L’homéopathie dans les troubles anxieux

Stress et insomnie

Le trouble neurologique le plus fréquemment associé à une anxiété est une insomnie. Rappelons que l’insomnie est une diminution de la durée et/ou de la qualité habituelle du sommeil ayant des effets néfastes sur l’activité du lendemain. L’insomnie se manifeste donc à la fois par des troubles nocturnes et diurnes. Parmi les troubles nocturnes possibles, il est retrouvé une difficulté d’endormissement, des éveils nocturnes, des réveils trop précoces ou bien la perception d’un sommeil léger non reposant (dyssomnie).

Plus rarement, une hypersomnie, c’est-à-dire un allongement de la durée du sommeil peut se présenter. Les troubles diurnes, quant à eux, peuvent être des plaintes de fatigue, une somnolence, une irritabilité, et des troubles de l’humeur. Il est nécessaire de s’intéresser au contexte d’apparition du trouble afin de caractériser au mieux l’insomnie et la soigner. Une anxiété sous–jacente peut effectivement conduire au développement d’une insomnie. Une personne anxieuse s’angoisse non seulement à l’idée de ne pas réussir à trouver le sommeil mais peut présenter des signes qui gênent l’endormissement (sensation de boule dans la gorge, ruminations, palpitations cardiaques).

Ainsi, il est possible de dire que l’anxiété est une grande pourvoyeuse d’insomnies, principalement d’insomnies d’endormissement. Il est possible d’observer des troubles de la conduite alimentaire comme des accès de boulimie, ou plus rarement une anorexie. L’anxiété peut également mener à l’apparition d’épisodes dépressifs

Stress et immunité

De nombreuses études ont été réalisées afin d’identifier la relation entre une maladie auto-immune et une anxiété sous-jacente. Tout d’abord, des études ont mis en évidence des traits de personnalité communs aux sujets atteints de pathologies auto-immunes. En 1992, PARKER et SMARR, à l’aide de leur étude Psychological factors, immunologic activation and disease activity in rheumatoid arthritis ont établi un lien entre un épisode émotionnel et la polyarthrite rhumatoïde (maladie des articulations des membres associant des douleurs inflammatoires, des gonflements articulaires et un handicap fonctionnel plus ou moins important)28.

En 1994, Miguel E.C., à travers son étude Psychitric manifestations of systemic lupus erythematosus : clinical features, symptoms, and signs of central nervous system activity sur 43 patients montre la fréquence élevée de lupus chez des sujets dépressifs. En 1996, Roca R.P, et al. observent une fréquence élevée de sujets dépressifs atteints de sclérodermie (maladie auto-immune caractérisée par un épaississement et un durcissement de la peau), à travers leur étude Depressive symptoms associated with scleroderma.

Un lien est donc évident entre les maladies auto-immunes et la survenue de stress. Les événements de la vie mais aussi le stress au quotidien sont des facteurs déclencheurs de poussées de lupus et de polyarthrite rhumatoïde. Le principal acteur agissant sur les fonctions immunitaires est le cortisol. En effet, le cortisol, dont la production est majorée par le stress, vient détruire les tissus lymphoïdes responsables de la protection de l’organisme face aux agents pathogènes. Le cortisol affaiblit ainsi les défenses immunitaires

Par ailleurs, une étude menée par HERBERT en 1993, Depression and immunity : a meta-analytic review, montre une diminution du taux de lymphocytes T et B (cellules effectrices de l’immunité spécifique) ainsi qu’une chute du taux et de virulence des cellules NK (cellules natural killer) ou appelées cellules tueuses naturelles

La consultation homéopathique

Une consultation homéopathique s’établit en deux temps : le diagnostic de la maladie puis le diagnostic du médicament. Pour cela, le médecin met en place une phase d’entretien suivie d’une phase d’examen. Concernant la maladie, il faut préciser que l’homéopathie n’est pas indiquée dans le cas d’atteintes lésionnelles, génétiques ou encore dans des maladies mentales sévères. Les maladies graves organiques sont donc à exclure du champ de l’homéopathie, cependant cette médecine peut être utilisée en complément des traitements allopathiques prescrits. Donnons l’exemple d’Aceticum acidum dans le cas d’anémie et d’un diabète de type 2 se 97 décompensant soudainement, d’Aethyl sulfur dichloratum dans l’OAP (OEdème Aigu du Poumon) ou encore d’Ailanthus glandulosa dans la diphtérie maligne. En consultation homéopathique, le médecin associe une communication verbale et non verbale afin de cerner au mieux son patient. Il est très attentif sur l’attitude, les réactions que le patient manifeste pendant l’entretien.

Les moindres faits et gestes, sa manière de parler ou même de marcher sont des clés à une meilleure compréhension des ressentis. De même, le médecin l’interroge au moyen de questions courtes et ouvertes qui peuvent parfois relever d’une certaine ambiguïté dans le but d’obtenir des réponses longues et descriptives. Le choix du médicament s’effectue par corrélation entre le tableau symptomatique expérimental du médicament avec le tableau symptomatique clinique. Ce tableau clinique s’appuie à la fois sur les antécédents de la personne, les signes de la maladie mais aussi les réactions subjectives, c’est-à-dire les plaintes du sujet sur ce qu’il ressent. Le médecin sélectionne ainsi la souche adéquate. Des outils de confirmation tels que les matières médicales, les répertoires, les livres de thérapeutiques sont à sa disposition61. Outre ce répertoire bibliographique, il existe désormais des logiciels informatiques homéopathiques.

Botanique de Staphysagria

Staphysagria72, plus précisément Delphinium staphysagria (Figure 1581), est une herbe de la famille des Renonculacées. Elle possède plusieurs appellations françaises : Staphysaigre, Herbe aux Poux, Herbe aux goutteux ou bien raisin sauvage. Originaire d’Europe méridionale, cette plante herbacée vivace est annuelle ou bisannuelle et mesure entre 70 à 150 cm. Sa racine principale est à la fois persistante et fibreuse.

Par ailleurs, elle possède une longue tige dressée (jusqu’à 1 m de hauteur) recouverte de poils. De cette tige émanent des rameaux étoilés82,83,84. Les feuilles fines et allongées sont palmatilobées – palmatifides, c’est-à-dire qu’elles possèdent des lobes digités en éventail. De disposition alterne ou basale, elles sont de couleur vert brillante sur la face supérieure et sont armées d’un pétiole. Les fleurs (Figure 1681), quant à elles, sont de couleur bleu-violet clair et sont disposées en grappe. De même, ces fleurs velues inodores possèdent un éperon très court dirigé vers le bas. Le fruit est un follicule composé de 3 carpelles velus et ventrus. Le fruit renferme des graines ovoïdes – trigones munies d’alvéoles sur leur surface, ce qui leur confère une certaine rugosité.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport gratuit propose le téléchargement des modèles gratuits de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION 
PARTIE I : L’ANXIETE ET LE STRESS 
CHAPITRE 1 : L’ANXIETE 
1 – LES TROUBLES ANXIEUX
2 – CLASSIFICATION DES TROUBLES ANXIEUX
3 – DIAGNOSTIC DES TROUBLES ANXIEUX
4 – LES PATHOLOGIES REACTIONNELLES
CHAPITRE 2 : LE STRESS 
5 – PHENOMENE DU BURN-OUT
6 – LE STRESS
CHAPITRE 3 : LES REPERCUSSIONS SUR L’ORGANISME 
1 – COMPOSANTE EMOTIONNELLE
2 – COMPOSANTE SOMATIQUE
3 – COMPOSANTE COGNITIVE
4 – COMPOSANTE COMPORTEMENTALE
CHAPITRE 4 : PRISE EN CHARGE DES TROUBLES ANXIEUX 
1 – LES TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX
2 – TRAITEMENT PSYCHOTHERAPIQUE
3 – UN EXEMPLE DE PRISE EN CHARGE : LE TROUBLE ANXIEUX GENERALISE
PARTIE II : L’HOMEOPATHIE DANS LES TROUBLES ANXIEUX 
CHAPITRE 1 : L’HOMEOPATHIE 
1 – HISTORIQUE
2 – LES PRINCIPES FONDAMENTAUX
3 – LES DIFFERENTES APPROCHES DE LA THERAPEUTIQUE HOMEOPATHIQUE
4 – LA PREPARATION DU MEDICAMENT HOMEOPATHIQUE
5 – LA CONSULTATION HOMEOPATHIQUE
6 – LA PRESCRIPTION HOMEOPATHIQUE
CHAPITRE 2 : LES DIFFERENTES SOUCHES DE L’ANXIETE 
1 – GELSEMIUM SEMPERVIRENS L.
2 – IGNATIA AMARA
3 – STAPHYSAGRIA
4 – ACONITUM NAPELLUS
5 – ARGENTUM NITRICUM
6 – STRAMONIUM
7 – NUX VOMICA
8 – KALIUM PHOSPHORICUM
9 – AUTRES SOUCHES
10 – COMPLEXES DE SOUCHES HOMÉOPATHIQUES
11 – RECAPITULATIF DES SOUCHES HOMEOPATHIQUES DU STRESS
CHAPITRE 3 : CAS PRATIQUES 
1 – INFORMATIONS PREALABLES
2 – SITUATIONS CLINIQUES CHEZ L’ADULTE
3 – SITUATIONS CLINIQUES CHEZ L’ENFANT
CHAPITRE 4 : LA RECHERCHE HOMEOPATHIQUE DANS L’ANXIETE 
1 – COMPARAISON HOMEOPATHIE ET ALLOPATHIE DANS L’ANXIETE
2 – UTILISATION DE L’HOMEOPATHIE CHEZ DES PATIENTS ANXIO-DEPRESSIFS
3 – LA PLACE DE GELSEMIUM SEMPERVIRENS DANS L’ANXIETE
CONCLUSION 
TABLE DES MATIЀRES 
INDEX DES TABLEAUX 
INDEX DES FIGURES 
ANNEXES 

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *