OPTIMISATION DE DOSE EN MAMMOGRAPHIE

OPTIMISATION DE DOSE EN MAMMOGRAPHIE

BLINDAGE ET PROTECTION EN MAMMOGRAPHIE

Lors de la planification des locaux de radiographie médicale, il faut s’assurer que les personnes à proximité des locaux ne soient pas exposées à des niveaux de rayonnement qui dépassent les limites d’exposition légales. On doit prendre des mesures appropriées pour garantir la présence d’équipement de protection adéquat afin de se conformer aux exigences
suivante :
Les niveaux de rayonnement dans les zones contrôlées, occupées de façon courante uniquement par les travailleurs sous rayonnement, doivent être tel qu’aucun d’eux ne soit exposé dans l’exercice de ses fonctions à plus de 20mSv en une année; et les niveaux de rayonnement dans les zones non contrôlées doivent être tels que personne ne reçoive plus de 1 mSv en une année.
L’objectif de cette étude est de calculer le blindage nécessaire pour la salle de mammographie et vérifier si la protection en place est suffisante, compte tenu du volume de travail en radiologie Pour vérifier si le blindage de la salle de mammographie est suffisant, le physicien médical doit tenir compte les différents éléments comme : la dose de rayonnement admissible pour le personnel ; le facteur d’occupation des locaux avoisinant la salle ; Le Kerma.
Le physicien médical aura également à calculer le kerma, le facteur de transmission du blindage ainsi que l’épaisseur que devrait avoir le blindage compte tenu des matériaux utilisés pour la construction de ladite salle.
 Dose admissible (P)
Dans le rapport N° 116, intitulé « Limitation of Exposure to Ionizing Radiation » et publié en 1993, le NCRP établissait les doses maximales permises pour la radiologie diagnostique comme suit :
– 0,1 mGy/semaine dans une zone contrôlée et ;
– 0,02 mGy/semaine dans une zone non contrôlée.
 Facteur d’occupation (T)
Le rapport N° 147 du NCRP suggère le facteur d’occupation des zones situées plus ou moins près de la salle de mammographie. Le facteur d’occupation donne une indication sur la durée d’occupation d’une chambre pendant laquelle elle peut être occupée par une personne.
Ainsi, une occupation de 1 implique que la même personne passera tout son temps de travail de la semaine dans ce lieu. L’annexe 6 présente les zones par ordre d’importance de ce facteur.
 Kerma (K)
Pour un examen typique (4 mammogrammes à 100 mAs, selon la charge de travail normalisée en fonction de la tension et pour une dimension de faisceau de 24 cm × 30 cm), on obtient une valeur de kerma normalisé dans l’air (Kn) de 0,036 mGy à 1 mètre de la patiente.
Cette valeur représente la dose dans l’air, observée à 1 mètre de la patiente, due au rayonnement secondaire diffusé par cette dernière. Kn (à 1 m) = 0,036 mGy/patiente
Calcul du kerma hebdomadaire [3]
Pour le calcul du blindage, on présume qu’il n’y a aucune barrière primaire nécessaire. On considère que le récepteur d’image du mammographe et le tissu mammaire irradié atténuent suffisamment le faisceau primaire émis au moment de prendre un mammogramme pour que l’on ne tienne compte que du rayonnement secondaire.
De plus, le rayonnement qui excède le récepteur d’image du côté de la paroi thoracique est entièrement absorbé par la patiente.
Aucun blindage n’est donc nécessaire pour les murs ou les zones situées derrière la patiente. Dans une nouvelle construction, le blindage doit être prévu pour un minimum de 4 000 examens complets en mammographie, soit 16 000 mammogrammes par année [10]. Pour chaque barrière, le point de calcul doit être situé :
– pour un mur : à 0,3 m de l’autre côté du mur ;
– pour le plafond : à 0,5 m au-dessus du plancher de l’étage supérieur ;
– pour le plancher : à 1,7 m au-dessus du plancher de l’étage

Guide du mémoire de fin d’études avec la catégorie BLINDAGE ET PROTECTION EN MAMMOGRAPHIE

Étudiant en université, dans une école supérieur ou d’ingénieur, et que vous cherchez des ressources pédagogiques entièrement gratuites, il est jamais trop tard pour commencer à apprendre et consulter une liste des projets proposées cette année, vous trouverez ici des centaines de rapports pfe spécialement conçu pour vous aider à rédiger votre rapport de stage, vous prouvez les télécharger librement en divers formats (DOC, RAR, PDF).. Tout ce que vous devez faire est de télécharger le pfe et ouvrir le fichier PDF ou DOC. Ce rapport complet, pour aider les autres étudiants dans leurs propres travaux, est classé dans la catégorie Débitmètre GRAETZ X 5 DE où vous pouvez trouver aussi quelques autres mémoires de fin d’études similaires.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport gratuit propose le téléchargement des modèles gratuits de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION
PARTIE THEORIQUE
CHAPITRE 1- GENERALITES SUR LA MAMMOGRAPHIE
1.1- Historique
1.2- Rayons X
1.3- Principe du tube à Rayons X
1.3.1- Tube à Rayon X
1.3.2- Production des Rayons X
1.4- Mammographie
1.4.1-Mammographie de dépistage
1.4.2- Mammographie de diagnostic
1.5- Equipements utilisés en mammographie
1.5.1- Chaîne radiologique
1.5.2-Caractéristiques des composantes de mammographie
1.6- Types d’appareil de mammographie
1.6.1- Mammographie analogique
1.6.2- Mammographie numérique
CHAPITRE 2- NOTION DE RADIOPROTECTION
2.1- Définition
2.2- Principes fondamentaux de la radioprotection
2.3- Grandeurs et unités dosimétriques
2.3.1- Dose absorbée
2.3.2- Kerma
CHAPITRE 3- OPTIMISATION DE DOSE EN MAMMOGRAPHIE
3.1- Définition et objectif
3.2- Procédure pour optimiser la dose reçue par la patiente lors d’un examen de
mammographie
3.3- Les indicateurs principaux de dose
3.4- Niveaux de Référence Diagnostique
3.5- Choix des grandeurs dosimétriques utilisées en mammographie
3.5.1- Dose à l’entrée du sein ou dose à la peau (De)
3.5.2- Dose moyenne à la glande(DMG)
3.5.2.1- Première méthode : en utilisant les trois facteurs de conversion g, c et s
en mammographie
3.5.2.2- Deuxième méthode : en utilisant le facteur de conversion (mrad/R) de la
dose à l’entrée en dose moyenne à la glande
CHAPITRE 4- PROGRAMME DE CONTROLE QUALITE EN MAMMOGRAPHIE14
4.1- Définition
4.2- Mise en place d’un programme de contrôle qualité
4.3- Différents types de contrôle qualité
4.3.1- Système de mammographie film-écran
4.3.1.1- Appareils de mammographie
4.3.1.2- Entreposage des films
4.3.1.3- Développeuse
4.3.1.4- Cassette et écran
4.3.1.5- Chambre Noire.
4.3.1.6- Développement des films
4.3.1.7- Négatoscope
4.3.2- Système de mammographie numérique
4.3.2.1- Plaque d’imagerie de CR
4.3.2.2- Cassette de CR
4.3.2.3- Système de visualisation électronique
4.3.2.4- Système d’archivage et de transmission d’image
CHAPITRE 5- BLINDAGE ET PROTECTION EN MAMMOGRAPHIE
5.1- Dose admissible (P)
5.2- Facteur d’occupation (T)
5.3- Kerma (K)
5.4- Calcul du kerma hebdomadaire .
5.5- Facteur de transmission (B)
5.6- Calcul du blindage
PARTIE PRATIQUE
CHAPITRE 6- PRESENTATION DES LIEUX DE MESURES
6.1- Fondation AKBARALY
6.2- Polyclinique d’Ilafy
6.3- Centre de radiodiagnostic et de thérapie (CRDT) à Anosivavaka
CHAPITRE 7- MATERIELS UTILISES
7.1- Kit de contrôle de qualité mammographique
7.1.1- Chambre d’ionisation cylindrique modèle 6000-529
7.1.2- Electromètre M4000+
7.1.3- Densitomètre Medset
7.1.4- Fantôme PMMA et fantôme RMI 156
7.1.5- Loupe
7.1.6- Mire de résolution Typ 18d PL/mm
7.2- Radiamètre thermo scientific FH 40G-L10
7.3- Débitmètre GRAETZ X 5 DE
7.4- Dosimètre TLD
CHAPITRE 8- DESCRIPTION DES APPAREILS MAMMOGRAPHIQUES
8.1- L’appareil de mammographie mobile d’Akbaraly
8.1.1- Description de l’appareil
8.1.2- Caractéristiques de l’appareil mammographique de la Fondation Akbaraly
8.2- Appareil de mammographie de la Polyclinique d’Ilafy
8.3- Appareil de mammographie du Centre de Radiodiagnostic et de Thérapie (CRDT)Anosivavaka
CHAPITRE 9- TEST ET PROCEDURE D’UNE CONTROLE QUALITE
9.1- Quelques données lors d’un contrôle qualité
9.2- Résultats et interprétations des contrôles de qualité
9.2.1- Cas de l’appareil mammographique mobile du centre A
9.2.1.1- Contrôle de la haute tension et sa reproductibilité
9.2.1.2- Contrôle de la reproductibilité de la haute tension
9.2.1.3- Mesure de la première couche de demi-atténuation (CDA)
9.3.2- Cas de l’appareil mammographique du centre C
9.3.2.1- Contrôle de la haute tension
9.3.2.2- Contrôle de la reproductibilité de la haute tension
9.3.2.3-Mesure de la première couche de demi-atténuation (CDA)
9.3.2.4- Contrôle de l’homogénéité du Potter, de la grille anti-diffusante et de la filtration
9.3.2.5- Contrôle du temps d’exposition et sa linéarité avec l’exposition
9.3.2.6- Contrôle de la chambre Noire
9.3.2.7-Contrôle de la qualité d’image
9.3.2.7.1- En utilisant le fantôme RMI 156
9.3.2.7.2- En utilisant la mire de résolution Typ 18d
9.3.3- Cas de l’appareil mammographique du centre B
9.3.3.1- Mesure de la première couche de demi-atténuation (CDA)
CHAPITRE 10- OPTIMISATION DE DOSE
10.1- Objectifs
10.2- Quelques prescriptions relatives pour l’optimisation des doses en mammographie
10.3- Compression optimale
10.4- Estimation de la dose moyenne à la glande (DMG)
10.4.1-Résultats et interprétations dosimétriques
10.4.1.1- Cas de l’appareil mammographique mobile du centre A
10.4.1.2- Cas de l’appareil mammographique du centre C
10.4.1.3- Cas de l’appareil mammographique de centre B
CHAPITRE 11- CALCUL DE BLINDAGE EN MAMMOGRAPHIE
11.1- Cas du centre C
11.1.1- Calcul de kerma dans l’air à 1 m de l’isocentre
11.1.1.1- Emplacement des TLD à 1 m de l’isocentre
11.1.1.2- Résultat du kerma normalisé
11.1.1.3-Calcul du Blindage
11.2- Cas du centre B
11.3- Interprétation
CHAPITRE 12- RECOMMANDATIONS
12.1- Cas du centre A
12.2- Cas du centre C
12.3- Cas du centre B
CONCLUSION
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
ANNEXES

Télécharger le rapport completRapport PFE, mémoire et thèse PDF

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.