Connaissance generale sur le riz

I- PRESENTATION GENERALE DES ILES COMORES

I-1- Situation géographique

L’Union des Comores est un pays situé dans l’Océan Indien à l’entrée Nord du canal de Mozambique. L’archipel se localise, à égale distance de 300 km, entre le nord de Mozambique et le nord de Madagascar. Il est formé de quatre îles nommées : Ngazidja (La plus grande avec 1148 km 2 ), Anjouan (424 km 2 ), Mohéli (La plus petite avec 290 km 2 ) et Mayotte (Sous l’autorité française avec 374 km 2 ). Figure 1 : Situation géographique de l’archipel des Comores, (DAROUSSI, 2014).

I-2- Le milieu naturel

I-2-1- Le relief

L’Union des Comores couvre une superficie de 1 862 km². Une observation des coupes topographiques montre un aspect montagneux des îles ou en général, chaque île comporte une chaine principale de montagne basaltiques et des chaines secondaires qui se terminent à la mer en opéron rocheux (MANICACCI, 1939) ou qui surplombent des plaines côtières

GENERALITES

étroites. Le sommet le plus élevé est le Kartala, à 2 361m d’altitude, le seul volcan actif situé à Ngazidja. Dans l’île de Mohéli, où s’effectuent nos travaux de recherches, le relief est caractérisé par un plateau d’une altitude moyenne de 350 m, traversé d’Est en Ouest par une chaine de montagnes axiale qui culmine à 790 m. La forêt ne subsiste que sur la crête centrale du Mzekukulé. Le Sud est bordé par de petits îlots volcaniques (PNUE, 2002) (Figure 2). Figure 2 : Le relief de l’île de Mohéli, (DAROUSSI, 2014)

I-2-2- Le climat

Les îles Comores, soumises à un climat tropical humide, sont exposées à la mousson de l’Océan Indien de novembre à mai, ainsi qu’aux alizés, pour le reste de l’année (BROUWERS et LATRILLE, 1974). En général deux grandes saisons caractérisent ce climat: le Kachikazi chaud et humide qui s’étale du mois de novembre au mois d’avril, et le Koussi frais et sec s’étalant du mois de mai au mois d’octobre.

GENERALITES

Aux Comores la pluviométrie annuelle est estimée à 2679 mm : Le maximum en Kachikazi est d’environ 6000 mm et le minimum 1000 mm. Les précipitations varient aussi en fonction de l’altitude, 2600 mm/an à Moroni et 6000 à 8000 mm/an sur le massif de Kartala (MBAE, 2002). Toutefois le calendrier des pluies est très variable et il existe plusieurs microclimats. Les températures varient de 23°C à 27°C en moyenne, toutefois d’importantes variations locales peuvent être enregistrées (PNUE, 2002). Les cyclones se situent à la période de Kachikazi, souvent de décembre à février. Il s’agit d’un déplacement de la convergence intertropicale vers sa position méridionale entrainant une masse d’air océanique appelée « mousson » qui, en rencontrant l’alizé, crée une masse d’air cyclonique de trajectoire Est-Ouest (VERIN et BATTISTINI, 1984), (MBAE, 2002). C’est rare que les cyclones fassent des dégâts importants aux Comores. Il est à signaler qu’il y a manque de données suffisantes et statistiquement analysées sur les paramètres physiques climatiques. Les stations météorologiques existantes servent uniquement à la navigation aérienne et maritime.

I-2-3- Le sol

Selon BROUWERS (1973) et LATRILLE (1977), 3 types de sols existent aux Comores :
– sols ferralitiques rouges et riche en oxydes de fer et oxyde d’alumine. Ils sont caractérisés par une altération profonde de l’ensemble des minéraux primaires silicatés (sauf le quartz) permettant la libération des éléments minéraux tels que : Si, Al, Mg,Ca, K, Na et qui sont l’origine de l’acidification du milieu
– sols andiques, caractérisés par une hydrolyse des matériaux vitreux des produits volcaniques récents qui libère des substances alumino-siliceuses amorphe capable d’évoluer en podzolisation sur roche acide, brunification sur roche basique ou ferralitisation (MOHAMED, 1992)
– andosols brunifiés qui sont des sols intermédiaires entre les sols andiques et les sols bruns. Ces anciens andosols sont constatés dans des régions sèches des îles. En fait, les sols bruns comoriens se forment exclusivement sur des matériaux ayant déjà subi une pédogenèse ferralitique ou andique ou les deux à la fois.

Rapport PFE, mémoire et thèse avec la catégorie Physiologie Végétale

Étudiant en université, dans une école supérieur ou d’ingénieur, et que vous cherchez des ressources pédagogiques entièrement gratuites, il est jamais trop tard pour commencer à apprendre vous trouverez ici des centaines de rapports pfe spécialement conçu pour vous aider à rédiger votre rapport de stage, vous prouvez les télécharger librement en divers formats (DOC, RAR, PDF).. Tout ce que vous devez faire est de télécharger le pfe de Bestpfe.com et ouvrir le fichier pfe PDF ou pfe DOC. Ce programme spécifique est classé dans la catégorie l’Océan ,localise sciences où vous pouvez trouver quelques autres mémoires informatique similaires.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit propose le téléchargement des modèles gratuits de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Actuellement, de plus en plus de gens sont prêts à partager leurs travaux pfe, mémoire, thèse.. avec les autres et ils ne veulent pas de compensation pour cela. Le rapport  CARACTERISATION DES GRAINES ET AMELIORATION DE LA CULTURE DES VARIETES LOCALES DE RIZ ( Oryza sativa L.) A MOHELI COMORES  est un rapport complet pour aider les autres étudiants dans leurs propres travaux.

Introduction générale
CHAPITRE I- PRESENTATION GENERALE DES ILES COMORES  
I-1- Situation géographique
I-2- Milieu naturel
I-2- 1- Relief
I-2-2- Climat
I-2-3- Sol
I-2-4- Végétation naturelle
I-2-4- Hydrographie
I-3- Démographie
I-4- Economie
I-5- Situation agro économique
CHAPITRE II- CONNAISSANCE GENERALE SUR LE RIZ
II-1- Origine et écologie du riz
II-2- Classification du riz
II-3- Systèmes de culture du riz
CHAPITRE III- LA CULTURE DU RIZ AUX COMORES
III-1- Variétés de riz cultivées
III-2- Analyse sur la production du riz
III-3- Importance de la consommation du riz
MATERIELS ET METHODES
CHAPITRE I- MATERIELS
I-1- Matériels végétaux
I-2- Fertilisants
I-3- Echantillons de sols
CHAPITRE II- METHODES
II-1- Lieux d’études
II-2- Méthode pour la classification morphologique des graines de dix variétés de riz cultivées aux Comores
II-2-1- Forme du paddy
II-2-2- Translucidité
II-2-3- Taille de l’arête
II-2-4- Longueur de la glume
II-2-5- Couleurs de la graine, du lemna stérile et de l’apex
II-2-6- Poids de 100 grains
II-3- Méthode pour une classification biochimique des graines des dix variétés locales de riz cultivées aux Comores
II-3-1- Teneur en protéine totale
II-3-2- Teneur en lipide
II-3-3- Teneur en amidon
II-4- Méthode pour la détermination des teneurs en éléments minéraux des graines des cinq variétés locales de riz les plus cultivées aux Comores
II-5- Méthode pour la détermination des caractéristiques chimiques et culinaires des graines des cinq variétés locales de riz les plus cultivées aux Comores
II-6- Méthodes pour l’étude du pouvoir germinatif des graines de riz
II-6-1- Prétraitements des graines
II-6-2- Essais de germination
II-7- Analyse des sols de deux sites d’expérimentation
II-7-1- Echantillonnage de sols
II-7-2- Préparation des échantillons de sol
II-7-3- Détermination de la texture des sols
II-7-4- Détermination de la capacité d’échange cationique et de la teneur en bases échangeables (K, Ca, Na et Mg)
II-7-5- Détermination du pH du sol
II-7-6- Détermination de la teneur du phosphore assimilable du sol
II-7-7- Détermination de la teneur du carbone organique
II-7-8- Détermination du taux d’azote total
II-7-9- Appréciation des échantillons de sols
II-8- Essais aux champs de culture de riz en pluvial et en irrigué
II-8-1- Culture de riz pluvial
II-8-1-1- Méthodes d’études Mise en place du champ d’expérimentation Semis
Traitements par les fertilisants
Suivi des plantes et prélèvement des données
II-8-2- Culture de riz irrigué
II-8-2-1- Méthodes d’études
Mise en place d’une pépinière
Labour du champ de repiquage
Mise en place du dispositif expérimental
Traitement par les fertilisants
Repiquage
Maîtrise de l’eau
Sarclage
Suivi de la croissance et du développement des plantes et prélèvement de données
II-9- Analyse des données
RESULTATS
CHAPITRE I- CARACTERISATION DE DIX VARIETES LOCALES DE GRAINES DE RIZ PARMI LES PLUS CULTIVEES AUX COMORES
I-1- Classification morphologique et biochimique
I-1-1- Description morphologiques des graines
I-1-1-1- Classification en sous-espèces
I-1-1-2- Translucidité des graines des diverses variétés de riz
I-1-1-3- Aspect de l’arête
I-1-1-4- Taille des glumes
I-1-1-5- Couleurs de la glume, de l’apex et de la graine
I-1-2- Poids des 100 graines
I-1-3- Teneur en amidon, protéine et lipide des graines
I-1-4- Autres caractéristiques des graines des 5 variétés de riz les plus cultivées
I-1-4-1- Composition en éléments minéraux des graines de riz
I-1-4-2- Caractéristiques chimiques et culinaires
I-2- Etude de la germination des graines des 10 variétés de riz
CHAPITRE II- ESSAIS DE CULTURE DE RIZ AUX CHAMPS
II-1- Analyse des sols des différents sites d’expérimentation
II-1-1- Caractéristiques du sol avant et après cultures
II-1-1-1- Texture des sols
II-1-1-2- Capacité d’échange cationique et teneur en bases échangeables (K, Ca, Na et Mg)
II-1-1-3- pH des sols et teneurs en phosphore assimilable, en carbone organique et en azote total
II-2- Essais de culture de riz en pluvial et en irrigue
II-2-1- Culture de riz pluvial par système fixé
II-2-1-1- Levé des semences
II-2-1-2- Croissance des plants de riz cultivés en pluvial
II-2-1-3- Nombre moyen de feuilles développées par poquet
II-2-1-4- Nombre de talles et de panicules par poquet
II-2-1-5- Nombre moyen de grains de paddy par poquet
II-2-1-6- Poids moyen des grains produits par poquet
II-2-1-7- Poids moyen de 1000 grains de paddy
II-2-1-8- Production du paddy en tonne par hectare
II-2-1-9- Cycle biologique des variétés étudiées
II-2-1-10- Effets de changements climatiques sur la culture du riz
II-2-2- Culture de riz irrigué par Système de Riziculture Intensif (SRI)
II-2-2-1- Croissance des plants de riz cultivés en irrigué
II-2-2-2- Nombre moyen de feuilles développées par plante
II-2-2-3- Nombre moyen de talles et de panicules développés par plante
II-2-2-4- Nombre moyen des grains de paddy par plante
II-2-2-5- Poids moyen des grains de paddy par plante
II-2-2-6- Poids moyen de 1000 grains de paddy
II-2-2-7- Production moyenne du paddy en tonne par hectare
II-2-2-8- Cycle biologique des variétés étudiées
DISCUSSION
Conclusion générale

Télécharger le rapport pfeRapport PFE, mémoire et thèse PDF

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.