Les obstacles du développement de la production de cacaoyer

LA PRODUCTION DE CACAO

Notion de cacao

Description du cacao

Le cacaoyer est un arbre d’une dizaine de mètres qui est cultivé sous ombrage. Il est productif à partir de 4 ou 5 ans. Ses fleurs poussent aussi bien sur son tronc que sur ses branches principales. Elles sont nombreuses, et se succèdent toute l’année. Près de 60 % des fleurs produites par le cacaoyer ne parviennent pas à devenir vrais cabosse, 40% les restent grandissent et se transforment en cabosse. Cette dernière est une grosse baie de forme ovale de 15 à 20 cm de long. Elle contient des graines, appelées fèves de cacao ou cacao marchand après transformation dont le nombre dans la cabosse varie selon l’espèce. Ces fèves sont attachées à un rachis central et entourées d’une pulpe appelée mucilage. La fève de cacao, obtenue après les différentes étapes de post-récolte, pèse environ 1 gramme.

Différents types de cacaoyers à Madagascar

Plus précisément, dans la région du Sambirano, se trouvent trois types de variétés de cacao mieux y adaptées: type « Criollo » du Venezuela et du Pérou, type « Nacional » de l’Équateur, type « Forastero Amelonado » du Brésil. « Criollo », « Nacional » et « Forastero » à la base de tous les cacaoyers du monde. En ce qui concerne Trinitario, il résulte d’une hybridation naturelle entre le Criollo, ayant survécu à une catastrophe climatique sur l’île de Trinidad au XVIIIème siècle, et le Forastero y planté pour renouveler le verger. Ils se distinguent par la structure de leurs fruits, leur couleur, le nombre de leurs graines et leur teneur en certains composants. Criollos : Les cacaoyers Criollos ont des cabosses de forme allongée, pointues, verruqueuses et de couleur rougeâtre. Leurs graines sont dodues, rondes et de couleur blanche ou légèrement pigmentées, à l’amertume légère. Ils se rencontrent essentiellement en Amérique Centrale (Sud du Mexique, Belize, Honduras) et dans les pays au nord de l’Amérique du Sud (Pérou, Colombie, Venezuela), de même que dans quelques îles de l’Océan Indien. Forasteros : Les cacaoyers Forasteros ont des cabosses lisses, parfois verruqueuses, tantôt allongées, tantôt arrondies, de couleur jaunâtre. Ils comprennent deux sous-groupes, Amelonado et Amazone, eux-mêmes subdivisés en Basse-Amazone et Haute-Amazone, en fonction de leur origine. Toutefois, il n’existe pas de différences chimiques significatives entre ces sous-groupes du type Forastero. Rencontré surtout au Brésil et en Afrique de l’Ouest, leurs graines sont plus ou moins aplaties et de couleur violette, amères et astringentes. Les cacaoyers Forastero sont très productifs et sont considérés comme moyennement résistants aux parasites et aux maladies. Trinitario : Très polymorphes, les cacaoyers Trinitario sont des hybrides des deux précédents. Ils représentent tous les intermédiaires entre les types Criollo et Forastero. Ils sont localisés dans les Caraïbes, s’acclimatent Madagascar, au Sri Lanka, à Java et s’aventurent jusqu’en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Le cacaoyer Trinitario est connu pour être le plus productif et résistant aux maladies.

Conditions de production de cacao Le cacaoyer est plutôt fragile

Il donne de bons résultats à une température d’environ 2426°C, et commence à souffrir hors des limites de 18° à 32°C. Il a besoin d’une forte humidité (80%), d’un sol riche en phosphore et en potasse, en matières organiques et en oligo-éléments. La pluviométrie supérieure à 1700 mm doit être bien répartie, avec une saison sèche de quatre mois maximum. Sensible au soleil et au vent, il faut planter le cacaoyer à l’abri d’arbres plus grands, comme les bananiers, les cocotiers ou autre arbres. Un cacaoyer vit plus de cinquante ans ou peut être plus si son environnement est favorable à sa survivance, et peut atteindre de 8 à 10 mètres de hauteur, mais dans les plantations, il faut le tailler pour le limiter à 4-6 m. Les cacaoyers sont souvent remplacés dans les plantations à 40 ans, car leur rendement décroît avec l’âge. La longévité des cacaoyers dépend de plusieurs facteurs : la richesse du sol (et donc son enrichissement en engrais et en humus), l’entretien des arbres, le soin et les protections que lui apportent les « cacaoculteurs ». La densité des plantations est de 1000 à1200 cacaoyers l’hectare.

La récolte Dans la région du Sambirano, la récolte a lieu quatre fois par mois, avant et après la saison des pluies dans les régions tropicales.

La fermentation Les fèves sont entreposées dans de grandes caisses en bois et brassées régulièrement pour obtenir une fermentation homogène. La fermentation constitue la phase essentielle du Traitement post-récolte. Son rôle est de liquéfier la pulpe, d’empêcher la germination et de développer les caractères organoleptiques du cacao. La fermentation dure 3 jours (pour certaines variétés de Criollos) jusqu’à 7Ŕ8 jours (pour certaines variétés de Forastero). Plusieurs procédés de fermentation existent, mais le plus souvent, il est recouru à la fermentation bac en bois.

le séchage Ce procédé consiste à arrêter la fermentation. Pour sécher, les fèves sont entreposées, , soit sur des claies, soit sur des dalles de béton au soleil. En général, le séchage dure 2 à 3 semaines. La méthode de séchage se pratique dans des séchoirs naturels et artificiels. Le séchage entraîne une baisse de l’humidité de 60 % à environ 7 % dans les graines, ainsi qu’une diminution des concentrations d’acides et d’alcools. Le séchage des fèves doit atteindre 7% de teneur en eau pour éviter moisissure, pour devenir du cacao marchand. Avant d’être stockées, les fèves doivent être triées et débarrassées des impuretés éventuelles, en attendant d’être transportées industriels pour y subir de nouvelles transformations

Guide du mémoire de fin d’études avec la catégorie Les obstacles du développement de la production de cacaoyer 

Étudiant en université, dans une école supérieur ou d’ingénieur, et que vous cherchez des ressources pédagogiques entièrement gratuites, il est jamais trop tard pour commencer à apprendre et consulter une liste des projets proposées cette année, vous trouverez ici des centaines de rapports pfe spécialement conçu pour vous aider à rédiger votre rapport de stage, vous prouvez les télécharger librement en divers formats (DOC, RAR, PDF).. Tout ce que vous devez faire est de télécharger le pfe et ouvrir le fichier PDF ou DOC. Ce rapport complet, pour aider les autres étudiants dans leurs propres travaux, est classé dans la catégorie impact de la production du cacao où vous pouvez trouver aussi quelques autres mémoires de fin d’études similaires.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport gratuit propose le téléchargement des modèles gratuits de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

INTRODUCTION GENERALE
1 CHAP I-CONCEPT ET EXPERIENCE DANS D’AUTRES PAYS : CAS DE COTE D’IVOIR
Section 2 Impact de la production du cacao
CHAP 2- REVU DE LITTERATURES SUR LA PRODUCTION DE CACAO
section 1 : Floraison de cacao
Section 2 : Articles concernant le cacao .
CHAP 3 LA METHODOLOGIE ET LE CADRE PRATIQUE DE LA RECHERCHE
Section 1 METHODOLOGIE
Section 2 LE CADRE PRATIQUE DE LA RECHERCHE
Section 2 II Les obstacles du développement de la production de cacaoyer
Section 3 Solution pour ameliorer la production de cacao de la district d’Ambanja
CONCLUSION GENERALE
RESUME

Télécharger le rapport completRapport PFE, mémoire et thèse PDF

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.