Les ouvrages d’art sur la RN44 du PK 60+000 au PK 133+000

L’administration coloniale a été convaincue sur l’importance de la communication et des échanges qui sont liées directement aux réseaux de circulation. Actuellement, l’Etat malgache a compris aussi la nécessité de la construction et de la réhabilitation des routes qui conditionnent le désenclavement des régions, si on veut un développement rapide et durable. La route est l’un des moyens de transport le plus pratique à Madagascar. Elle est une artère principale liée directement à son évolution économique. Mais le besoin important en investissement routier reste un problème majeur. La route nationale RN 44 reliant Moramanga – Vohitraivo est la seule sortie de la région d’Alaotra par voie terrestre. C’est une route en terre battue. Et le niveau de service actuel des ouvrages d’art et de la route elle-même ne permet pas une exploitation rentable de cet axe. D’un autre côté, l’exploitation irrégulière des chemins de fer – Ligne M.L.A. entraîne l’augmentation du tonnage de la RN44 provoquant ainsi les dégradations accélérées des ouvrages d’art dont plus de 90% sont en bois qui datent plus de 20 ans. Actuellement, leur capacité portante est douteuse Nous estimons ainsi qu’il est indispensable de remplacer ces ponts en bois par des ouvrages à caractères définitifs et de vérifier l’état actuel des buses et dalots. D’où l’objet du présent mémoire intitulé “les ouvrages d’art sur la RN44 du PK 60+000 au PK 133+000”.

ENVIRONNEMENT SOCIO-ECONOMIQUE 

APERCU DE LA RN 44

La voie reliant la région d’Alaotra avec la ville d’Antananarivo existait déjà depuis l’époque royale. Mais ce n’était qu’une voie piétonnière. Il y avait des tracés sinueux avec des ponts provisoires en bois. Vers 1920, l’administration coloniale procédait alors à une amélioration de ces tracés et à la réhabilitation et construction des ouvrages de franchissement en bois (90%) et en béton (10%) . En 1984, il y avait une grande réhabilitation faite par le bureau d’étude BCEOM. Les ponts provisoires  en bois étaient remplacés par des ponts semi-définitifs. Ils sont constitués par :
– des culées en gabion ou en maçonnerie de moellons
– des poutres principales en poutrelle métallique IPN dont quatre par travée d’une seule voie.
– de platelage en bois, en madriers 8x17x4m
Après le cyclone GERALDA, en 1994, la plupart des ouvrages était détruite. On avait mis en place alors des ponts baileys type MABEY pour les renforcer. La dernière tentative de réhabilitation de la RN44 a été élaborée par l’entreprise suisse A.F.S. en 1997 mais qui n’était pas menée jusqu’au bout. Actuellement l’entretien des ouvrages d’art est assuré par la subdivision des Travaux Publics de Moramanga et d’Ambatondrazaka.

SITUATION GEOGRAPHIQUE DU PROJET

Localisation géographique de la zone étudiée 

La zone étudiée se trouve dans la partie Est des Hauts plateaux, à 111 km à l’Est d’Antananarivo, dans le Faritany de Toamasina. Cette zone est constituée par des plaines et des montagnes caractérisant les Hauts-plateaux de la grande île. La RN 44 traverse deux grandes plaines: la plaine de la rivière de Mangoro ayant un altitude de 900mètres et la plaine du Lac Alaotra à 750m d’altitude par rapport au niveau de la mer. Les rivières drainent des bassins à pente relativement faible.

Localisation du projet

La RN 44 a 228 Km de long dont le PK 0+000 se trouve dans la ville de Moramanga et le PK 228+000 à Vohitraivo. Elle traverse le Fivondronanana de Moramanga  AmbatondrazakaAmparafaravola- Andilamena. Elle se divise en deux, selon le classement de la Service Territoriale des Travaux Publics (STTP) d’Ambatondrazaka: RN 44 Nord et RN 44 Sud. Le projet se trouve dans la RN 44 Sud, sur une longueur de 73km du PK 60+000 dans la commune d’Amboasary Gare au PK 133+000 à Vohidiala.

DELIMITATION DE LA ZONE D’INFLUENCE 

Définition
La zone d’influence est la région où la réalisation d’un projet a des effets sur le développement socio-économique. Elle est déterminée par :
– la démographie ;
– la distance par rapport au projet réalisé ;
– les activités économiques.

Délimitation de la zone d’influence
Il y a deux catégories de zone d’influence selon l’impact du projet établi, à savoir :
– la zone d’influence directe.
– la zone d’influence indirecte.

ENVIRONNEMENT SOCIAL 

Définition
L’environnement social est constitué par les facteurs qui conditionnent la vie sociale des gens. Il concerne surtout la démographie, les indicateurs d’accessibilité aux infrastructures de bases et infrastructures sociales comme les infrastructures sanitaires, les écoles, les infrastructures routières et les moyens de transports.

Démographie 

Définition
La démographie est la statistique concernant l’effectif de la population dans une région. Le nombre de la population permet de déterminer les besoins de la région, et de connaître l’importance du flux des gens et des échanges. Ainsi, il est important de connaître la démographie, le taux d’accroissement de la population, le pourcentage de la population active. A Madagascar, la proportion de la population active varie autour de 55,2% en milieu rural; elle atteint 67,2% en ville; dans la sous-préfecture d’Ambatondrazaka, elle est de 56,10% en 1999.

Autres facteurs liés à l’estimation des débits de crue  et au dimensionnement des ouvrages

Végétation
La masse d’étude est constituée par le SAVOKA : touffes d’herbes épaisses à cause de la culture sur brulis, le tavy et les feux de brousses. Par conséquent, il y a latéralisation du sol et constitution de carapace stérile. Le phénomène d’ensablement et d’envasement seront inévitables. Ce qui provoque le débordement dans les canaux , les rivières et dans les petits cours d’eau ; même les rizières sont aussi victimes.

Pédologie – Géologie

Le sol et le sous-sol interviennent à l’écoulement par leur perméabilité. Le sous-sol y est peu perméable grâce à la présence d’une couche latéritique qui, après sa saturation devient imperméable. La présence des précipitations modérées à caractère continu entraîne la saturation du sol qui, en s’associant avec l’effet d’une dépression tropicale provoque une crue de faible probabilité. A Madagascar, les averses orageuses et les cyclones se succèdent pendant la saison pluvieuse.

ETUDE HYDROLOGIQUE 

L’étude hydrologique permet de déterminer le débit de crue à l’exutoire du bassin versant. Une crue dépend principalement de la géomorphologie de ce bassin et le climat de la région. Pour les besoins de l’hydrologie, MADAGASCAR peut être divisé en un certain nombre de régions géographiques de superficies très différentes. Il y a neuf types de régimes hydrologiques à Madagascar :
– le régime du Nord ou de la montagne d’Ambre ;
– le régime du Nord-Est ;
– le régime de TSARATANANA ;
– le régime de la côte-Est ;
– le régime des Hauts-Plateaux ;
– le régime du Nord-Ouest ;
– le régime du Centre-Sud ;
– le régime Sahélien du Sud.
Nos bassins versants se trouvent dans le régime de Hauts – Plateaux. On va se référer à l’étude du bassin versant de la rivière RANOFOTSY dont l’exutoire se trouve au PK 116+400 de la RN44.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport-gratuit.com propose le téléchargement des modèles complet de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION
Première partie : ENVIRONNEMENT DU PROJET
CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT SOCIO-ECONOMIQUE
I. APERCU DE LA RN 44
II. SITUATION GEOGRAPHIQUE DU PROJET
III. DELIMITATION DE LA ZONE D’INFLUENCE
IV. ENVIRONNEMENT SOCIAL
V. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE
Deuxième partie : ETUDE TECHNIQUE
CHAPITRE I: ETUDE HYDROLOGIQUE ET HYDRAULIQUE
I. CLIMATOLOGIE
II. ETUDE HYDROLOGIQUE
III. ETUDE HYDRAULIQUE
IV. RECAPITULATION ET CARACTERISTIQUES DU FUTUR OUVRAGE
CHAPITRE II : ETUDE GEOLOGIQUE ET GEOTECHNIQUE
I. TRAVAUX D’INVESTIGATION IN SITU
II. PREDIMENSIONNEMENT DES PIEUX
CHAPITRE III : ASPECT TECHNIQUE DES OUVRAGES EXISTANTS
I. CARACTERISTIQUES GENERALES DES OUVRAGES
II. AUSCULTATION VISUELLE ET DIAGNOSTIC DES OUVRAGES EXISTANTS
CHAPITRE IV : PROPOSITION DE SOLUTIONS
I. GENERALITES
II. PRINCIPES DE CHOIX
III. PRESENTATION DE VARIANTES ET COMPARAISON
IV. CALCUL D’ARMATURES DE LA DALLE D’UN DALOT ORDINAIRE 100X100
CHAPITRE V : SOLUTIONS PROVISOIRES
I. ORGANISATIONS DU SUIVI DES OUVRAGES
II. ENTRETIEN DES OUVRAGES D’ART
Troisième partie : ETUDE DU PONT DE RANOFOTSY
CHAPITRE I : COMPARAISON DE VARIANTES
I. DESCRIPTION ET ÉTAT ACTUEL DE L’OUVRAGE
II. CHOIX DE L’OUVRAGE DÉFINITIF
CHAPITRE II : SOLLICITATIONS DE LA VARIANTE PRINCIPALE
I. PREDIMENSIONNEMENT
II. HYPOTHESES DE CALCUL
III. SOLLICITATION DE CALCUL DES ELEMENTS D’OUVRAGES
CHAPITRE III : DIMENSIONNEMENT ET VERIFICATION
I. HYPOTHÈSES DE CALCUL
II. SUPERSTRUCTURE
III. INFRASTRUCTURE
CHAPITRE IV : DEVIS QUANTITATIF ET DEVIS ESTIMATIF
I. DEVIS QUANTITATIF
II. DEVIS ESTIMATIF
RECOMMANDATION POUR L’EXECUTION DE L’OUVRAGE
CONCLUSION GENERALE

Lire le rapport complet

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *