Les règles techniques et ergonomiques à suivre lors de la création d’un site vétérinaire

L’émergence d’une Idée

Paul BARAN est le principal créateur d’Internet (cité par 4). C’est lui qui a eu l’idée, en 1962 de créer un réseau sous forme d’une grande toile. Il a mis au point un réseau étoilé dans lequel les données se déplaçaient de façon dynamique, en « cherchant » le chemin le moins encombré jusqu’à leur destination et en patientant si toute les routes étaient occupées. Les trajets étaient dès lors infinis. Son projet a été refusé par le Pentagone et mis de côté jusqu’en 1969 où son concept refit surface pour relier quatre instituts : Stanford, les universités de Los Angeles, de Santa Barbara et de l’Utha. Ce réseau avait encore alors une vocation militaire et était désigné par l’acronyme APRANET (Advanced Projet Research Agency Net).

Ray TOMLINSON développe alors, un concept qui semble aujourd’hui banal : le courrier électronique (Email) qui permet de diffuser et de recevoir des messages sur le réseau : grâce à ce concept, il est possible de contacter un nombre impressionnant de personnes avec à une seule manipulation (cité par 4). Avec Glen KLEINROCK , il met au point le protocole NCP, permettant d’acheminer des données fragmentées en petits paquets, envoyées par des chemins différents et réorganisées à l’arrivée. C’est un autre élément décisif du fonctionnement d’Internet. Après cette année importante, les développements et les innovations portant sur le réseau vont s’accélérer :

En 1972, l’idée du réseau s’est bien répandue dans les milieux universitaires internationaux. Une démonstration de Internet est organisée devant des spécialistes venus du monde entier à la première conférence internationale sur les communications informatiques de Washington. La France et la Grande Bretagne possèdent alors des ébauches de leurs propres réseaux informatiques. Tous les pays présents ressentent le besoin de créer un protocole de communication commun à tous ces réseaux (cité par 4). L’InterNet Working Group (INWG) est créé en 1974. Il doit définir un protocole universel permettant à tous les ordinateurs et réseaux existants de se relier entre eux. Vincent CREF et Robert KAHN vont y élaborer un protocole spécifique aux communications inter-réseaux (InterNet-Work en anglais) : un langage commun à tous les ordinateurs. Ce protocole est toujours en vigueur aujourd’hui : il se nomme le TCP-IP (Transmission Control Protocol – Internet Protocol). Cette même année, le réseau téléphonique est utilisé pour le transfert de données grâce à un modem et au protocole UUCP (Unix to Unix Copy Program), basé sur le système d’exploitation Unix (cité par 4). Tout lieu fourni d’une prise téléphonique était alors virtuellement « connectable ». En 1975 le réseau APRANET est quasiment au point, le gouvernement Américain décide alors d’en prendre le contrôle et le confie à l’agence chargée des systèmes d’informations à la défense.

En 1979, un nouveau réseau américain, le CSNET apparaît et permet de relier les universités qui n’ont pas accès à Internet En 1981, les Français découvrent la télématique avec le minitel. APRANET a alors une dizaine d’années. Le réseau militaire est connecté à un réseau universitaire de 400 ordinateurs. L’évolution des protocoles, donc des langages, est urgente. L’usage d’Internet est alors limité à l’échange de courriers électroniques et de fichiers texte entre les universités du monde entier qui se relient progressivement au réseau mondial, au fur et à mesure de la constitution des réseaux locaux nationaux. En 1983, les différents réseaux américains sont reliés entre eux (avec le protocole TCPIP) pour former le réseau NSF Net (National Science Fondation Network) qui remplace Internet. La partie militaire du réseau est mise de côté et forme MILNET (Military Network)

La naissance du World Wide Web

En 1989, Internet entame sa conquête du grand public, grâce à la création du World Wide Web (WWW). Tim BERNERS-LEE, un physicien anglais, travaille dès le début des années 80 sur plusieurs projets de logiciels pour le CERN, organisation européenne pour la recherche nucléaire. Entre 1990 et 1993, il crée le WWW né du besoin de bâtir un nouveau système pour prendre en charge les multiples documents édités par le CERN, comportant beaucoup de graphiques, équations et autres dessins techniques afin d’associer ces données malgré leurs disparités. Pour permettre aux chercheurs de partager leurs données, il est indispensable qu’elles 14 soient accessibles en tout temps et en tout lieu. Ces principes vont favoriser une étroite collaboration internationale entre les différents protagonistes du réseau.

Les principes fondamentaux du WWW

Dans les années 80, le réseau des réseaux n’avait cessé de progresser. Les noms de domaines, les protocoles et la puissance des réseaux s’accroissent. Mais ce système est alors encore réservé à un public d’initiés à l’informatique.

En 1991, le WWW va tout débloquer. Nous allons en décrire ses principes (cité par 4) :

– Tout d’abord, le protocole hypertexte, Hypertext Transfert Protocol, représenté aujourd’hui par les lettres http. C’est un standard qui permet aux ordinateurs de lier les différents documents entre eux.

– Ensuite, le standard URL pour Uniform Resource Locator, standard qui permet de trouver un document en tapant simplement une adresse.

– Enfin, le langage HTML ou HyperText Markup Langage, qui permet de créer des documents multimédias sur le Web, de les rassembler, de les organiser et de les relier grâce à l’hypertexte. Grâce au WWW en consultant différentes informations portant sur un sujet précis, il est possible de se déplacer virtuellement sur le réseau par le biais de nombreux liens. Le Web est maintenant équipé des outils nécessaires pour la conquête du grand public, en facilitant la diffusion de messages, documents et vidéos sur le réseau. Il ne manque plus au Web qu’une interface conviviale et simple pour intéresser les non initiés : « l’ouverture sur le monde d’Internet grâce au Word Wide Web ».

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport gratuit propose le téléchargement des modèles gratuits de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Mots-clés : INTERNET, PROFESSION VETERINAIRE, CLINIQUE VETERINAIRE, CLIENTELE VETERINAIRE CANINE.

Table des matières

INTRODUCTION
PREMIERE PARTIE : LE MONDE D’INTERNET ET CELUI DES VETERINAIRE : UN RAPPROCHEMENT EN COURS
1 INTERNET : SON HITOIRE, SA PLACE CHEZ LES FRANÇAIS ET PLUS PRECISEMMENT CHEZ LES VETERINAIRES
1.1 L’histoire d’Internet : Naissance d’un média conçu pour conquérir le monde
1.2 La situation d’Internet en France : un essor considérable chez nos concitoyens.
1.3 Les vétérinaires et Internet : une situation en lente évolution
1.4 Situation des sites Internet de cliniques vétérinaires
2 FINALITE ET CADRE REGLEMENTAIRE LORS DE LA CREATION D’UN SITE DE CLINIQUE VETERINAIRE.
2.1 Rôle d’image du site Internet.
2.2 Rôle de fournisseur de service du site Internet
2.3 Quels sont les réels besoins des clients vis-à-vis de ce nouveau média
2.4 Les obligations déontologiques
2.5 Les aspects réglementaires du Web non spécifiques aux vétérinaires
2.6 Les règles techniques et ergonomiques à suivre lors de la création d’un site vétérinaire
DEUXIEME PARTIE : UNE ETUDE ORIGINALE
1 PROBLEMATIQUE
2 MATERIEL ET METHODE
2.1 La pré-enquête
2.1.1 Objectifs et questions
2.1.2 Les interviews : éléments à retenir
2.2 Elaboration des questionnaires
2.3 Distribution des questionnaires
2.3.1 Pour les clients :
2.3.2 Pour les vétérinaires.
3 RESULTATS
3.1 Taux de réponse
3.2 Réponses des clients de notre échantillon
3.2.1 Caractéristiques des répondants
3.2.2 Comportement des clients vis-à-vis d’Internet
3.2.3 Sentiments des clients répondants vis-à-vis d’Internet
3.2.4 Comportement et sentiments des clients de notre échantillon vis-à-vis des sites Internet de cliniques vétérinaires dont ils disposent
3.3 Réponses des vétérinaires de notre échantillon qui ne disposent pas de site Internet
3.3.1 Caractéristiques des répondants
3.3.2 Comportement des clients dans l’esprit des vétérinaires répondants
3.3.3 Les sentiments des clients à l’égard Internet dans l’esprit des vétérinaires de notre échantillon
3.3.4 Intérêt des clients pour les sites Internet de cliniques vétérinaires
3.3.5 Désirs de création
3.4 Réponses des vétérinaires de notre échantillon qui disposent d’un site Internet
3.4.1 Motivations à l’origine de la création
3.4.2 La création
3.4.3 Impact de la création
3.4.4 Les services proposés
4 DISCUSSION
4.1 Synthèse des sentiments des clients et vétérinaires de notre échantillon
4.1.1 Comportement des clients à l’égard d’Internet
4.1.2 Place et utilisations d’Internet
4.1.3 Sentiments à l’égard des sites Internet de cliniques vétérinaires
4.2 Intérêt du travail, originalité de l’approche et validité des résultats
4.2.1 Un sujet rarement abordé qui semble plein d’avenir
4.2.2 Originalité de l’approche et utilisation de techniques de sondage validées.
4.2.3 Une population de répondants autorisant l’exploitation des résultats
4.3 Limites et justifications
4.4 Confrontation des résultats aux principales données préexistantes
4.4.1 Comparaison de nos chiffres avec les chiffres de la bibliographie.
4.4.2 Comparaison de notre travail avec les résultats des travaux du Dr. Santaner
4.5 PERSPECTIVES
4.5.1 Semble-t-il intéressant de créer un site Internet de clinique vétérinaire pour les clients de notre échantillon?
4.5.2 Comment créer son site Internet
4.5.3 Mise en place d’un protocole d’étude
4.5.4 Les réglementations de l’ordre
CONCLUSION

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *