Mise en oeuvre d’un programme de développement économique et social

Le plan de développement

Économique et Social 2017-2021 La Stratégie de Développement Durable et de Croissance Inclusive (SDDCI), a défini la vision du Niger à l’horizon 2035, avec comme ambition d’en faire « un pays uni, démocratique et moderne, paisible, prospère et fier de ses valeurs culturelles, sous-tendu par un développement durable, éthique, équitable et équilibré dans une Afrique unie et solidaire ». A ce titre, la SDDCI a été fondée sur une démarche prospective à long terme afin d’anticiper l’avenir et de déterminer le futur désiré pour le Niger. Dans cette perspective, l’objectif de développement à l’horizon 2035 est de « bâtir un pays moderne, démocratique et uni, bien gouverné et pacifique, ouvert au monde, ainsi qu’une économie émergente, fondée sur un partage équilibré des fruits du progrès Dans un tel contexte, seule une politique fondée sur une claire volonté de « rupture » permet de concrétiser la vision du Niger en 2035. Un tel scénario exige un changement de comportements et de mentalités, des réformes d’ampleur et nécessite la construction d’un consensus et l’élaboration de véritables « politiques d’État ».

Le PDES 2017-2021, constitue la première déclinaison quinquennale de la SDDCI Niger 2035 et est articulé autour des ambitions profondes du Programme de Renaissance Acte 2 dont il constitue le principal instrument de mise en oeuvre. Il s’appuie également sur la Déclaration de Politique Générale (DPG) du Premier Ministre dont il tire sa substance, ses principales orientations et axes stratégiques. Enfin, il intègre les orientations du Document d’Orientations Économiques (DOE), notamment le cadrage macroéconomique et les orientations sectorielles.

Dans cet esprit, le processus d’élaboration du PDES a été régi par une approche participative, par la recherche d’un consensus fort autour des grandes orientations, pour garantir l’appropriation nécessaire en associant notamment l’ensemble des acteurs (ministères sectoriels et institutions, PTF, Collectivités territoriales, secteur privé, Organisations de la Société Civile) à sa formulation afin de faciliter sa mise en oeuvre. Il a ainsi offert une nouvelle occasion de renforcer le dialogue, entre l’administration, les collectivités territoriales, la société civile, le secteur privé et les Partenaires au développement, sur les politiques et stratégies sectorielles qui seront menées.

Le dispositif institutionnel de mise en oeuvre et d’évaluation du PDES 2017-2021

Partant des enseignements tirés de la mise en oeuvre et du suivi-évaluation du PDES 2012-2015, le mécanisme de mise en oeuvre, de suivi-évaluation et de coordination du PDES 2017-2021 est bâti sur trois instruments distincts mais interdépendants. Il s’agit des dispositifs de mise en oeuvre, de suivi-évaluation et de Coordination qui seront tous les trois basés sur l’approche de gestion axée sur les résultats de développement. Nous nous contenterons dans ce travail de présenter le dispositif de suivi-évaluation qui est celui dans lequel s’intègre notre mandat.

Le dispositif de suivi-évaluation du PDES 2017-2021 a pour mandat d’impulser la mise en oeuvre du PDES et de fournir aux décideurs et aux parties prenantes, les informations utiles sur l’état d’avancement de la mise en oeuvre des programmes, les résultats enregistrés, les difficultés rencontrées, ainsi que les propositions de solutions pour améliorer la performance globale. Le dispositif fournit également des informations crédibles sur l’utilisation des ressources, la satisfaction des usagers du service public et l’amélioration des conditions de vie des citoyens, cible ultime du programme.

A cet effet, le dispositif de S&E du PDES 2017-2021 est structuré pour assurer cinq principales fonctions à savoir : (i) le suivi d’exécution des programmes ; (ii) le suivi des résultats ; (iii) les revues des dépenses publiques ; (iv) les évaluations de performance des politiques publiques et (v) les évaluations (à mi-parcours et finale) du PDES. En remplissant ces cinq fonctions, il fournit dans les délais requis les Rapports Annuels de Mise en OEuvre (RAMO). C’est d’ailleurs l’élaboration du RAMO 2018 qui a constitué l’une des principales activités de notre intervention au sein de la DGPP

Élaboration du rapport de mise en oeuvre du PDES 2018

Le rapport de mise en oeuvre du PDES (RAMO) est un document élaboré annuellement par la Direction Générale du Plan et de la Prospective. Ce document qui présente l’état d’évolution de la mise en oeuvre opérationnelle du PDES, est un des produits attendus du dispositif institutionnel de coordination et de suivi-évaluation mis en place par le Gouvernement du Niger (voir annexe).

Le canevas du rapport (voir annexe) prévoit que celui-ci présente d’abord le contexte de mis en oeuvre du PDES. Ensuite, les données collectées auprès des ministères et agences sectoriels ainsi que celles remontées par les pôles de coordination sectoriels permettent de présenter la situation des indicateurs de mesure des résultats. Enfin, le niveau des indicateurs est analysé au regard des cibles prévues et les possibles pistes d’améliorations de la mise en oeuvre opérationnelle sont suggérées.

Cette analyse du niveau des indicateurs est faite conformément au cadre de mesure des résultats, lui-même mis à jour périodiquement pour s’assurer que les indicateurs définis par les ministères sectoriels permettent bien de rendre compte de l’atteinte des objectifs du programme. Cette mise à jour du cadre de mesure des résultats à également constitué une de nos activités et sera exposée avec plus de détails dans les sections suivantes. Le lundi 21 Janvier 2019 s’est tenue, sous la présidence du Directeur Général, une réunion préparatoire au lancement des activités dans le cadre de l’élaboration du RAMO 2018. Il s’est agi à cette rencontre de valider les termes de références pour l’élaboration du rapport. En effet, le document portant termes de référence pour l’élaboration du RAMO a été antérieurement préparé par une équipe de la DGPP à laquelle nous avons été associés.

Cette réunion à permis de s’accorder sur les différentes activités à mettre en oeuvre dans le processus d’élaboration du rapport, d’en planifier la réalisation ainsi que de définir le chronogramme et le budget. Ainsi, il a été décidé que le processus d’élaboration du rapport s’étalerait prévisionnellement du 23 Janvier au 13 Mai 2019 et que son budget s’élèverait à environ 40 millions de FCFA soit environ 90 000 CAD. Sur le plan méthodologique, il a été convenu que les outils de la gestion axée sur les résultats soient utilisés pour disposer d’un rapport de qualité. Il s’agit notamment du cadre logique axé sur les résultats, du cadre de mesure de rendement et du plan d’actions du PDES. Les analyses seront effectuées, en priorité, à partir d’une liste minimale d’indicateurs. Cette liste sera basée sur la liste globale retenue dans le guide de suivi-évaluation du PDES, les engagements prioritaires du Gouvernement et la disponibilité de l’information statistique.

Participation à l’atelier de formation en évaluation de projets

Du 18 au 23 Février 2019, nous avons participé à un atelier de renforcement des capacités des cadres du Ministère du Plan en « Évaluation des projets par la Méthode des effets ». Cet atelier, dont le thème cadre parfaitement avec nos connaissances en évaluation de programmes et notre formation en économie (Ms.c Économie appliquée), a été animé par deux enseignants chercheurs dont l’expertise et la grande qualité ne font aucun doute. Il s’agit de Mr IBRO Abdou, Directeur général de l’Institut de Stratégie, d’Évaluation et de Prospective (ISEP) et de Mr MOHAMED BELLO Ibrahim, Maître Assistant à l’Université de Tahoua (Niger).

Le déroulement de cet atelier s’est prosaïquement articulé autour de deux étapes. Une première étape de présentation des grandes notions de l’évaluation de programmes, notions que nous avons trouvées familières puisque déjà acquises lors de notre formation à l’ÉNAP. La seconde étape a consisté à présenter le modèle d’évaluation économique sous-jacent à la méthode des effets. Selon Marc Chervel (1992), la « méthode des effets » consiste en une procédure d’analyse et de calcul économiques qui vise à mesurer l’intérêt d’un projet du point de vue d’un ensemble national ; dans le ou les calculs qui sont présentés, les « avantages » relatifs au projet sont rapprochés des « coûts ». La méthode des effets relève donc des méthodes dites « coûts-avantages ». Elle constitue une méthode alternative aux méthodes prix de référence couramment utilisée en évaluation de projets.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport gratuit propose le téléchargement des modèles gratuits de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

Introduction
Partie 1 : Description du mandat
1.1 Présentation du Ministère du Plan et de la Direction Générale du Plan et de la Prospective
1.1.1 La Stratégie de Développement Durable et de Croissance Inclusive Niger 2035..
1.1.2 Le Programme de Développement Économique et Social 2017-2021
1.1.3 Le dispositif institutionnel de mise en oeuvre et de suivi-évaluation
Partie 2 : Méthodologie de travail
2.1 Étape 1 : Étude de la situation et préparation de la collecte d’information
2.2 Étape 2 : Planification et coordination des activités à réaliser
2.3 Étape 3 : Analyse
Partie 3 : Activités réalisées dans le cadre du mandat
3.1 Élaboration du rapport de mise en oeuvre du PDES 2018
3.2 Participation à l’atelier de formation en évaluation de projets
3.3 Mise à jour du cadre de mesure des résultats
Partie 4 : Leçons apprises du stage
Partie 5 : Conclusion et recommandations
5.1 Conclusion
5.2 Recommandations
Bibliographie
Annexes

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *