L’inflammation postopératoire

L’inflammation postopératoire

RESULTATS

Les données anamnestiques

Age

L’âge moyen de nos patients était de 63 ans. La répartition selon les tranches d’âges est illustrée dans la figure n° 5.
381 patients (soit 63,5%) étaient âgés de plus de 60 ans avec une prédominance de la tranche d’âge entre 60 et 70 ans.

Le sexe

La répartition selon le sexe montre une prédominance masculine 402 cas (67%) par rapport aux femmes 198 cas (33 %), soit un sex-ratio de 2 (figure 6).

Situation

On a trouvé 366 patients (soit 61 %) ayant droits militaires (militaires, retraités de l’armée et familles) contre 234 patients civils sur autorisation (CSA) soit (39 %).

Symptômes subjectifs

C’est presque exclusivement une baisse progressive de l’acuité visuelle avec un taux de 598 cas, soit 99,66 % et deux cas de cataracte chez deux enfants révélés par une leucocorie.

Antécédents

Antécédents généraux

Par ordre décroissant nous avons trouvé
• 156 patients présentaient un diabète soit 26 %, dont 110 (70,5 %) cas de diabète non insulinodépendant, et 46 cas (26,5 %) de diabète insulinodépendant.
• 116 patients porteurs d’une hypertension artérielle (HTA), soit (19 %).
• 15 Patients présentaient une cardiopathie, soit 2,5 %.
• 11 patients présentaient un asthme, soit 1,83%.
• 5 patients avaient une dermatose chronique dont 4 cas d’eczéma et un cas de vitiligo.
• 3 cas avaient un accident vasculaire cérébral.
• 2 cas d’insuffisance rénale chronique.

Antécédents ophtalmologiques

Par ordre décroissant nous avons trouvé :
• Chirurgie pour cataracte de l’autre oeil chez 139 patients soit 23,16 %.
• 21 patients (soit 3,5 %) suivis pour glaucome chronique.
• 20 patients (soit 3,33 %) présentaient une forte myopie.
• Antécédent de traumatisme oculaire (de l’oeil à opéré) chez 19 cas, soit 3,16 %.
• Rétinopathie diabétique suivie chez 15 patients soit 2,5 %.
• Uvéite chez 12 patients (2%).
• 10 cas avaient une cure chirurgicale de ptérygion (4 cas de l’oeil à opéré, et 6 cas de l’oeil adelphe).
• Décollement de rétine chez 9 patients.
• Monophtalmie chez 4 cas (2 cas suite à un DR, 1 cas suite un traumatisme oculaire et 1 cas suite à un glaucome).
• 2 cas étaient opérés pour un glaucome aigu à angle fermé (GAF).
• Abaissement traditionnel du cristallin (DADSI) chez un patient et un cas de trichiasis.

Les données de l’examen clinique

L’examen ophtalmologique bilatéral, méthodique et comparatif réalisé a révélé :

 Acuité visuelle préopératoire

L’acuité visuelle préopératoire non corrigée de loin a été chiffrée de la perception lumineuse à 3/10.
Les chiffres de l’acuité visuelle préopératoire étaient répartis de la manière suivante (tableau II et figure 7).

La correction réfractive

La kératometrie a été réalisée chez tous nos patients pour préciser l’astigmatisme préopératoire, avait trouvée comme une moyenne de 2,77+/-0,65 dioptries.
Les chiffres de l’acuité visuelle étaient non améliorables après la correction chez tous nos patients.

Examen à la lampe à fente (L.A.F) au biomicroscope

Etat de la cornée

On a retrouvé une cornée plus au moins dystrophique dans 22 yeux soit (3,66 %). La cornée était claire et transparente dans 96.44 %.

Type anatomo-clinique de la cataracte

Dans notre série, on retrouve une prédominance de la cataracte blanche totale, la cataracte cortico-nucléaire puis la cataracte sous capsulaire postérieure (tableau III et figure 9).

lésions du segment antérieur associés à la cataracte

Dans notre série, nous avons trouvé

Lésion de l’iris

• Synéchies irido-cornéennes dans 10 cas (figure 14).
• Dépôts pigmentés sur la cristalloïde antérieure et sur la cornée dans 6 cas.
• Atrophie de l’iris dans 3 cas.
• Iridodialyse dans 1 cas

Lésions du cristallin

• Pseudo exfoliation capsulaire dans 30 cas soit 5 % (figure 15).
• Une subluxation du cristallin a été retrouvée chez 5 patients (figure 16).

Le tonus oculaire

Les patients glaucomateux avec une PIO stable sous monothérapie sont équilibrés par le traitement médical avant la chirurgie de la cataracte.
Les patients glaucomateux sous bithérapie ou plus ont bénéficié d’une chirurgie combinée, ils ne font pas partie de notre étude.
Tous les patients étaient normotones avant l’intervention. La moyenne tonométrique était de 14mmHg.

L’examen du fond d’oeil

L’examen du fond d’oeil a été pratiqué à l’aide de la lentille non contact type Volk ou d’un verre à 3 miroirs après dilatation pupillaire maximale.
􀂃 N’était pas accessible dans 468 cas (soit 78 %) ; et chez ces patients une échographie mode B était systématiquement réalisée et s’est avérée normale, les cas de décollement de rétine ont été éliminés de notre étude.
􀂃 Chez les 132 cas ou le fond d’oeil était accessible :
– Il était normal dans 96 cas.
– Anormal dans 36 yeux ; il s’agissait de 23 cas de maculopathies, 11 cas de rétinopathie diabétique et 2 cas d’atrophie optique partielle.

La prise en charge

La biométrie

Les patients ont bénéficié tous d’une kératometrie automatisée par l’auto-kératoréfractomètre automatisé puis une échobiométrie pour calculer la puissance de l’implant.
La kératometrie retrouvée était :
* K1 : 43,11±2 dioptries, avec un maximum de 49,3 et un minimum de 39,23.
* K2 : 43,183±1,80 dioptries, avec un maximum de 48,5 et un minimum de 39,25.
Le calcul de la puissance de l’implant réalisé chez nos patients a trouvé une puissance moyenne de 21±2 dioptries chez 80% des patients.

les soins préopératoires

Tous les patients ont eu le même protocole préopératoire :
• Prémédication à base d’Hydroxysine (Atarax 25mg), deux comprimes chez l’adulte la veille, et le matin de l’intervention.
• Une antibioprophylaxie par voie générale (Quinolone en perfusion) une heure avant l’intervention.
• Dilatation par Neosynephrine et Tropicamide (Mydriaticum) débutant 2 heures avant l’intervention. On contre indiquant la dilatation par neosynephrine lors de l’examen à l’admission.

L’anesthésie

La nature de l’anesthésie

Une consultation préanesthésique systématique était réalisée chez tous nos patients. Elle nous avait permis de guider le choix des examens complémentaires nécessaires, ainsi que la préparation éventuelle de l’opéré en fonction de son état général, de ses antécédents pathologiques et des traitements éventuellement suivis.
Dans notre série, la majorité des patients ont été opérés sous anesthésie locale pratiquée par le chirurgien lui même.
Il s’agissait :
– 575 anesthésies péribulbaires soit 95,84%. Les produits utilisés étaient la Xylocaine® 2% et la Marcaine®0,5%).
– 25 anesthésies générales soit 4,16%.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION
HISTORIQUE
PATIENTS ET METHODES
I. Patients
II. Méthodes
RESULTATS
I. Les données anamnestiques
1- Age
2- Sexe
3- Situation
4- Symptômes subjectifs
5- Les antécédents
5–1 Généraux
5–2 Ophtalmologiques
II. Les données de l’examen clinique
1- L’acuité visuelle préopératoire
2- La correction réfractive
3- Examen à la lampe à fonte (L.A.F)
3–1 Etat de la cornée
3–2 Type anatomo-clinique de la cataracte
3–3 Lésions du segment antérieur associés à la cataracte
4- Le tonus oculaire
5– Examen du fond d’oeil
III. La prise en charge
2– Les soins préopératoires
3– L’anesthésie
3 – 1 La nature de l’anesthésie
3 – 2 Complications d’anesthésie
4– La chirurgie
4–1 Techniques chirurgicales
4–2 Complications peropératoires
4–3 L’implantation
IV. Résultats fonctionnels et complications postopératoires
1- Soins postopératoires
2- Complications postopératoires
3- Acuité visuelle postopératoire
DISCUSSION
I. Rappels
1- Rappel anatomophysiologique de l’appareil de vision
2- Anatomie et embryologie du cristallin
3- physiologie du cristallin
II. Age
III. Le sexe
IV. Pathologies générales et oculaires associées à la cataracte
1– Pathologies générales
1–1 Cataracte et diabète
1–2 Cataracte et cardiopathie
1–3 Cataracte et asthme
2– Pathologies oculaires
2–1 Cataracte en présence du syndrome de pseudoexfoliation capsulaire
2–2 Cataracte et rétinopathie diabétique
2–3 Cataracte en présence du glaucome
2–4 Cataracte en présence de la dégénérescence maculaire liée à l’âge
2–5 Cataracte en présence d’une forte myopie
2–6 Cataracte en présence d’inflammation intraoculaire chronique
V. Acuité visuelle préopératoire
VI. Les indications pour la chirurgie de la cataracte
VII. Préparation et bilans préopératoires
1- La biométrie et le calcul de la puissance de l’implant
2- L’échographie B
VIII. L’anesthésie
1– Prémédication et sédation
2– Les techniques d’anesthésie
3– Les complications d’anesthésie
IX. La chirurgie
1- Techniques chirurgicales
2- Complications peropératoires
2–1 Complications cornéennes
2–2 Complications iriennes
2–3 Complications zonulaires
2–4 Complications hémorragiques
2–5 Conversions de phacoémulsification en extracapsulaire manuelle
2–6 Complications capsulaires postérieures
3- L’implantation
3–1 Lieu d’implantation
a) Implantation en chambre antérieure
b) Implantation en chambre postérieure
3–2 Choix le la lentille intraoculaire (LIO)
X. Résultats fonctionnels et complications postopératoires
1– Les complications postopératoires
1–1 Les complications post – opératoires Précoces
a) OEdème de cornée
b) Hyphéma
c) Endophtalmie
d) L’inflammation postopératoire
e) Hypertonie oculaire
1–2 les complications postopératoires tardives
a) OEdème maculaire cystoïde (OMC)
b) Décentrement de l’implant
c) Décollement de rétine
d) Opacification de la capsule postérieure
2– L’acuité visuelle postopératoire
CONCLUSION
RESUMES
BIBLIOGRAPHIE

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.