lacs », la « Littorelle uniflore », ou encore « plantain d’eau ». Cette plante amphibie est présente à l’échelle mondiale sous des noms différents (eFlore) (KRAUSE, 2004).

Ecologie

D’après (LAUBER, 2000) les valeurs indicatrices de Littorella uniflora correspondent à une humidité de 5hv, soit un sol mouillé, détrempé avec une humidité variable. Son pH est compris entre 4,5 et 7,5 et est présente sur des sols avec de faibles substances nutritives et est capable de croître sur des sols salés. Elle pousse en pleine lumière mais supporte temporairement des périodes d’ombre. Sa température (indice 4) correspond à l’étage collinéen où elle se trouve en Suisse dans une fourchette altitudinale allant de 429 à 1995 m (KRAUSE, 2004). C’est une plante des régions à climat subatlantique (continentalité = 2).

La littorelle est un taxon amphibie, inféodé à des milieux pauvres, sur un substrat limono-sablonneux à gravelo-caillouteux ou un peu vaseux (Consultation fiche #280). DIENST & STRANG (1998a, 1998b) ont caractérisé une pente comprise entre 1 :8 et 1 :34 avec une inclinaison moyenne de 1 :20 à Constance où se trouve le gazon.

Elle est présente majoritairement sur des grèves périodiquement submergées (5 à 21 semaines par an) (LANG, 1967). Sa localisation sur les plages varie rapidement selon le régime hydrique et la présence d’une concurrence (DIENST, 1999,KRAUSE, 2004). Littorella uniflora est plus ou moins indifférente au pH et au taux de salinité, elle a été observée dans des lacs, lacs acides, étangs, cours d’eau et dans des eaux saumâtres (Käsermann & Moser, 1999) mais a une préférence pour les lacs oligotrophes avec une faible concentration de CO2 (Casper & Krausch, 1981) .

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

1. Introduction
1.1. Présentation structures d’accueil
1.2. Contexte du stage
1.3. Matériels et méthodes pour la bibliographie
2. Présentation de la Littorelle à une fleur (Littorella uniflora L.)
2.1. Descriptions de l’espèce
2.2. Confusions possibles
2.3. Systématique
2.4. Taxonomie et synonymie
2.5. Biologie et cycle de vie
2.6. Ecologie
2.7. Chorologie de l’espèce
2.8. Statuts de protection
2.9. Menaces répertoriées
2.10. Mesures de conservation
3. Etat des populations lémaniques
3.1. Caractéristiques du lac Léman
3.2. Populations naturelles
3.3. Populations réintroduites
3.4. Menaces sur la Littorelle observées au terrain
3.5. Préconisation de gestion
4. Conservation de l’espèce
4.1. Conservation ex situ
4.2. Conservation in situ
5. Projet de réintroduction
6. Discussion
7. Conclusion 

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.