Minimisation des risques relatifs a l’octroi de credits bancaires aux professionnels

Les entreprises locales jouent un rôle prépondérant dans le développement durable d’un pays, car en produisant des plus values et en favorisant la création d’emploi, elles contribuent à l’alimentation de l’activité économique. Néanmoins, toute entreprise quelque soit son activité peut être confrontée à des difficultés financières. Pour financer ses besoins, des emprunts auprès des institutions financières lui sont indispensables afin de s’investir ou tout simplement de couvrir les besoins de la trésorerie. Aussi, de plus en plus d’entreprises font appel aux banques pour le financement de leur développement. De ce fait, le banquier, dans sa relation avec l’entreprise est sollicité par cette dernière à lui avancer des fonds ou à lui prêter des capitaux.

Par ailleurs, divers sont les risques encourus par la banque au niveau de l’octroi des crédits ; à chaque crédit consenti correspond un risque. La maîtrise de ceux-ci fait l’objet de préoccupation de tout dispensateur de crédits. En effet, le banquier est disposé à prévoir ces risques à travers l’étude des demandes de concours en appréciant la capacité de remboursement et la solvabilité de l’emprunteur compte tenu de la conjoncture économique, et sociopolitique du pays. La maîtrise de risques en matière d’octroi de crédits, permettra de réaliser les meilleures performances de la banque par rapports à ses finalités. C’est dans ce cadre que nous nous sommes intéressés à la BNI MADAGASCAR afin de conforter notre analyse sur terrain. De ce fait, notre attention s’est focalisée sur les risques liés à l’octroi de crédits comme étant l’un des problèmes majeurs ressentis au niveau du dispensateur de crédit.

PRESENTATION DE L’ENTREPRISE

Historique et identification de la BNI MADAGASCAR 

Cette section va se focaliser sur les étapes parcourues par la présente banque depuis 1919, année lors de laquelle elle fut dénommée : « Crédit Foncier de Madagascar » ; jusqu’à présent où elle est devenue une des filiales du Groupe Crédit Agricole.

Historique

Le Comptoir National d’Escompte de Paris (CNEP) fût le premier établissement bancaire à s’implanter à Madagascar en 1888. C’est seulement en 1919, que l’actuelle BNI MADAGASCAR a été créée mais encore sous la dénomination sociale : « Crédit Foncier de Madagascar » ou (CFM). L’année 1925, elle acquit une nouvelle dénomination, d’où : « Crédit Foncier de Madagascar et de la Réunion » ou CFMR, puis affiliée à la « Banque Nationale pour le Commerce et de l’Industrie » ou (BNCI) en 1950. Elle est devenue en 1954 « Banque Nationale pour le Commerce et l’Industrie de l’Océan Indien » ou BNCI – OI qui était une banque de dépôts effectuant des opérations classiques de crédits à court terme et de l’octroi de crédits à moyen terme mais de façon encore limitée. En 1974, en plus de la fixation du siège social à Madagascar, la BNCI – OI change encore de nom et est devenue BCIM ou « Banque Commerciale et Industrielle de Madagascar » dont la Banque Nationale de Paris en est le principal actionnaire. En 1977, le système bancaire était restructuré et trois nouveaux établissements bancaires furent créés, issus de la fusion des différentes banques. La nationalisation de la BICM, la fusion de la BNI et de la BICM, la scission de la BNMD donnaient naissance à la Banque Nationale de l’Industrie (BNI). Le capital de la BNI a été détenu par l’Etat malgache et ses démembrements et sa mission consiste à promouvoir le développement de l’industrie et de l’artisanat dans la mise en œuvre d’une économie socialiste. En 1988, le groupe Crédit Lyonnais prend part dans le capital de la BNI après la libéralisation et la création de la loi régissant le secteur bancaire à Madagascar. En 1991, l’établissement financier est privatisé, et c’est le groupe Crédit Lyonnais qui détient la majorité des actions et ce, après avoir racheté les 51 % des parts de l’Etat Malagasy qui a apporté des participations de la BNI à la SONAPAR (Société Nationale de Participation) Depuis, sa dénomination sociale est devenue BNI – CLM «Banque Nationale de l’Industrie – Crédit Lyonnais de Madagascar». En octobre 2005, la part du Crédit Lyonnais est rachetée par le Crédit Agricole, et la BNI-CLM appartient au Groupe Crédit Agricole. Suite à ce rachat, la BNI CREDIT LYONNAIS MADAGASCAR a changé de nom et est devenu de nouveau BNI MADAGASCAR en Août 2006.

Identification

Détenant environ 23% du marché local, la BNI Madagascar figure parmi les quatre plus grandes banques de la grande Ile, entre autres la BFV-SG, la BOA et la BMOI. Etant une filiale du Groupe Crédit Agricole, elle est une Société Anonyme (SA) au capital de MGA 10.8 Milliards.

Elle est régie par les lois en vigueur sur le territoire malagasy :
– Numéro d’inscription sur la liste des Banques et Etablissements Financiers : 05/BA/1991
– Numéro d’identification fiscale : 105005081
– Numéro de Registre de Commerce : 2003B00864 .

Répartition des agences 

Banque de proximité, en voulant mieux satisfaire sa clientèle, la BNI pour être plus proche d’elle, a implanté des agences presque dans toute l’Ile d’où :

Les agences à Antananarivo : Agence centrale Analakely, Ampasampito, Analamahitsy, Antsakaviro, Andravoahangy Mahavoky, Antsahavola, Behoririka, Espace Zenith Ankorondrano, Galaxy Andraharo, Imerinafovoany, Tanjombato, 67 ha.

Les agences dans les provinces : Ambatondrazaka, Ambositra, Antalaha, Antsirabe, Antsiranana, Antsohihy, Fianarantsoa, Mahajanga, Manakara, Moramanga, Nosy Be, Sambava, Toamasina, Tolagnaro, Toliara .

GAB hors agences : Immeuble Mellis (Tsaralalàna), Immeuble Ministère des Finances (Antaninarenina), Mahamasina (proximité stade) .

Bureaux de change : Ivato Aéroport, Carlton Madagascar En tout, 27 agences dont 8 avec Western Union (Antsahavola, Imerinafovoany, 67 ha, Antsiranana, Mahajanga, Nosy Be, Toamasina, Toliara), 40 guichets automatiques de banque ainsi que 2 bureaux de change sont répartis dans la capitale et dans les provinces afin de mieux répondre aux besoins des clients.

Activités

L’activité d’intermédiation

Ce métier consiste à collecter des fonds, puis à les affecter dans des opérations de crédits en vue de dégager une marge d’intérêt ou d’intermédiation.

Collecte de fonds
Les ressources de la BNI Madagascar sont constituées par la collecte de fonds qui se présente sous différentes formes :

• sous forme de « dépôt » à savoir : les dépôts à vue, les dépôts à terme, les bons de caisse, les épargnes…. qui sont confiés à la banque par les particuliers ainsi que par diverses formes d’entités : entreprises, organismes, groupements, institutions…… ;
• sous forme d’« emprunt » tels que les bons de trésor émis par l’Etat pour une période relativement courte ;
• sous forme de « financement » constitué par de fonds confiés par des bailleurs à la banque et destinés spécialement à satisfaire les besoins d’un ou plusieurs secteurs d’activités.

Cette collecte de ressources impose à la BNI, comme toute autre banque l’obligation de restitution de fonds à l’échéance.

Octroi de crédits
Cette opération est née dans le but de subvenir aux besoins de financement de la clientèle. En effet, la banque met à la disposition d’un client une somme d’argent, moyennant intérêts et frais, pour une durée déterminée ou indéterminée et que le client doit rembourser. L’octroi de crédits est matérialisé par les différents types de financement accordés par la BNI-Madagascar et revêt trois formes :
•crédit par caisse
•mobilisation de créances commerciales
•crédits par signature .

Activité de marché

Le métier de marché recouvre les activités d’arbitrages et de trader. Il intéresse les instruments financiers comme ceux de taux d’intérêt, de change et les instruments sur actions. Cette activité consiste à céder l’instrument acheté sur le marché en vue de dégager une plus value si nous ne citons que le marché de devises par le biais du MID.

Prestations de services

Les prestations de services concernent les opérations faites pour le compte des clients et dont l’objectif est focalisé sur la perception des commissions. Pour ce, elles concernent d’une part, la gestion des moyens de paiement en faveur de la clientèle et d’autre part les produits et les services offerts par la banque.

Organisation

Comme toute entreprise, entre autres les banques, la BNI Madagascar a son propre organigramme qui représente les directions existantes. Mais dans cette deuxième section, nous allons nous intéresser notamment à la Direction des Contrôles Permanents et Risques (DCPR), direction auprès de laquelle nous avons mené notre étude.

Organigramme de la BNI Madagascar 

Il est composé de plusieurs Directions ayant leurs tâches et responsabilités respectives afin d’assurer le bon fonctionnement de la BNI Madagascar et de favoriser son développement.

Organigramme de la Direction des Contrôles Permanents et Risques 

La DCPR demeure parmi les directions les plus impliquées dans la gestion de l’octroi de crédits, son organisation se structure comme suit :
– Directeur des Contrôles Permanents et des Risques : chargé d’assurer la conduite générale de la direction DCPR vers l’atteinte de l’objectif.
– Directeur Adjoint en Charge du Risque Crédit : chargé de la politique générale au niveau de la gestion des risques de crédits.

➡︎ Analyse de crédits et surveillance des anomalies et revue des portefeuilles : responsable de l’analyse de l’aptitude de l’emprunteur à honorer son engagement et suivi de l’utilisation de crédit.
➡︎ Gestion des autorisations et des garanties : chargé de la vérification des garanties des emprunteurs, de la mise en place des autorisations .

– Contrôle Permanent : département ayant pour mission d’assurer le suivi des crédits accordés, le contrôle et vérification des procédures bancaires.
– Conformité et Sécurité Financière : responsable du suivi des fonds entrants et sortants pour la sécurité financière.
– Secrétariat : chargé de la réception des dossiers, de son enregistrement et sa mise en circulation.

Bref, avant de devenir telle qu’elle est aujourd’hui, la BNI-Madagascar a connu un long parcours ne serait ce qu’au niveau de sa dénomination au niveau des changements de ses actionnaires au fil des années. Actuellement, étant parmi les grandes banques existant à Madagascar ; la BNI est une société anonyme au capital de MGA 10.8 Milliards et est une filiale du Groupe Crédit Agricole qui y détient la majorité des parts. En outre, afin de faciliter sa relation avec la clientèle, elle dispose 27 agences équipées de 40 GAB et réparties presque dans toute la grande Ile.

Par ailleurs, une variété d’activités est opérée au sein de la BNI pour mieux répondre aux besoins des clients, entre autres l’activité d’intermédiation consistant à collecter des fonds et à les affecter dans des opérations de crédits moyennant intérêts et frais ; puis l’activité de marché opérant sur les instruments financiers en vue de dégager des plus values, et enfin la mise à la disposition de la clientèle d’une large gamme de produits et de services répondant à chaque type de besoins ressentis. Et comme toute autre banque, la BNI Madagascar possède sa propre organisation structurelle déterminant les attributions de chaque poste en vue d’une meilleure administration.

En somme, la BNI Madagascar depuis son existence a connu une forte croissance au fil du temps malgré l’âpreté de la concurrence ; et pour donner satisfaction à la clientèle, elle met à la disposition de tous une facilité d’accès à une large gamme de produits et services à moindre coût.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION GENERALE
PEREMIERE PARTIE : CONSIDERATIONS GENERALES
CHAPITRE I : PRESENTATION DE L’ENTREPRISE
Section 1 : Historique et identification de la BNI MADAGASCAR
Section 2 : Activités
Section 3 : Organisation
CHAPITRE II : ASPECTS THEORIQUES DE L’ETUDE
Section 1 : Théorie générale sur l’analyse financière
Section 2 : Pratique de l’analyse financière dans le cadre de l’octroi de crédits
DEUXIEME PARTIE: ANALYSE DE LA SITUATION EXISTANTE
CHAPITRE I : PROBLEMES RENCONTRES AU NIVEAU DEL’ANALYSE DES DOSSIERS DE CREDITS
Section 1 : Défaillances au niveau de la qualité des informations présentées
Section 2 : Allongement du délai de traitement des dossiers de demande de crédits
CHAPITRE II : PROBLEMES LIES A L’EMPRUNTEUR ET A L’ACTIVITE D’INTERMEDIATION
Section 1 : Risque de contrepartie
Section 2 : Risque de prix et de non liquidité de la banque
TROISIEME PARTIE : PROPOSITION DE SOLUTIONS
CHAPITRE I : SOLUTIONS AUX PROBLEMES RENCONTRES AU NIVEAU DE L’ANALYSE DES DOSSIERS DE CREDITS
Section 1 : Mesures au niveau des informations présentées
Section 2 : Maîtrise du niveau de volume des dossiers
CHAPITRE II : SOLUTIONS AUX PROBLEMES LIES A L’EMPRUNTEUR ET A L’ACTIVITE D’INTERMEDIATION
Section 1 : Mesures préventives aux risques de contrepartie
Section 2 : Mesures afférentes à la prévention des risques de prix et de non liquidité de la banque
CHAPITRE III : RECOMMANDATIONS ET RESULTATS ATTENDUS
Section 1 : Recommandations générales
Section 2 : Résultats attendus
CONCLUSION GENERALE

Lire le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *