Nouvelle législation sur la vaccination

La vaccination est au cœur de l’actualité avec la nouvelle réforme sur la législation de janvier 2018. Cette réforme rend les vaccins, qui étaient jusque-là conseillés, obligatoires pour les enfants qui naissent à partir du 1er janvier 2018, en plus des trois vaccins déjà obligatoires (DTP), selon le Décret du 25 janvier 2018 relatif à la vaccination obligatoire (1).

L’argument premier avancé est la baisse du taux de couverture vaccinale et la réapparition de certaines maladies. Au niveau National, l’institut national de veille sanitaire a annoncé une recrudescence de la rougeole depuis novembre 2017. Au 8 juillet 2018, 2 646 cas ont été déclarés depuis le début de la recrudescence. À cette date, 85 départements avaient déclaré au moins un cas, le nombre étant toujours en hausse (2). Avant cette réforme, le ministère avance que 70% des enfants reçoivent déjà ces dix injections sur deux ans et 80% plus de huit injections. D’après le groupe de travail du SAGE (Strategic Advisory Group of Experts on immunization) de l’OMS (3), l’hésitation vaccinale fait référence au retard à l’acceptation ou au refus des vaccinations malgré l’existence d’un dispositif d’offre vaccinale. L’hésitation vaccinale est définie comme un phénomène complexe, spécifique à chaque contexte culturel, local ou national, qui varierait dans le temps, dans l’espace et selon les vaccins.

“La recommandation vaccinale ne se situe plus dans un univers consensuel, mais durablement controversé dans lequel la portée et les limites de l’expertise sont redéfinies” Torny D (4).

Au cours de nos expériences personnelles et professionnelles, nous avons eu l’occasion de rencontrer des personnes en opposition à la vaccination générale, et notamment sur cette réforme. Il est souvent question de l’intérêt et de l’innocuité de ces nouvelles obligations. Notre impression est qu’il y a beaucoup plus de retours négatifs que positifs sur ces changements de vaccination, alors que suivant les chiffres annoncés par l’Etat, plus des deux tiers de la population feraient déjà ces vaccins.

LES VACCINS POUR SOI

ETRE CERTAIN DE L’INTERET

Pour certaines personnes, c’est une évidence de se faire vacciner et une chance. “J’ai eu l’occasion de rencontrer des gens qui ont eu la polio (…) qui parce que justement n’ont pas eu la chance d’être vaccinés”. “Pour mon enfant j’ai fait l’ensemble des vaccinations qui sont recommandé et j’ai fait aussi un vaccin qui n’est pas recommandé pour les gastro-entérite”.

Lors des entretiens, on ressent le caractère indiscutable de la place des vaccins. “Je m’occupe de mes vaccins, parce que c’est je suppose important”. De façon unanime, les vaccins sont là pour se protéger de maladies. “Pour éviter justement d’attraper des maladies qui pourrait être des épidémies”.

Une partie est d’avis que les vaccins sont dénués d’effets négatifs. “Pour moi un vaccin, ça a un côté pur, c’est là pour protéger la personne”. Les vaccins sont des soins que l’on connaît, que l’on a pu surveiller depuis longtemps. “Mais je pense qu’on a assez de reculs sur ces vaccins, je les connais”

Il est parfois relaté une bonne tolérance pour les enfants en bas âge. “Généralement, ils sont quand même mieux tolérés quand ils sont faits plus tôt”.

Majoritairement, les personnes adultes abordent leurs expériences de la vaccination avec les obligations vaccinales lors des voyages et en milieu professionnel. “Dans le cadre de voyage, c’est se préserver (…) c’est plus rassurant”. “Je travaille avec le métal (…) On m’a fait un rappel, mon carnet n’était plus à jour.” Ces obligations sont rarement remises en cause.

AVOIR CONFIANCE DANS LES RECOMMANDATIONS MÉDICALES

Au niveau des recommandations médicales, il existe une confiance, une innocuité. “Avec les recommandations, ils ne sont pas censés vouloir du mal à l’enfant plus que ça.”

Au-delà des recommandations, c’est l’avis du médecin qui compte. “Je fais confiance à mon médecin”. Et surtout, le médecin permet l’adaptation du calendrier vaccinal aux antécédents. “Prescrire au patient selon leur état, leur lieu de vie, les bonnes préventions.” Le médecin permet aussi de donner des informations sur les vaccins lors de la prescription ou réalisation de ces derniers. Ce qui est très apprécié. “Le médecin m’expliquait, à chaque fois qu’elle injectait une dose, elle m’expliquait contre quelle maladie c’était efficace et les moments des rappels”.

ÊTRE UN MOINDRE MAL

Dans les personnes qui sont certaines de l’intérêt des vaccins, certaines évoquent un rapport bénéfice risque, mais qui est en faveur de la vaccination. “La probabilité entre le taux de mortalité que peut causer la maladie et la probabilité qu’il y ait un problème avec le vaccin est hyper faible”. Plus précisément, ils entendent par risque la possibilité des vaccins à rendre malade, mais dans tous les cas c’est un moindre mal. “Ça serait mieux si les vaccins ne rendaient pas malade, mais c’est un moindre mal comparer à la maladie qui nous attend”

Il est objectivé un point de vue plus mitigé sur le recul de la vaccination. “Même si on trouvait un vaccin genre pour le SIDA, il y aura une phase d’expérimentation (…) après on sait tous les avantages, et tous les risques”.

AVOIR PEUR DES VACCINS

La réforme pousse plus de personnes à s’interroger sur la composition des vaccins. “Potentielle dangerosité des vaccins, ou les suspicions, pas forcément par rapport au médicament, mais par rapport aux produits (…) aluminium ou des choses comme ça”. Il existe un manque de confiance sur les nouveaux vaccins recommandés, souvent pris comme des vaccins nouvellement créés. “Je n’ai pas trop confiance aux nouveaux vaccins qui arrivent sur le marché, moins confiance que les anciens”

Ces “nouveaux” vaccins seraient responsables d’effets indésirables. “Il y a pas mal d’effets secondaires néfastes, et comme on ne les connaît pas toujours, surtout avec les vaccins récent (…) comme ils n’étaient pas obligatoires”. Plus précisément, les constituants seraient responsables d’autres pathologies, et ce risque augmente avec l’augmentation du nombre des vaccins. “Je ne veux pas qu’on mettre trop de truc dans le corps de mes gamins, je n’ai pas forcément envie qu’ils aient des maladies”.

Le nombre fait peur à de nombreux interviewés, ils ne savent pas comment ces onze vaccins sont réparties dans la vie de l’enfant. Ce sentiment était déjà présent avant. “Déjà quand tu me parles de toutes ces injections pour un bébé, c’est énorme.”. Les vaccins sont faits trop jeunes, car seraient trop fort pour l’âge. “Après, c’est peu chaud, on est fatigué, pour un enfant, ça fait rude physiquement”.

NE PAS SE FAIRE VACCINER

Une partie des interviewés ne s’est pas fait vacciner avant la réforme. Cette position est justifiée par le fait que ce sont des maladies dont l’incidence est faible. “Ensuite je n’ai jamais fait les autres vaccins non obligatoires (…) ce sont des maladies peu courantes, on n’est pas tous exposés de la même façon.” Certains ne se font pas vacciner du tout même pour les trois anciens obligatoires. “J’ai fait le choix de ne pas me faire vacciner, ainsi que mon enfant” Ou ils auraient préféré ne rien faire du tout. “J’ai fait faire les obligatoires à mes enfants (…) ça aurait été que de moi elle n’aurait pas eu un vaccin”.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

I. INTRODUCTION
II. MATERIEL ET METHODE
A. LE CHOIX DE LA METHODE QUALITATIVE
1. Le choix de l’analyse par “théorisation ancrée”
B. CONSTITUTION DES ECHANTILLONS
1. Population d’étude
2. Échantillonnage des patients
C. CHOIX DE LA TECHNIQUE DES ENTRETIENS SEMI DIRIGÉS
1. Choix de la technique des entretiens semi dirigés
2. Guide d’entretien
3. Déroulement des entretiens
D. L’ANALYSE DES RESULTATS
1. La retranscription
2. L’anonymisation des données
3. Le codage
4. L’analyse des données
E. DÉONTOLOGIE
1. Comité d’éthique
2. CIL
III. RESULTATS : L’ANALYSE DES ENTRETIENS
A. DESCRIPTION DE LA POPULATION
1. Données générales
2. Caractéristiques socio démographiques
B. MODÉLISATION
C. OPINION INITIALE
C1. LES VACCINS POUR SOI
1. Etre certain de l’interet
2. Avoir confiance dans les recommandations médicales
3. Être un moindre mal
4. Avoir peur des vaccins
5. Ne pas se faire vacciner
C2. OPINION SUR LES AUTRES ET LA SOCIÉTÉ
1. Etre certain de l’interet pour les autres
2. La réforme est objective
3. Être une aide aux professionnels de sante
4. Lutter contre la recrudescence de maladies
5. Incomprehension des “pro” vaccins
6. Un manque de connaissance de la population
7. Incomprehension des “anti” vaccins
8. La médecine est biaisée
9. Se méfier des décisions en sante publique
10. La réforme dérange
11. Un intérêt financier
12. Nier l’interet de la réforme
D. FACTEURS INFLUENÇANT
1. La communication avec les médecins
2. Les relations sociales et familiales
3. La croyance
4. Les expériences
5. Une contrainte logistique
6. La communication sur la réforme
7. Les médias
E. DECISION VIS A VIS DE LA RÉFORME
E1. CHOIX DÉTERMINÉ
1. Respect de la réforme
2. Solutions à l’encontre de la réforme
3. Ne plus avoir d’enfant après
4. Refus de toute vaccination
E2. INCERTAINS
1. Pourquoi pas, en chemin
E3. PROPOSITIONS
1. En parallèle : plus de pédagogie
2. En parallèle : plus de transparence
3. En parallele : plus de logistique
4. Avoir son mot à dire
5. Etaler les vaccins
6. Prévention à la place d’obligation
7. Rester comme avant
IV. DISCUSSION
A. VALIDITÉ
1. Forces
2. Limites
B. COMPARAISON AVEC LA LITTÉRATURE
1. Opinion
2. Facteurs
3. Choix
C. PERSPECTIVES
1. La pratique médicale au quotidien
2. Comprendre notre rôle au sein de cette réforme
3. Au niveau national
V. CONCLUSION
VI. BIBLIOGRAPHIE

Lire le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *