Mise en place d’une application webmapping de geolocalisation des points d’interet

La ville d’Antananarivo fait face actuellement à des problèmes d’extension et de développement urbain. La population dans la ville d’Antananarivo ne cesse de s’accroître à cause de l’exode rural. De plus, la ville d’Antananarivo reçoit d’innombrables visiteurs venant des pays étrangers. La ville s’étend vers les zones périphériques, les activités économiques sont florissantes, les commerces et les services se créent de jour en jour. En effet, les emplacements des équipements sociaux ou des infrastructures socio-économiques sont difficiles à trouver. Le problème d’orientation et de repérage se pose alors car le public ne connaisse plus la ville à travers ses lieux qui ont un intérêt. La Connaissance de son espace de vie dans les détails, s’avère donc essentielle.

Le système d’information géographique (SIG) pourrait contribuer à la résolution de ce problème à l’aide des outils d’information localisée et des outils de cartographies dont elle dispose. L’internet est aussi un véritable outil qui permet de diffuser et de communiquer des informations géographiques provenant de ce système. L’association entre le SIG et l’internet appelé le webmapping ou diffusion de cartes via le réseau internet, est un domaine en pleine expansion grâce au développement des solutions open source. Avant l’apparition du webmapping, la cartographie était réservée à quelques entreprises et instituts. Elle nécessitait du matériel et des logiciels extrêmement chers et complexes ainsi que des cartographes et des géomatiques compétant. A présent, générer, mettre en forme et mettre en ligne une carte sur internet est accessible et quasiment gratuite pour tous. A l’aide de cet outil SIG et Internet, il s’agira dans ce mémoire intitulé « Mise en place d’une application webmapping de géolocalisation des points d’intérêt de la ville d’Antananarivo » de construire et de mettre en ligne une carte interactive et dynamique de la ville d’Antananarivo. Cette application se veut être un outil d’aide, un guide pour tout citoyen qui souhaite visiter la ville d’Antananarivo et se déplacer sans difficultés.

CONTEXTE ET JUSTIFICATION

Contexte

La ville d’Antananarivo, située dans les hautes terres centrales de Madagascar, culmine à 1 300 m d’altitude. Elle est localisée entre 18°55’ de latitude sud et 47°32’ de longitude. Sa superficie est de 86,4 km2. Elle dispose d’un climat tropical caractérisé par des hivers frais et très secs et des étés doux et pluvieux. Administrativement, la ville est chef-lieu de la région Analamanga, du district d’Antananarivo-Renivohitra et de la commune urbaine d’Antananarivo. Etant la plus vaste et la plus importante en termes de densité de la population, la Commune urbaine d’Antananarivo est divisée en six arrondissements pour une meilleure administration de la ville. Antananarivo est le cœur de Madagascar, c’est la première ville et capitale du pays, Antananarivo est également son centre économique. Tana est une ville qu’il ne faut surtout pas manquer durant votre séjour tant elle possède un attrait touristique fabuleux, qui ne se découvre pas toujours aux premiers abords. Elle possède en effet un riche héritage historique dont certaines allées sont des témoins comme par exemple : l’avenue de l’indépendance, le palais de la reine à Manjakamiadana, etc.

La ville abrite pratiquement tous les jours de grandes rencontres régionales ou sous régional. Les patrimoines historiques favorisent la venue de nombreux visiteurs dans la ville. Pour ce faire, la ville dispose de nombreuses infrastructures hôtelières, d’hébergement et de restauration. En plus, Au plan sanitaire, la ville dispose de nombreuses infrastructures publiques et privées de santé. La ville d’Antananarivo dispose aussi de nombreux points d’intérêts. Et sur le plan éducatif, La ville d’Antananarivo compte de nombreuses universités (publiques et privées), de nombreuses grandes écoles et de nombreux lycées et collèges. C’est la raison pour laquelle les habitants dans les autres régions viennent à Antananarivo par diverses raisons.

Justification

Le taux de croissance de la population urbaine de 4,6% dépasse largement le taux national qui est de 2,9 % selon l ’INSTAT en 2014. Par conséquent et à ce rythme, l’effectif de la population devra doubler d’ici 15 à 20 ans. L’accroissement démographique à Madagascar est tel que les grandes villes risquent d’être surpeuplées d’ici quelques années. La forte concentration populaire dans les villes provient de la centralisation des nombreux secteurs d’activité qui entraine l’exode rurale. Le problème majeur qui justifie notre projet est la difficulté de trouver l’emplacement exacte des infrastructures urbaines surtout pour les visiteurs et pour les touristes .Il est difficile de connaitre la ville à cause des étroitement des bâtiments .Les avantages majeurs de la mise en place de ce projet permet de connaitre la position géographique des points d’intérêts et d’obtenir des informations concernant ces points d’intérêts .il est aussi possible grâce à ce projet de faciliter la navigation dans la ville et faire une recherche des points d’intérêts que l’on veut connaitre. Ce sont toutes ces raisons qui nous motivent à mettre en place notre solution surtout qu’actuellement aucune autre n’existe véritablement à Antananarivo. Les potentielles cibles utilisatrices (futur clients) du système sont tous les habitats de la ville d’Antananarivo ainsi des visiteurs venants des autres régions de la grande Ile ou même des étrangers.

PROBLEMATIQUE

La ville d’Antananarivo fait face actuellement à des problèmes d’extension et de développement urbain. La population s’accroit au fil des années, de nouveaux habitants s’y installent et la ville reçoit de nombreux visiteurs venus de divers horizons. Cette augmentation de la population entraine une forte augmentation de la demande en termes des équipements urbains. La connaissance de la ville à travers ses lieux qui ont un intérêt pour le grand public devient alors problème majeure qu’on doit résoudre avant de sortir. En effet il n’est pas rare de voir, les visiteurs et même les habitants demander l’emplacement d’un lieu. Il apparait donc une forte demande de géolocalisation de ces lieux d’intérêt. On peut dire alors que la connaissance du milieu dans lequel on vit permet de faire le choix pour un meilleur choix possible et permet de mieux s’orienter et facilite notre quotidien. On n’aura pas besoin de se renseigner auprès d’une personne ; de s’égarer au quotidien, ou de perdre son temps et même de gaspiller son carburant.

La connaissance du milieu qu’on doit visiter favorise le choix pour une meilleure destination et rassure le pouvoir de passer des moments agréables pour les visiteurs ou touristes. Rester chez soi, dans son bureau ou partout ailleurs et pouvoir localiser un restaurant, un hôtel, une administration afin de voir ce qu’on y offre comme service s’avère très intéressant. C’est à ces préoccupations que nous voulons apporter des réponses. La solution que nous mettons en place évite la perte du temps et le gaspillage des carburants parce que la connaissance de la ville permet de déplacer dans une plus courte duré en prenant le plus chemin possible. Cette solution permettra certainement à aider les habitants dans leurs déplacements dans la ville d’Antananarivo.

QUELQUES NOTIONS DE BASES

NOTION DE BASE DE DONNEES 

Définition

Une base de données est une collection de données organisées et reliées entre elles de telle sorte que l’on puisse accéder à une quelconque d’entre elles par l’intermédiaire d’un programme informatique. Les données doivent être exhaustives (la base contient toutes les informations requises pour le service que l’on en attend), non redondantes (la même information n’est présente qu’une seule fois). Une base de données est donc une entité logiquement cohérente, représentant des éléments abstraits ou concrets du monde réel et qui véhicule une certaine sémantique permettant sa gestion .

Système de gestion de base de données (SGBD)

Un système de gestion de base de données est un ensemble de programme qui permet la gestion et l’accès à une base de données.

Principes de fonctionnement
La gestion et l’accès à une base de données sont assurés par un ensemble de programmes qui constituent le Système de gestion de base de données (SGBD). Un SGBD doit permettre l’ajout, la modification et la recherche de données. Un système de gestion de bases de données héberge généralement plusieurs bases de données, qui sont destinées à des logiciels ou des thématiques différentes. Actuellement, la plupart des SGBD fonctionnent selon un mode client/serveur. Le serveur (sous-entendu la machine qui stocke les données) reçoit des requêtes de plusieurs clients et ceci de manière concurrente. Le serveur analyse la requête, la traite et retourne le résultat au client.

Objectifs
Des objectifs principaux ont été fixés aux SGBD dès l’origine de ceux-ci, et ce, afin de résoudre les problèmes causés par la démarche classique. Ces objectifs sont l’ indépendance physique (La façon dont les données sont définies doit être indépendante des structures de stockage utilisées), l’indépendance logique (Un même ensemble de données peut être vu différemment par des utilisateurs différents), l’accès aux données (L’accès aux données se fait par l’intermédiaire d’un Langage de Manipulation de Données ), l’administration centralisée des données(Toutes les données doivent être centralisées dans un réservoir unique commun à toutes les applications),le non-redondance des données(Afin d’éviter les problèmes lors des mises à jour, chaque donnée ne doit être présente qu’une seule fois dans la base), la sécurité des données (Les données doivent pouvoir être protégées contre les accès non autorisés.), Résistance aux pannes, le partage des données (Il s’agit de permettre à plusieurs utilisateurs d’accéder aux mêmes données au même moment de manière transparente), la Cohérence des données(Les données sont soumises à un certain nombre de contraintes d’intégrité qui définissent un état cohérent de la base) .

Niveaux de description des données

Pour atteindre certains de ces objectifs, trois niveaux de description des données ont été définis par la norme ANSI/SPARC.

Le niveau externe correspond à la perception de tout ou partie de la base par un groupe donné d’utilisateurs, indépendamment des autres. On appelle cette description le schéma externe ou vue. Il peut exister plusieurs schémas externes représentant différents vues sur la base de données avec des possibilités de recouvrement. Le niveau externe assure l’analyse et l’interprétation des requêtes en primitives de plus bas niveau et se charge également de convertir éventuellement les données brutes, issues de la réponse à la requête, dans un format souhaité par l’utilisateur.

Le niveau conceptuel décrit la structure de toutes les données de la base, leurs propriétés (i.e. les relations qui existent entre elles : leur sémantique inhérente), sans se soucier de l’implémentation physique ni de la façon dont chaque groupe de travail voudra s’en servir. Dans le cas des SGBD relationnels, il s’agit d’une vision tabulaire où la sémantique de l’information est exprimée en utilisant les concepts de relation, attributs et de contraintes d’intégrité. On appelle cette description le schéma conceptuel.

Le niveau interne ou physique s’appuie sur un système de gestion de fichiers pour définir la politique de stockage ainsi que le placement des données. Le niveau physique est donc responsable du choix de l’organisation physique des fichiers ainsi que de l’utilisation de telle ou telle méthode d’accès en fonction de la requête. On appelle cette description le schéma interne.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION
PARTIE 1 : GENERALITES
Chapitre 1 : PRESENTATION DU THEME
1.1 Contexte et justification
1.2 Problematique
1.3 Objectifs
1.4 Resultats attendus
Chapitre 2 : QUELQUES NOTIONS DE BASES
2.1 NOTION DE BASE DE DONNEES
2.2 NOTION DE SIG
2.3 NOTION DE WEBMAPPING
Partie 2 : MODELISATION DE L’APPLICATION
Chapitre 3 : ANALYSE ET FORMALISATIONS DES BEOINS
3.1 Identification des acteurs
3.2 Identification des cas d’utilisation
3.3 Diagramme des cas d’utilisation
3.4 Scénarii des principaux cas d’utilisation
3.5 Quelques digrammes de séquences
Chapitre 4 : ETUDE CONCEPTUELLE
4.1 Méthode utilisée pour la conception des bases de données
4.2 Mise en œuvre de la méthode choisie
Chapitre 5: ETUDE TECHNIQUE
5.1 Choix des logiciels
5.2 Langages utilisés
Partie 3 : MISE EN ŒUVRE DE LA PLATE FORME
Chapitre 6 : CREATION DE LA STRUCTURE DE LA BASE DE DONNEES ET CONFIGURATION DU SERVEUR CARTOGRAPHIQUE
6.1 Collecte des données
6.2 Installation et configuration de PostgreSQL et de sa cartouche spatiale PostGis
6.3 Création de la structure de la base de données
6.4 Configuration du serveur cartographique : geoserver
Chapitre 7 : LE DEVELOPPEMENT DE L’INTERFACE CARTOGRAPHIQUE WEB
7.1. Utilisation de l’API OpenLayers, Ext et GeoExt
7.2. Mise en place de l’application web de routage
Chapitre 8 : PRESENTATION DE L’APPLICATION
8.1 Présentation de l’interface cartographique
8.2 Présentation de l’interface des gestionnaires et des administrateurs
CONCLUSION
REFERENCES
WEBOGRAPHIE
ANNEXES

Lire le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *