Mémoire d’études utilisation de l’habitat dans une forêt humide

Mémoire d’études approfondies, option paléontologie et évolution biologique spécialité : primatologie

Facteurs abiotiques

a-Climatologie

Le climat de la région d’Alaotra-Mangoro est de type tropical, tempéré et venteux par altitude. La forêt de Maromizaha est un corridor forestier adjacent de la Réserve Spéciale d’Analamazaotra. Il s’ensuit que les données climatiques utilisées et disponibles sont celles qui étaient enregistrées par le Service de la Météorologie avant la fermeture de la station d’Analamazaotra depuis les trois dernières décennies (1961-1990). La température moyenne et celle des précipitations varient considérablement pendant toute l’année avec des précipitations et une température moyenne annuelle de 149.12mm et 18.37°C. Novembre à Mars correspondent à une saison chaude et pluvieuse surtout au mois de Janvier et Février, Avril à Octobre représentent la saison sèche mais avec des pluies fines, fréquentes surtout au mois de Juin-Juillet et Août.

b-Hydrographie

La forêt de Maromizaha est alors caractérisée par l’abondance de cours d’eaux.A l’Est, il y a la rivière d’Ambodipaiso dénommée encore la rivière d’Ambatoharanana qui circule au centre de la forêt et se déverse au Nord de la rivière d’Anevoka. Ainsi, la rivière d’Amalonabe se déverse aussi vers le Nord-Est de celle-ci (RASOLONDRAIBE, 2007 ;GERP, 2008). A l’Ouest, la rivière d’Ankazomirahavavy circule dans les vallées avant de sejeter à Analamazaotra (RAMANAHADRAY, 2009).

c-Géologie et pédologie

A Maromizaha, les sols humifères sur roche métamorphique sont de type gneiss à graphite. Les sols ferralitiques de couleur jaune orangé à rouge sont caractéristiques du milieu tropical humide sous couvert forestier. Sous la forêt naturelle, le sol a un profil doté d’un horizon humifère plus ou moins épais, lui conférant une texture sableuse et une condition favorable à l’infiltration. Le sol a un pH acide (≤5 et presque constant).

d-Relief

La zone de Maromizaha est caractérisée par un relief accidenté, des versants pentus (40%), un enchaînement de collines séparé par des vallées assez étroites et de bas fonds assez larges. L’altitude varie de 896m à 1213m.

Facteurs biotiques

La forêt de Maromizaha présente une diversité biologique spécifique en flore et en faune. Elle est très importante du point de vue endémisme régional et patrimoine biologique, car cette forêt constitue un couloir reliant la grande forêt de Vohidrazana au Sud Est et la Réserve Spéciale d’Analamazaotra au Nord-Ouest. Elle assure aussi un pont biologique pour le brassage génétique de la biocénose entre Ankeniheny et Zahamena(RANDRIANAMBININA et coll., 2006 ; GERP, 2008).

Caractéristiques de la forêt

Selon RAMANAHADRAY en 2009, l’étude ethnobotanique effectuée a montré qu’elle est hétérogène par la présence de diverses couvertures végétales de la série à Tambourissa et à Weinmannia telles que les buissons, les arbustes, les arbres, les épiphytes et les lianes. Les familles les mieux représentées sont les RUBIACEAE, les EUPHORBIACEAE, lesLAURACEAE, les MALVACEAE, les CLUSIACEAE, les ASTERACEAE, les MORACEAE, les SALICACEAE, les MYRSINACEAE et les ARECACEAE.

Ainsi, cette forêt présente trois types de formations forestières bien distinctes :
– une forêt primaire caractérisée par une couverture végétale pluristratifiée, un feuillage permanent et des plantes toujours surchargées d’épiphytes (mousses, lichens, orchidées).
– une forêt secondaire caractérisée par plusieurs formations. En effet, la couverture végétale plus ou moins anthropisée est installée à partir d’exploitations abusives de la forêt par prélèvement des bois. Elle est caractérisée aussi par des espèces pionnières à croissance rapide (Harungana madagascariensis, Psiadia altissima,Croton mongue et Trema orientalis).
– une forêt artificielle caractérisée par les plantes autochtones (GERP, 2009) telles que les Croton, les Ocotea, les Uapaca, les Rheedia, les Weinmannia, etc.
Bref, la composition floristique de la forêt pluviale de Maromizaha, suivant l’analyse des structures verticales a montré qu’elle présente une formation végétale pluristratifiée.

Diversité faunistique

La liste citée ci-dessous est encore non exhaustive du fait que l’inventaire des différentes espèces n’est pas encore achevé. Cependant, la forêt de Maromizaha présente une diversité faunistique importante.
Herpétofaune Selon GERP en 2008 et RAMANAHADRAY en 2009, la forêt de Maromizaha héberge 59 espèces herpétofauniques dont 34 sont des Amphibiens et 25 des Reptiles.
Les données obtenues à partir des études effectuées par MARQUART en 2005, ont montré que 05 espèces d’Insectivores, 03 espèces de Chéiroptères et 07 espèces de Rongeurs ont été recensées dans la forêt de Maromizaha. Ces résultats sont confirmés aussi par MANESIMANANA en 2007.
WOOG en 2005 a relevé 82 espèces d’oiseaux dans la forêt de Maromizaha. Cette information est confirmée par RASOLONDRAIBE en 2007. Parmi ces espèces d’oiseaux recensés, 96% sont endémiques à Madagascar (MORRIS et coll., 1998). Lémurofaune.
D’après les études effectuées dans la forêt de Maromizaha (RANDRIANAMBININA et coll.,2006; GERP, 2008), elle abrite 12 espèces de lémuriens, dont 04 sont diurnes, 06 nocturnes et 02 sont cathémérales. (cf. annexe). Selon les informations obtenues auprès des personnes ressources, la forêt de Maromizaha présente aussi une importante diversité concernant les invertébrés et les poissons. Bref, la forêt dense humide de Maromizaha offre des paysages attirants du point de vue flore et faune.

Guide du mémoire de fin d’études avec la catégorie primatologie

Étudiant en université, dans une école supérieur ou d’ingénieur, et que vous cherchez des ressources pédagogiques entièrement gratuites, il est jamais trop tard pour commencer à apprendre et consulter une liste des projets proposées cette année, vous trouverez ici des centaines de rapports pfe spécialement conçu pour vous aider à rédiger votre rapport de stage, vous prouvez les télécharger librement en divers formats (DOC, RAR, PDF).. Tout ce que vous devez faire est de télécharger le pfe et ouvrir le fichier PDF ou DOC. Ce rapport complet, pour aider les autres étudiants dans leurs propres travaux, est classé dans la catégorie l’homme et ses activités où vous pouvez trouver aussi quelques autres mémoires de fin d’études similaires.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport gratuit propose le téléchargement des modèles gratuits de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Mots clés : Support, Indri indri, activités, structure forestière, habitat.

Table des matières

Résumé
Abstract
Liste des figures
Liste des tableaux
Liste des cartes
Liste des annexes
Liste des abréviations et des acronymes
INTRODUCTION
I. PRESENTATION DU MILIEU D’ETUDE
I.1. Localisation de la zone d’étude
I.2. Facteurs abiotiques
I.3 Facteurs biotiques
I.4. L’homme et ses activités
II. MATERIELS ET METHODES
II.1. MATERIELS
a- Matériels utilisés sur le terrain
b- Matériel biologique
II.2. METHODE
a- Période d’observation
b- Choix et reconnaissance des groupes
c- Relevé des données comportementales
e- Détermination des niveaux et nature des supports utilisés
f- Analyse floristique
g- Analyse des données
III. RESULTATS ET INTERPRETATIONS
III.1 Pourcentage et durée moyenne des activités
III.2 Diamètres des supports utilisés selon l’activité
III.3. Hauteur des supports utilisés par Indri indri pour chaque activité
III.4 Angles des supports utilisés Indri indri selon l’activité
III.5. Corrélation entre la hauteur et les angles des supports en fonction de l’activité adoptée par l’animal
III.6. Nombre de sauts effectués à chaque déplacement
III.9. Analyse floristique
a- Densité et taux de régénération naturelle
b- Les DHP des arbres dans les zones fréquentées par Indri indri
c- Moyenne des hauteurs totales et des hauteurs des fûts des arbres fréquentés par Indri indri
DISCUSSION
I. Durée moyenne des activités
II. Diamètres utilisés par indri selon l’activité
III. Moyenne des hauteurs des supports utilisés par Indri indri pour chaque activité
IV. Angles des supports utilisés
V. Distance moyenne et nombre des sauts de Indri indri
VI. Analyse floristique
VII. Les différentes postures
a- Posture d’alimentation
b- Posture au repos
c- Posture de déplacement
VIII. Localisation spatiale du territoire des groupes de Indri indri suivis
CONCLUSION
RECOMMANDATIONS
BIBLIOGRAPHIE
ANNEXES

Télécharger le rapport completRapport PFE, mémoire et thèse PDF

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *