Méthodologie de l’étude d’approvisionnement en eau potable

L’APPROVISIONNEMENT EN EAU POTABLE PAR GRAVITAIRE D’ANDRAMASINA

 RESULTATS D’ANALYSE PHYSICO – CHIMIQUE

 Résultats d’analyse de la borne fontaine BF 6

Interprétations des caractéristiques physico – chimique (BF 6)
Parmi les paramètres physiques suivants : turbidité, température, pH, conductivité et minéralisation, seule la turbidité de l’eau présente une valeur supérieure à la norme de potabilité de l’eau.
La turbidité 18 NTU de l’eau de BF6 est due à la présence des particules en suspension causées par la défaillance du bassin de filtration. Ces particules y sont transportées par les eaux de ruissellement venant de la montagne lors de la saison de pluie. Elles sont aussi dues au glissement
des terrains et de l’érosion. A tout ceci s’ajoute les activités humaines en amont qui utilisent des
produits phytosanitaires dans leur rizière et pour leur culture maraîchère et vivrière.
Une turbidité supérieure est un indice de contamination de l’eau. En effet, les micro organismes d’origine animale et végétale se fixent sur les particules en suspensions dans l’eau turbide et peut augmenter les risques de maladies gastro-intestinales évoquées par le médecin inspecteur durant notre enquête.
On peut dire que cette valeur élevée de la turbidité est en relation avec celle du lac Ambohimanjaka faute de traitement adéquat. Au vu du résultat d’analyse, l’eau de la borne fontaine est fortement chargée en matières organiques (3,8mg.L-1). Elles proviennent certainement des déjections des bétails qui se trouvent sur la berge, de la décomposition des feuilles mortes et des arbres qui poussent à côté de la zone de captage sur le lac Ambohimanjaka, et des déchets ménagers des habitants vivant au voisinage de la source.
Ces matières organiques sont à l’origine de la turbidité, de la couleur, d’odeur, et de saveur
fade de l’eau des bornes fontaines.

Interprétations des caractéristiques microbiologiques (BF 6)

– D’ après le résultat d’analyse faite à partir de l’eau de distribution, la présence des bactéries d’origine fécale est confirmée. Leur nombre dépasse largement la norme recommandée qui doit être nul.
– La prolifération des streptocoques fécaux et des ASR au niveau de la borne fontaine est liée à une contamination bactérienne certaine à la source comme on l’a déjà mentionné au paragraphe I.1 dans le chapitre 2.
– Le mauvais fonctionnement du bassin de filtration et le manque d’entretien du réservoir dans lesquels on trouve des algues vertes sur les parois, contribuent aussi à la présence des trois types de bactéries identifiés dans l’eau. L’absence de traitement par désinfection en est aussi une autre cause.
– La rupture répétée du tuyau d’amenée qui traverse la rivière Sisaony est aussi considérée comme une des importantes sources de pollutions bactériennes car les eaux de cette rivière contaminent sûrement ce tuyau.
– Comme les streptocoques sont connus comme agents pathogènes responsables de plusieurs infections plus ou moins sévères comme les infections intra abdominale, urinaires, la septicémie et les surinfections cutanées. On peut donc dire qu’elles sont à l’origine des maladies répétitives au niveau de la commune depuis l’année 2010.

Résultats d’analyse de la source Antsiperifery

Interprétations
Au vu du résultat d’analyse, l’eau de la source d’Antsiperifery est contaminée par du nitrite à une teneur de 0,3 mg.L-1 (norme : 0,1mg.L-1 max). La présence de nitrite est due aux intrants agricoles, les latrines utilisées par les habitants au voisinage de la source, défécation à l’air libre et la décomposition des organismes végétaux et animaux. Toutefois, elle est conforme en terme de qualité bactériologique.
RECOMMANDATIONS
Durant notre étude nous avons constaté beaucoup de problèmes dans l’ensemble du système d’Approvisionnement en Eau Potable Gravitaire (AEPG) de la ville d’Andramasina, c’est-à-dire au niveau de la source de captage jusqu’ aux bornes fontaines. Se basant sur les divers éléments de défaillances identifiés, des recommandations pour améliorer la situation au niveau des ouvrages et des autres éléments constituants de l’AEPG sont proposées dans les paragraphes suivants.
En gros, c’est le réseau tout entier qui doit être rénové.

Recommandations pour la protection de la source de captage

– La zone de la source est presque dénudée. Le reboisement est nécessaire en amont et aux alentours du lac d’Ambohimanjaka pour stopper l’érosion, la dégradation des berges et surtout pour éviter le dessèchement du lac ;
– Comme la source de captage ne possède pas de zone de protection, il faut délimiter et mettre en place les trois périmètres de protections régis par le Décret Interministériel N° 2003-940 du 09 septembre 2003 pour éviter les pollutions venant des activités humaines et de l’élevage ;
– La sensibilisation de la population sur les dangers de l’utilisation des produits phytosanitaires comme les engrais chimiques et les pesticides dans les rizières côtoyant l’eau du lac est indispensable pour qu’elle sache que ces produits contaminent dangereusement le lac ;
– Comme il existe déjà des habitants dans la partie Est du lac, des prescriptions en matière d’hygiène doivent être fournies notamment en ce qui concerne les latrines. Sur ce point, on leur conseille de les construire à 150 m loin du lac pour que les fosses ne polluent pas la nappe phréatique. Ils doivent être de types hygiéniques et de fosses non polluantes pour que les excrétas ne puissent pas s’infiltrer dans la nappe du lac. Ses dalles doivent suivre les prescriptions suivantes, être lisse mais non rugueuse et devrait être lavable. – Si possible, procéder au curage du lac pour améliorer la qualité de l’eau exploitée.

Recommandations pour les ouvrages de captage

– Comme le bassin de captage C1 possède une fuite, il est ouvert aux impuretés extérieures, d’où la couleur rouge de l’eau et la présence d’algues vertes sur ses parois. Il faut en conséquence obstruer la fissure et procéder à la désinfection. Il faut aussi y installer un trop plein, un système de vidange pour son entretien et un couvercle muni de cadenas
-Pour le captage C2, il est à ciel ouvert, donc il faut qu’il possède une chambre de captage en béton armé pour éviter les pollutions extérieures. Cette chambre doit aussi posséder:
• D’un tuyau de distribution ;
• Un trop plein en cas de débordement ;
• Une vidange ;
• Une marche à pied pour faciliter le nettoyage et ;
• Un couvercle muni de cadenas.
Remarque :
Pour C1 et C2, il est indispensable d’avoir un périmètre de protection immédiate.

Guide du mémoire de fin d’études avec la catégorie PROTECTION DES RESSOURCES EN EAUX

Étudiant en université, dans une école supérieur ou d’ingénieur, et que vous cherchez des ressources pédagogiques entièrement gratuites, il est jamais trop tard pour commencer à apprendre et consulter une liste des projets proposées cette année, vous trouverez ici des centaines de rapports pfe spécialement conçu pour vous aider à rédiger votre rapport de stage, vous prouvez les télécharger librement en divers formats (DOC, RAR, PDF).. Tout ce que vous devez faire est de télécharger le pfe et ouvrir le fichier PDF ou DOC. Ce rapport complet, pour aider les autres étudiants dans leurs propres travaux, est classé dans la catégorie PROBLEMES RELATIFS AUX TUYAUTERIES où vous pouvez trouver aussi quelques autres mémoires de fin d’études similaires.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport gratuit propose le téléchargement des modèles gratuits de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

REMERCIEMENTS
SOMMAIRE
LISTE DES ABREVIATIONS
LISTE DES FIGURES
LISTE DES TABLEAUX
LISTE DES ANNEXES
INTRODUCTION GENERALE
Partie I SYNTHESE BIBLIOGRAPHIQUE
Chapitre 1 : MONOGRAPHIE DE LA ZONE D’ETUDE
I. LOCALISATION ET SITUATION GEOGRAPHIQUE DU SITE
II. SITUATION DEMOGRAPHIQUE
III.CONTEXTE HYDROGRAPHIQUE D’ANDRAMASINA
IV. STRUCTURE GEOLOGIQUE
V. CLIMATOLOGIE
VI. DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE
VII. DEVELOPPEMENT SOCIAL
VIII. TRANSPORT ET COMMUNICATION
Chapitre 2 : GENERALITES SUR LES EAUX ET L’AEPG
I. CYCLE DE L’EAU
II. TYPES DE RESSOURCES EN EAUX
III. PROTECTION DES RESSOURCES EN EAUX
IV. GENERALITES SUR L’ADDUCTION D’EAU POTABLE GRAVITAIRE OU AEPG
Partie II DIAGNOSTIC DE L’APPROVISIONNEMENT EN EAU POTABLE PAR GRAVITAIRE
D’ANDRAMASINA ET DIVERSES RECOMMANDATIONS 
Chapitre 1 : METHODOLOGIE DE L’ETUDE D’APPROVISIONNEMENT EN EAU POTABLE
DANS LA COMMUNE D’ANDRAMASINA
I. ENQUETE AUPRES DE LA COMMUNE
II. VISITE DE LIEUX ET RECONNAISSANCE
III. DESCRIPTION GENERALE DU SYSTEME D’AEPG D’ANDRAMASINA
Chapitre 2 : DESCRIPTION DETAILLEE DES PROBLEMATIQUES DE L’AEPG 
I. LA SOURCE DE CAPTAGE
II. OUVRAGES DE l’AEPG
III. TUYAU DE RACCORDEMENT Y
IV. PETIT PONT ABIME
V. RIVIERE SISAONY
VI. RESERVOIR
VII. PROBLEMES RELATIFS AUX TUYAUTERIES
VIII. BORNES FONTAINES
IX. ENQUETE AUPRES DE LA POPULATION ET HOPITAL
X. PRELEVEMENT DES ECHANTILLONS D’EAU
XI. RESULTATS D’ANALYSE PHYSICO – CHIMIQUE
XII. RECOMMANDATIONS
CONCLUSION
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
WEBOGRAPHIES
ANNEXES

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.