Parasitoses abomasales du dromadaire

Parasitoses abomasales du dromadaire au Maroc

Symptômes et lésions

 Forme suraiguë

Il s’agit d’un syndrome anémie (pâleur des muqueuse, faiblesse, chute de la production laitière, œdèmes). Le dromadaire souffre d’une anémie marquée, puis est retrouvé mort dans les jours suivants avec des hémorragies importantes au niveau de la caillette qui contient beaucoup de vers.

 Forme aiguë

Il s’agit là aussi d’un syndrome anémie. Des signes digestifs sont parfois remarqués avec des selles pouvant être molles mais rarement aqueuses. Cette forme de l ‘haemonchose peut conduire à la mort en particulier pour les animaux les plus jeunes ou les animaux en mauvais état général en début de saison des pluies. Des lésions spécifiques se retrouvent au niveau de la caillette : une paroi congestionnée avec des ponctuations hémorragiques, un contenu brunâtre et la présence de vers.

Forme chronique

Elle est de loin la forme la plus fréquente mais les symptômes demeurent assez peu spécifiques. Amaigrissement et diminution de la production laitière sont les principaux signes recensés. Les signes digestifs ne sont, par contre, pas constants. Il est fréquent d’observer un creusement du flanc et un ventre levretté (FERRY 1961; GRABER 1967b; RICHARD 1985). Les lésions sont similaires à celles observées lors de forme chronique mais de moindre intensité.

 Diagnostic

Forme suraiguë

La mort survenant rapidement, seule l’autopsie (présence d’un grand nombre de vers) associée à la prise en compte de facteurs épidémiologiques permet d’obtenir un diagnostic.

Forme aiguë

Le syndrome anémie marqué permet un diagnostic plus aise. Cependant l ‘haemonchose devra être différenciée de la trypanosomose (larmoiement et état de torpeur inexistant dans l’haemonchose), des autres helminthoses à l’origine <l’anémie, des maladies infectieuses, notamment le charbon bactéridien sévissant à la même époque et de la globidiose dont la clinique est encore mal décrite chez le dromadaire.

Forme chronique

Les symptômes peu spécifiques de cette forme rendent le diagnostic difficile. Cependant selon RICHARD (1985) « un dromadaire maigre présentant une diarrhée est presque systématiquement porteur de strongles intestinaux». Mais la présence de strongles n’est pas toujours accompagnée de diarrhée et une diarrhée peut avoir une autre étiologie.
Cette forme de la maladie doit également être différenciée des autres strongyloses, des cestodoses, de trypanosomoses et de salmonelloses.

Conduite à tenir

Dans tous les cas il faut avoir recours à un diagnostic expérimental pour préciser l’affection.

coproscop,e

Un examen coproscopique est indispensable: le nombre d’œufs par gramme permet en effet de montrer une infestation. Cependant on ne pourra reconnaitre qu’une infestation par les strongles, puisque l’identification des œufs d’ Haemonchus est particulièrement difficile. De plus la présence de vers n’est pas toujours associée à la présence d’œufs dans les selles. Ainsi un échantillon négatif ne peut prouver l’absence d’ Haemonchus dans la caillette.
On peut alors entreprendre des examens hématologiques et biochimiques.

Examen hématologique

Un frottis permet alors d’orienter vers un rejet de l’hypothèse d’une trypanosomose. On peut aussi mettre en évidence une anémie microcytaire et hypochrome, généralement observée en cas d’haemonchose. Une éosinophilie est aussi souvent observée mais elle n’est pas pathognomonique.

Examen biochimique

L’hématocrite permet de détecter l’anémie avec une valeur moyenne de 15 (avec un minimum de 2 et un maximum de 30) alors que la moyenne pour un animal sain est de 30. Il peut être complété par un dosage de l’hémoglobineUn dosage des protéines peut être réalisé, mais est peu spécifique.
Toutes ces analyses confirment la présence d’une anémie mais ne permettent pas de confirmer une suspicion d’haemonchose.Le dosage du pepsinogène n’a pas fait l’objet de publication.La confirmation se fera par autopsie en cas de mort

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

REMERCIEMENTS
TABLES DES FIGURES
ABREVIATIONS UTILISEES
INTRODUCTION
1 ERE PARTIE : ETUDE BIBLIOGRAPHIQUE
I Elevage du dromadaire au Maroc
A Effectifs camelins mondiaux et marocains
l Effectifs mondiaux (FAYE 1997)
2 Effectifs marocains (DPA 2006, MICHEL 1997)
B Typologie des élevages de dromadaire
1 Les types de dromadaire
2 Le dromadaire, ses besoins, ses performances: conséquences sur l’élevage
a Alimentation
i Besoins
ii Comportement alimentaire
b Abreuvement (FAYE., 1997)
i Caractéristiques physiologiques
ii Rythme d’abreuvement
c Conduite sur parcours
d Reproduction (SGHRIRI, A; 1988 & MOUMEN I 1991)
i Age de mise à la reproduction
ii Cyclicité et saisonnalité
iii Gestation
iv Mise bas
v Lactation
vi Sevrage
3 Type d’élevage
a Elevage traditionnel
b Elevage agro-pastoral (Autour d’Essaouira)
c Elevage laitier péri urbain ( exemple de Laâyoune)
II Parasites abomasaux du dromadaire
A Inventaire des nématodes recensés dans la caillette du dromadaire
1 Parasites fréquents
2 Parasites occasionnels
B L ‘haemonchose du dromadaire généralités
1 Biologie (exemple de H. longistipes)
a Cycle (GRABER 1967a)
Haemonchus longistipes
b Epidémiologie
i Mode de transmission
ii Facteurs climatiques
iii Les facteurs telluriques
iv Conduite d’élevage
v Autres facteurs
c Pathogénie
2 Symptômes et lésions
a Forme suraiguë
b Forme aiguë
c Forme chronique
3 Diagnostic
a Forme suraiguë
b Forme aiguë
c Forme chronique
4 Conduite à tenir
a coproscopie
Parasitoses abomasales du dromadaire au Maroc
b Examen hématologique
c Examen biochimique
5 Traitement
6 Stratégie de survie des Haemonchus en saison sèche en climat aride (Graber 1967a ; Jacquiet 1996b)
7 Critère de différentiation : identification des espèces d’Haemonchus grâce à la morphométrie de leurs spicules (Jacquiet 1996a)
8 Infestation hétérologue et circulation des espèces d’Haemonchus dans différentes espèces hôtes
2EME PARTIE : PARASITOSES ABOMASALES DU DROMADAIRE
I Cadre de l’étude
A Le climat (DPA 2006)
1 températures
2 pluviométrie
3 Hygrométrie
4 vents
B Réseau hydrographique (DPA 2006)
1 Oueds
2 Points d’eau
a Les puits et les forages
b Les eaux superficielles « Moutfia »
C Sols et végétation (RAMICHE 2001 ; AIT HAMOU 1993)
1 Sols a Dépressions ou « GRARAS »:
b Lits d’oueds ou « W ADIS »
c Plateaux ou « HAMADAS »
d Zone côtière e Erg 2 Végétation
D Parcours
E Exemple d’élevages de dromadaires autour de Laâyoune (MICHEL, J.F. 1997)
1 Structure des Troupeaux et organisation des éleveurs
2 Stratégie de déplacement
3 Pratiques d’Elevage
F Présentation de la filière viande cameline :
II Protocole expérimental
A Abattoir
1 Présentation
2 Organisation pratique d’abattage de dromadaire
3 Réalisation des prélèvements à l’abattoir
a Prise de sang au moment de la saignée
b Fiche de commémoratifs et de prélèvement
c Prélèvement du 3ème compartiment
i Anatomie du 3ème compartiment
ii Site prélèvement
d Filtration et sédimentation
B Acheminement au Laboratoire :Parasitoses abomasales du dromadaire au Maroc
C Laboratoire
1 La récolte des vers
2 Comptage des vers
3 Identification des espèces d’Haemonchus
ID Résultats
A Identification générique des vers
B Prévalence des infestations à Haemonchus sp
C lntensité d’infestation :
D Les facteurs
1 Le sexe
2 La provenance
a Résultats
b Analyses statistiques
i Test de Khi2
ii Test de K.ruskal-Wallis
3 Age a Résultats b Analyses statistiques
i Test de Khi2
ii Test de Kruskal-Wallis
4 Lésions
5 Identifications des Haemonchus
IV Discussion
A Echantillonnage
B Durée de l’étude
C Prévalence
D Intensité d’infestation
E Les facteurs
1 Sexe
2Age
3 Provenance
4 Circulation des différentes espèces d’Haemonchus
CONCLUSION
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *