Méthode chimique pour récupérer l’or dans les vielles pièces et les restes de limailles

Télécharger le fichier pdf d’un mémoire de fin d’études

Méthode en bijouterie pour affiner les restes de limailles

Mode opératoire:
 Eliminer les matières organiques en chauffant dans le récipient.
 Extraire le fer en passant l’aimant dans la poudre
 Fondre une part d’or avec deux parts de cuivre.
 Aplatir le lingot jusqu’à avoir l’épaisseur de 0,3 mm puis le trancher en section de 1cm.
 Mettre ces tranches de métal dans la solution d’acide nitrique aqueuse. Verser encore de l’acide nitrique ; si l’acide n’affecte plus la réaction est stable.
 Les rincer ensuite les essuyer.

Méthode chimique pour récupérer l’or dans les vielles pièces de bijou et reste de limailles

Mode opératoire:
 Dissoudre la pièce métallique, exemple : bague.
 La plonger dans la solution d’acide nitrique diluée (une partie acide nitrique pour quatre parties d’eau). Mettre l’ensemble au feu jusqu’à ce que le métal ne bouille plus.
 Placer la pièce insoluble dans l’acide nitrique concentrée (pour 450g du métal utilise 1,350 l de l’acide) ; la chauffer.
Dès que la dissolution n’a pas d’effet, la rincer trois fois.
 Mettre le résidu (pièce) dans l’eau régale diluée (une partie eau régale, cinq parties eau), puis chauffer pendant quelques temps. L’or dissout mais le platine et argent se trouvent encore.
 Prendre la solution résultante de la dissolution de l’or, en exemptant l’acide nitrique par le bain marie.
 Verser de sulfate ferreux égale à cinq fois le poids de l’or présent dans la solution. Puis chauffer cet ensemble sur un bain de sable. en effet, l’or se précipite.
 Rincer l’or à l’eau courante.
 Si l’or existe encore dans la solution, rajouter de sulfate ferreux puis chauffer. L’or se précipite. Remarques : Récupération des autres métaux précieux
 Argent : ajouter du chlore (Cl) dans la solution résultante de dissolution de l’acide nitrique. En effet, l’argent se précipite sous forme de chlorure d’argent. Puis verser de bicarbonate de soude à quantité égale que celui du chlorure ; l’argent métallique se solidifie.
 Pour le platine : rajouter du sel d’ammoniac (chlorure d’ammonium) concentré dans la solution résultante de l’eau régale ; il y a précipitation du chloroplatine d’ammonium sous forme de poudre d’un beau jaune d’or. Laisser précipiter ce poudre pendant 10 à 12 heures ; puis le brûler dans le porcelaine, enfin le fondre afin d’obtenir le platine métallique.

Matériels utilisés

Il s’effectue avec la pince coupante pour les fils gros, fins, et la chaîne ; la cisaille pour la plaque fine ; et bocfil. Ce dernier est une sorte de scie à archet, plus utilisé dans la réalisation de la parure. En effet par lui on peut travailler avec précision, en faisant la décoration à jour, la découpe de métal.
Souvent avant d’entreprendre le sciage de métaux, faire percer un petit trou, à l’aide d’un foret fixé sur la pièce à main, qui permet l’entrée de la lame de scie.

Brasure ou paillon

 La brasure ou paillon qui est confectionnée par les bijoutiers en amenuisant une feuille de métal très fine dans le laminoir, en la décapant, puis la rincer à l’eau courante.
 La morceler en petits morceaux à l’aide d’une cisaille. Ces petits morceaux s’appellent paillon ou brasure.

Préparation du métal

 Décaper les deux pièces à assembler. Les rincer.
 Dissoudre le borax (fondant) dans l’eau. Enduire le mélange au point d’assemblage. Le borax sert à dissoudre la couche d’oxyde métallique laissée sur une surface métallique propre et facilite la fusion du paillon.

Soudage

 Sur la brique à charbon de bois, chauffer les pièces à assembler à la même température par le chalumeau à gaz butane ; tenir les éléments à souder par la pince.
 A l’aide de brucelles placer le paillon sur la zone à souder puis chauffer toute la pièce jusqu’à ce que leur teinte devienne sombre.
 Concentrer la flamme sur la jointure à souder jusqu’à ce qu’elle soit rouge vif. En effet la brasure fond le long de la jonction.
 Ecarter le chalumeau, laisser refroidir la pièce. Puis décaper et rincer à l’eau courante. Remarque : Pour braser les pièces complexes (plusieurs éléments), appliquer plusieurs brasures dont la température de fusion soit distincte. Celle qui en a la plus élevée se passe au premier et ainsi de suite.

Montage

Son but est de constituer une pièce en assemblant les éléments entre eux. Autre que la soudure, il y a plusieurs types d’assemblage comme le rivetage, collage, vissage et articulation.

Rivetage :

Le rivetage est réalisé à assembler à froid les deux pièces. Il permet la fixation de divers éléments de façon inamovible.

Principe

 Prendre une tige traitée dont le diamètre correspond aux orifices.
 Enrober de borax à l’une des extrémités du fil.
 Le mettre au feu jusqu’à ce qu’elle soit fondue et rendue en boule.
 Placer la tige au travers de l’orifice des pièces à assembler, puis écraser les deux extrémités jusqu’à ce qu’elles soient plates.

Collage:

Les bijoutiers peuvent grouper les pièces par les colles. Les plus utilisées sont l’araldite et la super glue (colle spéciale).

Mode opératoire

– Prendre le papier émeri de 350-400, le diviser en 4, puis couvrir le cabrons par le ¼ du papier.
– Frotter toute la surface de la pièce avec l’émeri. Il est nécessaire de croiser les traits.
– Répéter cette méthode en utilisant le numéro 650-700.Pour finir, refaire cette démarche avec le 1000-1200.

Ponçage des coins des pièces et les surfaces internes

Pour l’émerisage aux coins et aux surfaces internes, on effectue au micromoteur.
Processus:
 Enrouler le papier à émeri 350-400 d’environ 10cm autour de la goupille (série d’outils) fixée sur le mandrin (pièce à main) du micromoteur.
 Passer le papier dans tous les coins et dans toutes les surfaces internes de la pièce en faisant le mouvement de rotation.
 Refaire cette opération avec les autres papiers de 650-700, enfin 1000-1200.

Serti clos ou serti rabattu : pour la pierre en cabochon

Processus :
 Vérifier que la pierre est adéquate à la monture. Sinon il faut l’ajuster à l’aide d’une échoppe.
 Ramollir le ciment à l’aide d’une lampe.
 Le mettre sur le support en bois.
 Enrober la pièce avec un peu d’huile et la fixer sur le ciment.
 Porter la pierre à cette monture à l’aide d’une bougie.
 Rabattre le métal avec la masse en un point, puis sur le point diamétralement opposé et ainsi de suite.

Préparation du modèle

Le modèle est un objet soit organique, soit en bois, soit métallique qui sert à l’imiter pour faire une pièce de la bijouterie. Le métal est le plus utilisé.

Matériels utilisés

– Modèle métallique que l’on veut imiter.
– Tige de coulée ou cône de coulée : pièce métallique en forme de tige vendue dans les bijouteries
– Papier émeri à grains 1200 microns.

Principe

 Frotter les surfaces planes de la pièce avec le papier émeri numéro 1200 seulement.
 La polir à l’ultrason, puis la rincer à l’eau courante.
 Souder la tige (tige qui assure l’insertion de cire à l’intérieure du moule) à la pièce modèle originale.

Réalisation du moule en caoutchouc

Le moule est un objet qui représente en creux la forme d’un objet que l’on veut reproduire.

Matériels

– Caoutchoucs.
– Cadre aluminium.
– Vulcanisateur.
– Plaque en acier.
– Modèle muni de la tige coulée.
– Bistouris servant à faire le démoulage.

Préparation du l’arbre

 Frotter la surface de la cire avec un chiffon imbibée de liquide spécial
 Poser le cylindre perforé (exemple : P5) sur l’embase en fermant l’arbre à l’intérieur.
 Mettre un ruban autour du cylindre pour éviter le débordement du revêtement .
Cylindre perforé Ruban Liquide pour polir les cires.

Préparation du revêtement

 Mettre la composition : plâtre, silice, produit réfractaire, eau à 20°C dans un bol à caoutchouc.
 Le remuer au mixeur jusqu’à ce qu’il soit homogène.
 Enlever l’air en plaçant le récipient sur la pompe à vide, puis le recouvrir de la cloche sous vide (verre cylindrique). Programmer la pression au 25 PSI pendant 3 mn.
 Dégager l’air en ouvrant le robinet.
 Verser le mélange sans toucher directement l’arbre dans le cylindre en une minute.
 Eliminer l’air en enveloppant le cylindre dans la cloche. Le placer à la pompe à vide avec la pression de 25 PSI en 3mn.
 Le maintenir en deux minutes.
 Evacuation de l’air en ouvrant le robinet.
 Le laisser reposer pendant 4 heures.

TECHNOLOGIE EN COURS : production numérique de la pièce en cire.

A l’instar de l’évolution rapide de la technologie, les métallurgies s’avancent progressivement. Par conséquent, toutes l’industries modernes façonnent les métaux par des machines à commande numérique. Elles créent le modèle géométrique de la pièce souhaitée à usiner par l’ordinateur en appliquant la conception assistée par l’ordinateur : C.A.O. Les employeurs donnent la commande à la machine à l’aide de F.A.O : fabrication assistée par l’ordinateur afin qu’elle l’accomplisse. D’où la P.A.O ou la production assistée par l’ordinateur.
En effet, toutes techniques utilisées aux travaux des métaux simples sont appliquées aussi aux métaux précieux.
Aujourd’hui certains techniciens inventent des machines qui peuvent produire de modèle en cire selon le choix .Elles s’appellent CAD /CAM, PROTOTYPE, SOLIDSCAPE en effectuant la tache par fraisage, jet de cire, thermo fraisage. Son fonctionnement se fait par commande numérique en utilisant un logiciel appelé JEWELCAD. Par elle, le moulage en cire, la sculpture de la cire n’existent pas. Il suffit de faire la conception à l’ordinateur puis lancer le programme et le modèle en cire sortira. Actuellement cette technologie existe à Madagascar.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

PREMIERE PARTIE : TECHNIQUE DE BASE
A. Introduction
B. Procédure de la technique de base
CHAPITRE I-TRAVAUX PREPARATOIRES
I.1. Elaboration du fiche
I.2. Préparation du matériel
I.2.1. Préparation de la pierre
a) Etude des propriétés spécifiques de la pierre
a-1. Généralité
a-2. Principe
b) Identification de la pierre
c) Classification de la pierre
I.2.2. Préparation du métal
a) Affinage du métal :
a-1 Méthode en bijouterie pour affiner les restes de limailles
a-2 Méthode chimique pour récupérer l’or dans les vielles pièces et les restes de limailles
I.3.Vérification du titre (finesse)
I.3.1. Définition
I.3.2. Matériels utilisés
I.3.3. Mode opératoire
I.4. Alliage
I.4.1. Définition
I.4.2. Types d’alliage utilisé en bijouterie
I.5. Préfilage du métal
I.5.1. But
I.5.2. Principe
I.6. Décapage
I.6.1. Définition
I.6.2. Principe
Chapitre II- TECHNIQUE DE BASE
II.1. Laminage
II.1.1.Définition
II.1.2. Cas de la plaque
II.1.3. Cas du fil
11Technique de transformation de l’or en bijou1x
II.2. Etirage
II.2.1. Définition
II.2.2. Matériels utilisés
II.2.3. Processus
II.3. Recuit
II.3.1. Définition
II.3.2. Principe
II.4. Découpage et ajustage
II.4.1. Découpage
a) Définition
b) Matériels utilisés
II.4.2. Ajustage
a) Définition
b) Matériels utilisés
II .5. Soudure et montage
II.5.1. Soudure
a) Définition
b) Matériels utilisés
c) Brasure ou paillon
d) Préparation du métal
e) Soudage
II.5.2. Montage
a) Rivetage
a-1 Définition
a-2 Principe
b) Collage
c) Vissage
c-1 Définition
c-2 Réalisation de l’écrou
c-3 Réalisation de la vis
d) Articulation
d-1 Définition
d-2 Articulation à fil
d-3 Articulation à l’anneau
d-4 Réalisation de l’anneau
II.6. Préfinition
II.6.1.Limage
II.6.2.Emerisage
a) Matériels utilisés
b) Mode opératoire
II.6.3. Ponçage des coins de les pièces et les surfaces internes
II.7. Sertissage
11Technique de transformation de l’or en bijou1x
II.7.1. Définition
II.7.2. Matériels utilisés
II.7.3. Serti clos ou serti rabattu : pour la pierre en cabochon
II.7.4. Serti à griffes
II.7.5. Serti à grains
II.8. Finition
II.8.1. Dégrossissage
II.8.2. Polissage
II.8.3. Avivage
DEUXIEME PARTIE : TECHNIQUE DE LA FONTE A CIRE PERDUE
A. Introduction
B. Généralités
Chapitre I- PIECE FABRIQUEE A PARTIR DE LA CIRE MOULEE
I. Généralité
I.1Principe
II. Processus de réalisation d’un bijou moulé
II.1Moulage en caoutchouc
II.1.1. Préparation du modèle
II.1.2. Matériels utilisés
II.1.3. Principe
II.1.4. Réalisation du moule en caoutchouc
a) Définition
b) Matériels
c) Mode opératoire
II.2. Tirage de modèle de cire
II.2.1.Definition
II.2.2.Procédure
II.3. Montage de la cire
II.3.1. Définition
II.3.2. Matériels
II.3.3 Processus
II.4. Enrobage de plâtre
II.4.1. Définition
II.4.2. Préparation du l’arbre
II.4.3. Préparation du revêtement
II.5. Cuisson
II.5.1. Définition
II.5.2. Mode opératoire
II.6. Fonte
II.6.1.Processus
II.6.2. Calcul de poids de métal nécessaire à la fonte
II.7. Coulée
II.7.1. Définition
II.7.2. Mode opératoire
II.8. Démoulage
II.8.1. Processus
II.9. Montage de la pièce métallique
II.10. Préfinition
II.11. Sertissage
II.12. Finition
Chapitre II .PIECE DE BIJOU FABRIQUE À PARTIR DE LA CIRE FACONNEE.
I. Généralité
II. Réalisation
II.1. Processus de réalisation d’un bijou
II.2. Outils utilisés
II.3. Façonnage de sculpture en cire
II.3.1.Traçage
a) Report de la mesure
b) Report de motifs
II.3.2. Sculpture
II.4. Montage a l’arbre
II.5. Enrobage de plâtre
II.6. Cuisson
II.7. Coulée
II.8. Soudure et montage
II.9. Préfinition
II.10. Sertissage
II.11. Finition
III. Modelage de la pièce en cire
III.1. Processus
IV.TECHNOLOGIE EN COURS : production numérique de la pièce en cire.
V. Problèmes des bijoutiers à Madagascar
V.1. Approvisionnement
V.2. Equipements
V.3. Technique
V.4. Autres
VI. Leurs stratégies face aux difficultés
VII. Marché
VIII. Solutions proposées
CONCLUSION
BIBLIOGRAPHIES

Télécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *