Présentation de Chevreuse : une ville périurbaine au sein d’un Parc Naturel Régional (PNR)

Présentation de Chevreuse : une ville périurbaine au sein d’un Parc Naturel Régional (PNR)

Localisation géographique 

Située en région Ile-de-France, à 28km au sud-ouest de Paris, la ville de Chevreuse fait partie du département des Yvelines. Elle se situe à l’Est du département et est limitrophe de l’Essonne. Chevreuse se situe entre Versailles (la préfecture du département) et Rambouillet (l’une des sous-préfectures), en effet elle se trouve à 24km au sud-ouest de Versailles et à 18km au nord-est de Rambouillet.

Chevreuse est située dans la région naturelle de l’Yveline, qui est un vaste ensemble naturel (31% de la surface totale du département) où la forêt est reine. C’est d’ailleurs le nom de cette forêt qui donna le nom à ce département lors de sa création en 1964. Chevreuse est limitrophe des villages de Milon-la-Chapelle (au nord-est), de Saint-Rémy-lès-Chevreuse (à l’est), de Boullay-les-Troux (au sud-est, dans l’Essonne), de Choisel (au sud-ouest), de Saint-Forget (à l’ouest) et de Saint Lambert (au nord-ouest).

La ville de Chevreuse est facilement accessible, puisqu’elle est à proximité de l’A12/A13 (au nord) et de l’A10 (au sud), et de routes importantes telles que la RN 10 ou encore la RN 118 (aménagée en voie autoroutière). La principale desserte routière de Chevreuse est la RD 906 qui aboutit à Rambouillet et qui dessert toute la vallée de Chevreuse. D’autres routes départementales, traversant Chevreuse, permettent de la relier aux villes alentours. On peut aussi noter que Chevreuse bénéficie de la présence du RER B (la gare se situe à 5 min : à Saint-Rémy-lès-Chevreuse), qui lui permet d’être à 1h de la gare du Nord à Paris.

Le PNR de la haute vallée de Chevreuse

Créé en 1985, avec pour objectifs de contenir les fortes pressions d’urbanisation et de maîtriser les fréquentations, afin de limiter la disparition du cadre naturel et du patrimoine, ce PNR forme un territoire de 25.000 hectares (dont 11.000 de forêt et près de 1.000 édifices). Ce territoire est composé de 21 communes qui regroupent un ensemble de sites naturels, culturels ou historiques remarquables, c’est donc un pays habité qui évolue au rythme de son temps. La Haute Vallée de Chevreuse reste une région à dominante rurale parmi les plus belles mais aussi les plus convoitées d’Ile-deFrance ; c’est pourquoi, les communes, le département des Yvelines et la Région Ile-deFrance, ont fait le pari de préserver ces lieux façonnés par le temps, tout en développant des activités humaines compatibles avec le respect de l’environnement : le Parc Naturel Régional est l’émanation de cette volonté.

La dernière charte de ce Parc a été adoptée pour 1999-2009 et s’articule autour de 4 axes : la maîtrise de l’aménagement du territoire ; la protection et la valorisation des patrimoines ; le maintien d’un territoire vivant ; fédérer autour du projet Parc.

Chevreuse, en votant la charte de ce PNR, s’est engagée à mettre en œuvre à son échelle les grands objectifs du Parc :
– la préservation et la valorisation des patrimoines naturels, paysagers, culturels et bâtis,
– la contribution à un aménagement équilibré du territoire,
– le maintien d’une agriculture respectueuse de l’environnement,
– le développement économique, social, culturel et de la qualité de vie,
– l’éducation à l’environnement, l’accueil et l’information des visiteurs,
– l’expérimentation et la recherche de solutions innovantes dans ces domaines.

En relais de cet engagement communal, Chevreuse incite chaque habitant à jouer un rôle : lorsqu’il aménage sa maison, plante une haie, consomme ou se déplace, il est invité à faire des choix qui contribuent à protéger l’environnement et la qualité paysagère. La ville de Chevreuse accueille, au sein de son château, le siège de la Maison du Parc Naturel de la Haute Vallée de Chevreuse. Véritable poumon vert du sud-ouest parisien, le parc est « coincé » au creux d’une vallée enserrée dans un espace de constructions denses, ce qui le rend menacé par l’urbanisation. C’est pourquoi, le Parc s’apprête à tripler son périmètre pour renforcer la barrière qui l’isole de l’urbanisation. Il comporterait ainsi 62 communes.

Chevreuse et les structures intercommunales

Le SIVOM :
La ville de Chevreuse fait partie d’un syndicat intercommunal à vocation multiple : le SIVOM de la Région de Chevreuse. Ce SIVOM regroupe au total 11 communes des Yvelines : Cernay-la-Ville, Châteaufort, Chevreuse, Choisel, Dampierre, Magny lesHameaux, Milon-la-Chapelle, Saint-Forget, Saint-Lambert-des-Bois, Saint- Rémy LesChevreuse et Senlisse. Ces 11 communes réunissent approximativement 10.500 foyers. Créé en 1968, le SIVOM de la Région de Chevreuse est représenté par un Comité syndical composé de 22 membres et a pour buts l’étude, la réalisation et la gestion de projets dès lors qu’ils peuvent présenter un intérêt pour les communes qui le composent.

Le canton de Chevreuse :
La ville de Chevreuse est aussi chef-lieu de canton qui comporte 13 communes : Cernay la Ville, Chevreuse, Choisel, Dampierre en Yvelines, Le Mesnil Saint Denis, Levis Saint Nom, Magny les Hameaux, Milon la Chapelle, Saint Forget, Saint Lambert des Bois, Saint Rémy lès Chevreuse, Senlisse et Voisins le Bretonneux. Le canton de Chevreuse appartient à l’arrondissement de Rambouillet, il regroupe 47.191 habitants et fait une superficie de 113km².

Description et historique de la ville

Historique de la ville :
Mentionnée dès 980 sous le nom de Cavrosia, Chevreuse est une ville qui doit l’origine de son nom aux chèvres (en latin Caprosia qui donna au cours du temps Cavrosia puis Chevreuse) qui peuplaient ses campagnes. Chevreuse, c’est plus de mille ans d’histoire qui ont forgé la cité. Nichée au cœur d’une vallée riante, Chevreuse s’est d’abord développée de manière médiévale, enroulée en escargot, autour de ses églises St-Martin et StSaturnin (qui sera démantelée au XVe siècle) qui en constituent le cœur historique. Puis, au cours des siècles, de gros bourg elle est devenue ville s’étendant sur les rives de l’Yvette qui sépare son territoire en deux. La ville s’est donc installée sur les deux rives et sur le versant nord, dominé par le château de la Madeleine qui est classé monument historique.

Avant le XIe siècle, Chevreuse appartenait aux évêques de Paris car elle se situait dans le doyenné de Châteaufort. Puis, tout en restant sous la suzeraineté de l’évêque de Paris, Chevreuse est confiée à des seigneurs qui portent son nom. Ainsi, au XIe siècle, Gui Ier, seigneur de Chevreuse, commence l’édification d’un château fort qui domine le village, le château de la Madeleine. On lui doit sans doute le donjon construit de 1030 à 1090 qui, à l’époque, était entouré d’une palissade de bois. Les murailles n’apparaîtront seulement qu’au XIIe siècle. Le village sera par la suite protégé par une enceinte. Chevreuse devient un bourg de plus en plus important. Les premières industries chevrotines sont la draperie puis la tannerie. En 1280, Chevreuse a un moulin à tan. En 1411, le bras de l’Yvette qui borde les maisons de la ville est surnommé « la rivière aux tanneurs ». La ville s’affranchit rapidement de la tutelle du seigneur.

Lors de la guerre de Cent Ans, Chevreuse passe sous domination anglaise. Puis, François Ier transforme Chevreuse en duché, et en 1543, le domaine passe aux mains d’Anne de Pisseleu. En 1551, Dampierre et Chevreuse sont achetés par le Duc de Guise et Dampierre devient la résidence des ducs de Chevreuse. En 1693, Louis XIV acquiert le duché dans le but d’agrandir son parc de Versailles, mais finit par le céder aux dames de Saint-Cyr qui conservent ce domaine jusqu’à la Révolution.

Personnages importants :
Parmi les personnages qui marquèrent la ville, nous pouvons citer Jean Racine qui séjourna au château de la Madeleine en 1661 et qui dédia sa tragédie Britannicus à Monseigneur le Duc de Chevreuse. On lui doit aussi les vers célébrant la vallée de Chevreuse : « Que je me plais sur ces montagnes Qui s’élevant jusqu’aux cieux D’un diadème gracieux Couronne ces belles campagnes… » Aujourd’hui, le chemin qui relie l’abbaye de Port-Royal-des-Champs au château de Chevreuse porte son nom. Mais on peut aussi citer Fabre d’Eglantine, poète, romancier, rimeur, à qui l’on doit le calendrier révolutionnaire et la bluette « Il pleut, il pleut bergère… ». Il présida le premier conseil municipal le 31 janvier 1790 après que la révolution de 1789 ait fait de Chevreuse le chef lieu de canton.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

Introduction
PARTIE 1 : Présentation de la ville de Chevreuse
I/ Présentation de Chevreuse : une ville périurbaine au sein d’un Parc Naturel Régional (PNR)
A – Localisation géographique
B – Le PNR de la haute vallée de Chevreuse
C – Chevreuse et les structures intercommunales
D – Description et historique de la ville
E – Analyse socio-économique de Chevreuse
II/ L’importance des enfants à Chevreuse
A – Démographie des moins de 12 ans
B – Equipements communaux mis à disposition des enfants
PARTIE 2 : Diagnostic et enjeux
I/ Présentation des lieux
A – L’école Jean Piaget
B – Le centre de loisirs
C – Les équipements publics mis à disposition
D – La classification des terrains étudiés
II/ Les problèmes et besoins liés à ces lieux
A – Les problèmes liés au stationnement
B – Les besoins du quartier
C – Les besoins des élèves
III/ Enjeux et objectifs d’aménagement
PARTIE 3 : Des scénarios à envisager
I/ Les différentes solutions
A – Réaménagement du parking actuel
B – D’autres lieux pouvant accueillir un parking
C – Localisation des solutions
II/ La solution à privilégier
PARTIE 4 : Les propositions d’aménagements
I/ Le concept
II/ Résolution du problème de stationnement
A – La création du nouveau parking
B – Restructuration du dépose-minute
C – Aménagements secondaires
III/ Proposition d’équipements publics communs au quartier et à l’école
A – Création d’un espace collectif de jeux pour enfants
B – Aménagements de la cour d’école
C – Plan des aménagements
IV/ Coût et financement
A – Le parking
B – Le terrain multisports
Conclusion

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.