LES PRODUITS SANGUINS LABILES

INTRODUCTION

  La transfusion de produits sanguins labiles (PSL) est le transfert de produits issus du sang, d’un individu appelé « donneur » à un individu appelé receveur [1]. Ces produits sanguins labiles incluraient le sang total, le plasma et les cellules sanguines d’origine humaine [1]. L’acte transfusionnel fait partie intégrante des thérapeutiques de support en Oncologie. En France, l’oncohématologie est qualifiée comme le domaine pathologique le plus inducteur de transfusion [2]. A Bamako, près du tiers des patients hospitalisés en Oncologie bénéficierait d’une transfusion de PSL au cours de leur hospitalisation contre moins de un cinquième pour les patients hospitalisés en Médecine Interne [3].A Madagascar, à notre connaissance, bien que des études aient été menées sur la transfusion sanguine dans diverses spécialités et Etablissements de soins [4,5],aucune étude sur la transfusion sanguine n’avait été réalisée chez les patients suivis en Oncologie. La présence d’une Unité d’Oncologie Médicale au sein du Centre Hospitalier de Soavinandriana (CENHOSOA) depuis fin 2012 bouleverserait les commandes de PSL au sein de cet hôpital. En effet, la pratique transfusionnelle est assez difficile à Madagascar. Cette difficulté se rencontre surtout dans les situations d’urgence où il est souvent difficile de trouver des donneurs de sang compatible [6]. Cette étude a pour objectif principal de déterminer la fréquence d’administration des produits sanguins labiles et ainsi la proportion des malades du cancer nécessitant une transfusion de PSL en Oncologie Médicale au CENHOSOA durant la période d’étude. Dans un deuxième temps, elle va décrire le profil clinico-pathologique des patients nécessitant une transfusion sanguine, déterminer les caractéristiques qualitatives et quantitatives des PSL consommés par cette Unité de Soins sur une période de douze mois. Par ailleurs, elle aégalement pour but de décrire les principales indications de produits sanguins labiles au sein de cette Unité de Soins. La connaissance de ces données permettrait d’estimer les besoins annuels en PSL de l’Unité d’Oncologie Médicale du CENHOSOA afin de contribuer à la gestion des stocks de la banque de sang de l’Hôpital. Elle permettrait également de cibler précocement certaines catégories de patients à risque d’être transfusées afin de ne pas retarder leur prise en charge.Pour atteindre ces objectifs, nous allons voir successivement après une revue de la littérature, notre étude avec les matériels et méthodes, suivis des résultats, ensuite la rubrique discussion associée à nos suggestions avant la conclusion.

Bases immunologiques

  Il existe plus de 30 systèmes de groupes sanguins. Les plus couramment impliqués dans la pratique transfusionnelle sont : ABO, Rhésus, Lewis, Kell, Duffy, Kidd, P, MNSs[8,9].Le système ABO comporte deux antigènes A et B. Ils peuvent être : absents (groupe O), présents individuellement (groupe A, groupe B) ou conjointement (groupe AB). Dans le système ABO, on note la présence systématique d’anticorps naturels dans le plasma, au cas où les hématies de l’individu ne présentent pas l’antigène correspondant (annexe). Le système rhésus comporte 5 antigènes : un antigène majeur D et quatre antigènes mineurs: C, c, E, e et la présence de l’antigène D détermine l’appartenance au groupe Rhésus : positif (D est présent) ou négatif (D est absent). Il n’existe pas d’anticorps naturel anti-D. Celui-ci apparait après une transfusion de sang Rhésus positif (Rh+) à un receveur Rhésus négatif (Rh), ou après une grossesse, par immunisation fœto-maternelle.

Préparation de base des produits sanguins labiles

Concentré de Globule Rouge
C’est une suspension de GR, obtenue après centrifugation d’une poche de sang total de 350 ml ou 450 ml, suivie d’une soustraction aseptique du plasma surnageant. Après cette soustraction, l’addition d’environ 80 ml à 100 ml d’une solution de conservation du type SAGM (Sel, Adénine, Glucose, Mannitol) permet la conservation du CGR pendant 35 jours entre + 2° C et + 6° C, et facilite leur perfusion du fait de l’hypo viscosité du composant [17].En l’absence de centrifugeuse pour poche de sang, le CGR peut aussi être obtenu à la demande. La technique consiste en la suspension d’une poche de sang total pendant 12 à 24 heures à 4° C, suivie de la soustraction aseptique du plasma surnageant sans addition de solution de conservation. Ce produit doit être administré immédiatement après sa préparation [12, 14, 15].L’unité adulte de CGR se présente sous forme d’une poche de 250 à 300 ml environ. Elle se caractérise par une concentration moyenne en hémoglobine de 40 g, et un hématocrite entre 50 % et 70 %.

Concentrés Plaquettaires
On distingue Les concentrés de plaquettes standards(CPS) et le concentré plaquettaire d’aphérèse(CPA) qui diffèrent dans la façon dont ils sont prélevés et isolés à partir du donneur et par leur contenu en plaquettes:
– le CPS qui contient 2 à 5.1011 plaquettes pour un volume plaquettaire de 80 à 720 millilitres (ml). Il est obtenu à partir de l’extraction in vitro des plaquettes contenues dans un don de sang total effectuées dans les 24h précédentes. La première aboutit à un CP « issu de plasma riche en plaquettes » et la seconde à un CP « issu de buffycoat » qui est en fait un produit appauvri en leucocytes.
– le CPA qui doit comprendre entre 2 à 8.10
11 plaquettes pour un volume plaquettaire de 200 à 650 ml. Il est obtenu par cytaphérèse qui est l’extraction sélective de plaquettes ex-vivo grâce à un séparateur de cellules qui restitue au donneur ses autres composants sanguins. Sur un seul donneur, on peut recueillir au minimum 3.1011 plaquettes. Les CP contiennent toujours un anticoagulant, l’ACD (acide citrique, citrate, dextrose) pour les CPA, et le CPD (citrate, phosphate, dextrose) pour les MCP. Au niveau de l’établissement de transfusion sanguine, les CP (MCP ou CPA) doivent être conservés, pendant 5 jours au maximum, à + 20°C ± 4°C, en agitation lente et continue. Les CPS et CPA seront iso groupe ABO.

Plasma Frais Congelé (PFC)
Le PFC est obtenu après centrifugation d’une poche de sang total. Elle se fait au plus tard 6 heures après le prélèvement. Le plasma surnageant sera transféré dans une poche plastique satellite de 200 ml, et sera conservé à – 30°C, voire à une température plus basse .Le PFC est le seul produit sanguin capable d’apporter du facteur V, de la protéine S, et du plasminogène [2,15]. En effet, Il contient : du facteur VIII > 0.7 UI/ml ; soit 150 à 200 UI, du fibrinogène à environ 2.5g/l et des protéines > 50g/l.

Sang total (ST)
Le sang total pour adulte se présente sous formes d’une poche de 350- 450 ml. Il est obtenu à partir du sang de donneur contenu dans une solution de conservation CPDA (Citrate, Phosphate, Dextrose, Adenine) [7,8].

Transformations applicables aux produits sanguins labiles

a) Déleucocytation
Elle se fait par filtration du sang. Elle permet de diminuer l’allo-immunisation anti-HLA et ses conséquences : état réfractaire aux transfusions de plaquettes. Cette transformation est obligatoire en France depuis le 01 Avril 1998.
b) Déplasmatisation
Elle permet d’éliminer les protéines plasmatiques résiduelles. Les GR doivent être lavés en solution saline tamponnée. Ils sont périmés au bout de six heures.
c)Cryoconservation
Elle permet la conservation à long terme de GR viables et fonctionnels. Selon la température de conservation (-30°C, -80°C ou -130°C), la durée de stockage est de 4 mois à plus de 20 ans.
d) Irradiation par les rayonnements ionisants
C’est une exposition de CGR déleucocytés à une dose de rayonnements ionisants de 25 à 45 Gy afin de prévenir ainsi une réaction de type greffon contre l’hôte (GVHR) susceptible de survenir chez les patients immunodéprimés, incapables d’éliminer les lymphocytes transfusés. La GVHR est une complication majeure observée au décours des greffes de moelle osseuse résultant de l’attaque du receveur par les lymphocytes du donneur.

Rôles de l’hémovigilance

Il y a 3 domaines d’activités :
• Suivi et information des patients transfusés Le suivi et information des patients transfusés consistent:
-En la remise de document écrit énumérant les risques remis au patient. Le consentement du patient est requis.
-En la réalisation d’examens biologiques (sérologies, enzymes, RAI) avant et 3 mois après la transfusion.
-En la remise de document écrit précisant la quantité et la nature des produits sanguins transfusés au patient.
• Traçabilité : Elle comprend, la conservation et l’accessibilité des informations relatives à son prélèvement, à sa préparation, à son utilisation et aux effets indésirables.
• Déclaration des accidents transfusionnels : Le signalement de tout effet inattendu ou indésirable lié ou susceptible d’être lié à l’usage thérapeutique des PSL.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION
PREMIERE PARTIE : REVUE DE LA LITTERATURE
I.TRANSFUSION SANGUINE
I.1.Définition
I.2.Principes généraux de la transfusionsanguine
I.2.1.Bases immunologiques transfusionnelles
I.2.2.Règles immunologiques transfusionnelles
I.2.3.Effets secondaire de la transfusion sanguine
II.LES PRODUITS SANGUINS LABILES
II.1.Définition des produits sanguins labiles
II.2. Préparation de base des produits sanguins labiles
II.2.1.Concentré de Globule Rouge(CGR)
II.2.2.Concentré Plaquettaire(CP)
II.2.3.Plasma Frais Congelé(PFC)
II.2.4.Sang Total (ST)
II.3.Caractéristiques des produits sanguins labiles
II.3.1.Qualifications applicables aux produits sanguins labiles
II.3.2.Transformations applicables aux produits sanguins labiles
III.HEMOVIGILANCE
III.1.Définition
III.2. Rôles De l‘hémovigilance
VI.ONCOLOGIE MEDICALE
VI.1.Historique et définition de l’oncologie médicale
VI.2.Les phases de prise en charge en oncologie
VI.3.Transfusion sanguine en oncologie
VI.3.1.Considérations générales sur la transfusion en oncologie
VI.3.2.Indications de la transfusion de PSL en Oncologie
VI.4.3.1.La transfusion de CGR en Oncohématologie chez l’adulte
VI.4.3.2.La transfusion de CP en Oncohématologie

DEUXIEME PARTIE : METHODES
I.METHODES
I.1.Caractéristiques du cadre de l’étude
I.1.1.CENHOSOA
I.1.2.Aile d’oncologie du CENHOSOA
I.2.Type et période d’étude
I.3.Recrutement des patients
I.4.Critères d’inclusion
I.5.Critères d’exclusion
I.6.Mode d’échantillonnage et collecte des données
I.7.Paramètres étudiés
I.7.1.Paramètres sociodémographiques
I.7.2.Données cliniques générales
I.7.3.Données sur la transfusion sanguine
I.8.Analyse statistique
I.9.Les limites de l’étude
I.10.Considérations éthiques
II.RESULTATS
II.1.Considérations générales
II.1.1.Recrutement des patients
II.1.2.Le groupe sanguin ABO/Rhésus dans la population d’étude
II.1.3.Transfusion sanguine et groupes sanguins
II.2.Profil sociodémographique des patients transfusés
II.2.1.Age et genre des patients
II.2.2.Caractéristiques sociales et géographiques des patients
II.3.Données cliniques générales
II.3.1.La localisation tumorale
II.3.2.Comparaison de la transfusion sanguine sur hémopathies et tumeurs solides

II.3.3.La phase de prise en charge des patients
II.3.4.Taux d’hémoglobine le plus bas
II.4.Données sur la transfusion sanguine
II.4.1.Données générales sur la transfusion
II.4.2.Les indications de la transfusion sanguine
II.4.3.Types de produits sanguins labiles reçus
II.4.4.Fréquences de commandes de produits sanguins labiles
II.4.5.Nombres de poches reçues par chaque patient
II.5.Paramètres
II.5.1.Existence d’antécédents cardiovasculaires
II.5.2.Injection de facteurs de croissance érythrocytaire
II.5.3.Recherche d’Agglutinines Irrégulière(RAI)
II.5.4.Test de compatibilité
II.5.5.Incidents immédiats au cours de la transfusion
TROISIEME PARTIE : DISCUSSION
I. Avantage de l’étude
II. Considérations générales
III. Connaissance du groupe sanguin ABO Rhésus chez les patients porteur de cance
VI. Caractéristiques sociodémographiques des patients transfusés
V. Indication de la transfusion sanguine
VI. Types de produits sanguins labiles transfusés
VII. Le nombre de poches de produits sanguins labiles administrés
VIII. Phase de prise en charge
IX. Le taux d’hémoglobine le plus bas
X. Localisation tumorale
CONCLUSION
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
ANNEXE

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *