L’insertion sociale des personnes handicapées

Distinction entre déficience, incapacité et désavantage

Une distinction acceptée par l’ OMS est faite dans le contexte sanitaire entre déficience, invalidité et handicap, afin de faciliter les éventuelles études.

La déficience

Elle peut décrire une anomalie d’une structure ou d’une fonction psychologique, physiologique ou anatomique. «Impairment» en anglais traduisant une défaillance ou un manquement dans l’exercice fonctionnel d’un organe. La déficience et son effet se localisent à une partie bien déterminée de l’organisme. Le corps entier n’est pas nécessairement affecté par une déficience.

L’incapacité

L’incapacité, également appelée «invalidité» est la répercussion d’une déficience sur le fonctionnement de l’organisme. Elle peut entraîner une modification, une réduction partielle ou totale dans l’exercice d’une activité, dans la plénitude considérée comme normale pour un être humain.
L’incapacité correspond au degré de réduction d’une aptitude, l’aptitude étant connue comme la possibilité pour une personne d’accomplir une activité physique ou mentale.

Le désavantage

Celui- ci traduit une limitation de l’accomplissement d’un rôle normal dans une société donnée, il résulte d’une incapacité ou d’une déficience, et limite l’exercice d’une responsabilité quelconque, compte tenu de son âge, de son sexe et d’autres facteurs, le mot lui-même désigne implicitement le rapport entre la personne handicapée et son milieu, on remarque les inadéquations du milieu physique et des nombreuses activités organisées.

Les principaux types de handicap

A côté de la définition du handicap, déficience et désavantage et outre les différents concepts du handicap. Il est à noter que le handicap peut être inné ou acquis, c qui n’enlève rien dans la classification qui suit.

Le handicap mental

Le handicap mental se caractérise par une limitation plus ou moins grande dans les fonctions intellectuelles et dans les capacités de raisonnement d’un individu. Outre les difficultés au niveau de la personne, le handicap mental occasionne des perturbations dans la vie de l’entourage de la personne concernée. Ce qui nécessite une assistance pour alléger les charges de la famille.
Le handicap mental n’enlève rien aux Droits des personnes ainsi concernées, et ce fait est reconnu au niveau de l’ONU qui a adopté le 20 décembre 1971 la Déclaration des Droits du déficient mental.
Le handicap mental créée une barrière de communication entre le concerné et le monde extérieur, c’est ce qui réduit souvent le terrain d’entente entre ces deux camps, et par suite rend la compréhension encore plus difficile. Le traitement du handicap mental requiert beaucoup de temps et d’argent.

Le handicap sensoriel

Le handicap sensoriel concerne l’ouie et le langage. Comme les autres handicaps, il peut être acquis ou inné. Etant donné n’est pas directement visible, le sujet est souvent très frustré de la situation, surtout dans la nécessité de s’annoncer soi-même comme ayant un handicap.
Comme dans le cas de nombreux handicap, le traitement du handicap sensoriel des soins et des équipements très coûteux. En outre les personnes sourdes et muettes, totalement coupées du reste du monde étant donné que le handicap concerne les premiers moyens de communication à savoir, l’écoute et l’expression.

Le handicap visuel

Le handicap visuel constitue une sérieuse barrière dans l’intégration de l’individu dans la vie de Société. Une distinction est à faire selon le degré de cécité : totale ou partielle. Quoi qu’il en soit une personne aveugle a besoin de soins et d’équipement spécialisé, et d’un enseignement particulier : le braille.
Pour pouvoir être mis sur le même pied d’égalité que tous les autres, ceux qui ont un handicap visuel nécessitent une grande compréhension, intégration et collaboration des membres de la société. La vie en société avec une personne aveugle devrait constituer toute une éducation depuis l’enfance.

Le handicap moteur

Le handicap moteur concerne soit les membres supérieurs ou antérieurs. Les principales manifestations du handicap moteur sont : la poliomyélite, la scoliose et l’infirmité motrice cérébrale. Il s’agit d’un affaiblissement des muscles des bras, des jambes, du cou ou de la colonne vertébrale entraînant une limitation dans les déplacements et une restriction de la mobilité. Des équipements orthopédiques coûteux sont nécessaires aux handicapés moteurs pour leur garantir un minimum de déplacement. De même l’environnement physique doit être accessible.
Tous les handicaps ont des influences sur le système éducatif et professionnel des personnes concernées. Une meilleure compréhension et intégration sociale avec une restructuration de l’environnement faciliterait leur participation dans la vie active.

La progression du handicap dans les pays en voie de Développement

Comme il a été dit ; différentes sont les causes qui peuvent engendrer un handicap. Parmi ces causes, il y en a celles qu’on ne trouve plus chez les pays développés, ou pour ainsi dire qu’elles y sont rares. En effet, les raisons évoluent selon le degré de prise en considération du handicap et de son environnement, mais on constate qu’elles se répètent souvent dans presque tous les pays. Mais pour les pays en voie de développement, les principales semblent être les mêmes:
D’abord le taux d’analphabétisme élevé constitue un facteur bloquant puisqu’il traduit un manque d’information et une ignorance sur les services disponibles en matière sociale, ainsi que dans les domaines de la santé et de la prise de responsabilité étant donné que les préventions et les traitements à suivre sont méconnus.
Principalement, on parle d’insuffisance de ressources pour pouvoir suivre les démarches de réhabilitation ou de quelconque prévention. Tous les moyens de communication sont traditionnels, 80% au moins de toutes les personnes handicapées vivent dans des régions rurales isolées.
Actuellement, on peut citer parmi les causes du handicap le SIDA, qui marque fortement les pays en voie de développement, cette maladie représente un danger car elle provoquerait des malformations.
Le problème est encore aggravé par le fait que, les personnes handicapées sont extrêmement pauvres. La possibilité de dépistage est réduite, le personnel qualifié, la recherche de stratégies et de méthodes nouvelles et efficaces sont loin de suffire aux besoins.
Il faudrait signaler que la communication d’information rencontre un blocage, la preuve concrète est que même les données numériques sur la population handicapée ne sont pas disponibles en temps voulu, et n’est pas actualisé par rapport à l’évolution de la situation actuelle.

Evolution des Droits de l’Homme en faveur des personnes Handicapées

Dans les années 1940 et 1950, les Nations Unies se sont montrées très actives dans la promotion du bien être et des personnes ayant des infirmités physiques et mentales, à travers une série d’approches d’assistance sociale. Beaucoup de gouvernements ont reçu des aides dans le cadre de la prévention des handicaps et de la réhabilitation par le biais des séminaires et des formations techniques. Des séminaires et des groupes d’études ont permis l’échange de moyens d’information et d’expériences entre eux.
Les années 60 ont été celles des réévaluations fondamentales concernant la politique et l’intérêt accordé à leurs problèmes. Dans les années 70, les Nations Unies ont accepté les concepts des Droits de l’Homme en faveur des Personnes Handicapées et d’égalisation des opportunités pour cette population. En 1971, l’Assemblée Générale a adopté la déclaration sur les Droits des Personnes Handicapées.
De là, on a mis l’accent sur la nécessité de protéger les personnes handicapées de l’exploitation que subissent tous les individus.

Règles pour l’égalisation des chances des personnes handicapées

Parmi les résultats majeurs de la Décennie des personnes handicapées se trouve l’adoption en 1993 par l’Assemblée Générale des Règles standard sur l’Egalisation des opportunités pour les personnes handicapées. Les règles constituent un instrument, bien que ce ne soit pas un instrument reconnu juridiquement obligatoire, ces règles forment également d’outils pour l’élaboration de politique et de base à la coopération technique et économique. Pour que soit atteint l’objectif de «pleine participation et égalité», il ne suffit pas de prendre des mesures de réadaptation en faveur des personnes handicapées. L’expérience montre que l’environnement est l’un des éléments déterminants des conséquences de déficience. Les sociétés doivent se rendre compte qu’il y aura toujours malgré les efforts de prévention un certain nombre de personnes atteintes de déficiences et d’incapacités, et étudier et lever les obstacles à leur pleine participation. Les mesures devraient être incorporées dans le processus général de planification et incluses dans la structure administrative de la société. Il est nécessaire que pour conduire une existence aussi normale que possible, tant à leur domicile que dans le cadre plus large de la communauté; les personnes handicapées devraient y avoir accès facilement. Les personnes qui cohabitent avec ces infirmes et les assistent dans leur vie quotidienne devraient elles-mêmes recevoir un soutien, afin de pouvoir jouir du repos et de la détente nécessaires et se consacrer à leurs propres activités.
Le principe de l’égalité des Droits des Personnes Handicapées et des personnes non handicapées implique que les besoins de chaque individu sont d’égale importance, que ces besoins doivent être pris en considération dans la planification de nos sociétés et que toutes les ressources doivent être mobilisées pour assurer à tous les individus une participation égale. Elles ont le devoir de participer à l’édification de la société. En réalité le principe fait axer l’attention sur les capacités des personnes handicapées, et non sur leurs incapacités.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION
PARTIE I : GENERALITES SUR LA SITUATION DES PERSONNES HANDICAPEES
CHAPITRE 1: CLASSIFICATION ET CONCEPTUALISATION DU HANDICAP
Section 1 : Catégorisation
1-1 Distinction entre déficience, incapacité et désavantage
1-1-1 La déficience
1-1-2 L’incapacité
1-1-3 Le désavantage
1-2 Les mesures correspondantes
1-2-1 La prévention
1-2-2 La réadaptation
1-3 Essai de définition
Section 2 : Les différents concepts du handicap
2-1 Le modèle médical
2-2 Le modèle social
2-3 Le modèle postmoderne
CHAPITRE 2: CARACTERISTIQUE DU HANDICAP
Section 3 : Description et origine
3-1 Les principaux types de handicap
3-1-1 Le handicap mental
3-1-2 Le handicap sensoriel
3-1-3 Le handicap visuel
3-1-4 Le handicap moteur
3-2 L’évolution des causes du handicap dans les pays développés
3-3 La progression du handicap dans les pays en voie de développement
3-4 Mode d’appréciation du handicap à Madagascar
CHAPITRE 3 : STRUCTURES DU SUPPORT JURIDIQUE
Section 4 : Les acquis juridiques
4-1 Normes internationales : Droits de l’Homme et du Citoyen
4-1-1 Evolution des Droits en faveur des Personnes handicapées
4-1-2 L’Année Internationale pour les Personnes handicapées
4-1-3 La Décennie et la journée pour les personnes handicapées
4-2 Règles pour l’égalisation des chances des personnes handicapées
Section 5 : Législation des Droits des handicapés malgaches
5-1 Lois et Décrets
5-1-1 Les Lois
5-1-2 Les Décrets d’application
5-2 Application effective
PARTIE II : ANALYSE DE L’ACCESSIBILITE AU DEVELOPPEMENT
CHAPITRE 4 : LES ACTIVITES GENERATRICES DE REVENU
Section 6 : Les activités professionnelles
6-1 Le cadre de dynamisme
6-1-1 Dans un cadre individuel
6-1-2 Dans le cadre des mouvements associatifs
6-2 Cas particulier du Collectif des Organisations œuvrant pour les Personnes Handicapées
CHAPITRE 5 : ADEQUATION DES OBJECTIFS SOCIO-ECONOMIQUES DE DEVELOPPEMENT AVEC LES HANDICAPES
Section 7 : Développement à base sociale élargie
7-1 Participation sociale
7-2 Intégration par l’accès à l’emploi
Section 8 : Sécurisation humaine et matérielle
8-1 Education
8-2 Protections sociales
CHAPITRE 6 : ANALYSE ET RECOMMANDATIONS 
Section 9 : Les éventuelles causes des problèmes à Madagascar
9-1 Blocage économique et financier
9-1-1 L’inexistence de fonds dédiés pour les personnes handicapées
9-1-2 Le fonds reste insuffisant
9-2 Obstacle politique
9-3 Problèmes sociaux
9-3-1 La considération de la société
9-3-2 Le comportement des personnes handicapées
Section 10 : Solutions en faveur d’une bonne articulation entre les deux parties
10-1 L’autonomie : facteur de réussite
10-2 Recommandations pour une meilleure amélioration de la situation actuelle
10-2-1 Accessibilité aux informations
10-2-1-1 Plan matériel
10-2-1-2 Accès à la communication
10-2-2 Modification sociale et politique
10-2-3 Elargissement financier
CONCLUSION
BIBLIOGRAPHIE

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *