Les généalogies des rois sakalava du Nord de Madagascar dans l’histoire

Mémoire en vue de l’obtention du diplôme de maîtrise en philosophie

Origine du mot Andrahibo et son histoire

En 1870, il y avait un endroit qui s’appelait Andriribe. C’était à cet endroit que les gens vivaient jusqu’en 1909. Il est intéressant de savoir que les gens de cette région sont presque tous des cultivateurs et des éleveurs.
En 1910, ils ont eu l’idée de construire une maison sur la plaine, à une distance de 2 km d’Andriribe, parce qu’ils étaient fatigués de faire le va-et-vient pour cultiver le riz du matin jusqu’au soir et parce qu’il n’y avait pas de moyen de transport.
L’endroit où les gens voulaient construire la maison était plein d’eau et ils l’appelaient hiboko rano, c’est-à-dire que l’endroit est tout à fait rempli d’eau. Ils ont donné le nom d’Andranohiboko à cet endroit, qu’ils ont abrégé en Andrahibo, précisément, c’est un mot Sakalava Zafinifotsy. C’était donc, parce que la plaine où ils voulaient construire une maison était pleine d’eau que les gens lui avaient donné le nom d’Andrahibo pour combiner les deux mots andrano et hiboko. Andrano veut dire dans l’eau et hiboko plein.
1 Information par M. Ernest Avizara, Chef de fokontany du village Andrahibo année 2006.
C’est en 1915, que les gens ont commencé à construire une maison à cet endroit. Cet homme qui s’appelait Tody et sa femme, étaient les premières personnes qui ont vécu à cet endroit. Naturellement, Tody était cultivateur, sa femme l’aidait à la culture du riz. Il avait plusieurs hectares de rizières, car à cette époque, chacun prenait la terre qu’il voulait pour cultiver le riz ou quelque chose d’autre, comme le manioc, la patate, les brèdes.
Tous les gens qui venaient vivre dans ce village lui demandait le technique agricole, car il était considéré comme le meilleur cultivateur de ce village.
En 1917, il y avait un autre groupe installé sur le côté sud du village, il s’appelait Biravato et la partie ouest est toujours occupée par Tody et sa famille.
De nos jours, les gens sont de plus en plus nombreux et continuent à suivre la méthode de culture qu’ils ont héritée de M. Tody.

Les modes d’habillement

Les Sakalava Zafinifotsy ont leurs habillements qu’ils ont hérités de leurs ancêtres et qu’ils n’ont pas encore oubliés jusqu’à maintenant. Ils portent toujours pour les femmes le salovaña, le kisaly ; pour les hommes le kitamby et l’ankanjo, chemise.
Le salovaña est un long tissu qui peut couvrir du sous-bras aux pieds et le kisaly est un tissu qu’on peut tourner sur la gorge et il peut couvrir la tête mais pas le visage.
Le kitamby est un tissu semblable au kisaly mais pour les hommes et ils mettent sous l’ankanjo ou chemise.
Quand ils sont à la maison, les femmes mettent tout simplement le salovaña en bas sans le kisaly. Les femmes font la cuisine alors que leurs maris prennent l’air sous l’ombre du manguier, ou aillent au champ, par exemple avec leur kitamby ayant à leur proximité leur famaky (hache) ou leur mesobe grand (couteau).
Mais quand les Sakalava assistent à une cérémonie ou à une fête et même aux rites funéraire, les femmes prennent le salovaña et le kisaly tandis que les hommes mettent le kitamby et une hemise, avec un short ou un pantalon ainsi qu’un chapeau.
Avant, ils ne portaient ni chaussures ni sandales pour assister à une cérémonie rituelle, mais les jeunes d’aujourd’hui ne veulent pas marcher pieds nus.
Il y a aussi une autre tradition lorsque le couple sort ensemble, les femmes passent toujours devant et les hommes derrière, car ils sont censés être plus forts que les femmes et peuvent les protéger contre les ennemis, les animaux méchants… C’est la raison pour laquelle au moment de la procession vers le tombeau ancestral. Ce sont les femmes qui se mettent devant que les hommes se mettent derrière sauf les petits enfants et les gens qui y portent le cercueil pendant la procession, car chez les Sakalava Zafinifotsy, les hommes sacrifient leur vie pour leurs femmes.

Guide du mémoire de fin d’études avec la catégorie structure sociale

Étudiant en université, dans une école supérieur ou d’ingénieur, et que vous cherchez des ressources pédagogiques entièrement gratuites, il est jamais trop tard pour commencer à apprendre et consulter une liste des projets proposées cette année, vous trouverez ici des centaines de rapports pfe spécialement conçu pour vous aider à rédiger votre rapport de stage, vous prouvez les télécharger librement en divers formats (DOC, RAR, PDF).. Tout ce que vous devez faire est de télécharger le pfe et ouvrir le fichier PDF ou DOC. Ce rapport complet, pour aider les autres étudiants dans leurs propres travaux, est classé dans la catégorie avantages des funérailles traditionnelles où vous pouvez trouver aussi quelques autres mémoires de fin d’études similaires.

Le rapport de stage ou le pfe est un document d’analyse, de synthèse et d’évaluation de votre apprentissage, c’est pour cela rapport gratuit propose le téléchargement des modèles gratuits de projet de fin d’étude, rapport de stage, mémoire, pfe, thèse, pour connaître la méthodologie à avoir et savoir comment construire les parties d’un projet de fin d’étude.

Table des matières

LISTE DES INFORMATEURS
INTRODUCTION
PREMIERE PARTIE : PRESENTATION DU TERRAIN ANDRAHIBO
CHAPITRE I : SITUATION GEOGRAPHIQUE
I.-LOCALISATION ET CARTE DU DISTRICT DE NOSY BE
II.- Climat
III.- Agriculture
1.- Les cultures vivrières
A.- Les cultures sur brûlis
B.- Les cultures irriguées ou vary ketsa
2.- Les cultures d’exportation
IV.- Les réserves de biosphère de Nosy-Be
1.- La R.N.I. Lokobe de Nosy-Be
V.- La population
VI.- Elevage
CHAPITRE II : SITUATION HISTORIQUE DE LA REGION ANDRAHIBO
I.- Origine du mot Andrahibo et son histoire
II.- Les généalogies des rois sakalava du Nord de Madagascar dans l’histoire
III.- Histoire des Sakalava Zafinifotsy et leurs croyances
1.- Histoire des Sakalava Zafinifotsy
2.- Les Sakalava Zafinifotsy et leurs croyances
CHAPITRE III : SITUATION SOCIOCULTURELLE
1.- Structure sociale
I.- Forme de la société
II.- Fonctionnement de la société
III.- Les activités de la société
IV.- Culture
1.- Le sens du fihavanaña dans la société
2.- Les us et coutumes
A.- Les différentes cérémonies existantes
B.- Les modes d’habillement
V.- Le culte
1.- Le culte des ancêtres
2.- Les religions existantes dans la région d’Andrahibo
DEUXIEME PARTIE : LES FUNERAILLES TRADITIONNELLES DES SAKALAVA ZAFINIFOTSY D’ANDRAHIBO PROPREMENT DITES
CHAPITRE I : DESCRIPTIO
CHAPITRE II : LA PREPARATION FUNEBRE
I.- Le bain funèbre ou fampisèhan’olo
II.- L’habillement du mort ou famoñosañ’olo
III.- L’annonce de la mort
CHAPITRE III : LE DEROULEMENT DE LA CEREMONIE FUNERAIRE
I.- La manifestation de la tristesse dans la famille du défunt et parmi les assistants
1.- Dans la famille du défunt
2.- Parmi les assistants
II.- La veillée funèbre ou fiaretan-tory
CHAPITRE IV : L’ENTERREMENT OU FANDEVENAÑA
I.- Le jour de l’enterrement
II.- Le dernier repas ou famahañana
III.- La préparation du défunt dans le cercueil ou lotsatsa
IV.- L’interpellation du mort ou le koño
V.- La procession vers le cimetière
VI.- La séparation définitive du mort avec les vivants ou le dernier koño et l’enterrement proprement dit
CHAPITRE V : APRES L’ENTERREMENT
I.- Le bain avec de l’eau contenant du miel et de l’argent, volafotsy ou öntsaveloño
II.- Les remerciements de la famille aux assistants
TROISIEME PARTIE : REFLEXIONS PHILOSOPHIQUES SUR LES FUNERAILLES TRADITIONNELLES
CHAPITRE I : LES CAUSES DES FUNERAILLES TRADITIONNELLES
I.- La cause directe
II.- Les causes indirectes
CHAPITRE II : AVANTAGES ET INCONVENIENTS
I.- Les avantages des funérailles traditionnelles
1.- Sur le plan familial
2.- Sur le plan social
II.- Les inconvénients des funérailles traditionnelles
1.- Sur le plan économique
3.- Sur le plan social
3.- Sur le plan politique
CHAPITRE III : VALEURS DES FUNERAILLES TRADITIONNELLES
I.- Valeurs philosophiques de ce rite
1.- Valeurs de l’argent (volafotsy)
2.- Valeurs du razaña (ancêtre)
II.- Valeurs socioculturelle
1.- Relation entre la famille elle-même
2.- Relation entre la famille et la société
III.- Réflexions sur l’avenir de la coutume funéraire
CONCLUSION

Télécharger le rapport completRapport PFE, mémoire et thèse PDF

Télécharger aussi :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *