Présentation de la commune de Loriol‐sur‐Drôme

Présentation de la commune de Loriol‐sur‐Drôme

Situation géographique et position au sein de son territoire

Loriol‐sur‐Drôme est une commune de taille moyenne située en région Rhône Alpes, au Sud de la Drôme. La commune est au carrefour de la Vallée du Rhône et du Val de Drôme. Elle est à même distance des villes de Valence et Montélimar, Montélimar étant renommée pour son nougat et comme étant « la porte de la Provence ». Valence est la préfecture du département de la Drôme et a, par conséquent, un fort rayonnement sur les communes alentour et au sein du département. La ville de Loriol est donc fortement influencée par la ville de Valence mais cette position lui procure une situation géographique intéressante et stratégique.

En effet, Loriol est sur l’axe de l’autoroute du Soleil (A7), reliant Lyon à Marseille, avec une sortie située sur le territoire. Cet échangeur a été ouvert en 1972. Soixante‐dix mille véhicules circuleraient par jour sur le tronçon selon les calculs de la SETRA. Dans la période estival, on peut atteindre jusqu’à plus de cent quatre vingt mille véhicules par jour. Ce fort trafic est à l’origine de nombreux embouteillages. Si l’autoroute est bloquée, le flux de véhicules transite vers la nationale 7, à son tour encombrée. Loriol possède une déviation mais la nationale 7 passant dans Livron crée des difficultés de trafic sur la commune. C’est pour cette raison que les villes de Loriol et Livron ont le projet commun de réaliser une déviation entre les sorties des deux villes.

La ligne TGV SNCF Lyon‐Marseille est proche, la gare étant située à moins de quarante minutes en voiture. Seuls les TER, reliant Lyon à Marseille, s’arrêtent à la gare de Loriol une dizaine de fois par jour. Une ligne de bus relie les villes de Valence et Montélimar, et passe par Loriol à une fréquence d’une fois par heure. Ces nombreuses infrastructures raccourcissent fortement les distances au niveau temporel vers des villes au rayonnement national. Loriol est en effet à 127 km de Lyon, soit 1h30 par autoroute et 1h en TER et à 589 km de Paris, soit 2h30 en TGV au départ de Valence.

Autres distances :
♦ 120 km de Grenoble
♦ 200 km de Marseille
♦ 24 km de Valence, soit 20 minutes par nationale et 10 minutes par autoroute.
♦ 24 km de Montélimar .

Malgré les encombrements des routes lors de la période estivale, Loriol a un fort potentiel dû à sa localisation géographique.

Même si la commune n’a pas d’influence au niveau régional, elle a un fort impact économique au sein de la Vallée de la Drôme. Elle fait en effet partie de l’EPCI du Val de Drôme, composé de 36 communes. Cet EPCI recouvre un territoire plutôt rural. Loriol et Livron restent les communes les plus influentes au niveau économique du fait de leur position et de leur démographie. En revanche, le Val de Drôme est un espace attirant les touristes mais les demandes sont plus accès sur les villes les plus rurales telles que Mirmande et Cliousclat.

Loriol est aussi un chef lieu de Canton, regroupant cinq communes : Ambonil, Cliousclat (village potier), Livron‐sur‐Drôme, Mirmande (village classé) et Saulce‐sur‐Rhône. Ce canton concentrait 17 711 habitants en 2009 et sa population augmente encore aujourd’hui.

Loriol, une commune rurale ?

Il y a cinquante ans, la ville de Loriol était une commune rurale, avec une économie à dominante agricole. Elle comptait moins de trois mille habitants. Aujourd’hui sa population a doublée et l’activité agricole change de dimension. Des zones commerciales et industrielles se sont créées, apportant une nouvelle économie. Les exploitants agricoles, aujourd’hui peu nombreux, deviennent des chefs d’entreprise et détiennent chacun une importante part des terres. Loriol a‐t‐elle malgré tout conservé son visage de commune rurale ou est‐elle, aujourd’hui, une commune périurbaine ?

Une population en augmentation

En cinquante ans, la population loriolaise a doublé. En 2009, 5 769 habitants sont recensés et la population continue à augmenter. Le nombre d’habitants augmentait de 0,1 % par an entre 1999 et 2009. Depuis 2009, la population augmenterait de 2 % par an. Cette forte augmentation est prévue par le Plan Local d’Urbanisme : la commune pourrait atteindre jusqu’à 8 000 habitants en 2 014.

De jeunes actifs pourraient souhaiter s’installer sur Loriol, ce qui peut entrainer une forte demande de logements. Le Conseil Municipal met en place de nombreux projets dans le but d’y répondre. Ces projets se situent dans les quartiers situés à flan de colline, le quartier Saint Pierre et Les Combes, ainsi que dans le quartier du Canal des Moulins et de l’avenue Foch. De nombreux lotissements ont été réalisés récemment ainsi qu’un quartier écologique sur l’Avenue Foch.

La population de Loriol augmentant, la mairie souhaite réaliser des projets d’équipements. Pour le moment, en ce qui concerne les loisirs et la culture, la commune possède deux gymnases, un stade de foot, un stade de rugby, un cinéma à une salle et une bibliothèque. Quelques parcs aménagés pourraient apporter un confort supplémentaire aux loriolais. Promeneurs, randonneurs et cyclistes se partagent les circuits aménagés et chemins de randonnées situés sur les coteaux et dans la réserve Natura 2000 de Printegarde. Toutes les personnes ne pouvant pas s’y rendre, des infrastructures adaptées sembleraient nécessaire à proximité du centre‐ville.

Dans ce but, une plaine de jeux est prévue, par la mairie, dans le quartier de Champgrand, au niveau de la zone qui sera étudiée plus spécifiquement. Ce projet n’a pas encore été traité et parait reporté à plus tard.

L’emploi et la politique des zones d’activité

En ce qui concerne l’emploi, les secteurs dominants sur Loriol sont celui du commerce et des services (51,8% des postes salariés) et celui de l’industrie (25,3% des postes salariés). La commune totalise 2 535 emplois sur son territoire. Or, 63,7% des loriolais travaillent dans une commune autre que la leur. Le Conseil Municipal a pour volonté de créer des emplois pour ne pas faire de Loriol une ville dortoir.

Loriol‐sur‐Drôme attire généralement les entreprises, puisqu’elle est bien localisée. Les zones d’activités de Loriol et Livron sont généralement pleines. Elles emploient la majorité des ouvriers de la région et représente 52% du contexte économique de la Communauté de Communes du Val de Drôme. La politique de la ville est de rassembler l’ensemble de l’activité économique de l’EPCI sur les communes de Loriol et Livron, celles‐ci étant les plus proches des grands axes. Ce choix permettrait d’éviter l’implantation d’une zone d’activités sur chacune des communes, amoindrissant ainsi les risques d’étalement urbain à l’échelle de l’EPCI. Des agrandissements sont à cet effet prévus sur chacune des zones d’activités loriolaises. Ces zones d’activités constituent trois pôles économiques importants. Au Nord de la ville, le parc des Crozes rassemble une importante activité commerciale. A l’extrême Sud, la zone des Blaches comporte l’activité industrielle. La zone de Champgrand rassemble principalement des entrepôts et des entreprises de transport grâce à sa proximité avec la sortie d’autoroute.

L’agriculture, secteur économique à conserver

Aujourd’hui, l’agriculture reste un secteur économique important sur Loriol. En effet, 14% des établissements actifs appartiennent au secteur agricole et emploie 1,9% des salariés. L’ensemble du département de la Drôme concentre 15,6% d’établissements actifs dans ce secteur. Loriol fait partie, au sein du département, des communes comportant le plus d’exploitations agricoles .

Le nombre d’exploitations agricoles loriolaises est passé de 125 à 88 entre 1988 et 2000. En revanche, la surface destinée aux cultures a peu varié. Elle passe de 1504 ha en 1988 à 1287 ha en 2000. Les terrains agricoles sont répartis dans la plaine à l’Ouest de la commune. Les terres de la plaine loriolaise sont généralement de très bonnes terres pour l’agriculture. Ce sont des alluvions, apportés par la rivière Drôme et le Rhône .

La plupart des terrains sont destinés à des cultures céréalières ou fruitières (pêchers, poiriers, pommiers, abricotiers). On retrouve dans ce domaine des sociétés importantes comme la société Lorifruit par exemple.

Comme dit précédemment, la ville de Loriol garde une forte identité de commune rurale. Alors, chaque année, a lieu la fête des Bouviers. Cette fête a été créée en 1922. Elle était à l’origine la fête des laboureurs. La tradition s’est conservée et tisse aujourd’hui le lien amical des habitants de Loriol. Entre la poussée démographique et le besoin de conserver les terres agricoles, le Conseil Municipal rencontre certaines difficultés. Certaines zones sont alors protégées par le Plan Local d’Urbanisme, notamment les espaces situés au Nord et à l’Ouest de la commune.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

Introduction
Partie 1 Présentation de la commune de Loriol‐sur‐Drôme
A) Situation géographique et position au sein de son territoire
B) Loriol, une commune rurale ?
1) Une population en augmentation
2) L’emploi et la politique des zones d’activité
3) L’agriculture, secteur économique à conserver
C) Une ville semi‐urbaine devant faire face à des enjeux majeurs
Partie 2 Présentation de la zone d’étude
A) Description de la zone complète
B) La zone industrielle
1) Des zones agricoles à la zone industrielle
2) La zone industrielle actuelle
3) La politique environnementale
4) Ambiance à l’intérieur de la zone industrielle et son impact sur les zones d’habitations
C) La zone résidentielle
1) Le type d’habitat
2) Les habitants de la zone résidentielle
D) Une « zone tampon » marquée par l’agriculture
E) Les contraintes environnementales et les enjeux qu’elles soulèvent
1) Un écoulement des eaux imposant de fortes contraintes d’aménagement
2) Un paysage à valoriser
Partie 3 Propositions d’aménagement
I) Les enjeux soulevés par le diagnostic
A) Enjeu d’identification
B) Enjeu de protection de l’environnement
C) Enjeu de protection de l’agriculture
D) Enjeu économique
II) Le projet d’aménagement
A) Donner une identité au quartier
1) Une aire de jeux et de loisirs intergénérationnelle
2) Comment relier l’interface au reste de la ville ?
B) Un projet d’aménagement en faveur de l’environnement
C) L’agriculture à revaloriser
D) La conservation d’une activité économique
Conclusion
Bibliographie
Table des illustrations
Index des sigles
Annexes

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.