Les plantes aromatiques et médicinales

Les plantes aromatiques et médicinales

Domaines d’application des plantes

Les substances naturelles issues des végétaux ont des intérêts multiples mis à profit dans l’industrie : en alimentation, en cosmétologie et en pharmacie. Parmi ces composés, on retrouve dans une grande mesure les métabolites secondaires qui se sont surtout illustrés en thérapeutique. La pharmacie utilise encore une forte proportion de médicaments d’origine végétale et la recherche trouve dans les plantes des molécules actives nouvelles, ou des matières premières pour la semi-synthèse. Il y a eu donc un réveil vers un intérêt progressif pour l’utilisation des plantes médicinales dans les pays développés comme dans les pays en voie de développement.En effet, les herbes fines guérissent sans effet secondaire défavorable. Ainsi, une recherche de nouvelles drogues est un choix normal. Plusieurs utilisations peuvent être attribuées aux plantes aromatiques et médicinales, Ainsi, les PAM sont utilisées en alimentation dans les boissons, les colorants. Aussi, Les épices et les herbes aromatiques utilisées dans l’alimentation sont pour une bonne part responsablse des plaisirs de la table. En parallèle, les utilisations de substances issues des plantes en médecine en tant que médicament pour l’homme sont diverses, nous citons comme exemple en urologie, dermatologie, gastrites aiguës, toux, ulcères d’estomac, laxatifs, sommeil et désordres nerveux, en systèmes cardiovasculaires, en drogues immunostimulantes, antispasmodiques et anti-inflammatoires contre le diabète, en activité antioxydante et en activité antimicrobienne. Par ailleurs, les PAM sont aussi utilisés en agriculture comme pesticides biologique, en cosmétique comme des produits de beauté, d’hygiène, parfums.

Le Myrte : Myrtus communis L.

Myrtus communis (figure 3) est un arbuste de un à deux mètres de hauteur se présentant en buissons denses d’un vert brillant. Il se remarque par ses fleurs blanches très ouvertes et ses nombreuses étamines en touffe ébouriffée. La plante renferme de nombreuses poches sécrétrices surtout au niveau des feuilles. Ces dernières sont ovoïdes lancéolées, 2 à 3 fois plus longues que larges, à nervation pennée persistante, opposée, à très court pétiole, coriace et d’un vert brillant. Les fleurs apparaissent au début de l’été, elles sont grandes 10-15 mm, solitaires sur un long pédoncule à l’aisselle des feuilles, très odorantes et pourvues à la base de bractées très petites, rapidement caduques. Les fruits poussent à l’automne, ce sont des baies ovoïdes 6-8 mm noires bleuâtres à peau charnue, conservant à leur partie supérieure les restes du calice. Ces fruits sont comestibles, mais âpres et astringents. Les rameaux sont de taille fine de couleur verte qui se transforme rapidement en brun orangé, pubescents dans leur jeunesse.

Chromatographie en Phase Gazeuse / Spectrométrie de Masse

La simplicité du couplage entre ces deux techniques, les progrès accomplis dans le traitement en temps réel du signal, la constitution de banques de données de spectres de masse et le développement des algorithmes de comparaison entre le spectre d’un composé inconnu avec ceux répertoriés dans la banque sont à l’origine de la généralisation de l’usage de la CPG/SM dans les laboratoires d’analyse des composés aromatiques.La CPG sur colonne capillaire constitue une excellente méthode d’introduction de l’échantillon dans le spectromètre de masse. Ainsi, la colonne capillaire est directement couplée à la source d’ions permettant l’ionisation des constituants. Il existe deux modes d’ionisation : l’ionisation chimique (IC) et l’ionisation par impact électronique (IE). Ce dernier mode est le plus répandu, le seul qui permet une étude systématique de la structure des ions moléculaires et fragments formés.

Composition chimique

Le nombre des molécules chimiquement différentes qui constituent une huile essentielle est variable. A côté des composés majoritaires, on retrouve des composés minoritaires et un certain nombre de constituants sous forme de traces. Les huiles essentielles sont des mélanges complexes et variables de constituants qui appartiennent, de façon quasi exclusive, à deux groupes:

• le groupe de terpénoïdes ;

• le groupe des composés aromatiques dérivés du phénylpropane. La structure des composés des huiles essentielles est constituée d’un squelette hydrocarboné, constituant une chaîne plus ou moins longue. Sur ce squelette de base est souvent présent un ou plusieurs sites fonctionnels semblables ou différents. La majorité des sites fonctionnels sont des sites oxygénés avec un ou plusieurs atomes d’oxygène, pour quelques groupes fonctionnels azotés ou soufrés.

Détermination de l’indice IC50

Par le même calcul, nous avons trouvé des valeurs de IC50 égale à 273μg/ml et 90 μg/ml pour les deux huiles essentielles de Rosmarinus officinalis et Myrtus communis respectivement. Ces résultats montrent que l’huile de Thym est celle qui a donné le plus grand IC50 avec une valeur de 33μg/ml. En deuxième position nous trouvons l’huile de Myrte avec une IC50 de 90 μg/ml et en dernière position vient l’huile de romarin avec un IC50 de 273μg/ml. D’une façon similaire à l’activité antibactérienne, l’huile essentielle de Thymus vulgaris donne les meilleurs pourcentages d’inhibition parmi les trois huiles étudiées à toutes les concentrations.On note aussi que c’est la concentration de 500μg/ml qui donne le meilleur pourcentage d’inhibition pour les trois huiles. Ainsi, l’huile de Thymus vulgaris donne un pourcentage d’inhibition qui atteint 68,16% suivie par celle de Myrtus communis par 60,12% et en fin celle de Rosmarinus officinalis par 53,23%. Étant donné que l’huile essentielle est un mélange des composés appartenant à des familles chimiques diverses, cette différence observée entre les trois huiles serait due à leur composition chimique. Ainsi, la forte capacité de réduction des radicaux libres par l’huile essentielle de Thymus vulgaris peut être due à son profil chimique, riches en phénols tel que le thymol.

En effet, ces constituants phénoliques ont déjà prouvé leur fort pouvoir antioxydant. Les composés phénoliques, grâce à leurs propriétés d’oxydoréduction, agissent comme agents réducteurs, donneurs de l’hydrogène et de l’oxygène singulier. Les autres composés majoritaires possèdent aussi une activité antioxydante remarquable notamment le γ-terpinene, le p-cymène et le carvacrol. Pour l’huile de Myrtus communis, l’activité antioxydante est due à la présence de composé tel que le borneol, l’α-pinène, le 1,8 cinéole, et le mertenyl acétate connus par leur pouvoir antioxydant. En ce qui concerne l’huile essentielle de Rosmarinus officinalis, son activité antioxydante est liée à sa teneur en produits tels que l’α-pinène et 1,8 cinéole et le camphre.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport gratuit propose le téléchargement des modèles gratuits de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

REMERCIEMENTS
INTRODUCTION
ÉTUDE BIBLIOGRAPHIQUE
I.Les plantes aromatiques et médicinales
1.Définition
2.Domaines d’application des plantes
3.Les PAM au Maroc
4.Description des plantes étudiees
II.Les huiles essentielles
1.Définition
2.Rôles et propriétés des huiles essentielles
3.Localisation des HE
4.Extraction des HE
5.Les méthodes de séparation, d’identification et de quantification
6.Composition chimique
7.Activités biologiques des huiles essentielles
PARTIE EXPERIMENTALE
I.Activité antibactérienne
1.Les microorganismes testés
2.Préparation des suspensions microbiennes
3.Mode opératoire
II.Activité antioxydant des huiles essentielles
1.Mode opératoire
III. Résultats
1.Composition chimique des trois huiles étudiées
2.Acticité antibactérienne
3.Acticité antioxydante
CONCLUSION

Rapport PFE, mémoire et thèse PDFTélécharger le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.