Marché actuel des aliments de bétail

Marché actuel des aliments de bétail

Les aliments industriels

Le tourteau de coton et les issues de blé sont les deux principaux types d’aliments industriels commercialisés sur le marché des aliments de bétail au Mali. Néanmoins, l’année 2008 a connu l’installation des unités de production d’aliment complet pour ruminant dont l’usine Bunafama des Grands Moulins du Mali (GMM) à Koulikoro, celle de l’Huilerie Ba Mariama (HBM) à Ségou, Esop-Soja à Bougouni et Ouéléssébougou, etc.. Mais la plupart de ces produits sont encore dans leur phase d’essai (cf. infra).

 Le tourteau de coton

Principal produit commercialisé sur le marché, le tourteau de coton est le sous- produit d’extraction des huileries cotonnières. Il est présenté sous diverses formes, conséquence de la diversité de technologies d’extraction d’huile au Mali. Trois présentations types s’offrent sur le marché:
¾ le premier produit, le tourteau pellé est issu, selon les techniciens, d’un processus industriel complexe incluant le délintage de la graine de coton, de son concassage puis de l’extraction de l’huile à partir des amandes. Selon les industriels enquêtés, seule l’usine Koulikoro de l’Huilerie Cotonnière du Mali (Huicoma) utilise ce procédé pour le traitement de la graine. Ce qui lui permet d’atteindre des rendements meilleurs en extraction physique d’huile (12%) et de générer un sous-produit ayant une teneur minimale en matière grasse (environ 1% d’huile selon le responsable d’unité). Il est présenté en pelote et commercialisé sous la dénomination de Tourteau de coton HuicomaND (Photo1.a).
¾ le deuxième type regroupe les sous-produits ayant subi l’élimination d’une fraction de coques. Ils sont le fait d’une technique d’extraction dont la coque de la graine de coton est utilisée comme combustible pour faire fonctionner la chaudière. Les unités Huicoma de Koutiala et de Kita et celles de 5 : Le terme d’aliment utilisé dans la suite du document regroupe l’ensemble des concentrés pour le bétail. Il comprend à la fois, les sous produits agro-industriels à l’état et les aliments complets incorporant ces derniers. Des précisions seront apportées lorsqu’il s’agit de différentier les aliments simples des aliments composés.
la Fabrique Malienne d’Aliments du Bétail (FAMAB) en sont détentrices. Mais le produit qui en résulte diffère selon ces deux unités car la technique d’extraction d’huile est encore à différencier : « Huicoma fait de l’extraction au solvant alors que FAMAB les procédés de trituration à froid et à chaud. La plupart des petites presses font de l’extraction à froid ». Les aliments produits au niveau de ces unités sont destinés essentiellement aux ruminants de part leur teneur6 élevée en fibres. Ils sont présentés en « pelote ». Huicoma commercialise dans cette catégorie, l’Aliment Bétail Huicoma (ABHND) qui, selon le responsable de l’unité, a une composition pondérale de 40% en farine oléagineuse et 60% en coque. Pour l’aliment Vache laitièreND de FAMAB, le chef d’unité évoque une teneur de moins de 50% en coque (Photo 1.b).
¾ les aliments présentés en « plaquette » constituent le troisième type de sous-produit rencontré. Ils proviennent des petites presses qui procèdent au pressage de la graine entière, sans aucun procédé de séparation des coques. Le produit brut d’extraction est mis sur le marché avec une teneur relativement élevée en matière grasse et en fibres. La technologie appliquée dans ces unités utilise une chaudière fonctionnant avec le charbon de bois ou autre combustible que la coque. Ces produits se rencontrent sur le marché sous la dénomination de Vache LaitièreND ou Aliment BétailND ou encore, pour la plupart, sans dénomination aucune permettant de les identifier (Photo 1.c).
La graine entière est aussi utilisée pour alimenter le bétail au Mali. Mais elle ne fait l’objet de réelles transactions commerciales. Cette pratique reste le fait de quelques paysans, producteurs de coton.
Photo 1 : les différents types de sous-produits cotonniers disponibles sur le marché. Auteur: AMOUSSOU a b c
6 : Les valeurs données pour les compositions des aliments ici, sont celles communiquées par les responsables des unités. Aucune analyse de notre part n’est faite pour vérifier ces chiffres, encore que la qualité varie avec les productions et jusque là, il n’y a pas de contrôle officiel sur le marché des aliments de bétail au Mali.

 Les issues du blé

Ce sont l’ensemble des sous-produits commercialisés par les minoteries installées au Mali pour transformer du blé. Les produits offerts sont les granulés de son de bléND (Photo2.a) constitués par le mélange de son grossier et de son fin, le remoulageND (Photo2.b) commercialisé pour l’alimentation de volailles et le son de blé à l’état (Photo2.c), composé d’un mélange de son grossier, de son fin et du remoulage.

Les aliments composés

Les aliments composés qui transitent sur le marché des aliments de bétail au Mali sont exclusivement pour les ruminants. Les aliments pour volaille sont fabriqués, la plupart du temps, par les éleveurs eux-mêmes. Les petites provenderies observées çà et là servent simplement au broyage des matières premières.
Actuellement, la branche des aliments composés offre sur le marché, une gamme complète pour les ruminants avec une dominance des aliments pour bovin. En effet, Bunafama produit pour les bovins, l’aliment vache laitière intensiveND, l’aliment embouche intensiveND et l’aliment entretienND et pour les petits ruminants, l’aliment ovin/caprin intensifND. HBM produit également trois types d’aliment composés à savoir l’aliment embouche, l’aliment vache laitièreND et l’aliment petits ruminantsND. Tous ces aliments sont présentés en granulé. Les potentiels affichés par ces producteurs sont de 100 000 tonnes d’aliment complet par an pour Bunafama et 17 000 pour l’HBM. Une autre structure qui œuvre à Bougouni et Ouéléssébougou produit de l’aliment composé pour ruminants à base de soja et d’issues de céréales.
Il faut également signaler l’installation en cours d’autres unités telles que la Société Africaine de Nutrition Animale (SANA. SA) à Fana dont la capacité est estimée à 100 000 tonnes d’aliment du bétail.

 La mélasse

La mélasse, un sous-produit agro-industriel utilisable en alimentation du bétail est produite localement. Pour ce qui est de la part disponible pour l’alimentation animale, elle est utilisée principalement par les industries d’aliment composé récemment installées qui l’incorporent comme intrants de production. La mélasse n’est pas accessible à tous les acteurs de filière, notamment aux éleveurs car elle est en grande partie utilisée pour la production d’éthanol au niveau de la société sucrière.

 Les aliments artisanaux

Ils sont constitués d’issues de céréales provenant de la transformation des produits agricoles. Ils comprennent les sons de riz et de céréales sèches.

 Les issues de riz L’usinage du riz paddy génère les balles, les brisures et les sons7 de riz.

Ce dernier est le sous-produit valorisé en alimentation animale. Au Mali, Il se rencontre dans les zones rizicoles, notamment en zone de l’Office du Niger (Niono) où il est destiné aux animaux de trait et quelques vaches. Le son de riz est diffusé en dehors de zones rizicoles et est utilisé par les exploitations laitières et d’embouche. La teneur en silice est le principal facteur qui détermine la qualité du sous-produit ; ceci étant fonction de la technologie d’usinage. En effet, deux types de décortiqueuses de riz sont rencontrés sur le terrain. « Les grandes décortiqueuses », les moins nombreuses dans les zones de production permettent la séparation des balles (partie riche en silice) des sons. Les issues générées dans ce cas sont de meilleure qualité. Par contre, pour les « petites décortiqueuses », les plus fréquentes et facilement mobilisables pour des travaux à domicile, le sous-produit est un mélange de balles, des brisures et des sons. Pour l’utiliser en alimentation animale, il est impératif de procéder à une seconde transformation qui ne permet généralement pas l’élimination de toute la silice. Ce produit est moins apprécié des éleveurs. 7 : A Niono, une seule des décortiqueuses visitée réalise la séparation de le farine basse du son. Nous désignons par « son de riz », le mélange « son vrai » et « farine basse ».
La place accordée aux issues dépend l’importance des activités d’élevage des paysans ; la plupart disposant au moins de quelques têtes (Pradere, 2007). Ainsi, les agro éleveurs décortiquent leur paddy dans les grandes unités afin de récupérer les issues pour le bétail alors que ceux ne possédant que quelques animaux les cèdent au niveau des décortiqueuses pour couvrir les frais d’usinage.

Les sons de céréales sèches

Les sons de céréales sèches proviennent de la consommation des ménages aussi bien en ville que dans les campagnes de même que des activités des décortiqueuses de céréales sèches. L’importance relative de ces issues selon les zones est directement tributaire des activités agricoles et des habitudes alimentaires des populations. Le son de maïs par exemple est plus rencontré dans la région de Sikasso. Néanmoins, les principales issues de céréales sèches disponibles sont les sons de mil, de sorgho et de maïs. « Les éleveurs disent apprécier les sons des ménages car ils permettent d’obtenir de bons résultats en production laitière ». Les issues des ménages sont dominées par le son de mil alors que les meuniers produisent plus du son grossier de maïs.

 Les acteurs

De la production à l’utilisation finale des aliments, divers acteurs interviennent pour la coordination de la filière, ceci à divers niveaux de la chaine. On y retrouve les producteurs d’aliments, les intermédiaires de la chaine et les utilisateurs finaux.

Les producteurs d’aliment de bétail au Mali

Au Mali, l’aliment de bétail est un poste secondaire pour les industriels qui en proposent sur le marché. Le tourteau de coton provient des huileries cotonnières de la place. Il s’agit principalement de Huicoma et FAMAB qui sont les principaux producteurs. Ensuite viennent quatorze autres pressoirs qui commercialisent les sous-produits d’extraction (cf. liste des huileries fonctionnelles au Mali en annexe 4).
Dans la branche des issues de blé, le producteur historique est les GMM à Koulikoro avant l’arrivée sur le marché, il y a moins d’une année, des MMM à Ségou.
Les ménages constituent également un type d’acteur pourvoyeur d’aliment du bétail car dans chaque famille, les activés de ménages génèrent des issues même si souvent, l’utilisation première est l’alimentation du troupeau familial. En dehors des ménages, une partie importante de l’offre en issues de céréales sèches provient également des décortiqueuses. L’offre en issues de riz est faite par les paysans à travers les décortiqueuses artisanales des zones rizicoles.

Les intermédiaires de la filière

Ces acteurs interviennent pour assurer le transfert du produit depuis la production jusqu’au stade final d’utilisation. Ils comprennent les commerçants de tourteau et de son (grossistes, détaillants et exportateurs), les collecteurs et groupeurs de son traditionnel (femmes collectrices, ventileuses, enfants, et parfois des familles entières) et les cadres qui accompagnent la filière.

Les utilisateurs finaux d’aliment de bétail

La complémentation des animaux, surtout les ruminants est une pratique qui s’est généralisée à tous les systèmes d’élevage décrits au Mali même si la place accordée à l’utilisation des aliments de commerce dans la gestion du troupeau varie d’une unité à l’autre et est fonction du pouvoir d’achat de l’éleveur. Cette pratique tire son essence, selon les spécialistes, de la prospérité qu’avait connue le Mali en matière de production cotonnière. Avec la crise cotonnière actuelle, le tourteau a pris de la valeur. « Le tourteau n’est plus un sous-produit pour les huileries, mais un produit à part entière ». Selon les acteurs, les utilisations actuelles du tourteau se font principalement au niveau des unités d’embouche notamment périurbaines, sur la période restreinte d’engraissement intensif (45 à 90 jours), juste avant la mise du bétail sur le marché. Ensuite, viennent les élevages laitiers modernes qui utilisent des concentrés à base du son de céréales et du tourteau de coton. Les agro-éleveurs, les éleveurs extensifs périurbains et les commerçants de bétail alimentent leurs animaux avec du son traditionnel de céréales. Pour ces derniers, les demandes en aliment industriel s’observent généralement pendant les périodes de soudure pour en quelque sorte « sauver » les animaux faibles et les laitières.
Les fabricants d’aliment de volailles et les ventes à l’étranger représentent également une destination non négligeable pour les aliments de bétail au Mali.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

Introduction
Chapitre 1er : Contexte et présentation de l’étude
1- L’alimentation animale et le marché mondial
1.1- Les matières premières agricoles et leurs utilisations en alimentation animale
1.2- Situation actuelle de l’utilisation des matières premières agricoles dans l’alimentation animale dans le monde
1.2.1- Point sur l’utilisation des céréales
1.2.2- Point sur l’utilisation des oléagineux
1.2.3. Volatilité des prix : tensions sur les marchés mondiaux
2- Le Mali dans le contexte de la mondialisation
2.1- Le monde rural malien: les filières clés dans l’alimentation du bétail
2.1.1- Le secteur agricole au Mali
2.1.1.1- Les céréales
2.1.1.2- Le coton
2.1.1.3- la canne à sucre
2.2.2- L’élevage dans le contexte agricole malien
2.2.2.1- Le cheptel national
2.2.2.2- Les systèmes d’élevage
3- Objet de l’étude
4- Présentation de l’étude
4.1- Le projet ATP-ICARE
4.2- Problématique et question de recherche
4.3- Objectifs poursuivis
4.4- Méthodologie
4.4.1- Terrain de l’étude
4.4.2- Démarche sur le terrain
4.4.2.1- Collecte des données
4.4.2.2- L’enquête proprement dite
Chapitre 2ème : Les éléments structurants de la filière
5-Les produits
5.1-Les aliments industriels
5.1.1- Le tourteau de coton
5.1.2- Les issues du blé
5.1.3- Les aliments composés
5.1.4- La mélasse
5.2- Les aliments artisanaux
5.2.1- Les issues de riz
5.2.2- Les sons de céréales sèches
6- Les acteurs et leur rôle dans la chaine de valeur
6.1- Les acteurs
6.1.1- Les producteurs d’aliment de bétail au Mali
6.1.2- Les intermédiaires de la filière
6.1.3- Les utilisateurs finaux d’aliment de bétail
6.2- Schémas des différentes sous-filières
6.2.1- La distribution du tourteau de coton
6.2.2- La distribution des issues du blé
6.2.3- La distribution des sons traditionnels de céréales
7- Les flux du marché
7.1- Production et besoin en aliment
7.2- Evolution du prix sur le marché
7.2.1- Le tourteau de coton
7.2.2- Les issues de céréales
Chapitre 3ème : Fonctionnement de la filière
8- Réseaux et dynamiques d’acteurs
8.1- Réseaux d’acteurs
8.2- Rapport au marché.
8.3- Logique économique des acteurs
9- Environnement extérieur
9.1- La filière malienne des aliments de bétail dans la sphère sous-régionale
9.2- Rapports entre la filière locale et le marché mondial
10- Tendances et perspectives du marché
10.1- Marché actuel des aliments de bétail au Mali
10.1.1- Dynamique du marché
10.1.1.1- Conduite d’élevage et dynamique du marché
10.1.1.2- Flux extérieurs et dynamique du marché
10.1.2- Disparités géographiques du marché
10.1.3- Marché local en tension
10.2- Scénarii envisageables pour la filière
10.2.1- Scénario optimiste
10.2.2- Scénario du progrès modéré
10.2.3- Scénario pessimiste
Conclusion
Bibliographie
Annexes

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *