Les principes de partenariat dans la coopération internationale

LE MANDAT

Le monde de la coopération internationale a beaucoup évolué depuis les années 1960, année où le concept a été mis de l’avant pour venir en aide aux pays pauvres. Aujourd’hui, encore, la recherche constante d’une meilleure façon de mener leurs actions conduit les organismes de coopération et de développement international à sans cesse, se renouveler et à adapter leurs modes et méthodes d’intervention. Nous allons procéder donc à la présentation du contexte qui a motivé notre intervention au sein du CJS avant de faire état du mandat de stage proprement dit.

Le contexte d’intervention

Tout en restant fidèle à sa mission et à sa vocation d’origine, le CJS est dans une phase de restructuration, de réorientation et d’expansion de ses activités afin de mieux s’adapter aux multiples changements qui s’opèrent dans le domaine de la coopération internationale. Ayant en vue une expansion et une diversification de ses activités ainsi que l’établissement des partenariats à l’extérieur, le CJS a ressenti le besoin, mais aussi la nécessité, de disposer d’un code éthique devant régir le comportement de ses membres aussi bien au siège de l’organisme qu’à l’étranger, d’avoir un cadre formel pour régir les relations avec les différents partenaires (actuels et futurs) et des sujets de recherches pour enrichir, développer et diversifier son programme d’éducation.

À cet effet, le projet de partenariat a débuté lorsque lors d’une visite faite au Canada au cours de l’année 2012 dans le compte des programmes de stages de Jeunesse Canada Monde, le groupe venant du Bénin (un pays de l’Afrique de l’Ouest) a eu à suivre plusieurs formations portant sur le développement et la solidarité internationale. Les formations et ateliers donnés par le CJS de Montréal ont alors retenu leur attention. Le concept : promouvoir le développement par l’éducation. Au retour dans leur pays, les participants ont envisagé de reproduire ce modèle de formation, mais en l’adaptant à leur contexte et à leur pays. L’objectif est d’apporter l’information utile aux populations les plus défavorisées, permettre au public et à l’État de faire des options libres de développement sur les plans économique, social et culturel. Il s’agit donc d’un projet d’éducation qui abordera différents sujets avec pour objectif la sensibilisation et l’éveil des consciences sur les problématiques liés au développement. Par ailleurs, c’est dans un souci de contribuer à la promotion de l’équité, et de la justice entre les peuples et de contribuer significativement à la réduction de la pauvreté. C’est donc dans l’optique de mise en place de ce partenariat que nous avons élaboré le protocole pour formaliser les relations.

Au fur et à mesure de la réflexion sur la mise en place des futurs partenariats, les responsables du CJS se sont rendu compte que l’organisme dispose d’un code éthique et de normes opérationnelles de fonctionnement, mais il ne dispose pas de code éthique et de comportements. Le code éthique existant diffère de celui produit dans le cadre de notre stage. Il s’agit d’un code qui édicte des normes au niveau des principes généraux, des principes organisationnels et des principes de justice sociale qui sous-tendent la mission du CJS. Établir des partenariats nécessite des échanges avec les autres d’où l’importance de disposer d’un corps de règles et de comportement à respecter tant à l’interne qu’à l’étranger.

Évolution des relations dans le domaine de la coopération internationale

Aujourd’hui plus que Jamais, le partenariat est au coeur de la rhétorique de la coopération internationale. Tant au Nord qu’au Sud, il est devenu un enjeu important dans l’établissement des relations entre les acteurs de développement. Pourquoi parler aujourd’hui du partenariat en matière de coopération internationale? En réponse à cette question, nous allons remonter au début de la coopération entre les pays du Nord et ceux du Sud. Au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale et à la suite de la réussite du plan Marshall dans le redressement de l’économie des pays européens, un modèle de développement occidental a été mis de l’avant et mis en pratique dans les pays du Sud.

L’objectif étant d’amorcer le développement dans les pays concernés. Les relations entre les différents acteurs étaient de nature hiérarchique et asymétrique (Navarro-Flores, 2009). Les pays du Nord étaient les fournisseurs de capitaux et du savoir-faire. Par conséquent, ils étaient les concepteurs et les exécuteurs des différents projets de développement. Quant aux pays du Sud, ils étaient de simples bénéficiaires des programmes et des projets de développement sans aucune participation. La relation qui existait entre les acteurs reflétait aisément la situation de l’époque.

Elle était de type donateur/bénéficiaire caractérisé par l’imposition d’un modèle de développement nord-occidental fondée sur les théories de la croissance économique (Navarro-Flores, 2009). Au cours de la décennie 1970-1980 en réponse aux chocs pétroliers et aux conséquences désastreuses (au niveau social, économique et politique) des programmes d’ajustement structurel et toutes les critiques et les échecs des projets de coopération qui n’ont pas su répondre ou atteindre les aspirations des populations bénéficiaires, on verra dans les années qui suivirent un modèle de coopération qui prône le rapprochement entre les donneurs et les bénéficiaires. (Navarro-Flores, 2009).

On note aussi une grande émergence des organismes de coopération internationale et des ONG de développement, dont la mission principale est de venir en aide aux victimes des effets des programmes d’ajustements structurels sur le plan social et économique. Étant très proches des populations concernées, elles ont eu à tisser des relations qui tendent beaucoup vers la collaboration avec les populations locales bénéficiaires des projets de développement. L’avènement du partenariat dans la coopération internationale découle donc de la mise en commun de plusieurs facteurs, dont la multiplication d’organisations de la société civile (OSC) dans les pays du Sud, l’ouverture démocratique, dans beaucoup de pays, et l’affaiblissement du rôle des États (conséquence des politiques d’ajustement structurel), la création d’organisations représentatives, d’ONG d’appui, d’associations de défense des droits de l’homme … C’est donc dans l’évolution de cette relation de collaboration que va découler le partenariat que l’on peut observer aujourd’hui dans le domaine de la coopération internationale. Les ONG ont été plus à même de répondre le mieux aux besoins socio-économiques des populations affectées. Cette proximité a facilité « un cadre de dialogue, de négociation et de partage des responsabilités pour la réalisation des objectifs communs » (Navarro-Flores, 2009 p.29).

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport gratuit propose le téléchargement des modèles gratuits de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION
I.PRÉSENTATION DE L’ORGANISATION
1.Historique de l’organisation
2.Mission du Comité pour la justice sociale
3.L’organisation administrative du CJS
II.LE MANDAT
1.Le contexte d’intervention
2.Description du mandat
III. RECENSION DES ÉCRITS
1.Le partenariat dans la coopération internationale
1.1. Le concept de partenariat
1.2. Les types de partenariat
1.3. Les principes de partenariat dans la coopération internationale
1.4. Évolution des relations dans le domaine de la coopération internationale
2.L’éthique dans les organismes de coopération internationale
2.1. Le concept d’éthique
2.2. Élaboration d’un code éthique
3.Le développement basé sur les droits humains
3.1. Concept de l’approche basée sur les droits humains
3.2. Caractéristiques de l’approche basée sur les droits humains
3.3. Apport de l’approche par les droits en matière de développement
IV.LA MÉTHODOLOGIE
V.RÉSULTATS
VI.NOS RECOMMANDATIONS
1.Sur le protocole de partenariat..
2.Sur le code éthique
CONCLUSION
RÉFÉRENCES
ANNEXES

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *